Coûteuses primaires et candidats impécunieux

Corrèze en faillite et primaires PS deux fois trop coûteuses. Une gestion exemplaire !

Mercredi soir, nous eûmes donc droit à un petit débat des six primaires du socialisme avoué. Mais au fait, tout ce raout médiatique (et à l’aspect paillettes très très minutieusement contenu dans une sobriété un peu chiante), il coûte combien, et à qui ?

Surprise ! Il coûte un pont.

En fait, on apprend, un peu abasourdi, qu’il coûte même nettement plus cher que prévu : au lieu d’un déjà fort appétissant 1.5 millions d’euros (750 SMIC chargés) initialement budgétisé par les fins comptables de la rue de Solférino, les primaires PS vont dépasser les 3.2 millions d’euros (1600 SMIC chargés environ). Rappelons que l’argent du PS vient, normalement, de généreux donateurs ET des moutontribuables républicains puisque le parti fait plus de 5% aux élections.

Ce dérapage est donc réalisé avec vos sous, sous vos applaudissements.

Ce qui nous fait un bon gros dépassement de 113% sur un exercice de communication normalement parfaitement balisé, et dont tout indique qu’il a été pratiqué de nombreuses fois tant au niveau du parti lui-même que par chacun des candidats.

Royal : la champagnitude attitude

Autrement dit, ces six marioles qui prétendent redresser les finances d’un pays qui s’enfonce dans une dette de plus de 1600 milliards d’euros (ça fait beaucoup, beaucoup de SMIC chargés) sont rigoureusement infoutus de faire leur travail sur une échelle plus petite.

Confieriez-vous les clefs de votre 33 tonnes à des types dont l’essai sur la version à pédale se termine par une casse complète ?

Les performances passées ne sont pas des gages des performances futures, certes.

Mais si l’on factorise qu’en plus de ça, Hollande — au hasard — gère la Corrèze, l’un des départements de France les plus mal en point économiquement au point de devoir faire appel à l’Etat pour se renflouer, on pourra cependant se dire que les coïncidences s’accumulent dangereusement, ne trouvez-vous pas ?

Des politiciens qui gèrent des budgets n’importe comment et doivent faire appel à la puissance publique pour aller piocher dans les poches de ceux qui, eux, font des économies, franchement, c’est inattendu.

Ne votez plus.

Sur le web