Le Smic désastreux pour le monde agricole

Le Smic concourt à la disparition des entreprises agricoles françaises

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le Smic désastreux pour le monde agricole

Publié le 26 septembre 2011
- A +

Suite aux déclarations de Bruno Lemaire, ministre français de l’agriculture, appelant à reformer le financement de la protection sociale du secteur agricole, l‘iFRAP souligne que :

si le ministre a amplement raison de s’alarmer de la disparition des entreprises agricoles françaises, ce n’est pas le financement de la protection sociale qui paraît devoir être mis en cause dans ce secteur, déjà très privilégié. Comme le soulignent les organisations professionnelles, c’est bien le niveau du Smic qui pose problème. L’Allemagne ne connaît pas de salaire minimum, et le Smic espagnol est à 641 euros pour 40 heures contre 1.365 euros pour 35 heures en France. La différence est donc vertigineuse. C’est à l’uniformité du Smic français, qui est particulièrement désastreuse dans le secteur agricole, qu’il faut s’attaquer.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Depuis juin dernier, les Pays-Bas sont le théâtre de blocages et manifestations. Agriculteurs et éleveurs s’opposent à un plan de réduction drastique des rejets d'azote, annoncé par le gouvernement. Pour atteindre l’objectif ambitieux de réduction des émissions - 70 % d’ici 2030 -, ce dernier prévoit de réduire l’utilisation des pesticides, ainsi que le nombre de têtes de bétail.

En effet, l’élevage contribue aux émissions d’azote par le biais de l’engrais, des effluents d’élevage ou encore des déjections animales. Selon le gouvernemen... Poursuivre la lecture

impôts de production bruno le maire
9
Sauvegarder cet article

Mardi 26 juillet 2022, l’Assemblée nationale n’a pas pu trouver un accord pour voter la Loi de finance rectificative. En clair, un texte qui avalise que la loi de finance initiale a dérapé et que donc le déficit sera revu à la hausse. La Loi pouvoir d’achat ayant été votée par les députés, l’adoption de la PLFR bute sur le dossier de la renationalisation d’EDF (une bricole à 9,7 milliards d'euros qui viendra s’ajouter à un océan de dettes de 2900 milliards).

« Débats interminables », « pure politique politicienne », s’agace le ministre... Poursuivre la lecture

Déjà en 1978, le prix Nobel d’économie Milton Friedman alertait sur les causes de l’inflation : due aux politiques monétaires des banques centrales, celle-ci est principalement liée à trop de création monétaire et trop de dépenses publiques.

Concrètement, les banques centrales créent de la monnaie ex nihilo pour financer ou racheter la dette publique des États surendettés, ou encore accorder des crédits aux banques. L’injection d’une nouvelle masse monétaire dans l’économie induit, à terme, une baisse de la rareté de la monnaie, et don... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles