Cessons de croire que le livret A est une valeur refuge

Loin de protéger le pouvoir d’achat des Français, ce produit d’épargne liquide le détruit bel et bien

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cessons de croire que le livret A est une valeur refuge

Publié le 24 septembre 2011
- A +

En ces temps de crise financière, les Français se sont rués sur le livret A avec l’espoir de protéger leur patrimoine, du fait de la garantie de leurs dépôts par l’État français. Pourtant, loin de protéger leur pouvoir d’achat, ce produit d’épargne liquide le détruit bel et bien.

Par Valentin Petkantchin
Un article de l’Institut économique Molinari

Au cours de l’été, le Livret A a enregistré plus de 2 milliards d’euros en juillet de nouveaux dépôts. La collecte nette depuis le début de 2011 a atteint 13,5 milliards d’euros, portant ainsi l’encours total à 207,5 milliards d’euros répartis sur quelques 60 millions de livrets ouverts. En ces temps de turbulences financières et monétaires, les Français se sont rués sur ce produit d’épargne liquide avec l’espoir semble-t-il de protéger ainsi leur patrimoine, du fait du relèvement de sa rémunération et de la garantie de leurs dépôts par l’État français.

Ce produit financier ne peut malheureusement pas jouer le rôle de « refuge » en cas de crise majeure et de faillite des États. La désillusion des Français serait grande s’ils réalisaient que ce qu’ils mettent de côté est loin d’être à l’abri car la garantie des dépôts n’est qu’une illusion. De plus, loin de protéger leur pouvoir d’achat, le Livret A le détruit bel et bien.

C’est ce point précisément que nous voulons expliquer, à savoir que le livret A ne permet pas à ses détenteurs de conserver leur pouvoir d’achat. Certes, l’État augmente officiellement le taux de rémunération de ce produit d’épargne en fonction, entre autres, de l’augmentation de l’indice des prix à la consommation. C’est ainsi qu’il l’a relevé en août 2011 de 2% à 2,25% (net d’impôt).

Or, un tel niveau de rémunération – décidé arbitrairement par les pouvoirs publics – s’avère insuffisant pour compenser ne serait-ce que l’augmentation des prix à la consommation à laquelle les Français sont, et seront très probablement, confrontés à l’avenir.

En effet, selon les derniers chiffres officiels, les prix des produits de grande consommation ont augmenté entre juillet 2010 et …et 2011 de 2,7%. Quant à l’indice des prix à la consommation en France, selon Eurostat, il a augmenté au premier trimestre 2011 de 1,9%, soit plus de 3,8% sur une base annuelle. Nous sommes à l’évidence très loin des 2,25% de rémunération du Livret A.

Pour bien tenir compte de l’ensemble de la situation, encore faut-il se demander quelle pourrait être l’augmentation future des prix. En effet, c’est elle qui se révèle pertinente pour des épargnants dont le but est de préserver dans le futur le pouvoir d’achat des montants épargnés et disponibles à être placés aujourd’hui.

Évidemment, personne ne sait exactement quelle sera la hausse des prix demain. Il faut cependant noter que les prix à la production industrielle dans la zone euro entre juillet 2010 et juillet 2011 ont enregistré une hausse de 6,1%. Or, tôt ou tard, ces hausses seront répercutées au niveau des prix à la consommation. Les experts, régulièrement interrogés par la BCE au sujet de l’augmentation des prix futurs, ont d’ailleurs revu leurs prévisions à la hausse et prévoyaient à la mi-juillet, une augmentation de l’ordre de 2,6% cette année. La création monétaire par la BCE pour racheter à tour de bras de la dette souveraine grecque, italienne, espagnole, etc., tend à aggraver la situation et à abaisser davantage le pouvoir d’achat de chaque euro épargné par les Français.

En matière de Livret A, ne faudrait-il pas plutôt parler de « prélèvement » opéré par l’État grâce à l’inflation que de rendement ? Et les Français accepteraient-il de perdre ainsi du pouvoir d’achat s’ils découvraient que la garantie des dépôts offerte par l’État lui-même n’est peut-être qu’un leurre ?

—-
Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • si on se retrouve en déflation,le livret A sera un excellent placement.surtout si la déflation est cachée,du style explosion de la bulle immobiliere

  • Actuellement, pour le français lambda, il n’ y a pas mieux que le livret A en termes de « performances ». Si vous avez mieux, je suis preneur!
    J’ai fais le tour de tout ce qu’offre ma banque pour mes maigres économie et rien ne vaut le livret A.
    Tout le reste est bouffé par les prélèvements sociaux et la fiscalité.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La semaine dernière, le magazine Marianne nous a gratifiés d’une très jolie pièce d’anticapitalisme que je n’hésite pas une seconde à qualifier de légèrement primaire. Primaire dans sa méthode, primaire dans sa compréhension du rôle et du fonctionnement de l’entreprise, et finalement, primaire dans sa conclusion qui n’a d’autre objet, une fois de plus, que de scinder le monde économique entre les gentils travailleurs et les méchants capitalistes. Le tout bien médiatiquement enveloppé dans l’expression ô combien racoleuse de « jour du dépassem... Poursuivre la lecture

Notre système économique basé sur l’impôt est appelé à s’améliorer, à s’améliorer toujours, et à s’effacer au niveau de l’impôt sur le revenu pour réaliser autrement sa mission de service public.

Supprimer un impôt n’est pas supprimer les autres impôts. Notre système économique est malade. La suppression de l’impôt sur le revenu signifie 20 % des recettes de l’État afin de relancer l’emploi par la consommation. Il serait alors judicieux de s’interroger pour savoir si les 80 milliards dédiés au plan de relance de l’industrie seront util... Poursuivre la lecture

Jean-Marc Daniel libéralisme
5
Sauvegarder cet article

Écouter ou lire Jean-Marc Daniel est toujours un plaisir.

Sur un ton constamment paisible et empreint de clarté, non dénué de petites touches d’humour et de bonne humeur, il parvient à nous captiver et à nous expliquer avec un grand sens de la pédagogie de nombreux mécanismes et faits d’actualité touchant à l’économie.

Que l’on soit d’accord ou non avec lui, on l’écoute, on apprend, il suscite le respect de ses interlocuteurs, ce qui permet la tenue de débats de qualité.

 

Des analyses intemporelles

Lire des c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles