Le modèle aveyronnais

Les hélices : le savoir-faire qui a forgé la réputation de Ratier-Figeac

Les entrepreneurs avec un ancrage local créent des richesses et de l’emploi, bien plus qu’une « relance » publique de l’État

Les entrepreneurs avec un ancrage local créent des richesses et de l’emploi, bien plus qu’on ne sait trop quelle « relance » publique par l’État.

Par Guy Sorman, depuis Conques, Aveyron

Les hélices : le savoir-faire qui a forgé la réputation de Ratier-Figeac

Parce que Paulin Ratier naquit à Montmurat dans le Cantal, il installa son usine d’hélices d’avion à Figeac (en 1917), région riche en bois de scieries, en un temps où les hélices étaient en bois. Voici pourquoi la zone industrielle de Figeac contribue aujourd’hui à la prospérité du Tarn et à la construction des Airbus à Toulouse.

Cette anecdote contée par Martin Malvy, président du conseil régional Midi-Pyrénées, a servi d’introduction judicieuse au Congrès du Conseil national des économies régionales (Cner) à Conques, en Aveyron : le Cner fédère, depuis bientôt soixante ans, les agences de développement des collectivités locales et les comités d’expansion économique. L’objet de ce congrès était de s’interroger sur les actions possibles en temps de crise qui contribueraient à l’aménagement du territoire et à une économie plus prometteuse. Eh bien, il faut des Paulin Ratier, des entrepreneurs avec un ancrage local :  eux créent des richesses et de l’emploi, bien plus qu’on ne sait trop quelle « relance » publique par l’État. Repérer les Ratier contemporains (ou les faire revenir au « pays ») est la mission nouvelle des agences de développement bien plus désormais que d’aller prospecter des entreprises aux États-Unis ou au Japon comme cela se pratiquait naguère.

La mondialisation, paradoxalement, peut aussi contribuer au réveil économique des territoires parce que le consommateur inondé de produits bon marché, mais indistincts, est en quête de marques distinctes. L’Aveyron, à cet égard, est bien doté avec les couteaux de Laguiole, les gants de Millau, les fromages de Roquefort, l’Abbatiale de Conques et le futur Musée Pierre Soulages à Rodez ( Soulages est aussi l’auteur des vitraux de Conques). Laguiole et Millau, qui avaient sombré dans l’oubli, sont de nouveau en effervescence, grâce à une diversification vers le haut de gamme de leurs productions traditionnelles.

L’histoire de notre pays a parsemé toutes les régions de « marques » célèbres et parfois endormies, et de Ratier potentiels. Les temps sont propices à leur réveil mieux que des discours généralistes sur l’aménagement du territoire. Bien entendu, autoroutes, TGV, aéroports et fibre optique qui relient tout canton de France au marché mondial, ne nuisent pas.

—-
Sur le web