Comitini, Italie : 960 habitants, une poignée de routes mais 9 agents de la circulation

Les dépenses de l’Etat italien ont augmentées de 32,8% en 10 ans, notamment a cause du marchandage économico-électoral entre élus et fonctionnaires

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comitini, Italie : 960 habitants, une poignée de routes mais 9 agents de la circulation

Publié le 16 septembre 2011
- A +

Le New York Times publie un article sur les causes de la crise des finances publiques italiennes, l’anecdote suivante en incipit :

Village de Comitini en Italie — Avec seulement 960 habitants et une poignée de routes, ce petit village perché dans les zones arides des collines du sud de la Sicile ne semble pas avoir de problèmes de circulation majeurs. Mais cela ne l’empêche pas d’avoir un agent de la circulation à plein temps – et huit auxiliaires.

Les auxiliaires, qui gagnent 800 euros par mois pour une durée de travail de 20 heures par semaine sont le résultat, avec les 64 employés de la petite commune, d’un système de vote-contre-emploi omniprésent dans la vie politique italienne à tous les les niveaux.

« Les emplois comme ceux-ci ont gardé cette ville vivante », déclare Catherine Valenti, 41 ans, auxiliaire de circulation bien engoncée dans son uniforme bleu alors qu’elle est assise avec deux collègues à boire du café dans le bar de la ville sur leur temps de travail. « Vous voyez, nous sommes au bistro, c’est notre façon de soutenir l’économie. »

Le reste de l’article explore les raisons de la détérioration des comptes publics italiens, en insistant sur le marchandage entre élus et fonctionnaires, les premiers promettant des faveurs et de nouveaux emplois aux seconds en échange de leurs voix aux élections.

On y apprend notamment que sous le gouvernement du premier ministre Silvio Berlusconi, les dépenses de l’Etat italien sont passées de 753 milliards d’euros en 2000 à plus de 1 000 milliards d’euros en 2010, soit une augmentation de 32,8% du poids économique de l’Etat en dix ans. On est très, très loin du libéralisme économique.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le débat à gauche sur « le droit à la paresse » nous rappelle que pour une partie de la clientèle de la gauche radicale, le parasitisme est une valeur positive. Le communiste Fabien Roussel a suscité les réactions indignées de certains de ses alliés quand il a défendu la « valeur travail », grande oubliée ces dernières décennies par les formations de la gauche de la gauche.

Il y en a qui demandent le droit à la #paresse et d 'autres qui bossent pour nourrir les autres https://t.co/HaZOIwnPN2

— Dominique Luhe... Poursuivre la lecture

Par Alessandro Mazzola. 

 

Giorgia Meloni, 45 ans, leader du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, se prépare à présider le 68e gouvernement italien depuis la Seconde Guerre mondiale, qui sera le gouvernement le plus à droite depuis Benito Mussolini.

La coalition dans laquelle sa formation tient le premier rôle a en effet obtenu près de 44 % des suffrages (plus de 26 % pour Fratelli d’Italia, 9 % pour la Lega de Matteo Salvini et 8 % pour Forza Italia de Silvio Berlusconi) aux législatives tenues ce 25 septembre.... Poursuivre la lecture

La victoire écrasante de l’union des droites en Italie ce dimanche inquiète autant qu’elle réjouit. La percée de la droite radicale incarnée par Giorgia Meloni suit de près celle des démocrates de Suède (SD) survenue deux semaines auparavant. En France, la gauche hurle au (post)fascisme et l’extrême droite reprend espoir, y voyant une victoire par procuration. Le centre technocratique accuse le coup également mais dissimule mal son malaise.

La semaine dernière, madame Meloni a bénéficié d’un soutien particulièrement inattendu (et invol... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles