La taxe bonbon

Les idées brillantes n’ont pas de frontières.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Coca Cola (CC, Svadilfari)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La taxe bonbon

Publié le 5 septembre 2011
- A +

Il n’y a pas qu’en France que les politiciens se tournent vers les sucreries et les boissons pour assouvir leur besoin de nouvelles taxes. Au Canada également, des projets similaires à ceux de François Fillon sont dans les cartons. David Descôteaux livre son analyse de la mesure.

De Montréal, Québec.

Coca Cola (CC, Svadilfari)

La nouvelle s’est faufilée sans bruit la semaine dernière. La « Coalition poids » veut que Jean Charest impose une taxe de un cent (ou plus) par litre de boisson gazeuse. Parce que les Coke et Red Bull de ce monde font engraisser nos enfants.

Touche pas à ma slush !

La proposition vise deux buts : décourager les jeunes de boire des boissons sucrées, et amasser de l’argent pour l’État. Afin que celui-ci finance « l’amélioration des repas scolaires ».

Voilà de nobles intentions. Et c’est vrai que des taxes ciblées peuvent parfois modifier nos comportements. Du moins en théorie. Dans la réalité, c’est souvent autre chose. Quand vous achetez un paquet de cigarettes 9 dollars, vous payez environ 5 dollars de taxes. Et devinez quoi ? Vous l’achetez quand même.

Vous pensez qu’une taxe de quelques sous va décourager un adolescent d’aller siphonner sa slush jaune-orange « poussin écrasé »?

Au lieu de taxer les boissons sucrées, pourquoi ne pas baisser le prix du lait ? Ça aiderait les familles à faible revenu. Les politiciens ont-ils trop peur du lobby agricole ?

Gouvernemaman

Cette mesure enverrait le message suivant : « vous êtes incapables de vous occuper de votre corps, alors l’État et ses bureaucrates vont s’en charger ». Mais si on décide de confier notre santé à gouvernemaman, ça s’arrête où ?

Une surtaxe sur la poutine, les filets mignons ? Sur le pot de beurre d’arachides ? Un crédit d’impôt si vous mangez du Tofu ?

Il me semble que l’embonpoint se guérit en jouant dehors, en bougeant. Pas en buvant du jus de carotte devant la télé. Tant qu’à faire, pourquoi ne pas taxer Facebook et les PlayStation ?

On avance l’argument que les obèses nous coûtent cher. Mais sur la liste des suspects pour notre coûteux système de santé, la Root Beer doit arriver au centième rang. Loin derrière le vieillissement de la population, le coût des médicaments et les chicanes corporatives de médecins, infirmières et syndicats. Des études ont même montré que les victimes d’embonpoint et de tabagisme, puisqu’elles meurent plus jeunes, coûtent parfois moins cher en soins de santé ! Et en pensions de vieillesse.

Gros porc

Les gens de la coalition Poids ont sûrement les meilleures intentions du monde. Mais savent-ils que les gens sont écœurés de payer des taxes ?

Nous payons 14 % de taxes sur notre canette de coke. Personne ne va arrêter d’en boire à cause de 2 ou 3 cents de plus. Dans le fond, le gouvernement viendrait seulement siphonner une nouvelle taxe, en se couvrant de bonnes intentions. Au lieu de prendre ses responsabilités et de gérer son budget de façon responsable.

Car ne mélangeons pas les rôles. C’est lui le flanc-mou, sa chambre en désordre, qui mange comme un porc. Et c’est lui, avec son embonpoint, qui va nous coûter de plus en plus cher. Quand les infarctus budgétaires vont se succéder. Ne le gavons pas davantage. Au contraire. Sur le tapis roulant, et que ça presse !

L’État veut augmenter les cours d’éducation physique ? Améliorer la qualité des repas à l’école ? J’appuie à 100 %. Mais qu’il trouve des fonds à même ses dépenses déjà existantes. Bref, qu’il donne l’exemple !

Car si une « taxe bonbon » déresponsabiliserait les Québécois, elle déresponsabiliserait aussi, encore un peu plus, notre gouvernement.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • il ne faut pas taxer et laisser la liberté aux gens de faire ce qu’ils veulent de leur corps :
    – bouffer des chips, des charcuteries, du beurre et se taper un infarctus .. c’est leur choix.
    – boire des sodas sucrées, bonbons et devenir diabète … c’est leur choix
    – boire de l’acool à n’en plus finir et se taper un cancer de l’oesophage … c’est leur choix
    – fumer et se taper un bon petit cancer des poumons … c’est leur choix
    – manger des viandes rouges , peu de légumes et se taper un cancer de l’estomac … c’est leur choix…
    etc etc

    Par contre, la collectivité n’a pas à supporter les frais de santé liés aux comportements irresponsables. Liberté oui. mais responsabilisation quant aux conséquences …

    Le système de bonus / malus – tout comme dans les assurances – fait parler de lui de plus en plus dans le mileu médical.

    C’est réalisable pour toute une série de pathologies où aucun doute n’existe quant aux causes (une simple prise de sang décèle dèja beaucoup – ne parlons parlons des signes extérieurs sur la peau ou la corpulence)

  • « Par contre, la collectivité n’a pas à supporter les frais de santé liés aux comportements irresponsables. Liberté oui. mais responsabilisation quant aux conséquences … »

    La collectivité n’a pas à s’arroger le droit de s’immiscer dans la vie privée des gens, quelque soit la raison.

    Si le gouvernement veux taxer, qu’il taxe toute la population et non seulement une partie de la population.

    Le système de santé Québécois est un système de santé universel. Qu’il demeure universel, c’est-à-dire, sans distinction à l’égard de l’état de santé des gens et de leurs habitudes de vie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
coca-cola
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Aubrun. Un article de The Conversation

« Raconter une histoire c’est donner des repères, des bornes, avec suffisamment de force pour que l’imagination recrée les intervalles entre eux, avec infiniment plus de réalité que les mots, le dessin, ni même le film, n’en offriront jamais. Et cette histoire-là fonctionnait. D’un dessin à l’autre, il y avait tout un chapitre. »

C’est ainsi que Ted Benoit, dessinateur et scénariste de bande dessinée, décrit l’histoire de Santa dans les publicités Coca-Cola. Les images du Père ... Poursuivre la lecture

Par François Lévêque Un article de The Conversation

[caption id="attachment_245076" align="aligncenter" width="640"] Pepsi crédits Geoffrey Fairchild (CC BY 2.0)[/caption]

La consommation d’eau sucrée au goût de cola recule. Aux États-Unis, celle du Coca-Cola vient de passer juste sous la barre des 100 litres par habitant et par an. Ce qui fait encore pas mal. Les ventes de Pepsi-Cola ne se portent pas mieux. Les consommateurs des pays développés se détournent progressivement des sodas et la lutte contre l’obésité figure désorma... Poursuivre la lecture

Par le Parisien libéral

[caption id="attachment_203523" align="aligncenter" width="559"] Kim Kardashian - Crédits Elithabeth Hilton (CC BY-SA 2.0)[/caption]

 

Vous la reconnaissez ? Pour celles et ceux qui vivent sur Mars, voici Kim Kardashian, une star de la téléréalité, aux États-Unis, donc ailleurs également. Elle n'a rien fait de spécial mais c'est une vraie leader d'opinion. Quand le président Hollande et les quelques trois cents députés socialistes français doivent arriver, tous ensemble, péniblement, à cinq ou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles