Quand Paul Krugman souhaite un tremblement de terre plus fort

Émoi sur internet : Krugman a encore dit une énormité

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand Paul Krugman souhaite un tremblement de terre plus fort

Publié le 25 août 2011
- A +

À la suite d’une phrase parue sur un compte Google Plus dont l’auteur se faisait passer pour Paul Krugman, la blogosphère s’est déchaînée sur l’économiste.

Par Juan Ramón Rallo, depuis Madrid, Espagne

Paul Krugman aurait souhaité un tremblement de terre plus fort
Compte GooglePlus

Krugman a été titillé par la blogosphère de droite, celle-ci a relayé une fausse déclaration dans laquelle il regrettait que le tremblement de terre de mardi dernier à Washington D. C. n’eût pas été plus puissant, afin de stimuler les dépenses et relancer l’économie. Voici ce que disait le faux Krugman :

« Les gens sur twitter peuvent bien en rire, mais là je parle sérieusement, on aurait vu une forte augmentation des dépenses et donc de la croissance économique si le séisme avait fait plus de dégâts.»

Peu après, le vrai Krugman apparut et nia que cette phrase fut la sienne, il ajouta:

« Apparemment certaines personnes ne peuvent pas trouver suffisamment d’éléments dans mes écrits pour m’attaquer, de sorte qu’ils m’inventent des propos.»

Le prix Nobel a tout faux. Le pire dans ses propos absurdes n’est pas qu’il ne les ait jamais dit, mais ce qui était clairement une tentative de le ridiculiser est né d’un raisonnement typique qui le caractérise, il a dû lui-même s’en démarquer. Après tout, ce n’est pas la première fois qu’un économiste keynésien – Keynes le premier – fait l’éloge des effets stimulants d’un séisme destructeur, ni la première fois que Krugman délire à ce point.

Faisons marcher notre mémoire un instant:

« Pour lutter contre la récession, la Fed doit répondre avec force, nous avons besoin d’augmenter les dépenses des ménages pour compenser la stagnation au niveau des investissements des entreprises. Et pour ce faire, Alan Greenspan, doit créer une bulle dans l’immobilier afin de remplacer celle du Nasdaq .»
(2 août 2002)

« Le fait est que, en général, les guerres permettent une expansion de l’économie, du moins à court terme. Rappelez-vous, la Seconde Guerre mondiale permit de mettre fin à la Grande Dépression. Les 10 milliards de dollars dépensés chaque mois en Irak sont destinés principalement à acheter des biens et services produits aux États-Unis, ce qui signifie que la guerre soutient la demande.»
(29 janvier, 2008)

« Si nous découvrions que des extra-terrestres avaient prévu de nous attaquer et que nous ayons besoin de produire massivement des armes pour nous défendre, nous pourrions cesser de nous inquiéter pour l’inflation et les déficits, de sorte que cette crise prendrait fin en 18 mois. Et si nous découvrions que nous avions tort, qu’il n’y avait pas d’extra-terrestres là-haut, ce serait encore mieux … »
(14 août 2011)

Ou enfin, pour ne pas trop s’éloigner du thème sur l’influence économique des tremblements de terre:

« Et oui, j’entends par là que la catastrophe nucléaire [au Japon] pourrait finalement avoir des effets positifs sur l’économie, peut-être pas pour les Japonais, mais pour l’économie mondiale oui.»
(15 Mars 2011)

Franchement, s’il n’a réellement pas tenu ces propos, il aurait très bien pu les dire. Ceci dit, regardons bien les raisons invoquées par le prix Nobel pour répudier cette phrase lancée sur google+:

« Les catastrophes naturelles aux États-Unis ne permettent pas une augmentation massive des dépenses publiques, il suffit de regarder l’ouragan Katrina, il a eu très peu d’influence sur les budgets.»

Pour Krugman, le problème avec les tremblements de terre n’est pas tant dans le fait stupide de penser que détruire de la richesse équivaut à la créer, sinon dans le fait que les politiciens américains seraient trop austères… même après une catastrophe naturelle. S’ils n’étaient pas aussi austères, alors oui: plus un séisme de grande magnitude serait dévastateur et plus un État dépenserait pour réparer les destructions, mieux ce serait.

Ceci étant, pas besoin d’inventer quoi que ce soit pour détruire la réputation de Krugman, du keynésianisme et de son alter-économie. Il y arrive tout seul tous les jours.

—-
Article publié par Libre Mercado. Traduit de l’espagnol.

Autres articles sur Contrepoints :
Paul Krugman devrait arrêter la politique
Paul Krugman continue de divaguer

Lire aussi :
Le sophisme de la vitre brisée
La vitre cassée japonaise

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Si Krugman n’existait pas, il faudrait l’inventer pour montrer la nocivité du keynésianisme

  • Je pense que Gandalf avait dit une chose pareil à propos de Gollum 😀

  • « Les 10 milliards de dollars dépensés chaque mois en Irak sont destinés principalement à acheter des biens et services produits aux États-Unis, ce qui signifie que la guerre soutient la demande. »

    Alors que c’est une des raisons principales pour laquelle les USA sont au bord de la faillite ???[*]

    Il est c*n ou il est c*n ?

    [*]Notez que si Bush n’avait pas dilapidé cet argent, Obama aurait probablement dépensé 2x plus, ne laissant donc moins de doute sur l’inefficacité de sa politique (car oui, il y a encore trop de gens qui pensent que si ses plans de relance sont sans effet, c’est parce qu’il n’a pas dépensé assez et les voies de l’état sont impénétrables pour pouvoir critiquer le fait qu’on ne résout pas un problème de dettes en dépensant plus. Après « la liberté, c’est l’esclavage », « s’endetter, c’est s’enrichir »)

  • « Les 10 milliards de dollars dépensés chaque mois en Irak sont destinés principalement à acheter des biens et services produits aux États-Unis, ce qui signifie que la guerre soutient la demande. »

    Donc pour résoudre le problème des fameux 15.000M, il suffirait de se lancer dans une grande épopée de conquête militaire du monde entier façon gengis khan.

    Am I Right, Mr Nobel Prize ?

  • Au contraire, Gandalf dit qu’il ne faut pas tuer Gollum pour esperer en tirer un bien, et que « Je crois que Gollum a encore un role a jouer dans cette histoire ». Gandalf a beau ne pas exister, il est quand meme pus malin que Krugman (pas tres dur en meme temps)…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Donald Trump est de retour sur Twitter. Pas encore, mais presque. Elon Musk a en effet annoncé qu’il rétablirait le compte de l’ancien président Américain une fois l’OPA terminée, en ajoutant que le bannissement de Donald Trump était, selon ses propres mots : stupide, stupide et moralement condamnable.

Aussitôt, la planète libérale-quand-ça-m-arrange a hurlé au sacrilège et au loup en dénonçant un risque de perte de pluralisme et de dérive idéologique qui déboucherait sur la privation des libertés, dont la sacro-sainte liberté d’expres... Poursuivre la lecture

Par Matt Hampton. Un article de la Foundation for Economic Education

 

Depuis des années, certaines personnes qui s'opposent à la censure sur les médias sociaux affirment que c'est à l'État d'y mettre fin. D'autres ont fait valoir que le marché libre est une meilleure solution que l'État, malgré le problème posé par des entreprises qui déforment le discours public.

La semaine dernière, l'achat de Twitter par le PDG de Tesla, Elon Musk, est l'exemple parfait pour illustrer que des acteurs privés peuvent apporter des c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles