Pour la fin des subventions à la presse en ligne

Sans titre

Par cette vidéo, nous entendons dénoncer le renoncement à l’indépendance de ceux qui acceptent ainsi de manger dans la main du pouvoir

Contrepoints est fier de n’accepter aucune subvention et de ne fonctionner que grâce à la générosité de ses lecteurs.

Tous les médias en ligne n’ont pas cette ligne de conduite et nombreux sont ceux qui acceptent les aides publiques et sont dans une situation de dépendance vis-à-vis du pouvoir. Certains même ne se contentent pas d’accepter les subventions, mais vont jusqu’à les quémander auprès du pouvoir politique au nom de « l’équité », comme Pierre Haski pour Rue89.

Sur trois ans, ce sont 60 millions € de l’argent des contribuables qu’une poignée de sites se répartissent au titre du fonds d’aide au développement des services de presse en ligne (fonds SPEL). Pour les pure players, non liés à un titre de presse classique, les subventions sont de :

  • 249 000 € pour Rue89 (Pierre Haski)
  • 200 000 € pour Mediapart (Edwy Plenel)
  • 199 000 € pour Slate (Jean-Marie Colombani)

Par cette vidéo, nous entendons dénoncer cette situation choquante, dénoncer le renoncement à l’indépendance de ceux qui acceptent ainsi de manger dans la main du pouvoir et rappeler que l’indépendance véritable passe par le refus de toute aide publique.

La liberté de la presse ne s’achète pas.

Si vous êtes en accord avec ce message, diffusez le!

Les passages de cette vidéo sont extraits de La Ligne jaune, une émission organisée par Arrêt sur Images, le site de Daniel Schneidermann, qui n’accepte pas, lui non plus, de subventions publiques. Arrêts sur Images n’a aucun autre lien avec la vidéo mise en ligne par Contrepoints.