Relèvement du plafond de la dette, une victoire à la Pyrrhus pour les républicains

Si les Républicains ont réussi à imposer leurs exigences, le coût politique pourrait bien se révéler exorbitant pour le camp conservateur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Républicains

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Relèvement du plafond de la dette, une victoire à la Pyrrhus pour les républicains

Publié le 8 août 2011
- A +

Après des semaines de bataille acharnée au congrès, les États-Unis ont finalement entériné le relèvement du plafond de la dette américaine, le 2 août dernier. Si les Républicains ont réussi à imposer leurs exigences, le coût politique de cette victoire pourrait bien se révéler exorbitant pour le camp conservateur.

Un article du Bulletin d’Amérique

C’est fait. Le plafond de la dette américaine a été relevé dans la douleur, le 2 août 2011, douze heures à peine avant la date butoir du défaut de paiement. Une décision qui met fin à un mois de bras de fer politique entre Républicains et Démocrates. La vie politique des États-Unis portera longtemps les stigmates de cette confrontation, qui a confirmé le clivage entre deux visions, deux pratiques du rêve américain. D’un côté le camp démocrate, dominé par Barack Obama, favorable à une intervention de plus en plus forte de l’État fédéral dans la société au nom d’un universalisme social. De l’autre, le camp conservateur, qui subordonne l’action de l’État central à la primauté des droits des individus au nom du principe de subsidiarité. Ou en d’autres termes : Léviathan contre Société civile.

Au sortir d’un mois de tensions politiques exacerbées, il semblerait évident que les républicains aient remporté une nette victoire. « Il s’agit d’une avancée positive en direction d’une maîtrise des dépenses fédérale, mais ce n’est qu’une étape. Nous devons réserver les célébrations pour le jour où un amendement budgétaire sera ratifié, le déficit stabilisé et l’économie à nouveau créatrice d’emploi », a déclaré John Boehner (Rep. Ohio), le Président de la chambre des représentants. Mis sous pression par le mouvement Tea Party sur leur flanc droit, ils ont réussi à imposer leur principale revendication : pas de hausse d’impôts pour financer la réduction du déficit américain. Le texte de loi voté prévoit une réduction des dépenses de 2.400 milliards de dollars sur dix ans, assorti d’un relèvement du plafond de la dette de 2.100 milliards de dollars. La limite d’endettement s’élève désormais à 16.300 milliards.

De son côté, Barack Obama sort fortement affaibli de ce conflit. Au sein même de son parti, nombre d’élus démocrates ruminent déjà les concessions, jugées « exorbitantes », accordées au camp conservateur. Michael Lerner, l’un des leaders intellectuels progressistes en vue, n’a pas hésité à déclarer que « Obama est responsable du foutoir politique dans lequel il se débat ». Pourtant, cette défaite infligée à la gauche américaine a tout d’une victoire à la Pyrrhus pour les Républicains.

Lire la suite sur le Bulletin d’Amérique

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux. Un article de l'Iref-Europe

L’élection présidentielle américaine de 2020 a mobilisé un nombre considérable d’électeurs. Joe Biden et Donald Trump ont tous les deux battu des records en nombre de voix. En 2008, Barack Obama avait atteint 69,5 millions de voix et en 2016, Donald Trump en avait eu 63 millions.

Les deux candidats de 2020 dépassent chacun largement les 70 millions (on ne connaît pas encore le nombre exact, des vérifications étant en cours). On peut donc avancer que cette élection a mobilisé des... Poursuivre la lecture

Par Michel Kelly-Gagnon et Alexandre Massaux[1. Respectivement PDG et chercheur associé à l’Institut économique de Montréal (iedm.org).] Un article de l'Institut économique de Montréal

La présidence Trump ne sera pas passée inaperçue et n’aura laissé personne indifférent. On a entendu beaucoup de choses sur Donald Trump : adoré de manière fanatique par une partie de la population et détesté à un degré obsessionnel par une autre partie.

De plus, pour certains, Trump a été un symbole de l’illibéralisme alors que pour d’autres son ... Poursuivre la lecture

président Trump
0
Sauvegarder cet article

Par Philippe Lacoude.

Plus de 15 jours après les élections américaines, les résultats se précisent.

La fin des illusions démocrates

Du côté des législatives, les républicains ont d’ores et déjà gagné 50 des 100 sièges du Sénat et attendent le deuxième tour en Géorgie qui leur sera peut-être favorable (ici et là) leur permettant de finir avec une majorité de 52 contre 48 pour les démocrates.

Même s’ils perdaient ces deux sièges – des sénateurs sortants Perdue et Loeffler – les règles de fonctionnement du Sénat ne pourraien... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles