Les investisseurs se détournent de l’Italie, de l’Espagne ou de la France

Taux records pour la dette publique de l’Espagne, l’Italie ou la France

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bourse actions (Crédits SimonQ錫濛譙, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les investisseurs se détournent de l’Italie, de l’Espagne ou de la France

Publié le 3 août 2011
- A +

Bourse actions (Crédits SimonQ錫濛譙, licence Creative Commons)La situation continue à se détériorer pour l’Italie et l’Espagne, les deux pays dans l’œil du cyclone avec la crise de la dette publique. Les taux des obligations des deux États ont atteint hier de nouveaux plus hauts depuis la mise en place de l’Euro. Les rendements à dix ans pour l’Espagne ont largement dépassé les 6,3%, tandis que l’Italie s’approchait des 6,2%. L’écart avec le taux des obligations allemandes, réputées pour leur sûreté, s’est envolé à plus de 2,4%, là encore un nouveau record. Les CDS, qui mesurent le risque de faillite d’un pays, ont également explosé : +30 points de base à 420 pour l’Espagne, plus 34 pour l’Italie à 367.

Ces évolutions manifestent la défiance croissante des investisseurs envers les États espagnols et italiens, dont la capacité à rembourser leurs dettes énormes est jugée de plus en plus affaiblie. Les investisseurs s’interrogent également, dans l’hypothèse d’un sauvetage nécessaire de ces deux pays, sur la capacité des autres pays européens à les aider. Le premier ministre espagnol a décalé ses vacances pour tenter d’apporter des réponses aux inquiétudes de plus en plus prégnantes des marchés.

Les États-Unis ont également déçu, les coûteux plans de relance de l’administration Obama n’ayant eu aucun impact sur une croissance revue franchement à la baisse, à 0,4% en rythme annuel pour le premier trimestre 2011. En outre, le relèvement du plafond de la dette, signé à l’arrachée, ne garantit en rien que le déficit public du pays sera enfin comblé.

À l’inverse, les investisseurs se sont réfugiés sur les valeurs considérées comme refuge: obligations allemandes (Bund), or, qui a atteint un nouveau record hier. Valeurs refuge dont la dette française ne fait pas partie apparemment : les CDS sur la dette publique de l’État ont cru à des niveaux historiques hier, ce qui signifie que le risque de faillite anticipé par les marchés n’a jamais été aussi élevé.

Sur 5 jours, le CAC40 a perdu près de 6% et le Dow Jones plus de 3,5%.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Bonjour je souhaite savoir où je peux obtenir l’information sur le cout des CDS afin de suivre son évolution au jour le jour ?

  • Le chômage est élevé en Espagne, pourquoi ne mettent ils pas en place les 35 heures à la française.
    Je reverrais de pouvoir poser la question à Zapaterro.

  • la dernière fois que la France à fait défaut , c’était sous le directoire, banqueroute des deux tiers ou tiers consolidé !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Luca Tomini.

La « coalition de centre droit » dominée aujourd’hui par le parti d’extrême droite Frères d’Italie, associé à la Lega (de Matteo Salvini) et Forza Italia (de Silvio Berlusconi), a remporté les législatives qui viennent de se tenir en Italie. Giorgia Meloni, la leader des Frères, premier parti de cette coalition, deviendra vraisemblablement dans quelques semaines la première femme à la tête d’un gouvernement italien.

Les formations de gauche, qui se sont présentées aux élections divisées, ont été vaincues. Et mai... Poursuivre la lecture

Par Augustin Neyrand. Un article de l'IREF Europe

« Outil des riches », le marché boursier vénézuélien a toujours été tourné en dérision par l’ancien président Hugo Chavez.

En réaction, les investisseurs internationaux s’en détournèrent d’autant que la monnaie perdait quasiment toute valeur durant les années de récession, la contraction de l’économie atteignant près de 80 % sur la période 2013 à 2020. Aujourd’hui, son successeur, Nicolas Maduro tente de relancer l’économie en tournant la page de l’ère Chavez.

Le présiden... Poursuivre la lecture

Inflation, guerre, restrictions, politique monétaire… Ça y est ! On peut l’affirmer, les nuages noirs se sont réellement accumulés sur les marchés financiers. Les marchés d’actions baissent entre 20 % et 30 % depuis le début de l’année. Une fois n’est pas coutume, les marchés de taux n’ont été d’aucun secours, l’or non plus (-8 %). De là à dire, à la manière des Anglo-saxons, que « Cash is king » il y a un pas que nous pourrions être tentés de franchir.

Tentés seulement parce que parce que nous estimons, d’une part, qu’à moins d’être u... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles