Les investisseurs se détournent de l’Italie, de l’Espagne ou de la France

Bourse actions (Crédits SimonQ錫濛譙, licence Creative Commons)

Taux records pour la dette publique de l’Espagne, l’Italie ou la France

Bourse actions (Crédits SimonQ錫濛譙, licence Creative Commons)La situation continue à se détériorer pour l’Italie et l’Espagne, les deux pays dans l’œil du cyclone avec la crise de la dette publique. Les taux des obligations des deux États ont atteint hier de nouveaux plus hauts depuis la mise en place de l’Euro. Les rendements à dix ans pour l’Espagne ont largement dépassé les 6,3%, tandis que l’Italie s’approchait des 6,2%. L’écart avec le taux des obligations allemandes, réputées pour leur sûreté, s’est envolé à plus de 2,4%, là encore un nouveau record. Les CDS, qui mesurent le risque de faillite d’un pays, ont également explosé : +30 points de base à 420 pour l’Espagne, plus 34 pour l’Italie à 367.

Ces évolutions manifestent la défiance croissante des investisseurs envers les États espagnols et italiens, dont la capacité à rembourser leurs dettes énormes est jugée de plus en plus affaiblie. Les investisseurs s’interrogent également, dans l’hypothèse d’un sauvetage nécessaire de ces deux pays, sur la capacité des autres pays européens à les aider. Le premier ministre espagnol a décalé ses vacances pour tenter d’apporter des réponses aux inquiétudes de plus en plus prégnantes des marchés.

Les États-Unis ont également déçu, les coûteux plans de relance de l’administration Obama n’ayant eu aucun impact sur une croissance revue franchement à la baisse, à 0,4% en rythme annuel pour le premier trimestre 2011. En outre, le relèvement du plafond de la dette, signé à l’arrachée, ne garantit en rien que le déficit public du pays sera enfin comblé.

À l’inverse, les investisseurs se sont réfugiés sur les valeurs considérées comme refuge: obligations allemandes (Bund), or, qui a atteint un nouveau record hier. Valeurs refuge dont la dette française ne fait pas partie apparemment : les CDS sur la dette publique de l’État ont cru à des niveaux historiques hier, ce qui signifie que le risque de faillite anticipé par les marchés n’a jamais été aussi élevé.

Sur 5 jours, le CAC40 a perdu près de 6% et le Dow Jones plus de 3,5%.