Google+ contre Facebook : qui gagnera la bataille ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
GoogleFacebook

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Google+ contre Facebook : qui gagnera la bataille ?

Publié le 19 juillet 2011
- A +

La bataille a commencé. Celle de Google+ contre Facebook. Et les gens choisissent déjà leur camp. Plutôt que de prendre parti pour l’un ou l’autre, ce qui, à cette étape précoce du processus serait de toute façon ridicule, quelques mots doivent être dits sur ce que cette rivalité naissante nous enseigne de la concurrence plus généralement.

Google semble avoir lancé un défi légitime à la domination de Facebook sur le marché des réseaux sociaux. Les anti-Facebook prédisent déjà sa disparition une fois que les gens réaliseront la très nette supériorité de Google+. Les pro-Facebook soutiennent que cela prendra trop de temps pour que suffisamment de personnes s’inscrivent à Google+ et le rendre ainsi assez dense, ou que les protections de confidentialité de Google ne sont pas si performantes, ou que le logiciel connaît trop de bugs, ou une foule d’autres raisons. Les partisans de Google+ sont convaincus que ce dernier va « tuer » Facebook, alors que les partisans de Facebook soulignent à l’envi les échecs passés des innovations de Google, tels que Google Wave.

Toutes ces chamailleries passent en réalité à côté de l’essentiel, qui est que quelle que soit l’issue de cette compétition, nous serons tous gagnants grâce aux conséquences inattendues bénéfiques de la concurrence. La concurrence, comme le Prix Nobel d’économie Friedrich Hayek l’avait fait valoir jadis, est un processus de découverte à travers lequel les entreprises apprennent ce que leurs clients veulent et les clients apprennent quelles sortes de produits et de fonctionnalités servent aux mieux leurs besoins.

Une partie de ce qui a conduit Google à créer un concurrent était la conviction que Facebook ne proposait pas certaines fonctionnalités, ou que celles-ci étaient mal conçues, et que les fournir de manière compétente pourrait attirer le public. La plus évidente de ces fonctionnalités sont les « cercles » de Google+, qui donnent aux utilisateurs un contrôle plus facile et plus précis sur quels amis voient ou ne voient pas les éléments particuliers que les premiers souhaitent partager. Facebook ne permet pas aux utilisateurs d’envoyer de messages directs aux sous-groupes d’amis, et Google estime qu’assez d’utilisateurs trouvent cela suffisamment frustrant pour passer à un réseau qui offre cette fonctionnalité. Ce n’est qu’un exemple.

L’innovation de Google va produire l’un des quatre résultats suivants :

1) tant de gens pensent que les « cercles » sont cruciaux qu’ils passent à Google+, laissant Facebook devenir le prochain MySpace, expédié à l’arrière-plan de l’Internet,

2) la plupart des gens trouvent que les « cercles » ou d’autres innovations ne constituent pas une valeur ajoutée suffisante, et Google+ devient le prochain Google Wave et disparaît lentement,

3) Facebook prend conscience de la valeur ajoutée par les « cercles » et introduit quelque chose de similaire (notons le partenariat de Facebook avec Skype, qui constitue une attaque préemptive contre les capacités de chat vidéo de Google +),

4) certaines personnes préfèrent les « cercles » et d’autres préfèrent Facebook et les deux coexistent comme les Coca Cola et Pepsi du 21ème siècle.

Le point important est que peu importe ce qui se dégage des résultats, la plupart des gens ont ce qu’ils veulent.

La « beauté » de la concurrence, c’est qu’elle nous permet de trouver ce que les gens veulent. Les dirigeants de Google ne sont pas certains que les utilisateurs préfèrent les « cercles », bien qu’ils soient assez confiants pour lancer le logiciel. La seule façon avec laquelle ils sauront à coup sûr est le test du marché : les différences avec Facebook seront-elles suffisamment attractives pour que les gens rejoignent Google+ ? Il est également intéressant de noter que ce n’est pas un choix exclusif : simplement parce que vous pensez que Google+ est mieux ne signifie pas que vous avez à renoncer à Facebook. Il est possible qu’ils se révèlent être des compléments et non des substituts. Certaines personnes boivent du Coke et du Pepsi.

La grande leçon ici est l’importance de la liberté d’entrée. Ayant capté le marché en grande partie pour lui-même depuis si longtemps, Facebook aurait très bien pu devenir insensible aux besoins des utilisateurs. La capacité de Google de créer un concurrent significatif est ce qui va forcer Facebook à innover, même si Google+ échoue dans le long terme. C’est pourquoi nous devons nous méfier des plaintes au sujet d’entreprises qui seraient « trop grandes ». Si une entreprise comme Google ne pouvait pas tirer parti de sa taille et de sa position unique sur le marché pour se poser en concurrent efficace à Apple sur le marché des smartphones ou Facebook sur celui des réseaux sociaux, nous perdrions cet élément fondamental qu’est la menace concurrentielle et qui fait que les concurrents ne cessent d’innover.

L’ironie est que fragmenter une grande entreprise pour éviter un monopole peut permettre des monopoles ailleurs : justement par la suppression de cette entreprise qui pourrait être un concurrent potentiel. Alors que la bataille du nouveau siècle se déroulera dans les mois à venir, nous devrions tous célébrer le fait que la libre entrée et la libre concurrence existent et que nous allons ainsi tous apprendre ce que les gens souhaitent des réseaux sociaux. Car c’est une bataille qui sera gagnée par… nous tous.

—-
Cet article a paru initialement en anglais sur www.thefreemanonline.org. Traduction www.UnMondeLibre.org.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Je pense que google+ sera un flop, il n’y a pas d’innovation suffisante.

    On pourrait avoir une vue inversée à celle de l’auteur. Comment expliquer qu’il y est un tel phénomène de concentration dans la nouvelle économie? Microsoft, google, facebook… Tous américains également à croire que non seulement le marché tend systématiquement à un monopole et que l’entrée en soit réservée aux pays riches… Enfin aux usa.

    Pourquoi les usa? Certainement parce qu’ils ont des poles de R&D centralisés plus performant que la somme de nos petits centres nationaux européens. Peut être aussi que le pentagone accorde de,nombreux fonds pour des projets de r&d.

    Je reconnais les bienfaits de la concurrence mais force est de constater que sur les marchés des nouvelles technologies l’europe est à la traine et a peut être besoin d’une politique commune.

    Enfin j’ai lu que israel déposait plus de brevet que l’EU. Cela pose la question de ma culture cible. Par la je veux dire que l’idée qui perce sur le marché acquiert rapidement le monopole par le jeu des rendements croissant. Cependant lIdée qui perce n’est forcément la meilleure mais celle qui plait au plus grand nombre, à la culture dominante ici les usa. Cela pause un vrai problème du role des marché et de la soit disante libre concurrence sur la diversité culturelle.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Walter Lippmann fut un journaliste américain à la fois engagé dans les affaires internationales et dans les débats d'idées. Il mit en avant l'impossibilité d'une authentique démocratie dans une société contemporaine dans ses livres Public Opinion et The Phantom Public.

Si il fut un observateur lucide de la politique nationale comme des affaires mondiales, il fut aussi le promoteur réfléchi de solutions aux problèmes de régime. Il a ainsi été l'initiateur d'un libéralisme humaniste qu'il a promu dans son livre The Good Society. La profo... Poursuivre la lecture

Aujourd'hui je vais vous raconter l'intéressante histoire du Dr Malone.

Peut-être n'en avez-vous pas entendu parler mais pourtant, le Dr Robert Wallace Malone est une vraie référence qu'il est bon de connaître puisque, comme l'indique sa fiche wikipédia, il s'agit d'un biologiste moléculaire, épidémiologiste et spécialiste des maladies infectieuses qui a notamment découvert que l'ARN messager pouvait pénétrer dans les cellules humaines et comment, ce qui a notamment abouti aux procédés actuellement mis en place pour la lutte contre la ... Poursuivre la lecture

Cet article est disponible en podcast ici.

Ce 10 décembre, une faille de sécurité baptisée log4shell et touchant la brique logiciel log4j a été découverte. Dès lors, des millions de serveurs, y compris ceux d’Apple, Google, Amazon ou Tesla devenaient piratables.

Cette faille montre comment, sans même commettre d’erreur en programmation, une faille critique peut apparaître. Elle montre aussi l’énorme château de cartes que représente chaque application informatique.

Log4shell : une faille ne reposant sur aucune erreur ... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles