L’enseignement n’a pas de prix mais il a un coût, surtout dans le public

L’éducation de nos enfants relève d’abord des parents.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’enseignement n’a pas de prix mais il a un coût, surtout dans le public

Publié le 4 juillet 2011
- A +

Communiqué du Parti Libéral Démocrate

En complément à notre article sur l’étude de l’iFRAP, nous vous proposons ce communiqué du Parti Libéral Démocrate sur l’éducation. Même s’il est issu d’un parti politique, il nous semble bien illustrer la position libérale sur un certain nombre de points.

L’école publique coûte 55 % plus cher au contribuable que l’école privée pour chaque élève : 5.470€ contre 3.500€. L’enseignement privé offre donc non seulement une vraie liberté éducative aux parents, mais aussi un rapport qualité/prix imbattable. Nous proposons « d’investir dans l’avenir » tout en réalisant des économies budgétaires, en alignant le mode de fonctionnement du secteur public sur le secteur privé, objectivement plus performant. Le budget consacré par l’État à l’enseignement sera le même pour chaque élève, partout en France, indépendamment de la catégorie d’établissement, privé ou public : ainsi, toutes les familles auront un vrai choix, et les établissements les moins performants seront incités à s’améliorer.

Une étude de l’Ifrap s’appuie sur des statistiques du ministère de l’Éducation nationale pour montrer qu’un élève du premier degré dans le privé coûte au total entre 3.900 et 4.200 € par an, dont 400 à 700 euros apportés par les parents, contre un coût total de 5.470 € pour les écoles publiques (30% à 40% de plus). Malgré ce coût de fonctionnement pharaonique du secteur public, les enquêtes successives PISA, réalisées par l’OCDE, confirment non seulement le déclin de notre système éducatif, mais aussi le poids déterminant de l’origine socioprofessionnelle des parents dans la réussite scolaire, contrairement aux autres pays. Ce n’est pas un hasard si les enfants de notre classe politique vont essentiellement dans les écoles privées quand il ne s’agit pas des établissements publics très élitistes comme Louis le Grand.

Le « mammouth» échappe totalement au contrôle des parents d’élèves, comme à celui des élus comme l’expérience nous l’a prouvé plusieurs fois. C’est une lourde bureaucratie centralisée qui permet à une poignée de syndicalistes d’organiser la promotion de leur idéologie aux dépens de l’intérêt de nos enfants, mais aussi des enseignants : démotivation, hiérarchie autiste et conditions de travail dégradées en font la profession où l’on se suicide le plus en France (avec un taux de 39 pour 100 000). Cette gestion planifiée digne de l’Union Soviétique doit laisser la place à une totale autonomie des établissements scolaires, accompagnée de la liberté de créer de nouveaux établissements pour favoriser la liberté de choix des parents.

De tout temps et partout dans le monde, la société civile a démontré sa capacité à créer elle-même des structures d’enseignement dont nos enfants ont besoin pour assurer leur avenir au travers d’écoles privées ou associatives. La Suède, qui a mis en place le système de « chèque éducation » que nous proposons, ne s’y est pas trompée. Nous croyons nous aussi que l’éducation de nos enfants relève d’abord des parents.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les résultats des petits Français aux classements internationaux sont en chute libre : selon l’étude TIMSS[1. Trends in international mathematics and science study] de 2019, seuls 20 % des élèves de CM1 atteignent un niveau élevé en mathématiques et en sciences contre une moyenne de 40 % dans l’Union européenne. Le classement PISA[2. Programme international pour le suivi des acquis des élèves] 2019 nous place en 23e position parmi 79 pays de l’OCDE. Ce classement évalue les élèves en lecture, en mathématiques et en français : les scores des é... Poursuivre la lecture

Pap Ndiaye en a fait la promesse : il y aurait un prof dans chaque classe à la rentrée. Mais chacun sait que le jour J les classes sans enseignant seront nombreuses. Pire, elles risquent de se peupler d'enseignants "au rabais", paumés, parachutés là en dernière minute sans en avoir ni le niveau ni la préparation, tels des figurants de « Village Potemkine ».

Le drame est qu’une école sans enseignants n’est plus une école. C’est une garderie.

 

Comment en sommes-nous arrivés là ?

De quoi la crise des vocations enseigna... Poursuivre la lecture

Rite républicain auquel plus personne ne croit, le bac continue d’occuper les marronniers de début juillet. Le score de réussite frôle les 100%, sans que les vrais problèmes de l’éducation ne soit abordés.

Depuis la réforme du lycée de Jean-Michel Blanquer, le bac ne s’est jamais déroulé dans des conditions normales. Cette année encore, certaines épreuves intermédiaires ont été reportées. Le grand oral a pourtant eu lieu, durant lequel l’élève récite cinq minutes durant un texte qu’il a eu plusieurs mois pour préparer. Les scores de ré... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles