La Grèce va travailler dur !

On apprenait hier que la « Troïka » prévoit de débloquer en urgence une nouvelle tranche d’aide pour la Grèce

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Grèce va travailler dur !

Publié le 4 juin 2011
- A +

La Grèce une nouvelle fois sauvée de la faillite? Vive la méthode Coué!

Un article de Philippulus.

On apprenait hier que la « Troïka » – un bien joli nom pour désigner le front commun des bailleurs de fonds de la Grèce, c’est-à-dire la BCE, le FMI et l’UE, ou en d’autres termes ceux qui ont tout à perdre à un défaut de paiement franc et définitif de la Grèce sur sa dette – prévoit de débloquer en urgence une nouvelle tranche d’aide.

"Organisez-vous et luttez pour un renversement. Grève générale"

La Grèce est donc sauvée de la faillite ! Ce ne sera somme toute que la deuxième fois, puisqu’en mai 2010 un montant de 110 Mrds d’euros était déjà débloqué dans des conditions similaires (c’est-à-dire dans l’urgence) par les mêmes bailleurs de fonds aux abois.

Ces deux situations sont en tous points comparables, puisqu’à l’époque déjà, et encore cette fois-ci, le prêt est soumis à des exigences draconiennes de réduction du déficit, ce qui fait dire au Premier Ministre grec Geroges Papandréou que :

« La Grèce continuera à travailler dur, et la Grèce est déterminée à totalement honorer ses obligations. »

Ce qui est amusant, c’est que l’année dernière déjà, des exigences identiques étaient imposées à la Grèce, sous forme d’augmentations de taxes, d’une réforme de l’impôt et de la baisse des dépenses publiques (dont salaires et retraites), mais il semblerait qu’elles n’aient pas suffit.

Travailler dur pour gagner moins, tel est en substance le message du Premier Ministre, qui ne semble pas avoir l’oreille de toute la population, dont une partie s’affiche ouvertement contre les mesures d’austérités. Pieds de nez aux autorités grecques et comble de l’absurdité, c’est précisemment sur la façade du ministère des finances qu’a été déroulée une banderole sur laquelle est inscrite :

« Organisez-vous pour lutter pour un renversement. Grève générale. »

Sans nul doute ce nouveau plan d’urgence est-il appelé à être couronné de succès, puisqu’une nouvelle fois la Grèce est sauvée. Ce ne sera jamais que la troisième réunion de crise (si je compte bien) après février 2010 , mai 2010, et dernière en date juin 2011, à l’issue de laquelle le président de l’Eurogroupe(*) déclare la main sur le coeur que :

« Sur cette base, il est évident qu’il n’y aura pas de sortie de la Grèce de la zone euro, qu’il n’y aura pas de défaut. La Grèce va remplir pleinement ses obligations. »

On le croit sur parole, qui a parlé de méthode Coué ?

—-

(*) Autorité non élue disposant de tous les pouvoirs pour dilapider anticonstitutionnellement les deniers publics sans avoir à rendre de comptes à personne.

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • merci à tous les gentils travailleurs acceptant de se faire prélever d’avantage d’impôt pour un pays tragiquement semblable à la France. Mais bon on poura toujours compter sur les syndicats pour faire de même lorsque notre pays sera en bansueroute.
    Patience…

  • Pourquoi travailler quand on peut faire payer les générations futures ?

  • Mouais, enfin c’est évident qu’ils ne vont pas se sortir de la merde en claquant des doigts. Le nombre de réunions n’est absolument pas une information pertinente.

    De fait, les Grecs sont globalement conscients de leur situation et qu’il faut faire des efforts (et donc non, ça n’a rien à voir avec une France emplie de gens pour lesquels tout est la faute du libéralisme ou du Grand Capital), et même ne croient plus guère en la démocratie mais préféreraient une technocratie (majoritairement – référence évidemment à la Troika).

    Pendant ce temps, heureusement, les efforts continuent, mais ils partent de trèèèès loin. C’est particulièrement visible quand on voit qu’ils viennent de libéralisrer plus de 150 profesions, parmi lesquelles, je cite:
    « modélistes, écoles d’art dramatique et de danse, écoles privées, boutiques de change, antiquaires, agents d’assurance, experts miniers, croque-morts, centre de diagnostic, plongeur, caméraman, taxis, compagnies de sécurité, électriciens, taxis maritimes, coiffeurs, guides touristiques, agents immobiliers, réalisateurs de film, techniciens d’ascenseur, laboratoires pharmaceutiques, techniciens du cinéma et de la télévision, centres sportifs, agences de location de voitures, psychologues, bouchers, économistes, vendeurs, etc, etc… »

    Oui, auparavant, pour être coiffeur en Grèce, il fallait passer par l’Etat… 🙂

  • « Le soutient de l’allemagne au nouveau plan d’aide à la Grèce ne doit pas être considéré comme acquis../.. Nous n’allons pas signer un chèque en blanc. »

    Déclaration de Horst Seehofer, le chef du CSU, l’un des partie de la coalition au pouvoir en Allemagne dans une interview publiée ce Dimanche dans le magazine Bild Am Sontag (http://www.bild.de).

  • La Grèce pourrait avoir besoin d’un plan d’aide pouvant dépasser les 100 milliards d’euro, plus que prévu auparavant, selon le magazine Der Spiegel du Samedi 4 Juin.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hourra, nous n’allons plus payer la redevance télé !

Génial : 138 euros de plus par an, cela va considérablement augmenter le pouvoir d’achat des Français en cette période d’inflation. À titre de comparaison, l’effet de l’inflation sur un salaire médian en France, c’est 1323 euros de pertes annuelles (un mois de SMIC), mais ce calcul ne frappe que le salaire, aucunement les pertes de valeur de l’épargne et des liquidités.

Mais cessons de nous plaindre ! Enfin un pas qui va dans le bon sens : la diminution de la pression fiscale ... Poursuivre la lecture

Au Forum financier international qui vient de se tenir à Paris, le gouverneur de la Banque de France a confirmé l’intention des banques centrales de créer un euro numérique. En même temps, dans un article récent, Le Figaro se demande : « Euro numérique : à quoi servira la nouvelle monnaie européenne ? » Excellente question, à laquelle j’ai bien peur que la réponse soit « à rien ».

Dans nos pays développés, nous disposons d’une vaste gamme de moyens de paiement : outre les chèques et les espèces, une multitude de cartes de crédit et plu... Poursuivre la lecture

Le 20 mai dernier, Élisabeth Borne nommait son premier gouvernement. Le second gouvernement Borne, nommé dans la foulée des résultats des élections législatives de mi-juin, s’est révélé n’être en fait qu’un remaniement, sanctionnant les ministres défaits, en difficultés politiques ou nommés à d’autres fonctions. Aussi, les décrets d’attribution des ministères pris le 1er juin 2022 et 8 juin 2022 restent-ils en vigueur. Car les décrets d’attribution des ministres en disent plus sur la politique qui va être menée par le président de la Républiq... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles