Le romantisme antinucléaire

Les centrales nucléaires sont au total, moins dangereuses que l’energie géothermique

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Stop Nucléaire

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le romantisme antinucléaire

Publié le 1 juin 2011
- A +

Le renoncement allemand à l’énergie nucléaire, à terme, n’est pas rationnel. Les centrales nucléaires sont au total, moins dangereuse que l’energie géothermique : de la mine de charbon au consommateur final, quel risque et combien de morts ? Et dans la durée, les centrales nucléaires sont plus rentables. La notion d’énergie alternative est vague, utopique et parfois malhonnête : le coût réel des éoliennes est dissimulé, il n’est jamais tenu compte des investissements en amont ni de leur entretien complexe. L’avenir énergétique appartient plus probablement au gaz de schistes, abondant en Europe et aux États-Unis (mais la méthode d’exploitation est aux mains d’entreprises américaines, Bechtel en particulier) plutôt qu’au solaire et au vent. Du vent.

La résolution allemande est donc pour partie évidemment politique (le poids électoral des Verts et plus encore de l’idéologie Verte) et surtout culturel.

Il existe une culture allemande, die Kultur, ancrée dans la Nature, die Natur, tandis que l’Europe méditerranéenne est plus humaniste : une Allemagne païenne contre une Europe chrétienne. Du paganisme saxon (à qui nous devons l’arbre de Noël), au romantisme germanique et à la passion contemporaine pour les arbres, la continuité est indéniable même si elle ne résume pas à elle seule une certaine « âme » allemande. Cette culture de longue durée est sans nul doute, la toile de fonds de l’hostilité envers l’énergie nucléaire perçue comme un viol de la Nature.

S’ y ajoute une raison historique profonde : le pacifisme allemand en réaction contre l’aventurisme nazi. Ce qui est bien expliqué par Daniel Cohn-Bendit : lui n’est pas hostile au nucléaire pour des motifs écologiques ou naturels ou culturels mais parce que les centrales nucléaires sont toujours des installations quasi militaires, ceintes de barbelés et de gardes, l’expression aussi d’un pouvoir d’État fort. Le nucléaire est développé là ou les États sont forts : Japon, France, Suède, États Unis, Chine, Russie… Cohn Bendit n’aurait pas d’objections majeures contre des petites centrales rustiques mais il n’en existe pas (les Japonais en avaient toutefois le projet). Paradoxe : la protection quasi militaire des centrales nucléaires est en partie nécessaire contre les agressions des écologistes eux-mêmes.

Parce que le nucléaire n’est jamais tout à fait civil et parce qu’il semble rompre avec une Nature éternelle et immuable, le nucléaire n’est pas allemand ou pas ressenti comme tel par la plupart des Allemands. Tels sont, je crois, les raisons profondes quasi psychanalytiques de son rejet, évidemment déguisées derrière un discours d’apparence logique, en fait irrationnel. Mais la logique ne fonde pas l’âme des peuples ni la gestion des foules.

Articlerepris du blog de l’auteur, avec son aimable autorisation

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’Élysée a proposé Emmanuelle Wargon jeudi pour présider la Commission de régulation de l’énergie. Cette ex-ministre au Logement et ex-secrétaire d’État à l’écologie sous le premier mandat de Macron se retrouverait à un poste clé des instances chargées du fonctionnement des marchés du gaz et de l’électricité. Et ceci dans une période de crise énergétique.

Très honorée de la confiance du Président de la République pour présider la CRE, sous réserve des auditions parlementaires. La souveraineté énergétique, la protec... Poursuivre la lecture

Selon Le Point, un « conseiller » gouvernemental avouerait que, en application d’une directive Européenne de 2018, la France risque une forte amende de 500 millions d’euros pour ne pas avoir suffisamment développé les énergies renouvelables (EnR), notamment éoliennes et photovoltaïques.

 

La France a 40 ans d’avance

La France a 40 ans d’avance dans le domaine de la transition énergétique, notamment dans la production d’électricité décarbonée grâce au nucléaire.

Mais peu importe qu'elle soit l’un des pays européens qu... Poursuivre la lecture

Suite aux trois décisions importantes prises ces derniers jours (voir ci-dessous), l’idéologie écologiste reviendrait-elle à une conception plus réaliste de la défense de l'environnement, et les dirigeants européens commenceraient-ils à comprendre que la radicalité écologique est une catastrophe ?

 

Trois décisions importantes récentes Le Centre industriel de stockage géologique des déchets nucléaires (CIGEO) est enfin déclaré d'utilité publique. Le Parlement européen valide le label vert pour le gaz et le nucléaire afin de f... Poursuivre la lecture
Voir plus d'articles