Que Mladic soit jugé en Bosnie

Sans débat aucun, et sans grande réflexion, nous nous jetons la tête la première dans une juridiction universelle

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
220px-Milosevic-karadzic-mladic-wanted-poster

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que Mladic soit jugé en Bosnie

Publié le 28 mai 2011
- A +

Par Daniel Hannan, d’Oxford, Royaume-Uni

Que la Serbie soit disposée à extrader Mladic à la Haye, entend-on jusqu’à plus soif, est la preuve de la bonne santé démocratique de ce pays, et va accélérer son admission dans l’UE. Comme l’a dit Nicolas Sarkozy, « c’est un pas en direction de l’intégration de la Serbie dans l’Union Européenne ».

En fait, si on y réfléchit un instant, c’est le contraire qui devrait être vrai. La Serbie aura prouvé son aptitude quand un homme comme Mladic pourra s’attendre à être jugé à Belgrade. La triste vérité est qu’il a peu de chances d’être effectivement jugé par le tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie.

Qu’est-ce qui me fait dire ça ? Eh bien, regardons le cas le plus célèbre qu’il a eu à traiter, le procès de Slobodan Milosevic. Comme l’a dit le grand Theodore Dalrymple, « Le tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie à la Haye était à peine plus qu’un tribunal populaire, quoique sans les avantages de ce genre d’établissements juridiques, à savoir la rapidité et un coût économique. » Ouep. Le TPI a mâchouillé, à son rythme tranquille, un budget de $200 millions par an, pendant que Slobo se l’est coulée douce pendant 5 ans en prison, et il n’était toujours pas arrivé à un verdict que le juge et l’accusé étaient tous deux déjà morts.

En chemin, comme l’a montré John Laughland dans sa magistrale étude du procès, le TPI avait violé tous les préceptes légaux, en acceptant le ouï-dire comme preuve, en se contredisant lui-même, en changeant ses règles de procédures 22 fois et, quand le vieux monstre s’est révélé particulièrement éloquent dans sa défense, en prenant la mesure extraordinaire de lui imposer un avocat.

Pendant plus de trois siècles, le monde a opéré suivant le principe pragmatique et clairement compris, que les crimes sont la responsabilité des États sur les territoires desquels ils sont commis, dans le cas présent, la Bosnie-Herzégovine. Et maintenant, sans débat aucun, et sans grande réflexion, nous nous jetons la tête la première dans une juridiction universelle, dont la police est faite par une caste d’activistes fervents des droits de l’homme, qui ne se sont jamais donné la peine d’obtenir un mandat démocratique pour leur programme.

Mais Mladic était un porc complet, me direz-vous. Peut-être bien. Ceci dit, les hommes mauvais – surtout les hommes mauvais – méritent la justice. Quand ils n’y ont pas droit, c’est nous autres qui en sommes diminués.

—-

Sur le web.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Mladic jugé en Serbie, est-ce une plaisanterie?

    • Vous êtes donc bien d’accord avec D. Hannan, que cette extradition ne prouve en rien l’aptitude des institutions Serbes à être au niveau attendu pour rejoindre l’UE. Son autre point est que le TPI est bien, lui aussi, une plaisanterie, cf. le déroulement du procès Milosevic.

    • les crimes des khmers rouges sont bien jugés dans le pays où ils ont été commis. So what ?

  • En Bosnie Mladic n’encourrait « que » 40 ans de prison à régime sévère la plus lourde peine dans les ex-républiques Yougoslaves ! Devant le « T.P.I » la prison à vie avec 25 ans incompressible …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Alexandre Massaux.

L’ancien président de la République Nicolas Sarkozy est condamné à un an de prison ferme pour l’affaire Bygmalion. Il est le seul concerné par cette décision de justice qui risque d’impacter le parti LR. La multiplication des affaires judiciaires et des condamnations des ténors des LR (comme François Fillon) ont eu un rôle certain dans l’affaiblissement du parti.

Il est normal que les politiques ne soient pas au-dessus de la loi. Toutefois, plusieurs exemples étrangers montrent que les conséquences des aff... Poursuivre la lecture

Par Claude Robert.

Le rebondissement de plusieurs affaires multiplie les soupçons à l’encontre du Parquet National Financier. Le PNF serait-il une officine au service du pouvoir, aux antipodes même des exigences d’un État de droit ? Analyse.

Pourquoi un PNF ?

Selon le site web du PNF on apprend :

« Le procureur de la République financier (PRF) a été créé par la loi du 6 décembre 2013 relative à la lutte contre la fraude fiscale et la grande délinquance économique et financière […] Sa compétence est nationale et limitée à ... Poursuivre la lecture

Sarkozy
0
Sauvegarder cet article

Par Jean-Baptiste Noé.

En 2007, Nicolas Sarkozy a été élu sur des promesses de sécurité, de défense du travail et de salubrité économique. Il a ainsi réussi à coaguler les voix des droites autour de sa personne et à siphonner les voix du Front national. N’ayant pas tenu ses promesses, non seulement son électorat s’est détourné de lui, mais il a surtout profondément abîmé et détruit l’image de la droite, qui après le désastreux mandat de Jacques Chirac a une nouvelle fois montré qu’elle n’appliquait pas au pouvoir les bonnes idées qu’el... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles