Après le printemps arabe, l’été européen ?

La fin de l’Euro, cette machine à fabriquer de la croissance étatique, se profile

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après le printemps arabe, l’été européen ?

Publié le 27 mai 2011
- A +

Nous venons d’avoir, dans les pays arabes, une série de révoltes et de révolutions qui ont amené a des changements politiques que la plupart des experts considéraient il y a encore quelques mois comme inenvisageables.

À l’origine de ces bouleversements, une réalité toute simple : les pays en question étaient gérés en dépit du bon sens, au profit exclusif d’une caste de profiteurs toujours très proches du pouvoir, les élections étaient une farce, les jeunes malgré des études parfois fort longues ne trouvaient aucun travail, l’économie était écrasée par le poids des fonctionnaires (45 % en Égypte par exemple), le niveau de vie s’écroulait avec le prix des matières premières qui s’envolait, l’endettement tant intérieur qu’extérieur ne faisait que monter, non pas pour payer des dépenses d’investissements mais pour régler les dépenses de fonctionnements…

Bref, pour tous ceux qui ont vingt ans aujourd’hui dans ces pays-là, le futur apparaissait quelque peu bouché, et la solution était de se retrouver dans la rue pour organiser un énorme monôme et demander le départ des dirigeants incompétents.

Ici ou là, ils y réussirent et il reste bien sûr à espérer que les nouveaux dirigeants ne vont pas être pires que ceux qui viennent d’être chassés du pouvoir, ce que le futur nous dira.

Place à l’Europe de l’Euroland.

Qu’y voyons-nous ?

A Madrid, à Athènes, à Lisbonne, des foules gigantesques défilent dans les rues pour manifester contre la baisse de leur niveau de vie. En Espagne, le taux de chômage des moins de trente ans dépasse 40 %. En Irlande, en Espagne, en Grèce, les jeunes s’exilent et de ce fait les populations baissent. L’endettement des États atteint des niveaux cataclysmiques et trois pays européens sont en faillite déclarée, le FMI ou l’Allemagne leur dictant la politique économique qu’ils doivent suivre. Ils ont donc perdu toute Souveraineté.

Nous voyons des systèmes bancaires à la dérive dans ces mêmes pays, mais aussi dans d’autres qui essaient de faire croire qu’ils sont à l’abri. Si l’Allemagne a accumulé mille milliards d’Euro d’excédents commerciaux en suivant depuis dix ans une politique stupidement mercantiliste, eh bien cela veut dire que les banques allemandes ont mille milliards de papiers émis par les Grecs, les Irlandais, les Espagnols, les Français ou les Italiens dans leurs bilans. Qui préfériez-vous être ? Le Grec qui a la Mercedes ou la banque qui détient la promesse de payer du Grec ? Le système bancaire Allemand a 450 billions de fonds propres pour 10000 milliards de prêts bancaires, soit un coefficient de réserves de 4,5% alors que le minimum d’après Bale 2 devrait être de 8 %. Et ainsi de suite…

Nous voyons une banque centrale européenne en quasi faillite puisque son bilan est chargé de papiers qui ne valent pas grand-chose : Un exemple entre mille : la BCE détient 70 milliards d’obligations grecques achetées à l’émission (c’est-à-dire à 100) et qui valent au mieux 50, ce qui se traduit par une perte de 35 Milliards d’Euro alors que son capital n’est que de 10 milliards.

Nous voyons les déficits extérieurs de la France se creuser régulièrement sous l’effet de la perte de compétitivité que subit notre pays tant pour des raisons internes qu’externes.

Nous voyons l’Italie n’avoir aucune croissance depuis plus de 10 ans.

A l’origine de tous ces désastres, un élément et un seul : ce monstre financier qu’est l’Euro, dernière grande construction technocratique du XXe siècle finissant, après le communisme, le fascisme, le nazisme, le programme commun… ultime manifestation de ce que Hayek appelait la « présomption fatale », c’est-à-dire l’idée qu’une idée qui a germé dans la tète d’un technocrate et qui n’a aucun rapport avec la réalité pourrait marcher.

Mais ce que je trouve de plus atterrant, c’est la réaction de la classe politique ou financière dans son ensemble. On a l’impression que tout ce petit monde est un peu comme un lapin pris dans des lumières des phares de voitures. Ils ont bâti un système qui ne peut pas marcher, ce que chacun peut voir, et dont on ne peut pas sortir, ce que chacun commence à déplorer, et ils se sentent faits comme des rats, tout politicien, banquiers central, ministres des finances qu’ils soient. L’Euro qui était censée amener à la convergence des économies, à la résorption des déficits budgétaires, à une harmonie européenne parfaite nous a amené exactement aux résultats inverses de ceux qui étaient annoncés par ses thuriféraires. Et pour comble d’embarras, ce sont eux, les responsables du désastre qui doivent le régler… et ça, ça me fait plutôt sourire.

Dans un livre paru en 2003, Des lions menés par des ânes, j’avais expliqué pourquoi l’Euro allait échouer, et j’avais décrit les mécanismes qui allaient amener à son échec. Je tiens à assurer le lecteur que je ne tire aucune satisfaction de ce que mes analyses se soient révélées convenables tant les souffrances créées par ce désastre ont été immenses et vont continuer à l’être pendant encore quelques temps

Mais par contre, je suis très satisfait de voir que cette imbécillité économique va disparaitre tant elle était une machine à fabriquer de la croissance étatique — c’est-a-dire de la stagnation économique — et à favoriser les mauvais investissements.

Dans un système de prix libres, les investissements se font en fonction de la rentabilité marginale du capital investi. Dans le monde de l’Euro, comme l’idée de base était que la productivité en Allemagne était la même qu’en Grèce, ce qui n’était pas vrai dans les secteurs concurrentiels, ils se faisaient dans les secteurs concurrentiels en Allemagne et dans l’immobilier en Espagne. Comme je l’avais écrit à l’époque, tout cela va nous amener à trop de maisons en Espagne, trop d’usines en Allemagne et trop de fonctionnaires en France…

La fin de l’Euro qui se profile est donc extraordinairement une bonne nouvelle. Chaque fois qu’une institution dont le but annoncé est de réduire ma Liberté disparaît, je me réjouis et j’achète des actions.

Je prends donc un pari : si l’Euro venait à disparaitre, ce qui paraît de plus en plus probable, les marchés des actions baisseraient pendant 15 jours et monteraient pendant 15 ans, ce qui n’aurait rien d’étonnant puisque les actions sous-performent les obligations depuis la création de l’Euro.

Un point pour conclure : je refuse depuis des années d’acheter des valeurs financières européennes et tout ce qui de prés ou de loin dépend des États en Europe, car nous arrivons à la fin non seulement de l’Euro mais de ce que j’ai appelé le social clientélisme. Aujourd’hui les banques sont devenues des machines à financer les déficits budgétaires et donc je n’y touche pas.

Et si quelqu’un a du cash, il peut le garder en obligations courtes allemandes ou suédoises, ou en dollars US s’il partage ma conviction que là-bas aussi le social clientélisme touche à sa fin

Une chose est sûre : quand le mur de Berlin est tombé, je me suis réjoui. Vivement que ce nouveau mur tombe également.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Le problème principal c’est que si l’euro tombe, le franc ne vaudra quasiment rien.
    Lorsque la bulle de la dette publique éclatera, alors il n’y aura presque aucune banque qui pourra survivre, ce sera le chaos.
    Alors oui à l’équilibre budgétaire, mais essayons d’y aller en douceur si possible, histoire que le remède ne soit pas pire que le mal

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le dollar poursuit son ascension inexorable face aux principales devises : depuis le début de l’année, il a augmenté de 20 % contre la livre, 16 % contre l’euro, 26 % contre le yen, 12 % contre le yuan et même contre le franc suisse depuis la décision de la Réserve Fédérale américaine de remonter les taux d’intérêt initiée en mars dernier.

Rien n’est moins mystérieux que cette appréciation continue de la devise américaine. À tous ceux qui l’avaient oublié, l’hégémonie du dollar est la conséquence de la domination de son marché financie... Poursuivre la lecture

Le gouvernement allemand a demandé aux exploitants le maintien en réserve jusqu’au 15 avril 2023 de deux centrales nucléaires dont la fermeture était prévue au 31 décembre 2022 afin de fournir, si nécessaire, de l’électricité au cours de l’hiver à venir.

« La tâche consiste à assurer la sécurité de l’approvisionnement » a déclaré le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Est-ce la dernière cigarette du condamné, ou le mégot qui permettra de rallumer le foyer du nucléaire allemand ?

&n... Poursuivre la lecture

Par Alessandro Mazzola. 

 

Giorgia Meloni, 45 ans, leader du parti d’extrême droite Fratelli d’Italia, se prépare à présider le 68e gouvernement italien depuis la Seconde Guerre mondiale, qui sera le gouvernement le plus à droite depuis Benito Mussolini.

La coalition dans laquelle sa formation tient le premier rôle a en effet obtenu près de 44 % des suffrages (plus de 26 % pour Fratelli d’Italia, 9 % pour la Lega de Matteo Salvini et 8 % pour Forza Italia de Silvio Berlusconi) aux législatives tenues ce 25 septembre.... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles