La sortie de la Grèce de l’euro évoquée

« Désormais sur la table ! » a déclaré la représentante de la Grèce à la commission

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La sortie de la Grèce de l’euro évoquée

Publié le 26 mai 2011
- A +

Euro Drachme

La représentante de la Grèce à la commission européenne, Maria Damanaki, commissaire européen aux affaires maritimes et à la Pêche, a fait des commentaires intéressants au sujet de la crise grecque aujourd’hui. En fait, elle est apparue comme le premier officiel grec ou européen à admettre ouvertement que la participation de la Grèce à l’euro est mise en doute — et ce, malgré le fait qu’elle est sous pression pour rester dans la ligne de déni total, dictée par l’UE et le gouvernement grec. Elle a déclaré :

« Le scénario d’une sortie de la Grèce de l’euro est désormais sur la table, comme l’est sa mise en application. Je me vois obligée de parler de façon ouverte. Nous avons une responsabilité historique de regarder clairement ce dilemme en face : soit nous nous mettons d’accord avec nos bailleurs de fonds sur un programme de durs sacrifices qui donnera des résultats, prenant ainsi la responsabilité de nos actions passées, soit nous retournons à la drachme. Tout le reste est secondaire étant données les conditions actuelles. »

Des propos assez forts pour un officiel de l’UE, je suis sûr que vous en conviendrez.

Des représentants de la Grèce et de l’UE se sont précipités pour dissiper les rumeurs, comme toujours, suggérant que seul le premier ministre, George Papandreou, peut parler au nom de la Grèce.

Et sur un tout autre sujet

Les discussions multipartites en Grèce ont échoué à livrer un consensus sur de nouvelles mesures d’austérité, ce qui fait monter les évocations d’un éventuel référendum sur la question, ou même d’une élection anticipée. De toute évidence, il n’y a pas que Mme Damanaki qui pose la question de savoir si Papandreou est le seul qui devrait avoir le droit de parler au nom de son pays.

Nous n’y pouvons rien, le gouvernement est resté le bec dans l’eau ces deux dernières semaines.

—-

Sur le web.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Ca négocie ferme, sur le mode « retenez-moi ou je fais un malheur » !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

« La Commission européenne envisage un nouvel emprunt pour reconstruire l'Ukraine, dévastée par bientôt trois mois de guerre. » indique TF1 info qui précise « une éventuelle levée de fonds suscite toutefois des réticences dans les pays du nord de l'Union. »

Après 750 milliards d'euros de dette commune émise pour le plan européen de relance post-covid, Bruxelles se sent pousser des ailes et propose maintenant d’aider à la reconstruction de l’Ukraine.

Signalons à tout hasard à Bruxelles que l’Ukraine est encore en démolition, aucu... Poursuivre la lecture

À cause de l'inertie de la Banque centrale, sur un an, l'euro a chuté de 14 % par rapport au dollar.

Mais pas d’inquiétude, explique un article chez Bloomberg. Cela touche toutes les monnaies, pas seulement la nôtre.

La livre sterling est aussi en baisse de plus de 10 %, et le yen, la pire des grandes devises, a chuté de près de 15 % sur un an, par rapport au dollar.

L’auteur, Marcus Ashworth, précise que « c’est un problème collectif. Et la résolution du problème sera collective également… »

Par ailleurs, Capital ... Poursuivre la lecture

inflation danger
6
Sauvegarder cet article

Voilà : maintenant qu'Emmanuel Macron est triomphalement réélu grâce à sa grande popularité (voire sa plasticité), la plupart des problèmes se sont envolés et tout va mieux. En fait, ça va plus que bien, ça va même du feu de dieu et on peut déjà le constater dans les chiffres qui paraissent - commodément - après cette phase électorale un tantinet fébrile.

Ainsi, selon une première estimation publiée ce vendredi par l'Insee, la France affiche une insolente croissance nulle (oui, 0 %) bien inférieure à ses précédentes prévisions (déjà pa... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles