Comment créer votre propre WikiLeaks

Trouver son créneau, créer une équipe, trouver des partenaires et éviter l’auto-promotion

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
son propre wikileaks

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Comment créer votre propre WikiLeaks

Publié le 6 mai 2011
- A +

Êtes-vous inspiré par le succès de WikiLeaks ?

Pourquoi ne pas rendre publics  certains documents circulant sur les serveurs de l’État, de ses collaborateurs, des entreprises de droit privé contrôlées par l’État, des associations, média et syndicats subventionnés, des entreprises parasites qui vivent de contrats étatiques ?

Le magazine Wired publie dans son numéro de juin un article intitulé How to start your own WikiLeaks où Daniel Domscheit-Berg, l’ancien porte-parole de WikiLeaks et fondateur d’OpenLeaks donne certains conseils pour créer ce type de site Internet. Voici une synthèse des points principaux :

Trouvez votre niche

Il faut être non-partisan. L’important est que l’information soit diffusée, indépendamment de sa couleur politique. Domscheit-Berg cite GreenLeaks et BrusselsLeaks comme exemples de sites qui ont trouvé leur niche et recommande de commencer au niveau local, en sensibilisant les personnes membres de votre communauté à la corruption qui y règne et au comportement immoral du pouvoir prédateur.

Recrutez votre équipe

Un site de dénonciation des exactions faites par les représentants du pouvoir ne se monte pas sous WordPress. Vous avez besoin de techniciens qui comprennent les technologies modernes de cryptage et comment camoufler là où vous stockez physiquement vos informations. Vous avez aussi besoin de nettoyer les documents à publier des traces que laissent vos sources. Personne ne doit pouvoir identifier votre source d’information en analysant le document. Si vous êtes incapable de protéger vos sources, personne ne voudra vous envoyer de documents. Vous devez également avoir une bonne connaissance du journalisme et de la loi.

Établissez des partenariats

Difficile de se faire entendre du grand public sans établir de partenariat avec des media grand public. Envisagez de créer un partenariat avec le plus grand nombre possible de media existants – petits et grands -, des ONG, des éditeurs afin de vous assurer que l’information soit effectivement diffusée.

Pas d’auto-promotion

Comme c’est le cas avec Julien Assange, la personnalité et les choix de vie d’un porte-parole peuvent prendre le dessus sur l’information diffusée. Au lieu de cela, fournissez un outil – votre site – et, s’il est pertinent, les autres se chargeront de le promouvoir pour vous. Restez transparents et compréhensibles sur vos objectifs, la façon dont vous travaillez et la manière dont vous êtes financés.

Si cet article vous a intéressé, vous serez sans doute intéressés par un autre article listant 198 méthodes d’action non violente.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

D’abord, rappelons-nous. Onze ans après les révélations WikiLeaks, Julian Assange finit par être interpellé à l’ambassade d’Équateur à Londres. Il est immédiatement livré à la justice britannique et placé en détention provisoire. Les États-Unis réclament alors son extradition.

Le lanceur d’alerte avait de sérieux espoirs d’y échapper pour trois raisons :

Un état de santé préoccupant, La liberté d’expression et le droit à l’information dont son alerte est le symbole, Et la jurisprudence Snowden.

 

Ce n’est en effet ... Poursuivre la lecture

Par Pierre Farge.

Un témoin clé contre Julian Assange admet avoir menti en échange de l’immunité américaine. Un élément central de l’accusation américaine s’effondre. Pierre Farge, avocat, auteur de l’ouvrage Le Lanceur d’alerte n’est pas un délateur, rappelle un procès politique où les États-Unis sont prêts à tout pour condamner l’auteur des Wikileaks, y compris piétiner le droit à pieds joints.

--

En France, la subornation de témoin est punie conformément à l’article 434-15 du Code pénal, disposant ainsi que :

Le... Poursuivre la lecture

Par Pierre Farge.

Saisie par les autorités américaines, la justice britannique a refusé la demande d’extradition de Julian Assange, le lanceur d’alerte des Wikileaks. Si ce refus semble heureux à l’opinion, il ne permet pas pour autant sa libération. Pierre Farge, avocat de lanceurs d’alerte, témoigne ici comment, en réalité, la situation s’aggrave. 

Début janvier 2021, onze ans après les premières révélations dites Wikileaks, un énième chapitre s’écrit pour Julian Assange, le lanceur d’alerte détenu dans une prison londonienne ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles