Prends l’oseille et tire-toi

100 personnes à la rue pour que GDF-Suez puissent toucher £100 millions de subventions CO2

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Prends l’oseille et tire-toi

Publié le 27 avril 2011
- A +

Il y a quelques jours, nous écrivions au sujet de la centrale électique de Teeside, propriété d’International Power [et donc désormais de GDF-Suez, NdT], qui est partiellement mise à l’arrêt, réduisant sa capacité de 1.875 MW à un piteux 45 MW, depuis le 1er avril. Mais l’idée que cette entreprise ferme le gros de ses opérations, pour ensuite acheter de l’électricité nucléaire en provenance de France, nous semblait plus qu’un peu bizarre.

Ca va sans dire, nous aurions dû deviner qu’il y avait un autre plan caché là-dessous. Tout comme l’aciérie Corus qui exploite le système, il semble qu’International Power fait partie des entreprises qui vont se partager un pactole de £ 100 millions en quotas de carbone gratuits, qu’elle n’aura pas besoin d’utiliser grâce à sa fermeture d’usine, puisque ses émissions de CO2 vont chuter très fortement.

Parmi les autres bénéficiaires, on trouve d’autres producteurs d’électricité tels Centrica, et Scottish & Southern Energy. Bien qu’elles aient cessé de produire de l’électricité dans certaines de leurs centrales, les sociétés de production d’énergie continuent de recevoir des crédits de carbone qu’elle peuvent échanger sur les marchés internationaux, ce qui fait une bonne petite aubaine.

Centrica a mis 4 usines en mode « préservation », Barry, Brigg, Peterborough et Kings Lynn, ce qui veut dire qu’elles ne produisent plus, mais sont prêtes à redémarrer. Scottish & Southern energy a arrêté la génération d’électricité à sa centrale de Fife le 31 mars.

Le département à l’énergie et au changement climatique confirme qu’une usine qui ferme pour de bon, garde sa pleine allocation de CO2 pour l’année de sa fermeture. Pour des fermetures temporaires ou partielles, l’allocation continue comme si de rien n’était. Elle n’est aucunement ajustée. Des acheteurs tout prêts pour ces crédits peuvent être les compagnies aériennes, Lufthansa s’aprêtant à commencer à échanger des permis de CO2, du fait que le marché de permis d’émissions de l’UE commence à s’appliquer aux vols commerciaux.

Ce n’est qu’une question de temps avant qu’on ne commence à voir des augmentations des prix des billets pour payer pour cette absurdité, mais les voyageurs trouveront certainement à se réconforter dans le fait qu’ils augmentent les profits de compagnies comme International Power, qui a mis 100 personnes au chômage pour gagner ses crédits supplémentaires. De toute évidence, les avantages de l’UE ne font que se multiplier. Pourquoi donc voudrions-nous jamais en sortir ?

—-

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Le dessin est amusant, cela dit une petite traduction en guise de légende serait la bienvenue

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Bien sûr, il est question ici d’énergie et non d’armes nucléaires, domaine dans lequel je n’ai aucune expertise. Mais dans le domaine de l’énergie nucléaire, l’Union européenne (UE) paie certainement un lourd tribut à son désarmement nucléaire unilatéral.

Le traité Euratom a peu à peu été détruit

Dans quelques jours, les 1er et 2 juin, cela fera 67 ans que les fondateurs de l’UE ont lancé le concept du traité Euratom, qui était destiné à promouvoir — promouvoir ! — l’utilisation pacifique de l’énergie atomique ; l’idée sous-jacente éta... Poursuivre la lecture

Par Philippe Wodka-Gallien.[1. Philippe Wodka-Gallien. Institut Français d’analyse stratégique. Ancient auditeur de l’IHEDN (47è session nationale Armement - Économie de défense). Prix Vauban 2015 pour son livre Essai nucléaire, la force de frappe française au XXIe siècle édité chez Lavauzelle. Auteur du récent ouvrage, La dissuasion nucléaire française en action, dictionnaire d’un récit national Édité chez Deccopman]

Ce 24 février 2022, le jour où Vladimir Poutine lance son armée sur l’Ukraine marque une rupture de notre contemporain,... Poursuivre la lecture

S’il est un message clair de ce premier tour de la présidentielle c’est le retour des Verts… sur Terre. Se sentant des ailes après avoir conquis, lors des municipales de 2020, de nombreuses grandes villes comme Marseille, Lyon, Bordeaux, Strasbourg et Poitiers, ils ont douloureusement atterri dimanche dernier.

La faillite des Verts à la présidentielle

Avec moins de 5 % des voix ils ne seront pas remboursés de leur campagne ce qui les a conduits, sous peine de banqueroute, à demander l’aumône auprès de leurs électeurs.

Hypertroph... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles