Ecology Trek : Scotty NKM contre les PM10

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ecology Trek : Scotty NKM contre les PM10

Publié le 7 avril 2011
- A +

Ecology Trek : Scotty NKM contre les PM10

Pendant que le PS est à fond sur son petit programme, et que l’UMP est à fond sur son petit débat, le gouvernement s’occupe à fond de sa petite écologie. Au moins, ça distrait la presse et occupe le personnel. Et puis, avec le printemps et le joli soleil, ce serait dommage de se miner la vie avec la criiiise, le chômage ou la dette de l’état, hein.

Et voilà donc notre sémillante Agnès Jaoui NKM qui nous propose, un petit sourire en coin, de nous farcir la tête avec une vraie question existentielle qui nous taraude tous, chaque jour qui passe : comment faire pour que l’air que nous respirons soit plus pur ?

Constatant avec un peu d’agacement que l’air ne devenait pas assez pur assez vite, la ministre de l’Ecologie, des Petits Oiseaux Qui Font Cui-Cui, des Arbres Verts et de l’Electricité Gratuite Qu’On Fait Sans Nucléaire, Sans Pétrole et Sans Polluer a tout de même admis « une tendance à la baisse des niveaux enregistrés pour plusieurs polluants » , ce qui ne l’empêche pas d’être très très inquiète pour, je cite, « les particules PM10 (inférieures à 10 micromètres), sur lesquelles on a du mal à agir. »

Jaoui NKM

L’image qui vient immédiatement à l’esprit est celle des fiers ingénieurs de l’état qui bricolent un peu partout, sous les voitures, sous les gros bidules qui font tchouf tchouf et les petits qui font trilili trilili, et qui tentent, vaille que vaille, de réduire ces nom d’une pipe de particules PM10. Mais ils ont du mal à agir dessus. C’est que c’est petit, ces machins là. Et on ne peut pas renoncer, parce que, comprenez-vous, il en va de la santé de tous et de chacun, et que ces PM10 qu’on respire par grosses volutes sont dangereuses pour les poumons, et coûtent un pont à notre Sécurité Sociale.

Scotty NKM à la recherche des PM10

Comme les PM10 diminuent, mais ne diminuent pas assez vite, on a trouvé à la fois le coupable et la solution : ce sont les voitures, celles des particuliers notamment, qui, outre bourgeois donc décadents, polluent sans vergogne. On va donc interdire les voitures, purement et simplement, une bonne fois pour toute.

Là. C’est dit.

C’est un peu comme un sparadrap collé sur une petite plaie pas trop loin d’une barbe naissante. Pour l’enlever, il faut tirer d’un coup sec. Sinon, chaque poil relâché délicatement devient une torture. Au moins, avec Scotty NKM, on ne fait pas dans l’à-peu-près : puisque les voitures polluent, interdisons-les. Scratch, d’un coup sec, voilà, c’est parti.

Incroyablement, NKM propose simplement de prendre un peu d’avance sur le calendrier d’une directive européenne que nos amis écolos ont réussi à pousser dans les tuyaux et les nombreuses tubulures chromées de la Commission ; lundi dernier en effet, cette dernière a proposé de désincarcérer les citoyens de leur voiture en utilisant un prévisible décapsuleur taxatoire. Le but est simple : diminuer de moitié l’utilisation de la voiture d’ici 20 ans et en éliminer complètement l’usage d’ici 2050.

Dans ce mouvement général qui vise, finalement, à ne plus avoir de mouvement du tout, NKM a donc pris un peu d’avance. Prendre de l’avance sur un ralentissement puis un arrêt total, cela pourrait sembler paradoxal mais le politicien relève tous les défis, même les plus idiots, surtout les plus idiots, et d’abord les plus idiots.

Car en effet, ce ne sont pas les agitations aussi sottes que grenues de ces mêmes polichinelles colorés qui ont permis aux voitures d’afficher des consommations toujours plus basses et des indices de pollution toujours meilleurs : le consommateur, agent efficace, est en effet soucieux de sa santé et de son portefeuille bien avant les élus dont le retard à l’allumage et les capacités alternatives de gestion sont maintenant légendaires.

Mieux : on peut affirmer, sans rire parce que ce n’est finalement pas drôle du tout, que le scandale qui arrive doucement, lié, justement, à ces particules fines, aura été précisément la résultante des exactions lamentables de ces interventionnistes de l’écologie de bazar. En effet, à mesure qu’ils agonissaient l’essence de taxes, ils rendaient le diesel d’autant plus attractif, diesel qui est, en réalité, le principal responsable de ces pollutions.

On admirera au passage la précision démoniaque de l'OMS concernant le nombre de morts liés à ces pollutions : ce serait, dit-on, 42.000 par an en France. Enfin bon, en gros. On n'est pas sûr sûr. Plus ou moins quelques pourcents. Ou disons qu'il doit y avoir aussi des malades chroniques qui sont en rase campagne et qui n'ont rien à voir avec la pollution liée aux transports, mais comptons-les quand même à tout hasard. Etc...

Bilan : on va consciencieusement pourrir la vie de millions de personnes pour éviter d’en enfumer quelques milliers. Ensuite, l’activité va progressivement s’effondrer, de même que le pouvoir d’achat. Ce qui est excellent pour la santé, comme chacun le sait : les pauvres qui ne travaillent pas vivent toujours mieux et plus vieux que ceux qui ont un travail et de l’argent.

En plus, imaginer qu’en 20 ans, les producteurs automobiles seront infoutus de réduire encore les consommations et les pollutions est un raisonnement logique pour nos thuriféraires de l’action étatique : naturellement pessimistes, ils ne peuvent imaginer un progrès quelconque sans leur intervention. Parfaites mouches du coche, ils s’agitent en croyant imprimer un déplacement alors que tout montre qu’ils ralentissent manifestement la marche.

Dans l’immédiat, en tout cas, NKM nous assure un avenir radieux : huit villes vont tester l’année prochaine l’idée fulgurante grandeur nature. Joie, bonheur des transports en commun pour des millions de personne. Pertinence d’une multitude de bus qui crament 40L au cent pour trimbaler l’afflux des naufragés écologiques. Opportunité rêvée d’une organisation millimétrée des RER et des métros ! Bonheur sucré d’une ville où tout se passe bien ! Scotty NKM, beam me down !

Rien qu’y penser, j’en salive.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Rappelons que l’Etat a tout fait pour promouvoir le diesel contre l’essence. Selon la séquence habituelle 1. Pas de problème 2. On crée un problème 3. Oh la la, y a un problème (salauds d’industriels / capitalistes / pauvres etc.) nous DEVONS le résoudre 4. retour à la case 1.

    C’est sans fin, et ils gagnent à tous les coups, et là pour le coup c’est un jeu à somme nulle, si t’es pas dans le système, tu perds.

  • 40L/100, c’est pour pour les bus les plus modernes à vide. La consommation moyenne des flottes de 19t de PTAC serait plutôt de l’ordre de 60L/100, selon les conducteurs. Mais ce n’est pas tout : les déplacements professionnels quotidiens étant ce qu’ils sont, si le bus affiche complet dans un sens, il faut bien qu’il revienne à son point de départ… vide !

    Il convient donc de multiplier par deux la consommation réelle d’un bus, pour un trajet utile, ce qui nous fait un bon 120 L/100 aux heures de pointe. Quant aux heures creuses, lorsque les bus ne dépassent pas la dizaine de passagers, le rapport consommation / trajet utile est ridiculement élevé.

  • je suis pas sûr de cette consommation, j’ai jamais conduit de bus, mais j’ai trimballé des chevaux à travers toute la France avec des camions de 12 ou 19 t, et la conso varie entre 25 et 35 l au cent . Bien sûr, en ville et chargé à mort tu fais plus, mais pas du 60 ou du 100 . Après c’est mon avis de chauffeur de PL, les bus je connais pas trop .
    Ce qui est amusant avec l’écologie, c’est son efficacité ; quand la mairie de Villeneuve/lot, je sais plus quelle tendance politique à l’époque mais pas verte, a mis en fonctionnement des bus roulant à l’huile de friteuse, le préfet les a interdit ! motif : conforme à la règlementation européenne ( à Vienne tous les bus roulent comme ça ), mais pas à la règlementation française .
    Résultat des courses : on a remis d’anciens bus hyper-crades en circulation ( ça c’est pour l’air ), on a dépensé un fric fou pour rien ( ça c’est pour le contribuable ), on a perturbé les bus pendant un mois ( ça c’est pour les usagers ), les autrichiens se sont bien foutus de nous . Tiens, curieusement, les élus et la préfecture n’ont pas eu à pâtir de ces désagréments …

  • J’ai un peu envie de jouer l’avocat du diable et de dire que vu la consommation moyenne du parc automobile *en ville* (soit avec un feu rouge tous les 300 m, et une circulation la majorité en 1ère,2ème, 3ème vitesse et le frein moteur correspondant), le bus prend le dessus dès qu’il y a plus de 8 personnes dedans (d’autant plus qu’avec peu de personnes sa consommation est peu près celle à vide).

    Par contre sur la pollution apparemment aussi bien les verts que NKM sont incapable de lire les chiffres du tableau démission de la norme Euro 5 et de constater qu’avec celle-ci les niveau d’émission sont devenus insignifiantes. D’autant plus que les voitures ne sont qu’une partie assez minoritaire de l’émission de particules fines, le chauffage individuels au bois que les écolo adorent étant globalement plus nocifs.
    Et dernier clous dans le cercueil, la majorité de la pollution en ville aujourd’hui est due aux scooter, dans certains tests, un scooter pollue autant que 120 voitures.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Vincent Benard. Un article de l'IREF Europe

La cuvée 2022 du malus écologique automobile est arrivée, toujours plus saumâtre, puisqu’à émissions égales, la hausse tourne autour de 50 % par rapport au tarif 2021.

Le malus est une taxe à l’achat du véhicule, définie en fonction des grammes de CO2 émis par votre véhicule à chaque kilomètre selon une mesure normalisée officielle. Si votre véhicule émet moins de 127 g de CO2 au km selon cette norme, vous ne payez pas de malus. Au-delà, pour chaque gramme, le barème augmente, suiv... Poursuivre la lecture

Une nouvelle réglementation interdisant les emballages en plastique des fruits et légumes est entrée en vigueur au 1er janvier 2022. Relater sa genèse est plus intéressant et instructif que gloser sur les désagréments et catastrophes à venir. Ce fut priorité à la bien-pensance et la démagogie au détriment de l'efficacité économique et sociale.

Le 1er janvier 2022 est entré en application le Décret n° 2021-1318 du 8 octobre 2021 relatif à l'obligation de présentation à la vente des fruits et légumes frais non transformés sans conditionn... Poursuivre la lecture

À la première vision, la grosse production de Netflix et son lot de stars séduisent. Il y a ce mélange de film catastrophe et de critique sociale distanciée qui en font un divertissement réussi. La métaphore climatique est un sous-texte intéressant mais laisse un arrière-goût d'à-peu-près. C'est à la réflexion que l'on perçoit le hic.

Que raconte Don't look up

En effet, le problème réside dans la dynamique du film, évidente pourtant, mais dont l'évidence même révèle notre faiblesse à la penser. Car de quoi s'agit-il ? D'un couple de sc... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles