Le dalaï-lama renonce à son rôle politique

Le dalaï-lama renonce à sa fonction de chef du gouvernement tibétain en exil

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le dalaï-lama renonce à son rôle politique

Publié le 10 mars 2011
- A +

Le dalaï-lama a annoncé, jeudi 10 mars 2011, qu’il prévoit de renoncer à sa fonction de chef du gouvernement tibétain en exil, estimant que le temps était venu de laisser sa place à un nouveau dirigeant « librement élu ».

Le dalaï-lama a dit qu’il allait commencer ce processus formel de retrait lors d’une réunion du parlement tibétain en exil, lundi 14 mars 2011. Il affirme que ce processus est dans l’intérêt des Tibétains. L’annonce a été faite dans un discours prononcé par le dalaï-lama marquant l’anniversaire du soulèvement tibétain de 1959.

« Dès les années 1960, j’ai souligné à maintes reprises que les Tibétains ont besoin d’un leader, élu librement par le peuple tibétain, à qui je peux déléguer le pouvoir », a-t’il dit à Dharamsala, la ville indienne qui est devenue sa base de repli. « Aujourd’hui, nous avons clairement atteint le moment où ce processus doit advenir ». Il a ajouté que sa décision n’a pas été fait parce qu’il voulait « se soustraire à sa responsabilité » ou par découragement.

Celui qui remplacera le dalaï-lama à la tête du gouvernement tibétain en exil sera confronté à un défi important étant donné l’autorité spirituelle du chef politique sortant.

Lors de son discours, le dalaï-lama a également appelé les dirigeants chinois à une transparence accrue. Pour la Chine, le Tibet a toujours fait partie de son territoire. Le Tibet a connu de longues périodes d’autonomie avant le 20e siècle jusque dans les années 1950 où l’État chinois a lancé une offensive militaire dans la région. L’opposition à la domination chinoise a conduit à un soulèvement sanglant en 1959. Depuis, le dalaï-lama, chef spirituel du Tibet, a fui en Inde et prône désormais une autonomie sans indépendance avec Beijing.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Bill Wirtz.

[caption id="attachment_275292" align="aligncenter" width="640"] By: Sébastien Avenet - CC BY 2.0[/caption]

Alors que l'Union européenne a essayé de trouver un accord pour le traité de commerce avec le Canada, la République tchèque s'est approchée de la Chine, ce qui a créé une situation étrange dans laquelle un pays d'Europe centrale, connu pour ses bières et ses belles femmes, se retrouve à se diviser sur le drapeau du Tibet et le Dalaï-Lama.

Une évolution récente

Tout a commencé en 2009, quand la Républ... Poursuivre la lecture

Par Thierry Levent.

 

བསྟན་འཛིན་རྒྱ་མཚོ་ : oui je sais, ce nom ne vous dit rien. Il s’agit de Tenzin Gyatso, autrement dit le 14e Dalaï-Lama. Faisant preuve de compassion, habituelle chez ce guide spirituel, et d’une clairvoyance à saluer, il nous confirme que le nucléaire civil est incontournable pour fournir de l’électricité bon marché aux pays émergents !

Qui d’entre nous n’a pas éprouvé dans le tréfonds de son être un peu de honte à penser que cette filière était finalement une chance malgré l’index agité rageuse... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le bon vieux temps de l'Internationale Socialiste n'est pas si loin, quand le PS faisait la bise  à tous les dictateurs tiers-mondistes de "gauche progressiste" comme Saddam Hussein en Irak, Hafez el Assad en Syrie, Moubarak l’Égyptien, Gbagbo en Côte d'Ivoire, Ben Ali le Tunisien et autres Chavez. Le socialisme s'est rangé faute de leader maximo, mais on sent une nostalgie. Alors Hollande, le fameux combattant du progrès des forces populaires du Front National, invite des amis intimes, genre Prince Ben Sul... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles