Et les sexes seront extrêmement égaux !

La CEJ interdit la discrimination sexuelle dans les assurances. Les femmes vont payer plus cher. Victoire ?

Ouf ! Heureusement que nous vivons dans un monde de plus en plus gentil ! Bien sûr, les Méchants se battent tous les jours contre les fraisilégislations et les bisoudécrêts. Mais ce mois de mars marque une victoire éclatante de La Confrérie Européenne des Bisounours d’Assaut : les vilains assureurs, dont le caractère bilieux n’est plus à démontrer, ne pratiqueront bientôt plus des tarifs différents selon le sexe !

En effet, la Cour Européenne de Justice vient de rendre un arrêt (n°C-236/09 du 01/03/2011) précisant clairement que, comme « La prise en compte du sexe de l’assuré en tant que facteur de risques dans les contrats d’assurance constitue une discrimination», à partir du 21 décembre 2012, «la règle des primes et des prestations unisexe s’appliquera».

Et là, il n’est pas difficile de comprendre que les cohortes de nounours ronds, douillets, dopés au caramel de bonsantiman et sous perfusion massive de moraline concentrée se sont immédiatement réjouis de la nouvelle : enfin, l’égalité des sexe atteint même le domaine des assurances ! Enfin, la réalité statistique qui montrait, de façon à la fois obscène et têtue, qu’il y avait, effectivement, des différences comportementales chez les hommes et chez les femmes, sera proprement écrasée devant l’impératif absolu et indiscutable de ne surtout pas en tenir compte !

Il faut en effet une dose inouïe d’aplomb pour oser stigmatiser ainsi le comportement des hommes au volant. Il faut une méchanceté, un cynisme et un machisme lamentable pour constater que certains accidents domestiques sont plus souvent le fait des femmes que des hommes. Oser prétendre que les tondeuses agressent plus les hommes et les friteuses plus les femmes est tout bonnement une atteinte au vivre-ensemble et dégouline de sous-entendus lamentables.

Pour tout dire, s’enhardir à constater que les hommes plient plus souvent leur voiture que les femmes, c’est exactement comme dire qu’il y a actuellement plus de noirs et de maghrébins en prison : c’est une claque violente à la discrimination, c’est une incitation à la haine sexuelle, et pour tout dire, c’est scandaleux.

Et ce scandale va, enfin, s’achever : les discriminations sexuelles basées sur les études actuarielles ou les statistiques n’auront plus cour, n’auront plus droit de cité, et seront bannies comme certain Eric Z.

killounours

Et, chose intéressante, cet arrêt va avoir des effets palpables que tous les Bisounours d’Assaut et les thuriféraires joyeux d’une extrême égalité des sexes seront ravis de constater : les tarifs des assurances vont augmenter.

Grâce à l’égalité des sexes, les comportements plus prudents d’une certaine catégorie d’humain dont le sexe ne peut être mentionné ne seront pas pris en compte et cette catégorie d’humain paiera donc plus cher. Les féministes, ici, seront heureuses de constater que ce combat n’aura pas été vain : tout le monde va douiller pareil.

Mais on ne s’arrêtera pas là !

Le combat pour une non-discrimination totale et complète ne peut s’immobiliser ainsi dans la rase campagne des bonnes intentions en oubliant les vastes champs républicains de traitements différenciés entre les citoyens !

Il est ainsi anormal, et les féministes en conviendront, que certains humains d’un sexe qu’on ne peut mentionner disposent d’avantages pour le départ en retraite anticipé, sous le prétexte douteux qu’ils ont fait des enfants ! Et comme le système de retraite par répartition est, soyons francs, à bout de souffle, on ne pourra pas étendre cet avantage à l’autre catégorie d’humain dont le sexe est méchamment discriminé : on va donc annuler l’avantage indu.

De la même façon, il semble indispensable de pousser la non-discrimination turbo-égalitarisante au-delà des critères maintenant vulgaires de race, de religion et de sexe. Il ne devrait pas y avoir de différenciation du traitement des citoyens en fonction de leur âge non plus ! Diable, est-il logique que seuls les vieux aient accès à la retraite ? Est-il bien raisonnable, dans une société ultra-solidaire et néo-égalitaire, que les jeunes aient accès à certains services auxquels les vieux ne peuvent prétendre ?

La marche n’est pas si longue vers un monde où, enfin, dans une pluie de bisous festifs, évidemment citoyens mais surtout distribués avec une égalité assurée par des forces de l’ordre soigneusement préparées à écraser l’inégal et le différent sous la botte câline de l’Assimilation Ultime, les humains de tous sexes, races, religions, âges, poids et tailles partageront la même envie de se barrer en courant de cet enfer communiste.

Finalement, on peut se réjouir d’être dans une sociale-démocrassie aussi molle que pleine de bons sentiments qui collent et de bisous qui cognent. Si nous avions été dans une dictature, rien n’empêche d’imaginer que nos élites auraient choisi d’éliminer les trop bonnes conductrices pour redresser les différences…

Sur le web