Trou de mémoire de l’UE sur Kadhafi

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Trou de mémoire de l’UE sur Kadhafi

Publié le 26 février 2011
- A +

Tous ceux qui ont lu le roman de George Orwell 1984 sont familiers avec le concepts des « trous à mémoire », que le Ministre de la Vérité utilisait pour se débarrasser de documents et de photographies qui dérangent. Eh bien, il semble que l’UE ait repris l’idée à son compte.

Apparemment, la photo (voir illustration) qui était accrochée dans le bâtiment Justus Lipsius du Conseil européen à Bruxelles, sur laquelle figure le chef d’État libyen Mouammar Kadhafi en compagnie d’un Javier Solana souriant (à l’époque où il était haut représentant aux affaires étrangères de l’UE), a désormais été enlevée. Merci pour le tuyau au journaliste italien Marco Zatterin et à son blog Straneuropa.

Nous soupçonnons que les interminables diatribes du dictateur et ses assauts brutaux contre son propre peuple ont amoindri l’attrait de cette photo. Mais pourquoi donc l’avait-on considérée si attrayante en premier lieu, qu’elle méritait de figurer en si bonne place au mur d’un des bâtiments les plus sacrés de l’Union européenne est, bien sûr, une question intéressante en soi.

Au moins, Solana n’a-t-il jamais essayé d’imiter le premier ministre italien Silvio Berlusconi, qui s’est vu à une occasion attrapé sur la pellicule en train de baiser la main du raïs libyen.

Nous soupçonnons que l’UE va se voir obliger d’utiliser encore le trou à mémoire avant la fin de ces évènements.

—-

Al Qaïda l’a dans le baba

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • je sais que c’est pas très classe comme commentaire, mais Berlusconi et les trous, c’est une longue histoire .

  • « dictateur et ses assauts brutaux contre son propre peuple »: vous êtes tombé dans le piège de la propagande occidentale distillée par la presse partiale que vous êtes les premiers a dénoncer. Il suffit de voir dans quel état est la Libye aujourd »hui … Sans un seul mot de cette même presse …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Pour les uns l’euro serait la cause de tous nos maux économiques : hausse des prix, chômage, désindustrialisation, etc.

Pour les autres, l’euro est une bénédiction, un des socles sur lequel sera construite une Europe fédérale rayonnante des droits de l’Homme, puissante et paisible à laquelle tout individu cultivé et évolué doit aspirer.

Pratiquement, l’euro est à terme condamné.

Concrètement, il a simplifié la vie de ceux qui exportaient et circulaient en Europe, c’est indéniable. Plus de comptes en devises, de frais de c... Poursuivre la lecture

Le monstre de l’inflation est sorti de son placard dans les pays occidentaux. Et pas sûr qu’il y retourne gentiment.

La dérive des prix a atteint 7 % l’an dernier aux États-Unis, du jamais vu depuis… 39 ans. En zone euro, elle est passé en douze mois de presque zéro à 5 %, un niveau atteint pour la dernière fois il y a trente ans sur le continent. La France est en retrait, à 2,8 %, mais sans doute plus pour longtemps.

Cette flambée est essentiellement la conséquence des restrictions imposées suites au covid. Les confinements, fe... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF Europe.

La campagne électorale pour l’élection présidentielle part mal. Comme les précédentes au demeurant. La pauvreté des débats, le flou des programmes, le pragmatisme revendiqué à l’envi par la plupart des candidats n’augurent rien de bon. La médiocrité de beaucoup de nos hommes politiques les plus connus, obnubilés par la pandémie, ne peut que produire un débat atone, réduit aux petites phrases et aux coups tordus, loin des grands principes. Parmi ceux-ci, la subsidiarité fait une nouvelle fois figure de paren... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles