Marseille et ses vieux porcs

Publié Par Aurélien Véron, le dans Syndicalisme

Prenez une vieille corporation sclérosée vivant grassement de ses privilèges, ajoutez un syndicat mafieux. Vous obtenez une paralysie générale qui asphyxie les entreprises, tue l’emploi et transforme l’ascenseur social en piste de bobsleigh. Ce n’est plus du déclassement, c’est le donjon des masochistes. C’est ce qui arrive à Marseille dure depuis si longtemps que des riverains passent maintenant par le port d’Anvers pour se faire livrer. Très régulièrement en grève, nos feignants de dockers marseillais ont été remarqués par la Cour des Comptes qui n’y est pas allée avec le dos de la cuillère. Moyenne de 13 jours d’absentéisme (en hausse de 44% entre 2004 et 2008), « gratifications » illégales (et non fiscalisées, le tout de la part des clients) jusqu’à €1.300 par mois entrainant des rémunérations situées entre €3.500 et €4.500 nets par mois, temps de travail hebdomadaire de 12 à 14 heures par semaine pour les portiquiers, grèves à répétition (avec, comme le raconte alors la presse : menaces, agressions, etc.)

François Chérèque, exclu des ports par la CGT, n’a pas hésité à dénoncer ses vilains petits camarades : le système syndical en place dans les ports français n’est « pas tout à fait démocratique ». Le Monde va loin, presqu’aussi loin que mon blog en commentant François Chérèque : « La situation syndicale dans les ports est bien particulière. Depuis la Libération, nous sommes dans un syndicalisme unique, où ce sont les syndicats qui font l’embauche, à savoir la CGT », a estimé le leader syndical, refusant toutefois de parler de « système mafieux ». Nous n’en sommes donc pas loin, selon Le Monde. Tout le monde est au courant des emplois fictifs ici, des CE grugés là.

La CGT coûte cher aux Français, mais c’est un peu notre exception culturelle. Les politiques vont parfois devant les tribunaux quand ils sont vraiment pris la main dans le sac à frauder, sauf autoamnistie qui tombe à pic. Mais les syndicalistes, vous ne les verrez jamais être poursuivis, voire condamnés pour avoir violenté des jaunes, pris en otage et menacé la vie de cadres ou volé des sommes considérables à une entreprise ou à la collectivité.

Votre serviteur a déjà lutté à Marseille contre une autre mafia syndicale, celle des transports collectifs. Aujourd’hui, d’autres acteurs prennent le relais, notamment le collectif « Touche pas à mon port !« . Cela signifie qu’une fois la lutte engagée, la résistance contre l’oppression syndicale peut s’organiser. Ce n’est pas un hasard si, après des années de dénonciations de leurs agissements, les syndicats voient leur image de plus en plus dégradée. Un sondage du Cevipof montre que les Français font davantage confiance aux grandes entreprises qu’aux syndicats. Ils ont entièrement raison. En l’occurrence, ce sont des milliers de PME qui sont affectées dans leur activité économique, bridées dans leur expansion à l’international, et des dizaines de milliers d’emplois perdus.

Le port de Marseille et la CGT ont cassé pendant de trop nombreuses années une dynamique qui aurait dû améliorer la qualité de vie d’une région aujourd’hui dégradée. À défaut de poursuivre les meneurs en justice (au moins pour la fraude fiscale et les actes de violence répétés), le pays doit ouvrir totalement la concurrence dans les ports français, rompre les anciens usages mafieux de corporation qui n’ont plus de raison d’etre. Plutôt que de faire mourir le port à petit feu, le risque d’une grève des quelques centaines de dockers et personnels administratifs mérite d’être pris. L’avenir de Marseille en dépend.

  1. Idem à Fort de France, sauf que les salaires sont plutôt de l’ordre de 6 à 8000€…

  2. Exact, exemple concret pour être embauché sur le port de Marseille, il n’y a pas si longtemps, les impétrants étaient « invités » à s’inscrire et cotiser à la CGT, laquelle faisait (et je vois, fait encore) la pluie et le beau temps.
    Perso, je n’ai jamais voulu être syndiqué car le corporatisme m’excède au plus au point. Inutile de dire que je n’ai jamais été embauché au port de Marseille.
    Pareil à la RTM et monsieur Karim Zeribi directeur de la RTM si je ne me trompe et officiant sur la radio popu et débile RMC, en est l’exemple parfait.
    Avec constance dans son « engagement » cégétiste, on se fait mousser et on peut aller loin….avec un minimum de qualités.

  3. marseille
    et ses vieux porcs !
    monsieur véron , je suppose que vous avez fait une faute de frappe
    ,j’espère car pour moi le seul porc de marseille siege en face du vieux
    port . sur ce , je suppose que vous ètes au faite de vos renseignements
    prix selon mon gout sur wikipédia sur les conditions d’embauche ,de
    salaire , de soit disant bakchichs illégaux et non fiscalisés de système
    mafieux . avez vous ne serai ce la moindre preuve de ce que vous
    avancez ou ne s’agit il que de oui dire de la part de personne qui
    aimerait que cette profession disparaisse car s’il s’agit de oui dire ,
    je vous trouve un petit peu « petit  » et mesquin pour un jeunot qui
    s’affiche  » un peu moin d’état et un peu plus de liberté . qui vous a
    dit que les portiqueurs ne travaillaient que 12 a 14 h par semaine . la
    cours des comptes , bah ! foutaise vous savez comme moi que l’on ne peut
    pas avoir confiance en cette institution. vous croyez sincèrement que
    le gouvernement laisserai travailler des gents 12 h pour un salaire qui
    s’il était rapporter au taux horaire dépasserait celui de certains
    patron !! non , la seule chose que je retient de votre petit courrier
    infamment ,c’est cette hypocrisie latente d’un minuscule politicar qui
    veut essayer de rentrer dans la cour des grands et qui ne trouve comme
    moyen pour y acceder que la médisance et le copier coller . et si nous
    étions vraiment des mafieux ,comme vous dites vous devriez faire un peu
    plus attention a vos propos mercantiles . et votre collectif  » touche
    pas a mon port  » non , a notre port , car depuis que les navires existe
    et que le frèt existe , le port appartient aux dockers et pas a de
    petits arrivistes qui ne connaissent un bateaux que la définition sur le
    larousse . nous on a eut des morts sur les quais et juste pour cette
    raison ,ce collectif d’hypocrites ne devrait mème plus exister . donc
    ,petit monsieur , en résumé si vous avez des allégations a faire sur les
    portuaires je vous invite a venir sur les quais et a rencontrer les
    gents qui y travaillent , mais je ne pense pas vous y croiser un jour
    car vous avez plus la tronche d’un naif de salon que celle d’un « homme
    « qui prends ces sources a la base .

    1. Preuves ?

      Cour des Comptes.

      Petit troll ridicule, va.

    2. @Sbibou: Soit vous êtes un imposteur et votre post est un canular, auquel cas c’est franchement de mauvais gout; soit vous etes vraiment la pire vérole que la France ait connue depuis Vichy. Les dockers sont des voleurs, des violents, des petites frappes, et des maîtres chanteurs. Vous ne méritez qu’une chose: LE PAL! J’insiste: Le pal!
      NB: Je fais importer plus de 20 conteneurs par ans en France jusqu’à Lyon. J’ai strictement interdit aux personnes chargées du transport de passer par Fos. Le Havre c’est pas forcement génial non plus d’ailleurs, alors on passe systématiquement par Anvers ou par Gênes. Pourquoi? Vos grèves nous ont coûté de dizaines de milliers d’Euros, et a cause de vous nous avons failli perdre un client important et licencier.

      Les Dockers de Marseille : Sur le pal!

    3. Monsieur Sbibou … j’ai déjà eu beaucoup de mal à comprendre votre français approximatif … aussi je pense que le rapport de la cour de comptes ne peut être dans vos lectures.
      Mais je m’arrête à une de vos phrases: « car depuis que les navires existe et que le frèt existe , le port appartient aux dockers », cette phrase suffit pour nous éclairer sur votre grande personnalité !
      Comme dit h16: « Petit troll ridicule, va. » !!!

    4. Il faudrait surtout faire des progrès en ortograffe

Les commentaires sont fermés.