Rendez à la société ce qu’elle vous a donné

L’existence de cette obligation implique cependant qu’une telle dette n’ait pas déjà été payée

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Rendez à la société ce qu’elle vous a donné

Publié le 4 février 2011
- A +

Quels droits la société a-t-elle sur nous ?
Vous avez accepté les règles de la société

Le « don » fait par la société à l’individu permet d’exiger de l’individu une contrepartie à ce don. Il correspondrait dans certains cas aux prestations fournies par l’État et dans d’autres aux bénéfices tirés d’une société libre.

Les prestations fournies par l’État

Appliqué aux prestations en nature ou en service de l’État, le principe « vous devez rendre à la société ce qu’elle vous a donnée » revient à donner à chacun l’obligation de rembourser à la puissance publique les prestations qui lui ont été fournies par l’intermédiaire de celle-ci.

Soulignons ici qu’au travers des prestations fournies par l’État et du « remboursement » de celui-ci par l’impôt, des individus (non consentants) se rendent des services. Celui qui finance l’État par ses impôts « rend un service » à celui qui bénéficie ensuite des prestations ou allocations que cet impôt aura permis de créer.

En somme, il serait légitime d’exiger d’une personne qui aura bénéficié du financement, par l’ensemble des autres, d’un service rendu ou d’une allocation versée par une administration publique qu’elle « rembourse » les autres membres de la société en finançant d’autres prestations de l’État.

L’existence de cette obligation implique cependant qu’une telle dette n’ait pas déjà été payée.

Il ne suffira donc pas d’être bénéficiaire de prestations publiques pour être débiteur de l’État : il faudra considérer, au regard des prestations reçues et de la contribution de l’individu à leur financement, un solde global, créditeur ou débiteur.

Ici, comme ailleurs en effet, il est possible de retrouver un principe plus général dont le principe de remboursement n’est que l’application. Le principe général en cause ici est l’exigence d’équilibre des prestations fournies, c’est l’absence de cet équilibre qui est à l’origine de la dette, c’est le retour de cet équilibre qui aboutit à son extinction. Or, permettre à une personne globalement débitrice d’une autre d’obtenir d’elle le financement d’un service ou d’une allocation, non seulement ne pourrait se prévaloir de l’exigence d’équilibre, mais en serait même la négation en éloignant de l’équilibre visé.

Ce raisonnement serait également valable si l’analyse des rapports entre individus par l’intermédiaire de l’État était remplacée par les rapports entre l’État et l’individu. Imposer à un contributeur net le paiement d’une somme dont les profiteurs nets viendront tirer un nouveau profit est doublement contraire au principe d’équilibre dans les rapports de l’État et du contributeur net et dans ceux de l’État et des profiteurs nets.

Il résulte de l’application rigoureuse du principe d’équilibre que dans une situation initiale anarchique où aucune prestation étatique n’a été fournie, et où aucune personne n’est la débitrice d’aucune autre, il n’est pas possible d’astreindre légitimement quiconque au financement de quelque prestation étatique que ce soit. La première prestation étatique ne pouvant alors être offerte, il ne pourra être réclamé par la suite un « remboursement » de celle-ci.

Cependant des contributions équivalentes conçues simultanément pourraient former une exception acceptable à la condition que les obligations réciproques ainsi reconnues soient profitables à l’ensemble des personnes qui y sont soumises. Ce pourrait être le cas, par exemple, de la défense du pays face à une agression armée. Par contre, il serait absurde d’instituer des obligations réciproques dont il résulterait un mal pour tous, même si ce mal était également réparti.

Pour faire la mesure de l’équivalence des prestations, il est possible de mettre en balance les impôts et autres prélèvement obligatoires versés d’un côté et les allocations reçues de l’autre et d’ajouter à ces dernières les prestations en nature fournies grâce au fonctionnement des services publics. Pour exprimer en monnaie la prestation apportée par un service public à tout un chacun, on pourrait, par convention, tenir compte de la dépense qui a permis leur financement et diviser celle-ci par le nombre d’individus.

Remarquons cependant que l’exigence d’un principe d’égalité de tout un chacun à l’égard du financement des prestations étatiques devient vite un casse-tête quasi insoluble dès lors que l’on tient compte de la subjectivité humaine. S’il est relativement simple de prévoir des obligations et des prestations égales pour tous en quantité, comment prendre en compte le fait que ceux qui subiront ces dépenses et recevront ces prestations n’en retirerons pas les mêmes peines et satisfactions ?

De plus, et ce n’est pas sans rapport avec ce qui précède, une obligation ne nait pas simplement de la fourniture d’un service antérieur et équivalent à l’obligation qui est imposée mais du consentement à l’échange de deux biens ou services. Nous examinerons particulièrement ce point dans la deuxième partie de notre analyse.

Ces questions mises à part, l’application cohérente du principe « vous devez rendre à la société ce qu’elle vous a donnée » conduit donc soit au refus de toute obligation étatique (logique anarco-libérale), soit à l’acceptation de celles-ci dans le seul cas d’obligations également profitables à tous, ce qui condamne toute idée de redistribution des richesses (logique libérale classique).

Bénéfices tirés des échanges libres dans le cadre de la société

En raison de la loi des avantages comparatifs et des bienfaits de la division du travail, les hommes profitent d’un plus grand nombre de biens et services en participant à un marché libre que s’ils devaient les produire pour eux-mêmes. Ce phénomène s’étend au-delà des échanges économiques et de leurs conséquences matérielles : les satisfactions d’ordre moral, intellectuel ou psychologique que l’homme retire de ses relations quotidiennes avec ses semblables sont au moins aussi grandes.

À un moindre degré, l’association de deux individus leur permet de bénéficier de l’exécution d’un contrat conclu hors de toute contrainte. L’équilibre dans un contrat entre les prestations fournies n’existe pas au niveau de l’individu car s’il y avait pour lui un équilibre entre le coût de la prestation qu’il fournit et la valeur de celle qu’il reçoit, il n’aurait pas d’intérêt à conclure le contrat.

L’un des associés serait-il fondé à réclamer à celui avec qui il a échangé ou travaillé une compensation en raison du gain lié pour ce dernier à l’association ? Dans ce cas, son compère pourrait lui en demander autant en présentant les mêmes arguments.

Un raisonnement dont il est possible de tirer des conclusions opposées dans la même situation n’a pas de validité. Alors, pourquoi une logique semblable est-elle si souvent acceptée lorsqu’elle permet d’opposer la société à un individu isolé ?

La « personnification » de la société est au cœur de l’explication. Les accords passés par l’individu avec d’autres individus sont alors considérés comme des pactes passés avec la société, entité abstraite mais néanmoins personnifiée. Il ressort d’un tel changement de perspective que la société, appréhendée globalement, n’avait qu’un faible besoin des prestations fournies par l’individu en question. En revanche, l’ensemble des biens et services reçus de la société « dans son ensemble » par ce dernier en échange du travail qu’il a fourni était pour lui vital : leur suppression conduirait à son dépérissement. Au final, l’impression que la société aurait fait un « don » à l’individu, don dont il serait légitime d’exiger le remboursement, ressort d’une telle représentation.

En revenant à la description des échanges entre individus, en se souvenant surtout que ce sont bien des êtres des chair et d’os qui recevront les prestations censées rembourser la « société », la nature arbitraire et absurde d’une telle argumentation apparait pourtant au grand jour :
– arbitraire dans le choix du contribuable puisque il aurait été possible d’envisager une solution exactement inverse à celle retenue avec les mêmes arguments (il aurait été ainsi possible d’opposer à la société les bénéficiaires de la prestation ainsi justifiée et d’en faire des contributeurs. Le cumul de remboursements opposés reproduirait quant à lui la situation initiale) ;
– absurdité des conséquences de ce choix qui s’opposent aux principes en vertu desquels la solution a été retenue (le remboursement imposé à une des personnes dans sa relation avec « la société » conduit à accroitre, sans contrepartie, pour les autres les avantages que la société leur aura procurés).

Appliquer un tel principe aboutit à sa propre négation, ce qui lui retire toute validité.

Il n’est pas rare, quand il est question des revenus de vedettes du cinéma ou de la chanson, ou des émoluments de grands sportifs, de voir s’exprimer de violents désirs de captation fiscale, sans parler de l’indignation manifestée en cas de départ d’une telle vedette vers des cieux plus cléments fiscalement : « Vu comme ces cochons s’engraissent grâce à nous, ils doivent bien nous en rendre au moins la moitié ! »

Ceux qui font ces réflexions devraient, juste après s’être payé un café au bistrot du coin, réclamer le prix du café au patron. Ils n’auront qu’à ajouter : « Grâce à moi, vous êtes plus riche de deux euros. Vous me devez donc deux euros. »

Le patron leur rira au nez ? S’ils n’ont pas rougi d’exprimer le désir de se voir attribuer une part du revenu de vedettes fortunées en employant un raisonnement semblable, pourquoi la honte d’être inepte devrait-elle les gêner dans ce cas ?

Autres exemples

Les autres exemples concernent surtout les bienfaits pour les générations actuelles des actions des générations passées. Peuvent-ils, contrairement aux exemples précédents, légitimer des contraintes pour les générations actuelles (au profit a priori des générations futures) ?

Là encore, on peut distinguer parmi ces bienfaits ceux qui ont pour origine la contrainte de l’État ou l’exercice de la liberté.

Si le bienfait provient de la contrainte étatique, une nouvelle contrainte comparable entrainant les mêmes avantages pour l’avenir serait légitime si la première l’était (or a priori, elle ne pourrait l’être, les générations suivantes n’ayant pas de droit sur ceux qui les précédent). À défaut, les effets bénéfiques aujourd’hui d’une contrainte passée illégitime ne prouveraient pas le bien fondé de son maintien. Ce qui a été injuste dans les rapports des générations passées et de la génération actuelle, le sera tout autant dans les rapports de la génération actuelle et de la génération future.

Dans le second cas, il suffit de constater que les bénéficiaires de la liberté antérieure s’acquitteront, à l’égard des générations futures, des mêmes « obligations » en recourant au même moyen : la liberté. La question est plus difficile si le bienfait né dans la liberté relevait du don. C’est le cas de l’ensemble des services rendus volontairement par des parents aimants à leurs enfants. Si ordonner en retour aux enfants d’aider leurs parents dans leurs vieux jours est une contrainte dont la légitimité apparait sans doute plus grande que dans tous les exemples précédents, les libéraux s’y opposent en expliquant que l’enfant n’étant pas en mesure de consentir à cet échange de services, cette obligation est contraire à ses droits.

C’est en définitive, la réfutation la plus générale que les libéraux font au principe « vous devez rendre à la société ce qu’elle vous a donnée » : dans chaque exemple, l’individu n’a pas choisi d’accepter le principe de l’échange entre ce qu’il reçoit et ce qu’il devra livrer. Ses obligations étant fixées quoiqu’il arrive, il profite simplement des contreparties qui lui sont offertes.

À cet égard, parmi les obligations envers la société, seules celles fondées sur le contrat pourraient pleinement satisfaire les libéraux. L’acceptation des règles politiques, supposée avoir les mêmes conséquences qu’un contrat, est d’ailleurs l’autre grand thème sur lequel s’appuie la défense des droits de la société sur l’individu et peut être résumé par la formule :  « Vous avez accepté les règles de la société dans laquelle vous vivez. »

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • A lire avec attention, en prenant le temps, bien installé dans un bon fauteuil. D’une grande justesse, et un bon stimulant intellectuel.

  • Plusieurs choses avec lesquelles je ne suis pas d’accord :

    « S’ils n’ont pas rougi d’exprimer le désir de se voir attribuer une part du revenu de vedettes fortunées en employant un raisonnement semblable, pourquoi la honte d’être inepte devrait-elle les gêner dans ce cas ? »

    Et bien précisément parce que le patron du bar n’est pas fortuné ! Ce genre de comparaison est quand même trop osée !………Prenez l’exemple de l’ intermittant du spectacle et de l’écrivain autoédité à qui le fisc prend un montant d’argent supérieur à celui qu’ils ont gagné, je partagerai entièrement dans ce cas votre raisonnement ! Mais qu’on se mette à plaindre un Johnny Hallyday, faut quand même pas pousser (précision : je n’ai rien contre lui ni ne souhaite son départ) !……..

    « Les générations suivantes n’ayant pas de droit sur ceux qui les précédent »

    Vous oubliez « l’héritage » : il est « totalement un droit » ! Même s’il n’est pas acquis dans le cadre de la société mais dans celui de « la famille ».

    « l’enfant n’étant pas en mesure de consentir à cet échange de services, cette obligation est contraire à ses droits. »

    Ah tiens ? Parce que vous imaginez sérieusement un enfant mineur « refuser les soins que ses parents lui donne » ? Comment pouvoir sortir une telle énormité, SVP réfléchissez deux secondes !! Vous allez me répondre que « sa raison et son intelligence ne sont pas encore formées » ? Oui sauf que l’acceptation d’une assistance « à l’âge où l’on est pas en mesure de s’assumer par soi-même » ne relève pas de la raison mais « l’instinct naturel de protection » ! L’enfant n’a aucune « possibilité naturelle » de refuser les soins de ses parents (il pourrait au mieux réclamer l’assistance « d’autres parents », et encore que cette solution ne peut lui venir en tête qu’à partir d’un certain âge……..) ; par conséquent il est normal dans ses conditions d’exiger qu’il permette au moins la survie de ces derniers dans leur vieil âge ! Mais j’ai bien dit la « survie », ce qui exclut toute exigence qu’ils en fassent le « maximum », vieux principe que les moralistes actuels sont en train de ramener à grandes pompes (les enfants qui mettent leurs parents en maison de retraite seraient des enfants « indignes »…… Mais alors dans ce cas il est aussi indigne de mettre en crèche ses enfants en bas âge pour aller travailler ! Désolé « un paiement vaut assistance », c’est cela précisément le principe de « l’échange », c’est « ceci que les libéraux doivent rappeler ») ! L’assistance aux parents âgés n’a pas à être un « esclavage » pour les enfants ! Mais celle-ci n’en reste pas moins « due » car « juste » !

  • Teratutelle : le fait que Johnny Halliday soit fortuné ne vous laisse pas plus de droits sur son argent que sur celui de n’importe qui et du patron de bar.

    De toute manière, ce texte avait pour objectif d’étudier un type précis de justification de la redistribution ou de contraintes étatiques et si ce type de justification était vrai avec JH, il le serait avec le patron de bar.

    Si la justification du prélèvement à l’encontre de JH était seulement son niveau de richesse la réponse serait bien entendue différente et la comparaison avec le patron du bar n’aurait pas eu lieu d’être.

    Simplement, il est rare que la justification relative au niveau de richesse ne s’accompagne pas de la justification du type « vous devez le rendre à la société ».

    Concernant vos commentaires sur l’enfant, j’ai précisément écrit que l’enfant n’était pas en mesure de consentir, je n’imagine donc pas sérieusement qu’il puisse « refuser les soins que ses parents lui donne »

    La question est de savoir si nous pourrions attribuer à l’enfant un consentement fictif basé sur le fait que s’il avait été en mesure d’y consentir il aurait sans doute accepté « le contrat » qui consiste à remplir à l’égard de ses parents des obligations à la hauteur de celles qu’ils ont accomplis pour lui. Sur ce point votre position ne me parait pas déraisonnable,et je n’ai pas d’avis tranché sur la question.

    Enfin, vous m’invitez à « réfléchir deux secondes » en vous étonnant que je puisse sortir de « telles énormités ». J’ai bien entendu conscience qu’on ne réfléchit jamais assez et votre conseil ne peut que m’être utile mais je me demande aussi si votre habitude de terminer toutes vos phrases par des points d’exclamation exprime une propension démesurée pour la réflexion, et si par conséquent, je ne pourrais pas, moi aussi, tout en restant dans l’esprit de l’intention charitable que vous avez eu à mon égard, vous retourner le même conseil ?

  • Oh !…….De tels « consignes d’écriture » ne me paraissent guère dans l’esprit libéral !…….Chacun écrit comme il veut (de mon côté je ne juge en rien la « forme » de vos textes et commentaires), je fais ainsi sur « tous les forums de débat », inutile donc de vous sentir visé visé à titre personnel ! La ponctuation exprime divers « ressentis », mes écrits sont donc tout simplement le reflet de ce que je « ressens ».

    Autrement pour revenir au cas de l’enfant, je crois que c’est compliquer inutilement les choses que de les poser ainsi : pour moi il s’agit d’une simple question de « responsabilité » (terme pleinement « libéral », n’est-ce pas ?) : voyez-vous ce qu’il advient quand une maman abandonne son bébé dans la nature………Si par chance une autre personne ne l’aperçoit de suite et le sauve, « mort s’en suit » pour lui ! Et bien de la même manière passé un certain âge un humain devient ainsi « totalement incapable de s’assumer » : c’est donc alors « au tour de ses enfants de prendre leurs responsabilité » en empêchant de la même manière sa mort ! Une fois de plus il s’agit bien uniquement de traiter des situations « extrêmes », en aucun cas je ne plaide pour le retour à l’époque de la « prison familiale » (famille physiquement unie père mère enfants et grands-parents « pour l’éternité »), comme à l’évidence le réclament nos conservateurs !

    Et concernant le consentement de l’enfant, j’ai en fait voulu dire qu’à cet âge c’est plutôt la question de son « non-consentement » qui est à poser, d’où ma remarque qu’il n’est pas en mesure de refuser la « première partie du contrat : les soins de ses parents ». Or dès l’instant où cette première partie est mise en oeuvre, obligatoirement elle implique la seconde selon la logique de responsabilité que je viens d’exprimer. Si à première vue ça peut sembler une forme d’esclavage, c’est cette notion de « responsabilité » qui la rend plus acceptable en l’atténuant, à mon avis…….

  • « il faudra considérer, au regard des prestations reçues et de la contribution de l’individu à leur financement, un solde global, créditeur ou débiteur. »

    Pas en cas de mort. La vie et la mort est toujours absente de votre réflexion ! Vous raisonnez toujours à individus éternels sans vous en rendre compte…

    Le solde ne peut QUE être débiteur. Car sans don l’enfant ne vit pas, il meurt. Et effectivement sa liberté consiste en refuser de donner à son tour, la définition du don est qu’il n’est pas obligatoire de donner en retour. Mieux, le don reçu est forcément plus grand que le don subséquent, puisqu’il est premier, donc la cause de tous les dons ultérieurs.

    Il est totalement illusoire de penser qu’on puisse « équilibrer » un compte. Le premier qui donne a gagné, toujours. Il n’est pas possible de lui donner « en retour » c’est illogique, le don n’a pas de retour.

    Si donc la vie n’est possible que par le don pur des parents, alors elle ne peut continuer que par une suite de dons ininterrompue. Pour autant elle peut s’arrêter, par le refus de donner à son tour.

    Mais par ailleurs l’appropriation de la matière originelle n’est pas DE DROIT. Ce n’est pas logique non plus. La matière originelle n’est pas du fait de l’homme. L’homme y ajoute son travail, il peut légitimement déclarer que cet ajout provenant de lui lui appartiendrait. Pour autant ça n’est qu’une partie de « valeur ajoutée » sur la matière originelle, qui par ailleurs n’a jamais été explicitement donnée par quiconque à aucun homme.

    Donc l’appropriation de la matière originelle, ne peut se concevoir que comme une acceptation des autres hommes à l’utiliser, dans la mesure de la compensation lockéenne « à condition qu’il en reste assez pour tous, présents ou à venir », ou à défaut de possibilité « à condition d’une compensation ».

    Le Revenu de Base est donc la compensation au droit de propriété. Nul n’est en droit de s’approprier exclusivement la matière originelle. En aucune façon.

  • « Totalement d’accord avec Galuel concernant l’appropriation de la matière originelle » ! Tout est expliqué ici :

    http://www.wikiberal.org/wiki/G%C3%A9olibertarianisme

    Distribuer à chacun la part de matière première qui lui revient de droit n’a rien d’une « socialisation de la terre » ! La « compétition économique individuelle » propre au libéralisme ne peut s’appliquer qu’entre des individus « partant tous au même point de départ ». Car s’il n’en était pas ainsi, la compétition sportive elle-même aurait la réglementation suivante : à chaque nouvelle compétition elle accorderait au « vainqueur de la compétition précédente » le « privilège de partir 50 mètres après la ligne de départ ou cinq minutes avant les autres joueurs » ! Qui est prêt à accepter cela ? Personne ? Tout le monde s’accorde à dire que la « justice » consiste à mettre « tout le monde sur la même ligne de départ » ? Bon, alors pourquoi n’en irait-il pas de même en matière économique ??………

  • Galuel, en effet dans les deux premiers paragraphes « prestations fournies par l’état » et « bénéfices tirés d’une société libre » le raisonnement se fait entre contemporains. En revanche, le troisième paragraphe traite du don fait par chaque génération à celle qui le suit. J’aurais du trouver un titre plus explicite.

    Bref vos reproches, c’est trop injuste !

    Plus sérieusement, je précise que ce n’est pas moi qui adopte le raisonnement en terme d’équilibre des comptes. Je tente de pousser jusqu’au bout une logique qui n’est pas la mienne et je tente de montrer qu’elle aboutirait au libéralisme.

    Je ne vois pas très bien ce que la question (très intéressante) de la matière originelle viens faire dans la discussion et en tout cas je ne vois pas en quoi elle rendrait faux ce que j’ai écrit.

    Mais dans l’ensemble merci pour la pertinence de vos commentaires.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
Macron retraités décideurs troisième voie
4
Sauvegarder cet article

L’époque est à la panique certifiée, aux pythies labélisées « science » et aux prédictions hasardeuses érigées au rang de vérités… Santé, démographie, climat, comme le craignait Aider, l’homme s’est soumis à la technologie, comme il le fit, antan, au Créateur Divin. L’avenir tout tracé, lui, peine à se conformer aux modélisations… Nos prodiges de dirigeants se sont engouffrés dans la brèche : fonder leurs décisions sur un avenir scientifiquement validé relève de la providence.

Ignares ? Oui, sans conteste mais avant tout opportunistes.... Poursuivre la lecture

La France était présentée il n’y a pas si longtemps comme une Union soviétique qui aurait réussi. Le point de départ est, à la Libération, le programme du CNR en particulier « Les jours heureux », et les ordonnances de 1945 qui ont créé la Sécurité sociale. La spoliation légale généralisée devenait le mode de fonctionnement du pays.

 

Néfaste par routine

À cause de cela les gouvernements successifs ont glissé vers un étatisme de plus en plus étouffant. Le vol légal, baptisé « solidarité » pour la « justice sociale » et « l’... Poursuivre la lecture

Par Llewellyn H. Rockwell Jr.

Le Mises Institute a été fondé en tant que centre de recherche basé sur des idées libérales classiques qui ont toujours fait l'objet de critiques : les idées de Mises et la tradition de pensée qu'il représente. Cela signifie que l'accent est mis sur l'école autrichienne d'économie et, en philosophie politique, sur la liberté individuelle et la nécessité d'empêcher l'État et ses intérêts de l'écraser, comme tous les États du monde sont enclins à le faire.

La première priorité d'un tel institut est de... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles