Marine Le Pen, nationaliste et socialiste

La fille de Jean-Marie a tenu son premier discours en tant que président du FN

La fille de Jean-Marie a tenu son premier discours en tant que président du FN. J’en ai écouté la moitié sur BFM TV. Elle n’a pas la verve de son père, ni les pointes d’humour dévastatrices qui ont fait sa réputation. Comme Bernard Tapie, Le Pen père faisait un vrai show de bateleur. Sa fille, elle, présente un profil beaucoup plus rigoureux, sérieux et glaçant. Mais aussi de ministrable. La droite va devoir compter sur elle, et elle semble beaucoup plus ouverte à des négociations qui pourraient amener des responsables du FN au pouvoir, dans les collectivités territoriales ou dans un gouvernement de droite après 2012, le temps que la droite perde et se remette en question. Jean-François Copé aura certainement du mal à pactiser avec une extrême droite intrinsèquement antisémite. Mais son camp n’aura sans doute pas ses scrupules personnels, et son ambition pour 2017 exigera une stratégie de rassemblement large (s’il est encore en course d’ici là).

Ce qui m’a frappé dans son discours, c’est qu’il était très proche d’un Besancenot sur le plan économique et social. Pratiquement rien sur l’entreprise, sur la fiscalité, sur l’innovation (j’ai peut-être raté ce passage), en revanche de lourds passages de dénonciation de l’argent du capital, des riches, des bourgeois. L’appel aux nationalisations, au grand retour de l’État dans les secteurs stratégiques, aux relocalisations forcées et des mesures similaires dressaient un programme digne de l’internationale socialiste. Les deux différences sont la ligne ultrasécuritaire et répressive, et la dénonciation de l’islamisme (toutefois pas de l’islam, en tout cas pas dans la conclusion, même si l’islamophobie était ouvertement assumée, et implicitement toute immigration issue d’Afrique du Nord) sur le même plan que celle du mondialisme. Cette femme froide, dure et aux objectifs beaucoup moins confus que ceux de son père, a clairement fait la promotion d’un programme qui sonne connu en Europe.

L’extrême droite est-elle de droite ?

Le libéralisme, barrage ultime contre l’extrême droite.