Marine Le Pen, nationaliste et socialiste

La fille de Jean-Marie a tenu son premier discours en tant que président du FN

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marine Le Pen, nationaliste et socialiste

Publié le 17 janvier 2011
- A +

La fille de Jean-Marie a tenu son premier discours en tant que président du FN. J’en ai écouté la moitié sur BFM TV. Elle n’a pas la verve de son père, ni les pointes d’humour dévastatrices qui ont fait sa réputation. Comme Bernard Tapie, Le Pen père faisait un vrai show de bateleur. Sa fille, elle, présente un profil beaucoup plus rigoureux, sérieux et glaçant. Mais aussi de ministrable. La droite va devoir compter sur elle, et elle semble beaucoup plus ouverte à des négociations qui pourraient amener des responsables du FN au pouvoir, dans les collectivités territoriales ou dans un gouvernement de droite après 2012, le temps que la droite perde et se remette en question. Jean-François Copé aura certainement du mal à pactiser avec une extrême droite intrinsèquement antisémite. Mais son camp n’aura sans doute pas ses scrupules personnels, et son ambition pour 2017 exigera une stratégie de rassemblement large, s’il est encore en course d’ici là.

Ce qui m’a frappé dans son discours, c’est qu’il était très proche d’un Besancenot sur le plan économique et social. Pratiquement rien sur l’entreprise, sur la fiscalité, sur l’innovation (j’ai peut-être raté ce passage), en revanche de lourds passages de dénonciation de l’argent du capital, des riches, des bourgeois. L’appel aux nationalisations, au grand retour de l’État dans les secteurs stratégiques, aux relocalisations forcées et des mesures similaires dressaient un programme digne de l’internationale socialiste. Les deux différences sont la ligne ultrasécuritaire et répressive, et la dénonciation de l’islamisme (toutefois pas de l’islam, en tout cas pas dans la conclusion, même si l’islamophobie était ouvertement assumée, et implicitement toute immigration issue d’Afrique du Nord) sur le même plan que celle du mondialisme. Cette femme froide, dure et aux objectifs beaucoup moins confus que ceux de son père, a clairement fait la promotion d’un programme qui sonne connu en Europe.

L’extrême droite est-elle de droite ?

 

Voir les commentaires (11)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (11)
  • Sur le plan économique le FN a indéniablement changé de discours, encore récemment ils assumaient leur coté poujadiste avec réductions d'impots,ect… le socialisme étant plus à la mode, le vent tourne.

  • Cela va singulièrement simplifier les prochaines présidentielles : plus aucun candidat de droite, je reste chez moi et je prépare mes bagages !

  • Bien vu pour l'orientation ultra-étatiste du lepenisme en jupon.
    Pour reprendre l'expression du borgne, en matière de (manque de) liberté, l'extrême droite et le socialisme, c'est bonnet blanc et blanc bonnet. A vomir.

  • C'est à cause d'Alain Soral, c'est lui qui lui a mis tout ça dans la tête. Il a même dit fièrement que le coup de la loi de 1973, et de financer la politique sociale avec la planche à billet de la banque de France, c'était lui…

  • Franchement, ce parti a beau être a l'exact opposé de mes convictions, j'aurais pu il y a peu encore voter FN afin de faire un peu le ménage dans ce pays, je parle d'incivilités, de voitures avec 2Kw de sono, de motos et quads en échappement libre, etc, et bien sûr pour l'alternance car, de fait, c'est la même mouvance qui gouverne depuis la fin de la seconde guerre mondiale, on oscille de moins en moins largement autour du même centre de gravité, même si les hommes et les noms des partis ont changé.
    Mais le retour aux racines socialistes du FN m'ôte un cas de conscience : en l'absence de candidat de droite, en 2012 je n'aurai pas à choisir entre le FN et l'abstention, je ferai la grasse matinée!
    À moins bien sûr qu'il y ait un candidat libertarien, ce dont je doute fort vu que la mouvance au pouvoir contrôle les candidatures via la loi des 500 signatures…

  • elle y gagnera un 75% dans la g… face a strauss-kahn en 2012.

  • Erratum, ce que j'ai dit sur le FN est plutôt injuste !

    Le FN, ce n'est pas que du national socialisme. C'est du national socialisme vert, un vrai programme de nazillons (le nazisme avait instauré des lois sur la protection de la nature les plus strictes et sous la Pologne occupée, le braconnage était passible de la peine de mort). Tout pour plaire quoi. Cf un extrait du discours de Marine hier :

    "Malgré notre manque de goût pour les délires de bobos citadins qui confondent écologie et retour à l’âge paléolithique, le bons sens nous interdit de croire à la viabilité d’une planète dont le seul projet collectif serait de généraliser à 7 milliards d’individus le niveau de consommation et de gaspillage des ressources sur le modèle Etats-Uniens.

    Voilà pourquoi nous engagerons une grande politique de « relocalisation » des productions, c’est-à-dire concrètement le rapprochement des lieux de production et de consommation afin de renforcer notre autonomie alimentaire et énergétique.

    Cette politique de relocalisation profitera aux producteurs locaux et régionaux ; elle privilégiera l’emploi local et aboutira à limiter l’extension toujours incontrôlée des infrastructures de transports, et à une diminution des coûts des marchandises par une fiscalité incitative.

    La relocalisation à l’embauche, à la production et à la consommation entrainera la diminution de l’impact des transports et des pollutions qu’ils génèrent, la réduction du nombre des intermédiaires garantira une meilleure traçabilité, gage de sécurité pour les consommateurs.
    […]
    De manière plus générale, nous devons avoir le courage de dénoncer la logique consumériste."

  • http://fortune.fdesouche.com/30214-marine-le-pen-

    Assez longue interview de MLP consacrée à la finance et à l'économie. Il ne reste pas grand chose du poujadisme originel, mais des positions économiques et des sorties dignes du Besancenot ou de Ségolène dans ses grands jours. ça fait penser à du socialisme national à la mode Pétain, avec références au redressement national, à la morale et à la vertu…Par contre critique de tout ce qui est Europe, monde, banques, collusion de l'argent-roi etc. J'attendais une sortie sur l'internationale juive mais elle n'est pas venue etc…Pas bien enthousiasmant tout ça…

    • les sorties sur la finance juive, c'est dans les réunions privées

      • j'etais à tours , j'en ai encore des larmes : enfin maintenant oui , je suis fier d'etre FRANCAIS :mais elle va avoir du travail à changer les mauvaises habitudes des citoyens(30 ans de laisser aller c'est enorme ), mais elle est courageuse et nous allons oeuvrer pour lui donner la foie..

        • mauvaises habitudes de l'état plutôt (plus de 30 ans dans ce domaine…) , et c'est drôle pour cela je n'ai pas confiance en la fifille le pen

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Christopher Paige. Un article du Mises Institute

Un cliché typique dans les milieux socialistes est que les pauvres et les opprimés refusent de voter pour leurs intérêts économiques. Voir, par exemple, l'ouvrage de Thomas Frank What's the Matter with Kansas ? How Conservatives Won the Heart of America.

Cette théorie est utilisée pour justifier divers stratagèmes antidémocratiques visant à "protéger" les personnes vulnérables contre elles-mêmes. Si, après tout, les pauvres ne votent pas dans leurs intérêts, alors pour... Poursuivre la lecture

Par Robert Guiscard.

Le Club de l'économie du Monde se propose de faire débattre décideurs et "experts" sur les grandes mutations économiques. Quels traits constitutifs se dégagent de leur Cité idéale ?

Trois aspects semblent se dessiner : la souveraineté européenne et numérique, la transition écologique et enfin des conceptions économiques originales sur la dette, l’inflation ou la dépense publique que je regroupe sous le terme de nouveaux économistes.

Malheurs de la souveraineté : l'autarcie et la citadelle assiégée

Sur... Poursuivre la lecture

Bien qu'il ne se situe que peu de temps après la survenue inattendue de la pandémie de la Covid-19, qui habilla 2020 d'une aura d’étrangeté maudite, le cru 2022 entrera dans les annales de l'histoire, mondiales et françaises, comme ayant été l'année de toutes les nouveautés.

Des prismes inédits de lecture de notre monde commun ont fait leur apparition. La Nouvelle guerre froide, qui s'est déclenchée le 24 février par l'invasion russe de l'Ukraine, servira de plus en plus comme paradigme explicatif d'événements internationaux sans rappo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles