Fillon, euro, course à l’abîme

Quelque soit le problème, la solution est toujours plus d’Europe

François Fillon a une solution prévisible au fiasco de l’euro :

« Afin de consolider l’euro, nous devons harmoniser nos politiques économiques, fiscales et sociales. Nous devons mettre en place un système de gouvernance économique pour la zone euro. La Grande-Bretagne ne fait pas partie de la zone euro ; mais les décisions que nous prendrons auront une grande importance pour la Grande-Bretagne. »

L’interview complète, intitulée « La Grande-Bretagne doit nous aider à sauver l’euro » est sous clé derrière la solidité de la muraille de péage du Times.

Laissons de côté la tentative de François Fillon d’entraîner la Grande-Bretagne dans les problèmes d’autrui, et concentrons nous plutôt sur le point principal de son affirmation. Arriverez-vous à voir l’erreur dans sa logique ? L’intégration européenne est en situation d’échec, donc il nous faut plus d’intégration européenne. J’ai eu un accident avec mon kart, alors confiez moi un semi remorque ; je n’arrête pas de faire chavirer mon canot, alors confiez moi un paquebot.

Ceci est, bien sûr, la réponse des euro-élites à toutes les difficultés. Quelque soit le problème, la solution est toujours plus d’Europe. Tristement, le fait qu’ils ont abandonné la logique et la raison ne veut pas dire que les eurocrates ne vont pas continuer à pousser. Bien au contraire, ils ont même déjà commencé.

Repris du blog de Daniel Hannan hébergé par le Telegraph avec son aimable autorisation.