Mes eurobonds, des trésors

Juncker a décidé de monter sa réthorique d’un cran

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jean-Claude Juncker (Crédits European Council, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mes eurobonds, des trésors

Publié le 9 décembre 2010
- A +

Un article d’Open Europe.

Jean-Claude Juncker (Crédits European Council, licence Creative Commons)
Jean-Claude Juncker (Crédits European Council, licence Creative Commons)

Il y a environ 2 semaines, le président de l’eurogroupe Jean-Claude Juncker suggérait poliment que, « en Allemagne, les autorités fédérales et locales sont doucement en train de perdre de vue le bien commun européen. » Mais après que Berlin ait claqué sans pitié son idée de bons du trésor communs à l’eurozone, Juncker a décidé de monter sa réthorique d’un cran.

Dans un interview aujourd’hui à l’hebdomadaire allemand Die Zeit, il dit que les idées allemandes sur les eurobonds sont un peu simpliste, et il avance l’argument suivant :

« [Les Allemands] rejettent une idée avant de l’avoir étudiée. […] Cette façon de créer de nouveaux domaines tabous en Europe et de ne pas s’occuper des idées des autres est une façon très non-européenne de traiter les questions européennes. »

Un réaction tranchante aux commentaires de Juncker nous provient du Frankfurter Allgemeine Zeitung, le solide quotidien allemand conservateur. Un édito d’aujourd’hui avance :

« Apparemment, c’est non-européen d’ériger des tabous. C’est, par contre, tout à fait européen de tordre les traités de l’UE et d’enfreindre l’interdiction des sauvetages de pays en difficulté ? Quand on émet un eurobond, les pays à mauvaise réputation peuvent jouir de taux d’intérêts plus bas, et les pays avec une meilleure solvabilité en paient le prix. Ces faits financiers mathématiques sont réels, quoi qu’en puisse dire Juncker. »

Un article dans Der Spiegel taille encore plus en pièce la sotte définition de Juncker de ce qui constitue un bon Européen. D’après un officiel du gouvernement allemand, les eurobonds augmenteraient les taux d’intérêts de 1% pour l’Allemagne, ce qui coûterait €480 millions chaque fois que le pays emprunterait 48 milliards. Les Luxembourgeois n’auraient pas ce problème, comme ils n’ont pas vraiment besoin d’emprunter.

Comme le dit cet officiel « est-ce cela que ça veut dire, un bon Européen ? »

Repris du blog d’Open Europe avec l’aimable autorisation de ses responsables.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Si le renouveau revendiqué par Emmanuel Macron pour son second mandat présidentiel signifie qu’il ambitionne de renouveler, au sens de reconduire, le « quoi qu’il en coûte » budgétaire des années précédentes, on peut dire que le Projet de loi de finances 2023 ou PLF 2023 présenté lundi dernier en Conseil des ministres répond à merveille à cette ambition. Il n’est que de comparer les avis successifs de la Cour des comptes ou du Haut Conseil des Finances publiques (HCFP) rendus chaque année sur le sujet pour s’en convaincre.

Avec une rég... Poursuivre la lecture

Le gouvernement allemand a demandé aux exploitants le maintien en réserve jusqu’au 15 avril 2023 de deux centrales nucléaires dont la fermeture était prévue au 31 décembre 2022 afin de fournir, si nécessaire, de l’électricité au cours de l’hiver à venir.

« La tâche consiste à assurer la sécurité de l’approvisionnement » a déclaré le ministre fédéral de l’Économie et de la Protection du climat, Robert Habeck.

Est-ce la dernière cigarette du condamné, ou le mégot qui permettra de rallumer le foyer du nucléaire allemand ?

&n... Poursuivre la lecture

Le gouvernement doit chaque année résoudre un problème récurrent : le budget.

Il consiste à faire correspondre une liste de dépenses prévues, ordinairement classées dans l’ordre des ministères qui les présentent à l’approbation des parlementaires, avec une liste d’impôts et de taxes. Les gouvernements n’ont en effet aucun autre moyen que ces deux instruments pour se procurer de l’argent.

Depuis plus de 40 ans néanmoins, devant la difficulté d’équilibrer ses comptes, le gouvernement a fait appel au crédit. Comme chacun le sait, c... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles