Mes eurobonds, des trésors

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jean-Claude Juncker (Crédits European Council, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mes eurobonds, des trésors

Publié le 9 décembre 2010
- A +

Un article d’Open Europe.

Jean-Claude Juncker (Crédits European Council, licence Creative Commons)
Jean-Claude Juncker (Crédits European Council, licence Creative Commons)

Il y a environ 2 semaines, le président de l’eurogroupe Jean-Claude Juncker suggérait poliment que, « en Allemagne, les autorités fédérales et locales sont doucement en train de perdre de vue le bien commun européen. » Mais après que Berlin ait claqué sans pitié son idée de bons du trésor communs à l’eurozone, Juncker a décidé de monter sa réthorique d’un cran.

Dans un interview aujourd’hui à l’hebdomadaire allemand Die Zeit, il dit que les idées allemandes sur les eurobonds sont un peu simpliste, et il avance l’argument suivant :

« [Les Allemands] rejettent une idée avant de l’avoir étudiée. […] Cette façon de créer de nouveaux domaines tabous en Europe et de ne pas s’occuper des idées des autres est une façon très non-européenne de traiter les questions européennes. »

Un réaction tranchante aux commentaires de Juncker nous provient du Frankfurter Allgemeine Zeitung, le solide quotidien allemand conservateur. Un édito d’aujourd’hui avance :

« Apparemment, c’est non-européen d’ériger des tabous. C’est, par contre, tout à fait européen de tordre les traités de l’UE et d’enfreindre l’interdiction des sauvetages de pays en difficulté ? Quand on émet un eurobond, les pays à mauvaise réputation peuvent jouir de taux d’intérêts plus bas, et les pays avec une meilleure solvabilité en paient le prix. Ces faits financiers mathématiques sont réels, quoi qu’en puisse dire Juncker. »

Un article dans Der Spiegel taille encore plus en pièce la sotte définition de Juncker de ce qui constitue un bon Européen. D’après un officiel du gouvernement allemand, les eurobonds augmenteraient les taux d’intérêts de 1% pour l’Allemagne, ce qui coûterait €480 millions chaque fois que le pays emprunterait 48 milliards. Les Luxembourgeois n’auraient pas ce problème, comme ils n’ont pas vraiment besoin d’emprunter.

Comme le dit cet officiel « est-ce cela que ça veut dire, un bon Européen ? »

Repris du blog d’Open Europe avec l’aimable autorisation de ses responsables.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Michel Gay et Dominique Finon.

Duplicité et effets d’annonces sont à la manœuvre dans l’Union européenne pour saborder discrètement le nucléaire dans les faits.

Paradoxe et duplicité

La Commission européenne a publié le 31 décembre 2021 un document appelé « taxonomie » sur les critères de classement des technologies pouvant donner lieu à financement privilégié par les fonds verts. Le nucléaire y figure ainsi que les centrales électriques à gaz très émettrices de CO2 (plus de 400 gCO2eq/kWh), sous le prétexte de faciliter la ... Poursuivre la lecture

Pierre Baudry. Un article de The Conversation.

Angela Merkel a incontestablement marqué l’histoire moderne de l’Allemagne. Son arrivée au pouvoir en 2005 et son exceptionnelle longévité – comparable uniquement à celles de Konrad Adenauer (1949-1963) et de Helmut Kohl (1982-1998) – font d’elle une figure centrale de la politique allemande et européenne contemporaine.

Toutefois, après la fin de son dernier mandat en 2021, son parti (CDU-CSU, démocrate-chrétien) et son successeur désigné, Armin Laschet, ont été vaincus dans les urn... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Claude Goudron.

L’économie est un domaine trop sérieux pour la confier à des hommes politiques qui, par manque de connaissance et surtout par électoralisme sont prêts à de nombreux manquements aux fondamentaux de l’économie.

Trois choix de financement

Le premier choix de nos dirigeants est tout d’abord et par facilité celui de la fiscalité. C’est tout à fait normal à la double condition qu’elle reste équitable et surtout que soit fixée une limite tolérable, c’est-à-dire qui ne défavorise pas la pays par rapport aux autres da... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles