France, la faillite ?

Recension du livre de P. Herlin : France, la faillite ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
P. Herlin : France, la faillite ? (Crédits : Eyrolles, tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

France, la faillite ?

Publié le 1 novembre 2010
- A +

Je viens de terminer la lecture du dernier livre de Philippe Herlin : France, la faillite ?, qui dresse le bilan de la situation actuelle et établit quelque prospectives et méthodes pour minimiser la casse au niveau individuel…

Le livre, de 160 pages (et à un prix fort démocratique de 14€), se lit très vite ; les notions abordées y sont clairement expliquées et on vient rapidement au cœur du problème : la dette de la France dépasse les 1500 milliards d’euros, ne cesse de croître, et la probabilité d’un problème majeur de financement augmente chaque jour.

L’ouvrage se charge donc d’aborder très concrètement les différents scénarios qui se présentent à nous, et ce qu’on peut faire pour, au niveau individuel, se protéger des conséquences potentiellement catastrophiques d’un défaut de l’Etat.

La force du livre est d’être factuel : foin d’idéologie sur ce qu’il aurait fallu faire ou éviter, politiquement ou économiquement, il se borne à retracer l’historique de la dette, à constater qu’elle est insupportable à plus ou moins court terme, et que, sauf à compter sur un miracle, on se dirige droit vers une faillite totale ou partielle de l’Etat français.

Quelque part, cet aspect purement factuel des éléments fournis fait froid dans le dos : cette conclusion de faillite inévitable est dure à avaler, tant son pessimisme semble fondé – mes lecteurs réguliers, connaissant mon positionnement, ne seront cependant pas surpris.

Philippe Herlin : France, la faillite ?

Mais cette rude mise à l’épreuve devant les faits permet toutefois de se réveiller : non, il n’y aura pas de politique magique ou d’homme providentiel pour sauver la situation, et oui, il va falloir en passer par de bien douloureux moments pour espérer voir la situation s’améliorer à plus long terme. Et bien évidemment, on peut d’ores et déjà se préparer aux longs gémissements des collectivistes qui verront dans le krach de la sociale-démocratie et cette faillite étatique la main du turbo-libéralisme méchant vilain, la marque des spéculateurs et des banksters divers & variés qui ont avantageusement remplacé la finance apatride de sinistre mémoire.

Le livre fournit en outre quelques intéressantes pistes de réflexions sur ce qu’un Français moyen, sentant le danger approcher et voulant s’en protéger, devra faire pour garer ses miches. Comme de juste, les propositions faites sont assez proches de celles qu’on peut trouver sur ce blog, ainsi que, bien sûr, sur celui de l’auteur.

Je ne peux qu’encourager mes lecteurs à se procurer le livre : la fenêtre d’opportunité pour agir, en tant qu’individu, et sauvegarder ce qui peut l’être, est relativement étroite.

Je ne peux aussi que regretter qu’un tel livre ne sera probablement jamais dans les mains des décideurs, ou que, s’il y parvient, ces derniers se garderont bien d’en appliquer les principes et les remarques pourtant pleins de bon sens.

En attendant, préparez-vous : achetez de l’or, et du plomb.
—-
Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Hourra, nous n’allons plus payer la redevance télé !

Génial : 138 euros de plus par an, cela va considérablement augmenter le pouvoir d’achat des Français en cette période d’inflation. À titre de comparaison, l’effet de l’inflation sur un salaire médian en France, c’est 1323 euros de pertes annuelles (un mois de SMIC), mais ce calcul ne frappe que le salaire, aucunement les pertes de valeur de l’épargne et des liquidités.

Mais cessons de nous plaindre ! Enfin un pas qui va dans le bon sens : la diminution de la pression fiscale ... Poursuivre la lecture

La situation n’est pas réjouissante : alors que l’État français entend se mêler de tout et régir la vie de ses habitants presque dans ses moindres dimensions, non seulement cette prétention se fait au prix d’un endettement faramineux (choix de société, diront certains) et de déficits permanents, mais cette politique de gribouille se fait sans vision du lendemain, sans réelle perspective, et sans aucune rigueur ni efficacité.

Un constat accablant qui met en jeu tant le présent que notre avenir, qui s’en trouve lourdement hypothéqué.

... Poursuivre la lecture

Dans l’accumulation de désastres de ce premier quinquennat, notre sémillant ministre en a raté un : en plein confinement covidien le 23 mars 2020, il n’a pas écouté les appels à nationalisation lancés par M. Roux de Bézieux, président du MEDEF, principal « syndicat d’employeurs français ». Oui, dans notre douce France rongée par le libéralisme le plus sauvage, on ne dit pas un « syndicat patronal » mais un « syndicat d’employeurs ». Et M. Roux de Bézieux suppliait le ministre du « quoi qu’il en coûte » de songer aux nationalisations. Pour mém... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles