Ryanair, modèle ou voyou ?

La France est un pays qui a fait le choix courageux de ne destiner l’avion qu’aux riches

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Publicité pour Ryanair, spécialiste des publicités décalées

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ryanair, modèle ou voyou ?

Publié le 20 octobre 2010
- A +

Ryanair est l’enfant de la dérégulation de l’espace aérien. La fin des monopoles d’Etat a vu émerger des compagnies à bas coût de ce type. Jusqu’alors, les monopoles d’Etat étaient des entreprises aux prestations médiocres mais paradoxalement coûteuses. La philosophie d’un monopole public est simple : quitte à ne viser qu’un public riche, autant le maltraiter.

Ryanair a su réduire tous ses coûts, au point de suggérer que l’usage des wc pourrait devenir payants, ou que les passagers pourraient bien avoir à voler debout, ce qui est un comble. Pour parvenir à des vols à 5, 10 ou 15 euros, tous les moyens sont bons, Ryanair a été à la pointe de l’innovation pour offrir à tous des vols accessibles, moins chers que le premier transport en commun public et monopolistique local. Résultat, le public a répondu présent, entraînant une croissance impressionnante  du chiffre d’affaire d’année en année malgré les annonces à la limite du mauvais goût (ou du dangereux lorsque Michael O’Leary, pdg de Ryanair, demande l‘absence de copilote : « Si le pilote a une crise cardiaque, il sonne en cabine et fait venir une hôtesse qui a été préalablement formée pour faire atterrir l’avion. »). Une deuxième clef du succès de la compagnie, moins glorieuse, c’est la chasse aux subventions publiques. Lorsque les villes ne refusent pas l’ouverture de nouveaux aéroports, elles choisissent au contraire de subventionner les compagnies qui s’y installent. Encore l’un des grands paradoxes français : comment imaginer un marché libre sans entraves, ou sans subventions ?

Ryanair est allé plus loin dans l’ingénierie sociale. Un conflit est alors né, opposant Ryanair à l’URSSAF. Navigant sur le droit européen de la libre circulation des travailleurs, Ryanair a choisi une interprétation un peu libre des textes, et n’a pas déclaré ses salariés installés en France sous le droit français. Pas de contrat de travail rigide, pas de charges sociales exorbitantes. Bref, les conditions pour offrir des billets pas cher. Cela n’a duré qu’un temps. Lorsque la sanction est tombée, le patron de la compagnie a préféré faire à sa compagnie une bonne pub, au détriment de la France, en annonçant son retrait progressif de Marseille, causant la perte d’environ 1.000 emplois. Qu’est-ce que 1.000 emplois quand on en détruit et qu’on en créé 20.000 tous les jours en France ? Marseille a d’autres priorités, comme de bien payer les grutiers de son port à ne pas faire grand chose.

Ce départ a vite fait saliver notre compagnie nationale, beaucoup plus chère : Air France a tout de suite vu la place que sa propre compagnie à bas coût pourrait saisir. L’annonce a été un peu rapide, car les autorités se sont alors apperçues que CityJet copiait sans vergogne les recettes de Ryanair. Une procédure est en cours pour « travail dissimulé ». Fin du rêve pour la compagnie nationale.

Dans le sillage du Grenelle de l’environnement, la France est un pays qui a fait le choix courageux de ne destiner l’avion qu’aux riches. Au nom de l’environnement, sûrement.

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Alex : Il faut préciser mon garcon. Moi j'habite a coté de Marseilles , et Ryanair pour aller visiter Londres a 60 e aller retour , j'en garde un souvenir mémorable, parce que sinon , je n'aurais pas eut les moyens pour y aller

    Et j'en ai rien a taper des salariés sur-payés et feignéants d'air France et de entreprises planifiées et collectivisées : La libre concurrence ne leur donne que ce qu'ils méritent !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jon Hersey. Un article de la Foundation For Economic Education

La croissance de la startup Boom illustre parfaitement la beauté et la puissance des marchés. Ils incitent à expérimenter pour trouver la meilleure réponse aux besoins des clients, car une entreprise gagne lorsque ses clients gagnent aussi.

La startup Boom Supersonic, basée à Denver au Colorado, développe actuellement un avion de ligne qui dépassera la vitesse du son en vol et United Airlines a annoncé son intention d'en acheter 15, avec une option pour 35 de pl... Poursuivre la lecture

Par Michel Albouy.

Quand on est un pilote d’Air France, une compagnie prestigieuse qui porte les couleurs de la République française et qui a fait voler le Concorde, on peut se croire insubmersible et penser que tout continuera comme avant et qu’in fine l’État sera toujours là pour faire face aux petits problèmes comptables d’équilibre d’un compte d’exploitation. C’est bien ce qui est en train de se passer à nouveau avec la crise sanitaire.

Air France : petit rappel historique

Fondée en 1933, Air France est née de la fusion de q... Poursuivre la lecture

Par Michel Negynas.

C’était mon rêve d’enfant de prendre l’avion pour aller à l’autre bout du monde. Mais je pense que vous ne vous rendez pas compte des rêves dont on doit préserver les enfants. L’aérien, c’est triste, mais ne doit plus faire partie des rêves d’enfants aujourd’hui.

Mme la Maire de Poitiers semble considérer que le seul intérêt de prendre l’avion, c’est d’aller d’un point à un autre. Et décide de « préserver » l’enfant de certains rêves… Elle a fait l’unanimité contre elle, car on ne part pas impunément en guerr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles