Merci les d’jeunes !

Les jeunes sont les vraies victimes du refus de toute réforme des retraites

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Merci les d’jeunes !

Publié le 28 septembre 2010
- A +
C’est un cri du cœur que pousse aujourd’hui « Restons Correct ! » à l’adresse de notre belle jeunesse. Un cri anticipateur mais sincère pour celles et ceux qui vont s’échiner au travail pour payer les retraites des vieux cons de notre espèce : merci d’avance les d’jeunes, vous êtes formidables !

Car au cas où vous ne l’auriez pas compris et contrairement à ce que prétend la gôche pour une fois à peu près unanime, ce ne sont pas les « riches » qui vont payer. D’abord parce que compte tenu des besoins de financement ils ne sont pas assez riches, ensuite parce que, du train d’où vont les choses, ceux qui ne se seront pas encore barrés sous des cieux fiscalement moins infernaux seront de moins en moins riches ou, si vous préférez, de plus en plus pauvres.

C’est le miracle de ce système de retraite par répartition que la planète entière nous envie : plus il y a de vieux à la retraite et plus les d’jeunes sont obligés de radiner sur leur (vraie) galette-saucisse pour que les vieux puissent continuer à se remplir (ne serait-ce qu’un peu) la panse.

Si vous ajoutez au tableau l’augmentation des dépenses de santé liées à celle de l’espérance de vie, vous pouvez parier sans risque que, à l’instar de l’ensemble de nos régimes sociaux, notre système de retraites va inéluctablement virer à la déroute façon débâcle de juin 1940. Pas sur en effet que les « actifs » de demain acceptent sans moufter de travailler toujours plus pour cotiser encore plus au nom de la sacro-sainte solidarité entre les générations. Ca risque même d’être le contraire et la fuite des cerveaux, des talents et des compétences vers des cieux moins imprévoyants risque fort de succéder rapidement à celle des capitaux.

Surtout si, pour des raisons purement idéologiques, les responsables politiques de toutes obédiences s’obstinent à refuser toute évolution vers un système de retraite par capitalisation.

C’est pourquoi quand vous croisez un ou une d’jeune, vous avez tout intérêt à être cool, même si vous n’aimez pas son look ou si sa zique vous casse les z’oreilles. Évitez de le ou la faire trop chier. Si ça se trouve, c’est lui ou elle qui va devoir tafer comme un ou une malade pour vous nourrir pendant encore quelques temps…

Article repris avec l’aimable autorisation de son auteur.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Sûr que les jeunes qui manifestent pour payer plus alors qu'ils auront moins, ça fait sourir jusqu'à ce que ça explose.

  • Mwarf…
    Il est sûr qu’une retraite dépendante des aléas de la bourse est plus sûre qu’une retraire étatique !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
boomers non-travail orpea actionnaire
8
Sauvegarder cet article

Je suis un boomer et cet état de fait me range dans la catégorie des salauds de vieux qui sont plus riches que les jeunes. J’ai donc des comptes à rendre aux révoltés juvéniles. Je vais essayer de les régler dans cet article.

Les reproches faits aux boomers, la génération née après la guerre, relèvent à la fois d’une passion égalitariste et d’une incompréhension de ce qu’est la vraie vie que ces jeunes n’ont pas encore vécue. Ils s’accompagnent aussi d’une pensée autoritaire et pessimiste pour juger la liberté dangereuse et le capitali... Poursuivre la lecture

retraites
3
Sauvegarder cet article

Dans le concert des pays développés et dits libres, la France tient une place à part : voilà qui devrait satisfaire les souverainistes de tous bords. La place est celle des élèves au bonnet d’âne dans un coin de la classe.

Car il est dramatique d’observer que l’âge de la retraite a été au cœur des projets des partis en présence, et se situe déjà au cœur des débats sur la cohabitation et la réforme des retraites que le Président a promis de « boucler à l’été 2023 ».

Je ne veux pas m’étendre sur le sujet, puisque je n’ai cessé d’é... Poursuivre la lecture

Je lisais hier dans Le Monde une enquête assez larmoyante sur la vie pas si rose que ça des femmes enceintes et des futures mères. On nous y expliquait que face au récit convenu de la maternité forcément heureuse, la parole des femmes se libère de plus en plus pour témoigner d’un envers du décor essentiellement constitué de souffrance, déprime, vergetures et isolement. Là n’est pas le thème central de mon article du jour, mais j’y trouve néanmoins un parfait exemple de ce que je veux vous dire.

Car après une longue série de complainte... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles