CE d’EDF : la CGT trébuche en double salto-arrière. Encore.

La CGT est, une fois encore, chopée la main dans le pot de confiture du Comité d’Entreprise d’EDF

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
logo EDF (Tous droits réservés)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

CE d’EDF : la CGT trébuche en double salto-arrière. Encore.

Publié le 22 septembre 2010
- A +

Tiens, encore un rapport de la Cour des comptes… Tiens, il s’intéresse encore au Comité d’Entreprise d’EDF. Tiens, il constate encore que tout le monde s’en met plein les fouilles au détriment du client final, que c’est géré n’importe comment et que la CGT, qui règne sur le bazar, semble partie pour continuer sur la même lancée. Stupéfaction. Surprise. Ébahissement. Agitation. Inaction.

Bon, ok, je n’ai pas encore lu le rapport qui a « malencontreusement » fuité comme en témoignent les petits pleurnichements tristes de l’Institution ; puisque celui-ci n’est pas officiel, je me contenterai d’analyser rapidement ce qui en est dit par ceux qui disent l’avoir compulsé.

Mais sans m’avancer et vu le contenu des révélations, il semble bel et bien que le comité d’entreprise d’EDF (entreprise dans laquelle l’État est toujours majoritaire à plus de 80 %, ne l’oublions pas) a continué ses pratiques plus que douteuses déjà dénoncées il y a trois ans par la même Cour.

C’est toujours intéressant, ces études Avant / Après. En général, on présente un truc dans le genre suivant, pour vanter les progrès en matière de greffe de poil de marmotte (Dominique de V. peut en témoigner) ou les miracles d’un nouveau shampoing anti-calvitie :

Besancekenottes

Vous voyez le principe : d’un côté, l’image avant où on présente ce qu’on a observé lors de l’audit, généralement pas tip top, avec du poil rêche qui ne pousse pas sur les côtés et des trous visiblement avancés, ou, dans le cas qui nous occupe, des trucs et des machins qui ne sentent pas bons et qui flottent à la surface le ventre en l’air. Et de l’autre, l’image après, où on présente le résultat du shampoing / de la greffe / des intenses remises en questions, des progrès effectués, des traitements subis ou opérés.

Or, pour EDF, l’image donne à peu près ceci :

Avant, après, version EDF

Ami lecteur, le copiste en charge de restituer l'image de gauche sur la partie droite a commis 0 erreur dans son travail. Sauras-tu trouver les 0 différence ?

Les images ne sont pas forcément très parlantes, nous allons donc nous référer aux informations des organes qui nous rapportent la nouvelle. Le constat est édifoustillant, mélange d’édifiant et de croustillant : rien n’a changé en trois ans, et à la limite, c’est même pire.

Attention cependant : ici, on ne parle pas officiellement d’une vaste opération de magouille organisée. Non, là, il s’agit du tranquille travail de gaspillage désinvolte et totalement détendu du mobile (ce dernier étant : « c’est pour le bien des électriciens, voyons ! »). La Cour brosse en effet le portrait logique d’une institution livrée à elle-même, sapée par les gaspillages et les dysfonctionnements en tous genres.

C’est rigolo, cette définition, on dirait… La Sécu. Ou les retraites. Ou aussi le budget de l’État. Ou celui de certaines communes ou régions. Ou, en réalité, de toute organisation institutionnelle gérée sur les mêmes principes sains du Ce Qui Est À Moi Est À Moi, Ce Qui Est À Vous Est Négociable.

En effet, assurant pourtant ses revenus par une confortable ponction de 1 % sur la facture de gaz et d’électricité des Français, le bilan global laisse apparaître un petit troutrou joli de 32 millions d’euros (qui aurait dû être de 60 millions si les différentes caisses régionales n’avaient pas un peu rééquilibré les différents comptes de la caisse centrale), troutrou dont le diamètre global va encore augmenter cette année pour atteindre 70 millions.

Un trou de plus en plus gros, des mouvements de plus en plus saccadés alors que les recettes augmentent, là encore, un parallèle troublant ne peut manquer d’être fait avec d’autres caisses d’autres organismes gérés par la même guilde syndicalisée de flèches paralympiques de la comptabilité créative…

Mieux : la Cour relève qu’une partie des fonds collectés sur le dos des clients a servi, sans aucune espèce de justification, à alimenter les caisses… de la CGT (5,86 millions, tout de même, jolie performance). Par pudeur, on n’évoquera pas trop les 5 millions ponctionnés sur les dépenses sociales en 2008, puis 18,4 millions en 2009. L’inflation, que voulez-vous, touche apparemment davantage les riches que les pauvres.

Évidemment, toutes ces opérations, à la légalité parfaitement douteuse, n’ont fait l’objet d’aucun contrôle tant tout ceci se passe, on s’en doute, entre amis et gens de bonne compagnie. Après tout, ils travaillent tous pour le bien commun. Un petit bisou, et l’affaire est réglée. Et personne ne s’offusquera donc de l’utilisation de ces fonds pour venir financer des opérations syndicalistes, politiques ou pour rembourser les jours chômés des grévistes qui ont beau jeu, parallèlement, de venir pleurnicher (parfois jusque dans mes commentaires) que leurs jours à griller des merguez ne sont pas payés non môssieu non môssieu je sais mieux que vous d’abord patati, patata.

Finalement, les socialistes et communistes de la CGT montrent qu’ils sont comme tous les gauchistes collectivistes : ils ne comprennent rien à l’économie, gèrent les comptes d’une grande entreprise comme une épicerie de quartier, se vautrent lamentablement alors que les recettes augmentent, dans la plus parfaite opacité, se servent au passage largement, et viendront couiner qu’on les aide – Plus De Moyens ! – lorsqu’il ne restera que des ruines fumantes.

Après quoi, ce sont exactement les mêmes qui viennent nous expliquer comment il faudrait faire pour gérer – par exemple – les retraites. Pour de la crédibilité, c’est du béton armé précontraint, ça, mes petits amis.

Pas de doute : ils sont, eux aussi, opérés de la honte.

Voir les commentaires (24)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (24)
  • Absurdités ? La Cour des Comptes n'est pas réputée pour raconter des absurdités. Mais je comprends que découvrir s'être fait entuber pendant 33 ans est particulièrement douloureux. Condoléances.

  • Mais espèce de gros boulet, y’a tous les liens dans l’article, c’est repris directement des fils de la presse et des fuites (dont le lien est aussi fourni). Faut apprendre à lire, bordel. Et en plus, depuis 2007, personne n’a réagit parce que personne ne réagit jamais quand c’est la CGT qui magouille, et ce, depuis un moment.

    Bref : vous êtes un nième avatar d’idiot utile, croyant réellement que les dirigeants et les principaux nervis de ces syndicats sont là pour « le bien de leurs inscrits », ou pire, vous savez pertinemment que ce sont tous des escrocs, et vous venez faire de la retape pour adoucir l’amère pilule.

  • Le tout puissant CCAS serait-il un repère de bandits ?

  • Et le fonds du comité de coordination que les sages appellent «la cagnotte» il sert à payer des stylos Bic peut-être ???

  • Normalement un vrai milicien de la CGT connait les combines pour se faire payer ses journées de grève.

  • Désolé de te décevoir Raanuu mais il a aussi écrit : « Bon, au cas ou on nous lirait, soyons claire, c’est de l’humour noir, je suis pour la liberte d’opinion, je ne ferais pas de mal a un communiste, ni a un raciste, ni a un homophobe, meme un tres trash provoquant qui serait en train m’insulter. »

    Les chemises brunes, pardon, les gorilles du service d’ordre CGT devront patienter.
    http://www.flickr.com/photos/laura_genz/3670465665/
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2009/06/25/01016-20090625ARTFIG00475-quand-la-cgt-evacue-sans-menagement-des-sans-papiers-.php

    • Nan mais tu comprends pas. Les stals, leur truc c’est :
      – citation tronquée, hors contexte, photo truquée, calomnie et désinformation
      – préjugés sur leurs adversaires : les ennemis du peuple ne peuvent pas faire partie des minorités (noir/maghrébin, homo…) puisque comme chacun sait les minorités c’est de gauche, et puis les salauds de libéraux sont nés avec une cuiller en argent dans la bouche, c’est même un prérequis
      – inventer des agressions imaginaire pour justifier leur « défense » agressive : comme ici, où un propos à tendance sexuelle est interprété comme une incitation au viol alors qu’il comporte le mot « draguer » qui est quand même assez explicite, mais plus généralement, la « violence sociale », c’est-à-dire tout ce qui leur déplaît, justifie automatiquement une « réponse » musclée. Ça va jusqu’aux paroles d’ailleurs, vu que la liberté d’expression c’est pas exactement leur truc.
      – et bien sûr, même s’ils cherchent la bagarre, faut être 10 fois plus nombreux que les crevettes à qui ils s’attaquent, parce que un tête-tête avec un type de sa taille, ça va pas être possible

  • Excellente démonstration du calme et de la pondération chère aux nervis des syndicats.

    Troll baveux sans intérêt.

  • Raanuu, reconnais au moins une qualité aux liberaux: la liberté d'expression est absoluement sacrée pour nous. Va sur un site/forum extreme gauche et sort un truc un peu "deviant" vis a vis de leur pensée tu sera ejecté et tés messages seront modérés en moins de deux.

    • Même pas vrai. Ce lieu est une propriété privée. La liberté d’expression, ça veut dire que même si j’ai le pouvoir, et que tu dis sur ton blog que je suis un gros naze, j’enverrai pas les flics. Ça ne veut absolument pas dire que tu peux coller des affiches communistes sur le mur d’immeubles privés, ou qu’un propriétaire de radio doit laisser un égal temps d’antenne à tous les partis jusqu’aux nazis. Et là, en l’occurrence, c’est une site privé, hébergé avec des fonds privés c’est-à-dire notre boulot, et on ne se gênera pas pour supprimer l’équivalent internet des tags sur la moquette.

      On n’a rien contre un ou deux commentaires antilibéraux, on ne cherche pas à cacher aux gens que l’étatisme existe. Mais il ne s’agit que d’une tolérance qui n’a strictement rien à voir avec la liberté d’expression.

      La liberté, c’est faire ce qu’on veut avec ce qu’on a, et non pas exiger d’autrui qu’il vous prête main-forte avec son énergie, ses biens ou sa compétence.

  • Quelque soit les commentaires, les grands donneurs de leçon d'idéologies sont toujours pris la main dans le sac à un moment ou un autre et la CGT est un honteux exemple parmi d'autres, comme quoi les points communs existent entre le néo-libéralisme et les communistes, il nous la mettent comme il faut, avec les mêmes façons d'agir, seule la manière change…..Allez hop tout ça à la poubelle.

    • Vous auriez un exemple de libéraux agissant comme la CGT ? Blocages, détournements, intimidation physique ? Sinon on a l'impression que vous parlez dans le vide.

    • Oh oui, vite, des exemples d'extrémistes libéraux qui empêchent les ouvriers de bosser ! Vite, des exemples de terroristes ultra-libéraux qui font du trafic d'arme, du vol organisé, qui posent des bombes et font sauter des innocents !

      Notez que pour les kommunistes et socialistes, il n'y a aucun problème à en dresser une liste longue…

      • na mais tu comprends rien, les 100M de morts du communisme, c'est de la lutte des classes. C'est pour le bien tu vois, ça fait avancer la révolution prolétarienne qui est l'avenir de l'homme, alors que les libéraux ils bouffent des petits chinois LES SALAUDS§§§

  • les syndicats sont au dessus de tout soupçon , et oui ils sont la pour LA DEYFANSE DE NOS AKIS SOSSIAUX

    tout le monde le sait très bien, il ne faut pas s'inquiéter 😉

  • Non, je n'ai pas d'exemples de cet ordre, puisque je l'ai dit la manière change.
    Le fait qu'à la CGT il y est beaucoup d'abrutis ne se discute pas, c'est même une marque de fabrique chez eux et je sais de quoi je parle croyez-moi, j'ai souvent eu affaire à eux, malheureusement.
    Mais les libéraux n'ont pas vraiment à se glorifier de leur façons de faire ou les scandales ont aussi la part belle.
    La politique n'était pas faite pour çà à l'origine, sans blagues!!!! me répondrez-vous certainement. Mais vous savez en débattre, nous prendrai à tous un temps inimaginable, je ne veux cautionner ni les uns ni les autres, et dire qu'ils représentent le peuple me semble relever de l'utopie parfois.

    • Vous savez, une idée non justifiée ne vaut rien pour celui qui la lit. Surtout quand elle est exprimée dans une orthographe lamentable et quand elle s'autorise des contradictions débilisantes (relisez-vous : "avec les mêmes façons d'agir, seule la manière change"). Vous ne pouvez donc pas donner un seul petit exemple de ce qui ne tourne pas rond chez nous, afin qui nous puissions faire notre autocritique si nous le méritons ?

      • Ca rappelle un peu la pub de Cantona pour une célèbre marque d'électroménager japonais : "précis, pointu".

      • Mon savoir n'est peut-être pas égal au vôtre, vous me semblez avoir une très haute opinion de vous même, et si mon orthographe vous semble lamentable, votre agressivité via le net ne l'es pas moins, voilà par exemple quelque chose qui ne tourne pas rond chez vous, prendre les autres pour de la merde à partir du moment ou les gens n'adhèrent pas à vos idées et osent remettre en question vos certitudes ou votre intellect divin.
        J'espère cette fois que mon orthographe vous semblera moins "lamentable".
        A mon tour de vous demander de vous autoriser un peu d'humilité du haut de votre nuage.

        • Ne changez pas les rôles. C'est bel et bien vous qui vous permettez de dire des choses sur nous sans aucune justification. Nous attendons de vous que vous justifiez vos idées, un point c'est tout. Nous attendons de vous que vous nous exposiez votre savoir justement, que vous prétendez avoir. Jusqu'ici vous n'avez remis en cause rien du tout. Encore une fois, une idée non justifiée ne vaut rien pour celui qui la lit, c’est votre défaut, pas le notre.

          Qu'avez-vous cru ? Que l'on pouvait dire n'importe quoi sur n'importe qui sans avoir à faire face à des réactions (réactions qui ne me semblent pas démesurées puisqu'elles vous demandent seulement de vous expliquer) ?

          Quant à votre orthographe, si vous vouliez que je la qualifie de magnifique et respectable, il fallait me le dire plus tôt. Mais ne préférez-vous pas être un peu plus exigeant avec vous-même ?

          Bref, nous attendons toujours que vous justifiez cette idée que nous partageons quelque chose avec les communistes, que vous tapiez dans nos certitudes. En êtes-vous capable ou savez-vous seulement pleurnicher ?

  • Ecoutez, je n'ai aucune envie de vider mon fiel sur le net, vous avez raison si vous voulez , je suis inculte et fier de l'être et incapable de me justifier, je pleurniche si vous voulez également, d'ailleurs j'en ai fini avec vous, j'espère vous avoir donné l'occasion de vous défouler, vous avez l'âme d'un militant "bravo" à vous, vous auriez une place respectable dans le premier syndicat français, quant à mes capacités, je n'ai pas à m'en justifier, sortez donc la tête de votre poubelle!

    • Décidément vous êtes à côté de la plaque. Il suffisait de vous calmer, de respirer un bon coup, et de vous expliquer, afin que nous puissions vous comprendre, je ne vois pas ce qu'il y a de si insurmontable.

      "Je n'ai pas à me justifier." Ah oui, c'est nouveau ça, maintenant on peut dire n'importe quoi, accuser les gens d'être des idéologues, des militants, des gens "qui nous la mettent", etc, mais même pas besoin de se justifier…

      Vous me faites tout de même l'effet de quelqu'un qui péterait à table et accuserait comme un enragé son voisin simplement parce que celui-ci l'aurait regardé avec étonnement…

      Bon, et bien soit, dites n'importe quoi si ça vous chante, on ne tiendra cependant pas rigueur de vos propos.

  • Franchement qui pourrait être à l’aise de travailler dans un environnement pareil? Il faut savoir que le moral des employés compte beaucoup dans le travail. Si EDF ne faisait pas de pratiques douteuses, je pense que son revenu serait le même, et bien plus. Quand on se sent à l’aise dans son travail, on fait bien ce travail et on produit plus.

  • C’est tout à fait écœurant. Je pense que je ne serai pas capable de travailler là avant de tout ranger. Je trouve que l’inspection du travail ferait mieux de fermer cette boîte. Ainsi, personne ne serait plus victime de ce chantier.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Le dernier-né des rapports régulièrement consacrés à la question de l’audiovisuel public nous vient du Sénat. Il n’échappe pas à la règle propre à ce type d’exercices : comme ses (trop) nombreux prédécesseurs, ce document constate la gestion défaillante des sociétés de l’audiovisuel public, et propose comme d’habitude une augmentation du financement public et une nouvelle version du mécano institutionnel. Sans oublier, bien sûr, de prévoir la création de plusieurs  commissions et autres missions de préfiguration chargées de donner suite à ses... Poursuivre la lecture

Le vrai État de la France
3
Sauvegarder cet article

L'usage de la Ve République veut que le nouveau gouvernement, au sortir de l'élection présidentielle, commande un audit à la Cour des Comptes sur l'état du pays quand il arrive au pouvoir[...] Ne serait-il pas plus judicieux pour nos compatriotes d'avoir accès à cet audit avant les élections ? De connaître l'état du pays avant d'aller voter ?

Le vrai État de la France est cet audit qui n'est pas commandé avant les élections à la Cour des comptes, mais qu'elle ne désavouerait certainement pas, parce qu'elle pourrait avaliser les chiffre... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles