L’armée des anonymes

Alors qu’en France, les lobbys et les politiciens organisent la mise en coupe réglée d’Internet, l’armée des Anonymes s’organise. Et elle va faire des dégâts.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’armée des anonymes

Publié le 21 septembre 2010
- A +

Je l’ai déjà évoqué à plusieurs reprises dans de précédents billets, Internet est un médium très particulier en ceci qu’il représente à la fois un canal d’information et un canal de communication. Cette analyse n’est pas menée de la sorte chez les politiciens du pays dont la plupart ne comprennent à peu près rien aux tenants et aux aboutissants de cette nouvelle technologie. Ainsi, leur support éhonté des industries culturelles et la montée en puissance de lois et procédés iniques va très probablement provoquer la première guerre électronique massive. Et ce nouveau type de conflit promet d’éclairer d’un jour nouveau la notion de Pouvoir Du Peuple…

Il semble en effet que s’organise actuellement une véritable « opération Overlord » contre les Majors et toutes les entreprises, intimement liées aux Etats et dont les connivences avec le pouvoir n’arrêtent pas d’augmenter, qui profitent et usent d’un lobbying intensif pour avancer leurs pions et leur vision du monde.

Typiquement, en France, on retrouve les ex-entreprises d’Etat que furent TF1, FT / Orange, ou celles dont les accointances quasi-libidineuses avec les politiciens sont connues (Vivendi en fait un exemple frappant).

D’un côté, donc, ces entreprises et l’Etat, monopole de la force, gros bras musclés, esprit veule et tout ça. De l’autre, … les internautes.

Le combat semble inégal : l’internaute, c’est souvent Mamie Germaine ou Kevin Mîquet, qui n’y connaissent pas grand-chose, et qui sont régulièrement les cibles faciles et dodues des administrations diverses. Mais (et c’est ce qu’ont oublié les lobbyistes et les politiciens), l’internaute, c’est parfois un type surspécialisé en sécurité informatique ou un codeur de génie. C’est aussi, dans tous les cas, le membre plus ou moins actif d’une communauté, qui n’aime guère qu’on lui impose, ex nihilo, des lois dont jusqu’à présent tout le monde s’est passé sans que les portes de l’enfer s’ouvrent violemment.

Et cette communauté sait parfaitement prendre le temps d’expliquer à Kevin ou Mamie Germaine comment se défendre, le cas échéant. Cette communauté sait aussi faire appel à sa caractéristique première : le nombre des individus qui la composent.

Tout comme une fourmi seule ne peut lutter contre un tamanoir qui, en revanche, peut se retrouver bien embarrassé par toute un fourmilière en colère lorsque celle-ci est trop grande pour lui, l’individu seul a bien du mal à lutter contre les abrutissantes stupidités que l’État met sur son chemin électronique. La communauté des anonymes, en revanche, est puissante de son nombre et peut très bien renvoyer les velléités de domination et de contrôle de l’État au rang de caprice bien vite oublié.

Anonymous : get your ass behind a proxy and join the raid.Or, à force d’exciter la ruche, c’est exactement ce à quoi l’État et ses sociétés satellites s’exposent : un bon gros raid des familles contre leurs infrastructures, et une fessée mémorable. Le souci, c’est que cette fessée risque bel et bien de se traduire par des pertes économiques palpables pour ces entreprises (qui l’auront bien cherché) ; la France étant depuis bien longtemps installé douillettement dans le socialisme, ces politiciens socialiseront bien vite ces pertes, ce qui ne fera finalement qu’accroître la misère pour tous…

Ce qui est particulièrement agaçant, dans cette histoire, c’est que les politiciens ne sont pas à leur coup d’essai pour saboter le pays : chaque jour qui passe, et quasiment chaque billet écrit ici, montre qu’en réalité, le principal moteur des gouvernants, et de tous ceux qui aspirent à l’être, c’est le pouvoir pour lui-même ; la chimère du bien collectif, la probité, la saine gestion, le devoir de service public, tout ça, c’est has been depuis plusieurs générations. Dès lors, l’avalanche de taxes, la législorrhée ininterrompue, les déficits, les dettes, les gabegies, les discours si creux qu’on entend la mer quand on les porte à l’oreille, tout cela est devenu parfaitement banal et concourt dans la plus parfaite irresponsabilité à décaniller tout espoir de sortie du pays autrement que par le bas.

On ne peut dès lors être qu’atterré de constater qu’ils ajoutent à cette litanie de jmenfoutismes celle de l’incompétence catastrophique en allant provoquer les centaines, les milliers de hackers qui prendront pour cible les proies faciles de l’administration – incapable de simplement patcher ses propres serveurs, par exemple – et les grosses sociétés semi-privées qui auront eu l’idiotie de croire en la force de l’État pour se protéger.

Ne voyant même pas plus loin que le bout de leur nez, ces mêmes politiciens, ces mêmes entreprises et ces mêmes lobbyistes ne se rendent pas compte que la lutte qu’ils engagent est, d’ores et déjà, perdue pour eux : ils n’ont pas la légitimité, ils n’ont pas les compétences, ils n’ont pas les moyens et n’ont pas même l’idée de répliquer ou de pouvoir se défendre.

Si, un jour, anonymous décide de s’en prendre à l’appareil stato-capitaliste franchouille, je ne donne pas cher de sa peau. Et je serai le dernier à le pleurer.

—-
Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Bonjour,
    Désolé mais c’est de l’utopie votre anonymous
    Exemple à l’époque de l’affaire TOTAL ELF salie l’océan, pour éviter la cata sur les forum et autre et manipuler les internautes TOTAL ELF à engager une petite équipe d’expert pour analyser d’ou venez les attaques, et mettre en place une stratégie de réponse. En 2001 J’ai rencontré le chef d’équipe qui m’a expliqué avec quoi il travaillé. Des outils d’analyse qui aujourd’hui ont 10 ans de plus et donc de l’avance pour les prochaines cata au service de qui voudra bien le payer.
    Dommage l’idée est sympa.

    • Bon, je ne vois pas le rapport du tout.

      Ce dont je vous parle concerne internet et les attaques portées sur ce médium par les politiciens et les lobbys qui les suivent. Et des exemples où des sociétés ont du plier face à la tempête, il y en a (Scientologie, MPAA, RIAA, etc…) : http://en.wikipedia.org/wiki/Anonymous_%28group%2

      Non seulement, ça existe mais en plus ça marche. Ce n'est plus, de facto, une utopie.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la présentation, ainsi que des analyses précises et détaillées portant sur les enjeux liés aux techniques et technologies du numérique, objets d’un premier volume, puis la portée économique prodigieuse de ces technologies, étudiées dans un second tome, cette importante somme de connaissances et de réflexions se poursuit à travers ce troisième et ultime volume, consacré aux enjeux sociétaux et aux nombreuses questions que soulève la pratique du numérique.

Réunissant une nouvelle fois les contributions de multiples spécialistes ven... Poursuivre la lecture

Il y a 20 ans, presque jour pour jour, la Commission européenne imposait une amende record de 497 millions d’euros à Microsoft et lui imposait de produire une version de Windows sans Internet Explorer et sans Windows Media Player.

Ceci mettait fin à des années de procédures antitrust et arrivait à contre-temps alors que la concurrence avait déjà amplement limité le monopole de Microsoft sur ces deux produits.

Quelle ironie que Microsoft ait récemment renoncé à mettre à jour Internet Explorer et ait choisi de le remplacer par Edg... Poursuivre la lecture

Par Mohamed Moutii. Un article de l'IREF Europe

Aujourd’hui, les données personnelles sont devenues de véritables ressources dans notre économie mondiale. Internet a fait tomber les frontières nationales dans de nombreux aspects de notre vie quotidienne. Nous considérons souvent le commerce comme le transfert de biens entre des lieux ou des services, mais une grande partie du commerce mondial actuel est constituée de transferts de données moins tangibles, mais non moins réels, dans ce que l’on appelle les flux de données transfrontalie... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles