Une grève SNCF de plus qui choque à juste titre

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Une grève SNCF de plus qui choque à juste titre

Publié le 6 avril 2010
- A +

 

Fabrice Amedeo soulignait dans Le Figaro en décembre 2009 que les concurrents de la SNCF avaient « des coûts d’exploitation 30 % inférieurs à ceux de la SNCF du seul fait du régime social des cheminots ». Illustration chiffrée du coût des avantages obtenus grâce au pouvoir de nuisance maximal du monopole étatique.

Pourtant, les salariés de la SNCF ont recours à la grève pour la troisième fois depuis le début de l’année. La CGT (40 % des voix aux élections professionnelles) et Sud Rail (18 %) appellent à une grève reconductible « sur la question des salaires, du fret et des réorganisations au sein de l’entreprise ». Les syndicats ont refusé toute négociation avec la direction avant la grève, montrant par là leur intention de pénaliser au maximum les consommateurs pour peser ainsi dans le rapport de forces.

Didier Le Reste, secrétaire général de la CGT des cheminots, a ainsi déclaré sur RMC de façon menaçante : « Personne ne peut dire aujourd’hui combien de temps le conflit va durer ».

Dominique Bussereau, secrétaire d’État aux Transports, a réagi sur la même radio en qualifiant la grève en question « d’incompréhensible et affligeante ». Et d’ajouter : « C’est la troisième ce trimestre. On a eu celle de janvier, celle de février, celle de mars. [..] J’observe d’ailleurs que ça se déroule dans une sorte de course à l’échalote et de cacophonie syndicale puisque la CFDT n’appelle pas à la grève ».

Il faut espérer que l’ouverture à la concurrence promise ait lieu rapidement afin de permettre au consommateur d’avoir un choix véritable, de baisser les prix et de retirer le pouvoir de nuisance dont disposent aujourd’hui certains syndicats.

 

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • C'est peut-être un peu tard pour poster un commentaire, mais qui sont les 'concurrents de la SNCF' ??

  • Les autres modes de transport, les concurrents directs sur le fret, les futurs concurrent sur le transport de passagers

    • Ah oui … Les concurrents directs sur le fret, y'en a … plein et les concurrents sur le transport de passagers, c'est pour dans plus tard. Oui. Je vois.

  • Il faut espérer que l’ouverture à la concurrence promise ait lieu rapidement, afin de permettre au consommateur d’avoir un choix véritable, de baisser les prix et de retirer le pouvoir de nuisance dont disposent aujourd’hui certains syndicats.

    C’est bien dit, puisque c’est comme ça je ne vais pas prendre le SNCF de 9h23 pour là où je veux (bien fait pour eux !) mais je vais prendre le Arriva de 17h15 qui va ailleurs. Qu’est ce que c’est bien la concurrence, on a vraiment le choix…

    Soyons un peu sérieux, la concurrence n’apportera rien aux usagers, elle va permettre à quelques sociétés d’opérer des lignes de passagers et réduire les bénéfices de la SNCF ce qui peut rendre encore plus en colère les cheminots…

  • La SNCF fait des bénéfices….

    Je rigole plein grave là…

    RFF a été crée pour effacer la dette de la SNCF. RFF est née avec une dette abyssale…
    RFF loue les lignes à la SNCF.
    Mais RFF ne peut pas faire l’entretient des lignes, cela est rester du ressort de la SNCF.
    Donc la SNCF facture l’entretient à RFF.

    Est-ce que vous voyez la magouille arriver? Non?

    La SNCF boit la tasse chaque année de plus de 800 millions d’euros. Qui disparaissent comme par magie dans une surfacturation à RFF pour l’entretien des lignes.
    Et hop, grâce à la magie comptable de l’état, la SNCF fait près d’1 milliard d’euros de bénéfice… Mais RFF plonge de près de 2 milliards…
    Le trou actuel est de l’ordre de 40 milliards.
    http://www.vie-publique.fr/politiques-publiques/evaluation/ferroviaire-bilan-severe-cour-comptes.html#
    http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/AF-Com3-27-9.pdf

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Avec un taux de syndicalisation de 10,8 % déclaré en 2022, et même si tous les syndicats sont d’accord, ces derniers ne pèsent objectivement pas bien lourd. C’est probablement sur ce constat que compte le gouvernement pour faire passer sa énième tentative de stabilisation financière du régime des retraites en France.

Il est vrai que l’examen de la pyramide des âges, de l’espérance de vie et du taux de natalité en France n’incite pas à l’optimisme quant à la survie du régime actuel des retraites. Point n’est besoin de consulter le COR o... Poursuivre la lecture

Par Patrick Aulnas.

Il est décidément impossible de revenir à la raison au sujet des retraites.

Que l’on écoute les responsables syndicaux, les leaders de gauche, certains intellectuels signataires d’un soutien au mouvement de grève ou simplement les interviews micro-trottoir, on reste confondu par le niveau de la manipulation politique. Tout ce beau monde semble penser qu’il suffit d’une volonté politique pour faire le bonheur du peuple.

Toute personne raisonnable sait pourtant que la politique est régie par les émotions... Poursuivre la lecture

Le président de la République, le ministre de l’Économie, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Transports, le ministre de l’Intérieur et sept autres ministres ! Au moment où tout ce que la France compte de socialistes, de communistes, de trotskistes, de staliniens et d’anarchistes déferle sur paris au cri de « Ça va péter ! Ça va péter ! Ça va péter ! », le chef de l’État et onze des ses ministres - dont les plus essentiels à la résolution de cette crise - se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone.

 <... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles