La déroute de Juppé ? Ce sont les méchants réseaux sociaux !

Publié Par h16, le dans Édito

Comme je le disais hier, tout ne se déroule vraiment pas comme prévu pour François Hollande. En revanche, du côté des médias, la musique est posée, les paroles déjà écrites et l’orchestre joue donc fortissimo la partition qu’il s’est imposée.

Fillon grand vainqueur du premier tour de la primaire, il semble que seuls les réseaux sociaux et Contrepoints l’avaient envisagé sérieusement. En revanche, pour les autres, à savoir les politiciens et les médias, c’est la consternation.

Juppé, chancelant, en seconde position, semble groggy devant un tel écart. Sarkozy, littéralement blasté par le souffle de l’explosion, s’est éparpillé en rase campagne la soirée à peine entamée en décidant de lâcher la politique (une fois encore), tout en appelant ses électeurs à reporter leurs voix sur Fillon au prochain tour. Saluons au passage le geste « élégant » de Copé qui a lui appelé son électeur à effectuer le report sur Juppé. Bref, toute la classe jacassante est étonnée, voire un peu scandalisée que les choses ne se déroulent pas comme elle l’avait planifié.

L’aspect répétitif de ce type spécifique d’erreur laisse perplexe. Le rythme des déconvenues des faiseurs d’opinion s’accélère, mais, coincés dans leurs habitudes, ils refusent toujours autant de prendre le nécessaire recul et de s’interroger sur les raisons profondes de leurs errements. Les chroniqueurs / journalistes / experts / troubadours ne semblent pas s’apercevoir qu’ils tournent en roue libre et malgré les récents exemples de leurs plantages, refont les mêmes erreurs, au même moment, de la même façon.

liberation-une-fillon-sarkozyAinsi, il n’aura pas même fallu le temps d’une nuit pour que, d’une façon si extraordinairement prévisible, toute la presse commence à débiter de l’article assassin sur l’actuel gagnant. Libération, torchon sur-subventionné dont le lectorat est à peine plus important que les électeurs de Jean-Frédéric Poisson, se fend d’une Une tout ce qu’il y a de plus subtile, et qui, si la feuille de chou n’était pas officiellement du Camp du Bien, aurait fait hurler un peu tout le monde. Cette Une est évidemment accompagnée d’un article revenant sur le sombre vainqueur, pas du tout biaisé et ne faisant absolument pas passer pour des abrutis congénitaux ceux qui viendraient – idée saugrenue – à soutenir Fillon.

Pour certaines radios, il sera plus simple d’inviter sur son plateau l’une ou l’autre vibrante starlette, un people bien remonté ou une micro-célébrité cultureuse et de la laisser débiter ses pensées, en vrac, sur l’abominable stupeur qui l’a touchée lorsque les scores du premier tour de la primaire furent à peu près connus. Sur RMC, cela donne une bourdinerie grandiose, par exemple :

jean-michel-ribes-fillon

Ah, pour sûr, si Fillon était seulement le dixième de ce que prétend ce metteur en scène dont la subvention pourrait alors être remise en question, on comprendrait son désarroi et, dans la foulée, on en profiterait pour souhaiter ardemment l’arrivée du candidat de la droite à la présidence. Évidemment, un regard lucide sur son passé, son programme, l’électorat français et les habitudes du pays permettent de clairement repositionner les curseurs de l’hygiène mentale, et d’en conclure que Fillon ne sera pas, même de loin, un Thatcher français et que Jean-Michel Ribes pourra plus que probablement nous agonir de ses productions encore un pénible moment.

Et lorsqu’on n’a pas de starlette ou d’intermittent de la lutte finale disponible pour son plateau, on peut toujours faire appel… aux « meilleurs d’entre nous » qui se feront un plaisir d’intervenir. Tenez, prenez le malheureux second de cette primaire : en deux ou trois questions bien posées, Juppé sera le parfait candidat pour débiner Fillon à gros traits.

Au passage, on pourra douter grandement de la stratégie de Juppé qui continue de croire que sa survie est dans un rapprochement toujours plus important vers sa gauche, alors qu’elle risque bien de l’abandonner à son triste sort. Dans cette stratégie qui ressemble de plus en plus à une boulette machiavélique, Juppé oublie manifestement qu’en essayant de faire passer Fillon pour un gros droitard sans foi ni loi, prêt à débiter les acquis sociaux en petites tranches fines, il se positionne a contrario comme un bon gros social-démocrate bien mou et en tout point similaire à Hollande, que 96% des Français détestent maintenant avec application (selon les derniers sondages).

Il n’est pas impossible que sa stratégie cause à Juppé quelques soucis.

Mais à côté des manœuvres grossières de toute la clique jacassante, Juppé passe à la limite pour un gentleman faisant ce qu’on fait de bonne guerre en campagne électorale. Le pompon est en effet atteint par d’autres médias qui, à la subtilité légendaire de Libération, préfèrent répondre avec du gros mortier de 120 mm en laissant généreusement les théories conspirationnistes s’épancher dans leurs colonnes.

Pignouferies de presse

Pour ces épaves, pas de doute, si Juppé a merdouillé grave, c’est parce qu’il avait contre lui toute la fachosphère !

Aaaaah, les réseaux sociaux, qu’ils sont donc méchants et fourbes ! À tel point, M’ame Ginette, qu’ils ont à eux seuls fait chuter le gentil candidat de tous, le brave pépé Juppé. La presse avait pourtant bien fait son travail, en expliquant soigneusement à tous que Juppé était bien le candidat de l’ouverture d’esprit, du renouveau, qu’il allait permettre à la droite, enfin, de renouer avec le peuple, et tout ça.

Et là, patatras, voilà que les réseaux sociaux du Camp du Mal ont colporté des rumeurs (ceux du Camp du Bien ne font jamais ça), ont expliqué leur point de vue avec des mots très crus (ceux du Camp du Bien sont toujours cuits, marinés longuement avec des épices et des aromates délicatement parfumés) et ont fusillé la crédibilité de Juppé. C’est vraiment trop injuste !

gifa dr house disappointed déçu tristounet

Eh oui, vous l’avez compris : ceux qui ont émis des opinions négatives sur Juppé sont des fachos, des abrutis, des idiots, des colporteurs de rumeurs à la petite semaine. S’ils ne sont pas d’accord avec les positionnements du Candidat Officiel des Médias, c’est qu’ils ont un agenda caché ou s’il est visible, il est alors trempé dans la plus pure méchanceté.

Autrement dit, on nous rejoue ici, avec le même entrain, exactement les mêmes musiques que celles qui furent jouées pendant les élections américaines, pendant qu’il s’agissait de présenter le candidat Trump comme un parfait abruti, ou le camp du Brexit comme celui d’insondables imbéciles dont les électeurs ne pouvaient être que d’immondes crétins, des fascistes, des racistes, des xénophobes ou d’autres engeances insupportables.

Cette stratégie particulièrement fine des médias a remarquablement bien fonctionné en Angleterre, tout aussi bien aux États-Unis, et promet d’excellents résultats en France. Nos chroniqueurs / journalistes / experts / troubadours répètent les mêmes comportements, sans comprendre qu’ils obtiendront les mêmes résultats.

Forcément, ça va bien se passer.

forcément ça va bien se passer - vague
—-
Sur le web

  1. oui. impasse totale de la réaction des pro juppé. Comme c’est parti le score de fillon va être trés elevé au deuxième tour.

    1. On fera la queue le temps qu’il faudra. Après le nain énervé, on va se payer le scalp, ou le peu qu’il en reste, de Ju-pépé.

    2. Il parait que 600 000 sympathisants de gauche ont voté. Et c’est pas un gros risque d’estimer qu’ils ont voté pour éliminer Sarkozy en votant Juppé, et qu’il savent qu’ils ne peuvent pas empêcher Fillon de l’emporter donc c’est pas la peine pour eux de donner 2 € de plus à la droite. Juppé va donc perdre ~0,5 M voix de gauche, sur 1,2 M qu’il avait. Çà lui laisse capital de 0,7 M ; augmenté (un tout petit peu) des petits reports de NKM, Copé — lol –, et peut-être un peu Sarkozy et les autres, diminué de la démobilisation et du réflexe légitimiste de droite en faveur du candidat en tête.
      Juppé va faire moins qu’au premier tour, nettement moins. Je dirai autour de 500 000.
      Fillon va perdre en démobilisation, mais récupérer un gros morceau de Sarko et des autres. Je le vois à + de 2 M.
      Je savoure d’avance la baffe au baby Chirac, repris de justice.

      1. Pas mal le calcul. Je ne sais pas ce que peut donner un Fillon au pouvoir mais observer la mine dépitée de tous ces idiots dimanche soir nous donnera un petit plaisir avant de reprendre le boulot lundi.

        1. J’en reve, de plus j’ai rendez vous dans une administration, je vais jubilé en passant à la machine a café

      2. Il ne faudrait tout de même pas que ce résultat a priori définitif n’entraîne une mobilisation massive de la gauche au second tour. Je pense que c’est le calcul d’Alain Juppé. Si certains ont été surpris au premier tour rien n’indique que le second tour ne nous en réservera pas aussi une.

    3. D’autant que l’unique électeur de Copé ne suivra peut-être pas la consigne de son mentor.

      1. Si, l’unique électeur de Copé, c’est lui-même ;).

        1. Et alors ? il n’aurait besoin que de se trahir lui-même, il l’a déjà fait … 😉

  2. L’aberration qui choisit une photo de Sarkozy en figure de Christ en Croix … ou aura tout vu … trololol.

  3. Quelle mauvaise foi quand on y pense… La « fachosphère », le sobriquet Ali Juppé, les histoires de grande mosquée à Bordeaux et les accusations contre l’imam Oubrou ne datent pas d’hier. Pourquoi Juppé, son entourage et ses « soutiens » (Askolovitch en tête, mdr) ne s’en sont-ils pas formalisés avant ? A qui veulent-ils faire croire qu’ils n’étaient pas au courant ?

  4. H16: Saluons au passage le geste « élégant » de Copé qui a lui appelé son électeur à effectuer le report sur Juppé.

    Encore un clavier ruiné par le café, je devrais vraiment arrêter h16, ça me coute cher ! 🙂

    1. Faut investir dans une paille.

  5. La pire vacherie que pourrait faire les médias bien-pensants pour descendre Fillon serait de le soutenir.

  6. Il y a quand même un souci avec l’élection d’un Fillon.

    Il ne va pas pouvoir redresser la barre rapidement (voir pas du tout), ce sont les corporations d’état qui détiennent vraiment le pouvoir et si la France explose en vol (remontée des taux, etc.) sous une présidence « ultra-libérale », la France reprend du bon gros socialisme qui tache pour un siècle.

    D’un autre côté, même avec un Chavez aux manettes, les médias seraient capables de dire que c’est la faute de « l’ultra-libéralisme ». Mais les gens seraient beaucoup plus difficiles à convaincre,

    1. De toute façon, c’est quoi l’alternative ?
      On peut toujours rêver d’une version française de Gerhard Schröder et de ses réformes … mais c’est du rêve.

      Ce n’est pas « si » la France explose en vol : on y est déjà. Je n’ose même plus parler de « la » France, il y a beaucoup trop de divisions internes. Les gros malins qui ont semé le vent marxisme dans les école pour récolter de la chair à canons révolutionnaires, ont récolté la tempête islamiste à la place. La situation économique est affreuse. Mais ce n’est pas pire que la France des années 40 ou de 1958, et pourtant on a pu recoller les morceaux. C’est là qu’il est intéressant de remarquer que Fillon met en avant deux modèles : De Gaulle, grand maître de l’unité nationale a priori impossible –ce qui est banal à droite –, et Thatcher, –ce qui est totalement en dehors des clous même à droite –. Et les primaires ont montrer que cette ligne était populaire à droite, et Fillon a suffisamment écumer les meetings locaux pour le savoir.

      Est-ce que Fillon peut rapidement redresser la barre ? Je pense que oui. Je ne dis pas qu’il le fera (ce ne serait ni la première ni la dernière fois qu’on serait décu, trompé …), mais je suis sûr que c’est possible. Et que c’est même TRÈS facile au moins sur le papier (le diable est dans les détails, comme toujours …), parce que
      1) L’économie française est incroyablement solide et performante, quand on considère à quel point l’État la cravache et la saigne, ça semble un miracle qu’elle tourne, et pourtant, elle tourne. Alors, si on arrête de la brutaliser, je pense qu’elle n’aura aucun mal à se remettre en expansion.
      2) La plupart des gens ne se rendent pas compte, mais un agent public coute environ 100 000 € par an (salaires + dépenses annexes).
      Et, en plus, il détruit en moyenne 2 postes privés, dont l’État récupèrerait si ils existaient environ la moitié de la valeur ajoutée d’une façon ou d’une autre, c’est à dire que ce poste public est un manque à gagner de ~100 000 € pour l’État.
      Autrement dit, en supprimant 500 000 postes d’agents public l’État évite de dépenser 50 milliards, en fait renter 50 milliards de plus, et crée 1 M d’emploi privés pour un solde net de +500 000 emplois. C’est évidemment très macro , et, je le répète, le diable est dans les détails, mais c’est un mieux très visible.
      Rappel : il manque en France, par rapport au Royaume-Uni ou là l’Allemagne, 10 milliard d’heures de travail par an, 5 millions d’emplois ; Hollande a fait disparaitre 1 million d’emplois. Alors en récupérer 500 000, c’est bien sûr plus difficile que de les faire disparaitre, mais ce n’est pas un exploit surhumain.
      3) Les traitres actuellement au pouvoir s’en sont donné à cœur joie dans les débilités économiques, anti-OGM, anti-gaz de schiste et anti-nucléaire, gaspillage « renouvelables », « compte pénibilité », sabotage du logement et de l’uberisation, embargo anti-russe, etc. Ils en ont tellement fait qu’il y a l’occasion d’un coup de balancier en sens inverse, un « coup de frein à l’immobilisme ». Là encore faut pas rêver, la gauche n’a pas le monopole de la débilité économique et le bon sens ne s’imposera pas dans tous les cas, mais rien que faire un tout petit peu moins de grosses bêtises ça suffira pour produire un énorme mieux économique. Surtout qu’il y a des corporations d’État (total, EDF par exemple…) qui y trouveront leur intérêt et qui pousseront à la roue dans le bon sens. Rappel : Thatcher a bien profité du pétrole de la mer du nord.
      4) Le contexte politique international (Brexit, Trump !) est favorable.

      Bref : je n’ai pas assez d’espoir pour être déçu si tout ne marche pas idéalement, mais je pense qu’on peut raisonnablement espérer un mieux notable avec Fillon, suffisamment pour que le libéralisme ne servent pas de bouc émissaire ailleurs que dans la gauchosphère (de toute façon indécrottable). Il aura besoin d’un peu de bol (Thatcher en a eu) et de beaucoup d’habileté politique, mais c’est possible, et c’est de toute façon la meilleure option qu’on a eu depuis des décennies, et qu’on peut espérer pour les prochaines décennies.

        1. Je suis bien d’accord avec vous, maintenant pour faire avaler la pilule il faudra que chacun retrousse ces manches. Il faudra aussi renouveler nos commentateurs et journalistes dans les médias, remettre à plat le syndicalisme en imposant à chaque salariée d’adhérer à un syndicat en prélèvent une partie sur la csg par exemple sans l’augmenter pour autant. C’est indolore sur la fiche de paie et ça responsabilise le salarié et lui permet réellement de s’exprimer. Ensuite, les réformes les plus sensibles on les fait passer par référendums d’initiatives. Quand on regarde les sondages, La très grande majorité des français sont conscient, quelque soit leurs bords politiques, des réformes indispensables pour redresser le pays. Ensuite !? C’est démocratique.. Ça ne satisfait pas la minorité !? Pas de soucis, Les frontières sont ouvertes.

          1. Fixer arbitrairement la cotisation syndicale à 10 euros et investir massivement ces organisations pour en expulser du pouvoir ces syndicalistes professionnels? Libres ensuite aux syndicats de fournir des prestations….

            1. « Fixer arbitrairement la cotisation syndicale à 10 euros… »

              Et puis quoi encore ?
              Si vous voulez que les syndicats mafieux disparaissent, arrêtez de les subventionner en prélevant sur les salaires par la force les cotisations que les salariés ne veulent pas verser.

      1. On peut toujours rêver d’une version française de Gerhard Schröder

        On n’aura que des charlots à gauche ou au « centre ». Si au moins ils étaient Chaplin, on rigolerait un bon coup. Mais avec ces gens, on ne peut que ricaner de leurs actions, voire rire jaune.

      2. Un peu naïf ? C’est un peu facile de prétendre vouloir casser du travailleur devant un électorat de retraité (75% de l’UMP). À la présidentielle il va se calmer, et pendant son mandat, il fera de liberal ce qu’il a fait quand il était au pouvoir de 2002 à 2012 : moins que Hollande en 5 ans, c’est dire.

        1. tigrou777 : moins que Hollande en 5 ans, c’est dire.

          Hollande a fini de transformer l’État français en mafia anarchique. C’est difficile voir impossible de faire pire.

          tigrou777 : C’est un peu facile de prétendre vouloir casser du travailleur

          Hein !?

          Un « travailleur » sur trois est employé par un état qui est en faillite, c’est le gouffre et la casse qui attend tout le monde.

          Libérer les entreprises et diminuer les fonctionnaires c’est produire de l’emploi, de la richesse, de bons salaires et de la concurrence entre employeurs, la seule chose qui est capable de protéger les salariés.

          Ma femme a changé trois fois de boulot cette année en Suisse jusqu’à trouver le bon employeur et le bon salaire. Avec un chômage de 3.8% vous pouvez le faire, avec un chômage à 25% comme dans la jeunesse française, vous êtes un quasi-esclave, obligé d’accepter n’importe quelles conditions.

        2. +1 les gens oublie.nt que Fillon est avant tout le candidat majoritaire au primaire de la droite mais qui au final ne représente qu’une droite minoritaire en France. Fillon à moins fait sous Chirac et Sarkozy que Hollande sous son quinquennat, un peu de recul svp de même pour Schröder, ça serait pas mal de se rendre compte d’un point de vue purement factuelle et non idéologique que c’est la gauche qui entreprends certes sans le vouloir et avec tous les couacs que l’on sait les mesures de libéralisation de l’économie: depuis 1986, la droite est gaulliste et populiste au pouvoir alors que la gauche tend à se rapprocher contre son grès et ses aparachik de la social-démocratie. Et il ne faut vraiment n’avoir aucune identité ni culture pour se prévaloir d’un libéralisme reaganien et tatchérien sans se référer à Tocqueville ou Bastiat et à l’histoire française du libéralisme. Bref si il fait du Reagan il baisse les impots et fait couler le robinet des déficits et si il fait du Tatcher il enverra les CRS matter du zadiste ou que sais-je et fera un excellent usage du 49.3. Ca serait intéressant en effet comme le dit tigrou777 de connaître les tranches d’âge du vote Fillon.

          Michel C si je rigole de Schröder je fait quoi de la droite française: je pisse ou chie dessus? 🙂

          1. Lazarius: que c’est la gauche qui entreprends certes sans le vouloir et avec tous les couacs que l’on sait les mesures de libéralisation de l’économie

            lol !
            En Europe ça s’est passé comme cela dans certains pays.
            En France la gauche n’a fait qu’ajouter de bon gros clous au couvercle du cercueil.

            Toutes les soi-disant mesure de « libération » et de « desserrement de l’étau » (loi travail, bpi, redécoupage des régions) n’ont fait que rajouter des charges et des contraintes.

          2. « ça serait pas mal de se rendre compte d’un point de vue purement factuelle et non idéologique que c’est la gauche qui entreprends […] les mesures de libéralisation de l’économie »
            Factuellement ? Gauche et droite confondus, ils ne libéralisent, en dernier recours, et le moins possible, que pris à la gorge par la réalité. Et généralement quand l’élite (énarque etc.) lâche les manettes parce que moralement et intellectuellement incapable de faire le job (trop risqué et pas dans leur manuel), de sorte que ce sont des petits sortis du rang (type Monory, Beregovoy) qui font le taf.
            Il se trouve que la situation est suffisamment désespérée pour une louche de libéralisation. Juste une louche, pas plus (il n’y aura pas de « grand soir libéral » !). Et encore, il n’y a pas grand monde pour la mettre au menu. Faudra s’en contenter, et préparer la suite.

          3. Laza-rius dit : Ca serait intéressant en effet comme le dit ti-grou777 de connaître les tranches d’âge du vote Fillon. »

            Voilà votre problème : vous avez un biais et ne prenez même pas la peine de rechercher par vous-même et de vérifier vos préjugés. Parce que forcément vos préjugés sont la réalité.

            Extrait d’un article des Echos du 21/11 en lien :
            _______________
            Le député de Paris doit une partie de sa victoire à la forte mobilisation des femmes. Celles-ci représentent 62% de ses électeurs. À l’inverse, les hommes ont massivement voté pour le maire de Bordeaux (63%).

            40% des électeurs de François Fillon appartiennent aux catégories socioprofessionnelles supérieures et 16% aux catégories populaires. Par ailleurs, l’ancien locataire de Matignon a su mobiliser dans toutes les catégories d’âges : 36% de ses électeurs sont âgés de 65 ans et plus, 31% ont entre 50 et 64 ans, 21% ont entre 35 et 49 ans, et 12% ont entre 18 et 34 ans.

            68% des électeurs de François Filllon affirment enfin être de religion catholique. Un chiffre élevé pour celui qui est soutenu par le collectif « Sens Commun », émanation de la Manif pour tous, mais inférieur à celui des électeurs d’Alain Juppé (76%) et de Nicolas Sarkozy (75%).
            _______________

            Je sens que par rapport à ce que vous venez juste de lire vous allez nous en sortir une.
            (une piste : 95% des conducteurs ayant un accident ont le permis de conduire, c’est donc la faute au permis)

            http://www.lesechos.fr/elections/primaire-a-droite/0211515174240-primaire-a-droite-les-ressorts-du-vote-fillon-2044422.php

            1. Oui c’est bien ce qu’on dit, allons à peu de chose près, 66% de l’électorat de la primaire a plus de 50 ans… et la plupart sont cadre sup.

        3. Pierre Kirool (émigré)

          « c’est produire de l’emploi, de la richesse, de bons salaires et de la concurrence entre employeurs, la seule chose qui est capable de protéger les salariés »

          Oui, mais tout ça ne nous intéresse pas. C’est pour les pecquenots, nous on veut de la solidarité et du (v)ivre-ensemble.

          1. Ça n’intéresse pas les corporations et leurs valets, les médias d’état. Le peuple lui aimerait bien qu’on lui lâche la grappe…

  7. Evidemment que Pécresse est aigrie, elle a abandonné le camp Fillon pour rejoindre Juppé en se voyant déjà ministre. Maintenant elle se retrouve dans le camp du perdant, pas de bol…

  8. J’aime bien le commentaire sur les « troubadours » !

    Ceux-la devraient s’abstenir de faire des commentaires sur les candidats, qu’ils soient de droite, de gauche ou d’ailleurs. Qu’ils expriment leur malaise ou leur désapprobation face à une idée est légitime (on peut même admettre que se taire serait anormal en tant que représentant d’une culture). En revanche, en affichant un soutien à un programme ou un candidat, ils se posent en expert politique ou économique – ce qu’ils ne sont pas. Leur seule justification est alors de faire partie d’une élite. Cela est ridicule et totalement perceptible et le mépris que peuvent alors ressentir les « sans-dents » efface toute image positive.

    Et cela vaut pour une très grande partie des porteurs d’une carte de presse qui ont plus à voir avec le monde du divertissement qu’avec celui de la politique.

    La Reine d’Angleterre se doit d’afficher sa neutralité politique. C’est peut-être ça l’élitisme …

  9. Pour moi, dimanche prochain, on aura à peu près 3M d’électeurs.
    Et je pronostique un bon gros 70% pour Fillon, laminant ainsi Jupépé.
    Ce qui donnera les coudées franches au premier pour imposer ses idées à LR.

    En avril / mai prochain, on va bien se marrer.

  10. Oui les réseaux sociaux font rarement dans la finesse pour dézinguer untel ou untel mais la remarque est valable pour tous, Juppé (ni plus ni moins) comme les autres.

    1. Oui mais on ne peut pas quand même être satisfait que des rumeurs de la diffamation de la calomnie se propage, pour autant, l’idée saugrenue de ceux qui veulent ;d’une façon ou d’une; autre censurer ( réguler ) les réseaux sociaux serait qu’il existe une force quelque part avec une volonté politique à la manœuvre et méchante, tellement méchante..avec des intérêts inavouables…
      sauf que quand les médias .accusent un autre média sans se poser de question sur eux m^me .. ça fait rire…les médias devraient se poser la question de savoir pourquoi les gens ont autant confiance ou en tous les cas dans des médias qui relayent parfois des informations à la con…m’est avis que les dits gens ont compris que l’objectivité affichée des médias traditionnelles n’est plus du tout crédible.

      faut être gonflé pour un média essentiellement publique payé,de fait, par l’argent publique « enquêter objectivement » sur les dépenses publiques et les services publiques…

      Mais , le plus fascinant, c’est que tous ces gens ne s’en rendent pas compte..les conflits d’intérêt c’est pour les autres…les méchants.

      Le’ militantisme est transparent, tiens un exemple du jour..sur les violences policières…si j’ai oublié les détails…je me souviens d’un journaliste acceptant de qualifier une personne qui s’oppose à, je crois, l’expulsion de sans papiers d’un squat de manifestants….sans porter de jugement sur la légitimité d’une action, interdire aux forces de police de faire leur boulot, barrer une route, faucher le champ d’un particulier, dé »monter un mac do ( pas le sien), péter du mobilier urbain, saccager un supermarché , mettre du purin dans une préfecture ce n  »est pas manifester… d’ailleurs si vous imaginez des militants anti avortement barrant l’entrée d’un centre ivg….la chanson serait tout autre…
      en gros l’etat de droit c’est de la merde..

  11. Le plus amusant dans cette histoire est quand-même que les médias ont exactement, exactement, sans la moindre petite variation, la même réaction face à Fillon que face à Trump. C’est comme s’ils étaient incapables de réagir différemment, alors même que leur intérêt objectif serait d’essayer une autre tactique que cette diabolisation tout à fait contreproductive de leur point de vue, puisqu’elle ramène des voix au diabolisé. Mais non, ils continuent comme un disque rayé, à nous essayer de faire croire que Fillon est le mal incarné. Et Fillon n’a plus qu’à dire « n’ayez pas peur », et les gens le suivent, parce qu’un fils de notaire de province qui ressemble vaguement à un gentleman-farmer, on a vu mieux comme affiche de film d’horreur.

  12. M. Juppé, avec son casier judiciaire, n’aurait même pas dû se présenter. S’il n’avait pas été adoubé par les médias, ce point aurait été rappelé plus souvent…
    Il ne faut pas oublier qu’il est sorti de nulle part en 2014, à coup d’une interview par-ci, d’un sondage par-là, après avoir affirmé pour les municipales qu’il s’occuperait uniquement de sa mairie de Bordeaux.

    1. « M. Juppé, avec son casier judiciaire, n’aurait même pas dû se présenter. S’il n’avait pas été adoubé par les médias, ce point aurait été rappelé plus souvent… »

      Peut-être que certains avaient calculé qu’il ne fallait en parler qu’APRES son investiture par la droite …

  13. Génial, comme toujours ! La réaction de la bien pensanse médiatico-politique aux résultats électoraux qui ne lui plaisent pas démontre, une fois de plus et si besoin était, son caractère profondément anti démocratique.

  14. Le pauvre il est tellement chouchouté par les médias que ça fait drole d être attaqué des attaques d’ailleurs dont peu de gens avait entendu parler maintenant c fait comment se tirer une balle dans les 2 pieds Sarkozy lui a été massacré et finalement ca a porté ses fruits. Beaucoup aurait voté pour lui mais compte tenu de ce massacre il aurait eu peu de chance de battre le gentil Juppé et du mal à gouverner sereinement donc pour battre Juppé et avoir + de chance d être élu président le vote s est orienté sur Fillon. Jeter un œil sur la chaîne FranceinfosTV juste de temps en temps pour voir la mine déconfite de ces bons collaborateurs c est très drole un petit moment car c avec votre argent tout de même

Les commentaires sont fermés.