Primaire à droite : 4 leçons de la large victoire de Fillon

Publié Par Alexis Vintray, le dans Politique, Pushmobile

Par Alexis Vintray.

Les électeurs de la droite et du centre ont parlé nombreux hier, avec un message clair : François Fillon, avec près de 45% des voix, est très largement en tête de ce 1er tour de la primaire ouverte de la droite et du centre et sera, à 99%, le candidat de la droite à la présidentielle de 2017. Avec plus de 4,2 millions d’électeurs, c’est un succès populaire aussi, qui valide le principe même des primaires.

Victoire massive et d’adhésion pour François Fillon

Le principal enseignement de la campagne, c’est l’ampleur de la victoire de François Fillon, vote d’adhésion à un programme clairement libéral-conservateur, qui n’a pas menti sur la rigueur du régime à mettre en œuvre pour améliorer sensiblement la situation économique de la France.

Cette victoire n’est pas inattendue pour qui savait observer et lire les sondages. Sur Contrepoints, nous vous avions averti de tous ces signes objectifs et forts qui soulignaient la force de la dynamique de François Fillon.

C’est aussi une victoire qui doit beaucoup à la chance : François Fillon a pu capitaliser sur la mauvaise campagne de Bruno Le Maire et s’attirer ensuite un vote « utile » des électeurs d’Alain Juppé qui ne votaient pour le maire de Bordeaux que pour éviter Sarkozy, comme nous l’écrivions récemment. Avec aucun candidat « secondaire » à plus de 2,6%, il a littéralement siphonné les voix de Bruno Le Maire, Jean-Frédéric Poisson ou Jean-François Copé.

L’émergence positive d’un conservatisme à la française

Fillon n’est pas un libéral chimiquement pur, c’est un conservateur dans le sens classique du terme, presque anglo-saxon, courant quasiment inexistant en France depuis plusieurs décennies. François Fillon s’est revendiqué de Margaret Thatcher pendant cette campagne. À juste titre, tant la situation désastreuse de la France aujourd’hui et les idées de l’ancien Premier ministre se rapprochent de la situation de la Grande-Bretagne en 1979 et des idées libérales-conservatrices de Margaret Thatcher.

La victoire de François Fillon ouvre par là une fenêtre de tir pour les idées libérales dans le champ économique. Dans leur marasme politique actuel, les libéraux devraient s’en réjouir et rester critique sur les questions de société plutôt que de critiquer la non pureté randienne du candidat Fillon.

Le rejet massif de Nicolas Sarkozy et des affaires

Candidat en tête du 1er tour de la primaire à droite

Copie d’écran BFM TV

Même dans les départements qui semblaient acquis à l’ancien président, en PACA par exemple, François Fillon bat facilement Nicolas Sarkozy. Seule (petite) exception, la Corse (cf. carte à gauche). Dans le Var avec 44% contre 32%, ou dans les Bouches-du-Rhône avec 41% contre 30%. Dans le fief sarkozyste des Hauts-de-Seine, c’est l’humiliation pour Nicolas Sarkozy, avec 15% des voix contre 47% à François Fillon.

Une large victoire qui a relégué Nicolas Sarkozy à la troisième place des résultats de dimanche, défaite humiliante pour l’ancien Président qui a annoncé (une fois de plus…) se retirer de la vie politique.

Goodbye Sarkozy (Crédits : Contrepoints.org, CC-BY 2.0)Plus marginalement, c’est aussi le parcours judiciaire d’Alain Juppé qui est visé par le résultat clair de dimanche : les Français ne veulent plus de ces visages usés, associés à des multitudes d’affaires judiciaires ou condamnés en justice. En marginalisant ces deux candidats, les électeurs de droite soulignent l’envie forte d’une classe politique propre qui, quand elle est condamnée ou mise en cause, a la décence de ne pas se présenter à une autre élection.

Juppé : un désaveu cinglant, qui promet d’être pire au second tour

Le score, décevant, d’Alain Juppé, et sa 2e place, inattendue, souligne l’échec couru d’avance d’un positionnement très à gauche pour une primaire… de droite. À croire que l’antisarkozysme suffirait et qu’il était inutile de faire campagne, le camp Juppé s’est tiré une balle dans le pied. On rallie son camp avant d’aller draguer chez son concurrent et pas l’inverse.

Tristement pour les juppéistes, les premières interventions des porte-paroles d’Alain Juppé montrent qu’ils souhaitent amplifier ce positionnement absurde à gauche de la droite pour une primaire de droite. Le soutien empoisonné de NKM ne va pas aider le maire de Bordeaux d’ailleurs.

La question qui se pose désormais est de savoir si Alain Juppé peut faire encore moins au 2e tour qu’au 1er tour. Un scénario qui n’a rien d’inenvisageable : les électeurs de gauche (15% de l’électorat ce dimanche selon des instituts), qui ont largement voté Juppé, n’ont plus de raison de voter au second tour une fois Sarkozy défait et Fillon si largement devant. Juppé à 25% dans une semaine, un scénario qui n’a rien d’inenvisageable. Rendez-vous dimanche prochain !

  1. Devant la défaite M. Sarkozy a eu la classe de la reconnaître, pourquoi M Juppé n’en a t-il pas fait autant, cela aurait été de la grande classe à la hauteur de celui qui était qualifié de « meilleur des nôtres ». Pourvu pour lui que la défaite de dimanche prochain ne soit pas de 2.0 comme on dit aujourd’hui.

    1. Pourquoi ? Mais parce qu’il n’ a rien à perdre personnellement dans ce 2ème tour. Il n’a plus qu’une chance minime de l’emporter mais c’est une chance quand même et il sait que c’est la dernière pour lui. Le ton de son message n’augure rien de bon et je sens venir une semaine nauséabonde bien dans la tradition de la « droite la plus bête du monde ». Allons M. Juppé, un peu de bon sens à défaut de classe. F. Fillon se gardera bien de vous attaquer trop durement mais nous autres électeurs, si vous persistez, pousserons jusqu’à l’humiliation.

      1. oui, c’est vrai: il aurait pu se retirer.

        Mais ce n’est pas dans l »esprit de la politique »: en politique, on se « bat », « JUSQU’AU BOUT », ce qui peut se concevoir, voire se justifier, pour ne pas décevoir tous ceux qui ont « travaillé » pour vous et qui « ont cru » en vous L’élégance est admirable! La politique l’est moins!…

    2. Je plussoie. Il montre par cette obstination qu il manque de classe et aussi bien pire . Il montre en creux sa véritable ligne : rad soc fils de Chirac . Il va tenter de rallier les électeurs de gauche en attisant la peur ds leurs rangs .

      1. Je ne suis pas un politologue mais les électeurs de gauche peuvent ils avoir une préférence entre Fillon et Juppé ? Une haine de Sarko, oui et certains ont pu voter pour Juppé. Mais au delà ???
        Cela se verra peut être dans la participation.

    3. Je ne pense pas que Juppé puisse gagner au second tour vu la dynamique, néanmoins il est au second tour et il aurait été inepte de sa part de reconnaitre une victoire de Fillon. Laissons le second tour se faire pour observer les vrais rapports de forces.
      – Les scores respectifs.
      – La participation sera t’elle du même niveau, une fois Sarkozy débouté ?

  2. Excellentes nouvelles : deux pestes éliminés : Sarko … et les  trompeurs « instituts » de sondage.

    Dans le contexte d’un mode de scrutin irrationnel , voire injuste,  comme l’avaient expliqué inefficacement Condorcet, Arrow, Gibbard-Satterthwaite et d’autres *
    Reste à la droite, courant peu ou prou au secours de la victoire, à choisir comme notre (?) prochain président à tous entre un (trop?) vieux qui caresse les électeurs du centre et un plus jeune bien dans sa droite qui a tout de même abandonné les électeurs de son vieux fief sarthois pour devenir assez facilement député parisien, ce qui n’est guère signe d’élégance

    Si c’est Fillon, ça accroîtra le score du candidat des banquiers et des patrons qui rêve probablement plus encore ce matin, lui aussi, d’un « effet Fillon ». Alors que le succès du néo-éGologiste Jean-Luc Mélenchon n’est vraiment pas souhaitable.

    Les grands gagnants, même ceux se disant de gauche : les (ex?)-assujettis à l’ISF

    Triste avenir pour la France surendettée et surhabitée … que Fillon président.

    * https://m.youtube.com/watch?v=ZoGH7d51bvc

    1. Vous avez oublié J.F.Copé dans « les pestes »!

  3. Je souhaiterai profiter de la présente tribune pour postuler à un poste dans un institut de sondage.
    – Bien payé
    – Ayant le droit se tromper quasiment systématiquement sans que cela ait de conséquence.
    le rêve …

    Sinon je postulerai chez une agence de notation, c’est pas mal aussi… 🙂

    1. Vous avez beaucoup mieux comme poste: la météo nationale à Toulouse par exemple. Statut fonctionnaire avec tous les privilèges et vous pouvez faire des prévisions météo tous les jours en vous plantant 3 fois sur 4 pendant 30 ans (pas plus car la retraite arrive vite dans cette « catégorie ») sans jamais être ennuyé ou sanctionné…

    2. essayez aussi la magistrature : les juges ne commettent jamais d’erreur professionnelle, c’est bien connu

  4. Je remarque sans surprise qu’aucun analyste politique – en particulier sur les plateaux télé hier soir – n’ose véritablement dire ce qui a fait le succès de Fillon dans cette primaire de droite. En creux tout au moins : relativement au positionnement du « meilleur d’entre nous », le favori des sondages il y a peu encore, le futur vainqueur annoncé depuis des mois par les médias, bref le promoteur de l’identité heureuse qui a décoré de la légion d’honneur l’Imam Chalgoumi dans une vision très consensuel de la présence de l’Islam en douce France.
    Oui le succès de Fillon à droite est qu’il n’a pas biaisé lors de ses discours sur ces questions qui préoccupent les Français au premier rang, à savoir l’immigration de masse incontrôlée et l’islamisation de la société française, questions résumées en une crainte qu’ils évaluent eux-mêmes tous les jours directement, désignée parfois par la formule de « Grand Remplacement ».
    Fillon dans ses discours n’a pas esquivé de voir les liens bien réels entre l’Islam et le terrorisme, ce « terrorisme » désincarné car jamais ou presque attribué à ses thuriféraires par nos dirigeants et par nos médias. Ainsi, pas une des plaques déposées en commémoration des victimes des attentats du 13 novembre ne pointent la nature des assassins.
    Voilà à mon sens ce qui a fait hier la différence entre Fillon et Juppé dans l’électorat de droite. Mais nous devrions nous pas dire « enfin ! » ? Oui enfin, car l’alternative au FN – ce parti qui n’est pas tant scandaleux pour ses positions sur l’immigration que par son programme délétère socialo-étatiste – c’est bien Fillon. Ce n’est pas Juppé qui persévère sur la ligne bienpensante qui a fait faillite partout qui va nous tirer de ce mauvais pas. Nous devrions nous réjouir qu’enfin à droite quelqu’un arrête ainsi l’hémorragie des électeurs inquiets, partis se réfugier dans les jupes de Marine… comme les autruches enfouissent leur tête dans le sable. Car qui peut croire que l’arrivée du FN au pouvoir permette de trouver des solutions sur ce si difficile dossier ?
    Les Français, raisonnables, ne veulent ni de la pente, douce certes mais inexorables, vers le précipice, manière Juppé, ni du saut dans le gouffre sans parachute promis par le FN.

    1. ‘Les Français, raisonnables’ vont sûrement nous emmener vers une nouvelle alternance. Rendez-vous dans cinq ans pour le bilan, après quarante cinq ans d’umps.

    2. Assez d’accord avec vous et en particulier avec votre dernière phrase. Juppé c’est la mort lente et la victoire assurée pour le FN en 2022 et le FN c’est un saut sans parachute dans un gouffre genre lac en fusion d’un volcan (quand on voit entre autres son programme économique d’extrême gauche).

    3. Et pourtant Sarkozy était dans la même ligne mais de toute évidence on ne l’a pas entendu.

      1. En effet. Mais comme vous devez vous en souvenir, je suppose, Sarko avait fait du karcher un symbole de sa campagne de 2008, avant de le ranger dans l’armoire aux accessoires dès la présidence prise, se faisant le chantre du métissage et de l’Islam « de » France. Il n’est pas étonnant que certains de ces fans d’alors s’en soient souvenus…

      2. Sarko à eu sa chance en 5 années de pouvoir il n’a rien fait à part prendre des ministres de gauche et nationaliser des entreprises privé…Fillon était de la partie aussi mais chacun sait qu’en France c’est le président qui dirige le premier ministre n’est qu’un godillo exécutant…

    4. + 1. D’accord avec Jean-Michel. J’ai trouvé Fillon le plus libéral économique, mais sa posture conservatrice me plait également. Il a effectivement mieux pris la mesure des problèmes liés à l’Islam et dont le terrorisme n’est que le phénomène le plus inacceptable. La droite républicaine a enfin quelqu’un qui tranche avec le multiculturalisme foireux de la gauche. Les seuls qu’elle ne tolère pas sont les petits chrétiens blancs. Il suffit de voir comment elle attaque déjà Fillon pour sa foi catholique et ses contacts avec la Manif pour tous. La paille dans l’oeil de l’adversaire est toujours plus grande que la poutre d’intolérance devant le visage de ces critiques. Le mariage gay était une priorité pour la gauche, car elle vit de symboles et de son prétendu progressisme. Je n’ai pas l’impression que le retour en arrière sera une priorité pour Fillon. Mais si c’est le prix politique à payer pour faire des réformes économiques, ce sera un retour de baton pour ceux qui ont voulu diviser les Français sur un sujet sensible qui avait été réglé sur le fonds par le PACS.

  5. Je suis un homme de droite, et très libéral, courant peu populaire en France.
    Je suis attristé par les commentaires que je viens de voir. Vous présentez François Fillon comme la solution pour la France et Alain Juppé comme un viens croulant sans colonne vertébrale.
    Je me sens fondamentalement plus en phase avec François Fillon sur le plan économique (pas sur le plan sociétal, pour moi le conservatisme est anti-libéral, il est aussi totalement à contrecourant, qu’on le veuille on non)…mais je suis convaincu qu’Alain Juppé peut rassembler beaucoup plus large que François Fillon et donc se mettre dans la capacité de faire VRAIMENT les réformes qui s’imposent.
    Si Juppé est le candidat de la droite en 2017, il a une chance de recueillir sur son nom et son projet est vote massif des français de DROITE et de GAUCHE,
    peut-être 40% au premier tour de la présidentielle….et on peut même rêver à une élection dès le 1er tour traduisant un vrai mouvement national pour un changement de fonds et un rejet du FN.
    Avec un tel soutien, Juppé mettra en œuvre son programme, avec les décisions difficiles qui passeront parce que TOUS les français les soutiendrons (y compris des impératifs absolus comme la suppression de l’ISF, machine à tuer les entrepreneurs).
    Si c’est Fillon le candidat de la droite, alors nous nous retrouverons dans un rapport de force classique ou la moitié des électeurs hors FN, en gros, seront viscéralement opposés au pouvoir en place…et, comme d’habitude, les réformes nécessaires et impopulaires ne pourront pas être faites.
    Exactement ce que Fillon a fait pendant 5 ans lorsqu’il était 1er ministre (le candidat Sarkozy de 2007 devait supprimer l’ISF, entre autres…).
    Par ailleurs, j’ai du mal à comprendre que les électeurs ne voient pas que Fillon, comme chef du gouvernement, a dirigé la France pendant 5 ans, il n’y a pas si longtemps, pour les résultats que nous connaissons !

    Je pense moi aussi que, cette fois-ci, c’est vraiment la dernière fois que nous pouvons réformer vraiment la France, sous peine d’être définitivement out.

    Fillon va probablement être élu, et ça ne se fera pas.

    Quel dommage !!!

    En tant que libéral convaincu, j’ai vraiment les boules !!!!

    1. +1 Thierry 69, cette Fillon Mania fait doucement rire pour quelqu’un se réclamant à l’origine du gaullisme social. Parlons de son libéralisme en matière économique: code du travail de 200 pages, 39h payer 37h ou 35h pour la fonction publique, 2% d’augmentation pour une TVA déjà à 20%, baisse de plusieurs milliards des charges en faveurs des entreprises, flat taxe de 30% sur les revenus du capital, sur les baisses d’impôt pour les ménages rien, et niveau allocation chômages et indemnisation on sent clairement que Vauquiez à bien imprimé dans ses neurones avec une chasse aux assistés que la chasses au sorcières du Maccarthisme ne renierai pas. Bref du bon néo-mercantilisme à la sauce colbertiste de droite et qui n’aura d’autre choix que de passer en force par le 49.3 pour se réaliser et la on reverra les hypocrites qui dénigrait le déni de démocratie de Hollande sur la loi Marron arguer que la situation le justifie.

      Le libéral français contemporain est donc bien conservateur par essence vu les tribunes de soutien massif que Contrepoints publie régulièrement sur le sujet.
      Seul aspect intéressant de Fillon à mon goût: sa politique étrangère, le reste c’est du libéralisme bien autoritaire à mon goût sans compter que comme le dit si bien Thierry 69, on l’a déjà eu au pouvoir et l’on sait tous ce que ça a donné…

      1. Vous êtes sceptique en évoquant le bilan de Fillon, mais vous semblez avoir déjà perdu de vue celui de Juppé, ce qui n’est peut-être pas le cas de tous ceux qui ont voté hier pour le premier au détriment du second.
        Faut-il rappeler les glorieux faits d’arme du sémillant septuagénaire: capitulation en rase campagnelors de la grève de 1995 contre la réforme de la sécu; préconisation de la dissolution de l’AN en 1997, inspirée par le « regretté » de Villepin; tentavives pour s’abobicher le centre mou de Bayrou et la gauche purulente et marécageuse (Filippet…); préconisation du « oui » au traité de Maastrich; coupable complaisance envers l’islamisme rampant (voile à l’Université, « ne stigmatisons pas a priori tous ceux qui se qualifient d’islamistes, il y a des gens attachés à l’islam, et en même temps prêts à accepter les règles de base de la démocratie »); on pourrait ajouter pas mal d’item à cette brève liste, même sans avoir à exhiber le casier judiciaire.
        Quand on veut comparer, il faut comparer. Et la comparaison a été faite… hier.

        1. Cher Hermodore,
          Votre position me parait intellectuellement honnête…mais elle démontre une méconnaissance de la réalité politique de l’action d’Alain Juppé en tant que premier ministre. Ceci montre deux choses : la première que vous ne l’avez ni lu ni écouté, vous auriez constaté sinon le nombre impressionnant des sujets qui ont été menés à terme en 95, comparativement à un seul qui a échoué – celui de la réforme des régimes spéciaux – qu’aucun de ses successeurs n’a d’ailleurs même essayé de faire, malgré leurs promesses électorales.
          Pour le reste :
          – concernant la dissolution de 97 : j’avoue ne pas savoir sur ce point.
          – concernant Maastricht : je pense que le vote « oui » était la bonne option
          – concernant le voile : je suis contre l’interdiction de port du voile ; dans « libéral », il y a « liberté »…dont celle de s’habiller comme on veut, ou on veut…comme l’ont compris les anglo-saxons

          Fillon n’a pas eu à capitulé….n’ayant rien entrepris de véritablement sérieux comme réforme !

          Votre position me laisse penser que Fillon va gagner, que c’est donc le « conservatisme » qui va l’emporter….et que nous aurons encore une France bloquée pour 5 ans….désespoir !!!!

    2. Juppé n’a pas dirigé la France (et avec quels résultats)?
      Voyant que votre argumentaire est fallacieux, votre pamphlet ne vaut pas mieux qu’un étron.

      1. Mon cher « Un gars »,
        Voilà une réponse argumentée…qui donne de la force à votre propos. Bravo.

      2. Un gars: pourquoi me parlez vous d’Alain Juppé alors que mon commentaire porte sur François Fillon, en quoi mon argumentaire et fallacieux? Toutes les mesures citées sont dans son programme? Vous avez la haine de Juppé ou votre post et juste un cache misère de votre médiocrité argumentative? La différence entre Juppé et Filon sans doute que l’un a toujours eu ses convictions par rapport à l’autre et je trouve ça douteux que puisque c’est Fillon on ne questionne pas la sincérité de son virage comme on tend à le faire au autres.

        Amusant comment Contrepoints se droitise en période électorale, le semblant d’une offre médiatique alternaire est assez artificiel en réalité on retrouve le même discours d analyse sur le Figaro VA ou le point atlantico etc…

        1. « Amusant comment Contrepoints se droitise… »

          Ceux qui ont lu vos commentaires ici savent pertinemment que vous êtes pour le progressisme : ne vous travestissez pas dans le libéralisme tout comme Thierry69 qui nous dit être très libéral : avec libéral il n’est pas nécessaire d’en rajouter sauf à vouloir exclure.

          Fillon est le moins pire et il ne sera peut-être pas élu PR car il ne bouffe pas à tous les rateliers mais Juppé fera comme Chirac c-a-d rien : on ne peut pas satisfaire tout le monde à la fois c’est impossible.

          1. Bonjour Sam Player,
            Je ne comprends pas votre insinuation sur le fait que je ne serais pas « libéral » ; je ne comprends pas non plus l’opposition que vous faites entre « libéral » et « progressiste » ? Merci de bien vouloir m’expliquer.
            Je suis quant à moi assez bluffé de voir tous ces supporters de F Fillon reprocher principalement à A Juppé le « risque » de ne rien faire « comme Chirac »…alors même qu’il a été, rappelons le encore une fois, le chef du dernier gouvernement de droite PENDANT 5 ans…qui n’a pas mené UNE SEULE réforme structurelle au bout ; qui a augmenté les impôts, qui a creusé le déficit….etc…c’est quand même fabuleux !!!
            Thierry69

        2. Commentaire modéré pour insultes

    3. Je suis un homme de droite, libéral, et conservateur (au sens américain du terme). Courant peu représenté en France.
      Le conservatisme est l’attachement au fondement de la constitution américaine… très marquée par le libéralisme. Ce n’est en rien un retour en arrière mais l’adhésion à des fondations philosophiques solides qui permettent d’aller de l’avant.
      Bref, Thierry 69, je ne partage absolument pas votre analyse et je pense que le « conservateur » Fillon a su évoluer avec son temps et surtout la situation actuelle qui n’est pas comparable avec ce qu’il en était encore avant le 11 sept 2001.
      En tant que libéral convaincu, je suis vraiment content de l’émergence du candidat Fillon.

    4. Croire qu’il y aura en France un consensus pour des réforme dures c’est comme croire au père noël. Les réformes se feront dans la douleur et l’affrontement quelques soit le candidats (de droite) au pouvoir.

    5. Juppé ne mettras jamais en oeuvre son programme . Juppé est un lâche au première manifestations, il abandonneras. N’oublions pas qu’en France, des gens très minoritaires ( syndicats d’extrême gauche) peuvent bloquer la France.
      Juppé est entouré d’arrivistes sans morale.
      Il s’agit d’un match entre droite de convictions et droite molle sans convictions qui n’a qu’un but: obtenir le pouvoir et qui n’hésiteras pas à mener une politique de gauche.
      Juppé n’a promis que quelques réformettes sans importance. Et il ne les fera pas. Car réformer la France demande du courage chose que n’a pas juppé.

      Juppé rassembleur ? C’est une blague, il est détesté à droite. Il est au second tour uniquement grâce aux électeurs de gauche. En plus, vous oubliez que Macron s’est présenté aux élections, tout le centre gauche ira voter pour Macron et non pour juppé. Cela démonte votre argumentation.
      Juppé tenait uniquement avec l’antisarkozysme. A part cela, il a rien. Les électeurs de gauche votant juppé l’ont fait par haine de Sarkozy pas par adhésion à juppé. Les gauchistes savent que celui qui remporte la primaire de la droite sera le futur président. Donc, ils veulent avoir le candidat le plus à gauche possible.

      Fillon a fait 45% sur plus de 4 millions de votes mais selon vous, juppé serait plus populaire et rassembleur. Juppé est Hollande de droite: la plupart des gens votent pour lui le font par rejet des autres candidats cela veut dire qu’il n’a pas d’assises populaires. Vous êtes assez naïf pour croire que la cgt va gentilement s’écraser devant juppé même s’il a eu beaucoup de votes.

      Vous n’avez toujours pas compris que les réformes ne se faisaient pas en France pas parce que les français y étaient opposés mais parce qu’il existe une minorité violente prêt à tout pour empêcher toute réforme.

      La politique de juppé sera quasiment similaire à celle d’hollande.

      Vous comprenez vraiment pas que juppé est un danger pour la droite car en cas de victoire, il gauchisera la droite. Il a passé un accord avec les centristes pour leur offrir pleins de postes. Si fillon gagne la primaire, je pense que la droite évoluera et deviendras plus libérale. Je déteste Sarkozy mais au moins, il a détruit le chiraquisme. Juppé veut le ressuscité.
      Fillon peut renouveller la droite. Il peut entreprendre une réforme de celle ci.

      Fillon a un programme bien plus libéral que juppé et même s’il tient pas toutes ses promesses, ce sera toujours mieux que juppé.

      Juppé est un chirac bis. Il a été un premier ministre désastreux.

      Fillon a un caractère très différent de Sarkozy. Je connais des gens de gauche qui bien que n’aimant pas ses idées aiment sa personnalité. Fillon surclasse juppé au niveau des idées mais aussi de sa personnalité. L’antisarkozysme vient en grande partie de la personnalité de Sarkozy. Ce que les gens détestent chez lui c’est sa personnalité pas tant ses idées.

      1. Vous raisonnez qu’en tant qu’électeur de droite ce qui vous aveugle, après l’antisarkozysme, l’anti-juppéisme fait fureur on dirait. Bref vous répondez par opposition et non sur le fond de mon propos sur Filon…Fillon rassemble la droite encore faut il qu il rassemble la France en 2017… Juppé a aussi ces tares mais son programme et largement plus réaliste que Fillon, faire du chiffre pour du chiffre est plus que douteux et sur cet aspect Fillon régale…

        1. Votre incompréhension des commentateurs vient du fait que pour vous le principal est de rassembler quitte à être un ectoplasme alors que vos contradicteurs pensent que le principal c’est d’agir.

        2. Bah vu le désastre de la gauche, fillon sera élu. Vous avez pas compris qu’on est au primaire. Rassembler la France c’est après les primaires lors de l’élection. Comment vous faites pour faire des réformes libérales quand 90 % des gens de gauche voient en la moindre réformette de l’ultra libéralisme ? Réformer la France c’est prendre des mesures impopulaires.

        3. Fillon rassemble la droite encore faut il qu il rassemble la France en 2017…

          Une minute : il sera élu par TOUS les français, non ❓
          Il ne faudrait pas l’élire si on ne veut pas de son programme clairement annoncé sans tricherie, au contraire de Hollande qui faisait ce qui l’arrangeait.
          Hollande ne s’est pas gêné pour faire une politique bien à gauche avec ses augmentations d’impôts incessantes sur le dos de la classe moyenne.
          Pour placer ses potes aux bon postes bien rémunérés. je n’avais pourtant pas voté pour ce genre de conneries ❗

    6. La gauche voit en juppé le moins pire des candidats car le plus à gauche mais c’est pas pour cela qu’ils l’aiment. Croire que les gens de gauche soutiendront juppé en cas de réformes c’est une blague. Ils le critiqueront même si c’est une réformette sans importance.
      Le problème c’est qu’en France, on ne peut pas rassembler et réformer. La gauche a réussi à imposer sa pensée unique à la droite. Juppé représente la droite soumis au diktat de la pensée de gauche. Là où Fillon représente la droite n’acceptant pas ce diktat. Fillon est la personne idéal.

      Cela ne vous gêne pas de soutenir un criminel condamné à de la prison avec sursis ?

      Si juppé devient président, ce sera le pen en 2022

      Réformer signifie mettre fin à des privilèges. Les gens avec ses privilèges n’accepteront jamais cela.

      1. Arnaud,
        Je suis sensible à ton argumentation ; j’avais effectivement cette conviction avant de connaître Alain Juppé et d’échanger avec lui.
        La différence avec tout ce qui a été fait jusqu’à présent, c’est qu’il a clairement annoncé la couleur : les réformes de fonds qu’il compte faire sont TRES CLAIRES. Il demande mandat au peuple pour les mettre en œuvre et ce, par ordonnances, dès l’été 2017. (j’ai pu constater que cette idée avait été reprise, pour ne pas dire « pompée » par plusieurs candidats, dont François Fillon récemment).
        Or, pour qu’un gouvernement par ordonance soit accepté, il faut un très large soutien populaire…ce que Fillon n’aura pas avec un programme à la limite du caricatural.
        Je crains ainsi que nous soyons repartis dans l’immobilisme. (et pourtant, j’aimerais que nous soyons dans un vrai environnement libéral…mais nous sommes en France, le pays de la révolution française, de mai 68, des intellos de gauche, des communistes au pouvoir en 81…renverser la table, n’est malheureusement pas possible).
        Très sincèrement, j’aimerais me tromper…mais vous et moi savez que ce n’est pas le cas.
        Et l’immobilisme, c’est effectivement Le Pen en 2022….
        Quant à voter pour un « criminel »; si vous connaissez le sujet, vous savez que cette assertion est ridicule, au delà qu’elle soit insultante.
        Thierry

        1. Thierry69 dit : j’ai pu constater que cette idée [gouverner par ordonnances] avait été reprise, pour ne pas dire « pompée » par plusieurs candidats, dont François Fillon récemment »

          Vous ne manquez pas d’air ! Nouveau venu ici vous pensez que l’on peut dire n’importe quoi comme sur bourso ?

          Article du 24 juin 2014

          Un «projet radical» de «rupture»

          « Ce futur programme, François Fillon entend le faire reposer sur des modèles: il revendique de faire la synthèse entre Margaret Thatcher, Gerhard Schröder et le général de Gaulle. Il s’appuie par ailleurs sur un programme libéral reposant sur «une dizaine de mesures d’urgence». Pour le dirigeant provisoire de l’UMP, ces réformes doivent s’amorcer «dans les trois ou quatre premiers mois du quinquennat», quitte à recourir à des ordonnances. Il détaille à L’Express quelques mesures prioritaires :…. »

          http://www.lefigaro.fr/politique/le-scan/citations/2014/06/24/25002-20140624ARTFIG00275-francois-fillon-marque-sa-rupture-avec-nicolas-sarkozy-en-vue-de-2017.php

          1. C’est à moi que vous dites que je « ne manque pas d’air » et que je dis « n’importe quoi » ?
            Alain Juppé à annoncé comme un élément fondamental de sa candidature le « gouvernement par ordonnance » dès qu’il s’est lancé dans la course…je crois que c’était le premier à la faire (mais je peux me tromper).
            Thierry69
            ps : je ne suis pas un « nouveau ici 🙂

            1. L’article que je cite ici a 2 ans 1/2 !

        2. Cher Thierry, permettez-moi de vous conseiller de lire l’étude publié par Harris interactive. Les deux raisons qui ont poussé les gens à voter juppé c’est la haine de Sarkozy et l’expérience de juppé. Au contraire, les gens ont voté fillon pour son programme. Juppé n’aura pas la légitimité car ses électeurs ne votent pas pour lui à cause de son programme mais par rejet des autres candidats et pour son expérience. Fillon est soutenu pour son programme. Ce qui fait qu’il a une base populaire. Là où juppé n’en a pas comme Hollande avant lui.
          Chose très interpellante seulement 31% des électeurs de Juppé viennent de droite contre 49 % pour fillon. La moitié de l’électorat de juppé est composé des centristes et d’électeurs de gauche. Le reste c’est les gens du Fn et sans affiliation politique.

          1. Quel crédit accorder à Harris Interactive ?

        3. « Il demande mandat au peuple pour les mettre en œuvre et ce, par ordonnances, dès l’été 2017(j’ai pu constater que cette idée avait été reprise, pour ne pas dire « pompée » par plusieurs candidats, dont François Fillon récemment) »
          La réalité des faits est l’exact contraire de vos affirmations.
          C’est Fillon le premier qui a prévu de passer par des ordonnances à partir d’un programme explicite de tendance libérale rapidement mis en oeuvre. Les principaux autres candidats, dont Juppé, ont repris à leur compte et sans vergogne la méthode comme ils ont repris les grandes idées mais en les modérant.
          Juppé, sur ce coup, a inventé l’eau tiède.

      2. Mon cher Arnaud,
        Vous êtes bien agressif…ceci traduirait-il la faiblesse de vos convictions ?
        Il se trouve que je suis de droite, mais pas de la droite « conservatrice » et « populiste » vers laquelle N Sarkosy a entrainé le parti LR (nom grotesque d’ailleurs, une des nombreuses idioties de ce brave Nicolas Sarkozy).
        Je vous précise quand même que, faute de mieux, j’ai voté en 2012 pour Nicolas Sarkozy (j’avais voté avec une grande conviction pour lui en 2007…mais, comme tout le monde, ai été très fortement déçu).
        J’en veux d’ailleurs beaucoup à Nicolas Sarkozy de n’avoir pas su admettre en 2012 que, déjà, plus personne ne voulait le voir ! Si il avait laissé la place à Alain Juppé – ou même à François Fillon – à ce moment là, nous n’es serions pas là. Il est évident que c’est à lui que nous devons depuis 5 ans le honte d’avoir François Hollande à la Présidence de la République française.
        Je connais de très nombreux électeurs de droite très fortement convaincus par la stature d’homme d’état d’Alain Juppé, par ses idées et par sa personne. Je connais éalement de nombreux électeurs de droite et du Centre qui ont voté Hollande en 2012 parce qu’ils ne voulaient plus voir Sarkozy. Ceux ci sont tous pro Juppé. Et je connais des électeurs de gauche qui n’ont jamais voté à droite…et qui voteraient pour Juppé si il était candidat.
        Tous ces gens détestent Macron, pour les 2 raisons que vous connaissez :
        1 – il est à l’origine de la politique économique calamiteuse de Hollande entre 2012 et 2014
        2 – il a planté un couteau dans le dos de celui qui l’a fait roi
        Quantaux arrivistes qui entourent Alain Juppé, vous me surprenez ! POur connaître ses proches, je ne vois que des gens intelligents et « sains » (je pense à Jean-Pierre Raffarin, par exemple).
        J’attends vos explications.
        Thierry69
        ps : le nombre de fautes d’orthographes qui émaillent tes textes me laisse penser que tu parles plus sous l’injonction de la colère irraisonnée que celle de la réflexion objective…cette droite là, franchement, ne me fait pas envie.

        1. Je trouvais, sans les partager, courageux vos divers propos jusqu’à : « gens intelligents et « sains » (je pense à Jean-Pierre Raffarin, par exemple ». Là, je penche presque pour soupçon de trollisme. Et puis on a entendu les supporter de Juppé critiquer l’aspect trop libéral du programme économique de Fillon. http://www.francetvinfo.fr/politique/les-republicains/primaire-de-la-droite/le-programme-de-francois-fillon-est-tres-conservateur-et-tres-liberal_1931211.html Bref, ici vous êtes sur un site libéral où les habitués ne sont pas des analphabètes économiques, et je vois une personne soutenir un candidat qui trouve que le programme de Fillon est trop libéral, programme consistant en gros à ramener vers 50% du PIB, ou un peu moins, le racket de l’Etat. Bref, c’est un peu comme un pet foireux à la table de la reine d’Angleterre.

          1. Attention : je crains que vous m’ayez mal compris. Je n’ai pas dit que le programme dé Fillon était trop libéral , j’ai simplement dit qu’il était au delà de l’acceptabilité de la société française. Ainsi, ce que je pense, c’est qu’il ne le mettra pas en œuvre parce qu’il ne le pourra pas.
            Alain. Juppé au contraire, présente un programme plus acceptable – même si comportant de vrai ruptures avec l’historique de la droite depuis des dizaines d’années. Surtout, il peut bénéficier d’un soutien populaire large, plus large que la seule « droite,dure ».
            Je pense ainsi que, pour aller vers plus de libéralisme, il faut un dirigeant que puisse être compris par une majorité large.
            La bonne nouvelle de ce scrutin pour moi, c’est que la droite française semble être devenue plus libérale, enfin. C’est néanmoins le pays qu’il faut reformer, pas seulement la droite.
            Autre sujet très important qui est passé sous silence : Juppé ne ferait évidemment qu’un mandat. Donc pas de compromissions pour être réélu. Son seul objectif, sa seule ambition, serait de rester dans l’histoire de la 5eme république comme celui qui, coûte que coûte, aura fait les réformes qui s’imposent.
            Je ne veux pas jouer les vieux sages….mais si, comme c’est probable , Fillon est élu Président de la République en 2017….j’aimerais que nous reprenions cet echange en 2020….vous verrez ce qu’il restera du libéralisme, à ce moment là….

            1. Là, nous divergeons. Son programme est bien en decà de l’acceptabilité de la société française. Nous avons vécu sous Mitterrand et la gauche triomphante avec une emprise de l’Etat sur l’économie inférieure à ce qu’elle sera après le programme Fillon. Il me semble que la société française ne suit plus les bouffoneries des media gauchisants comme avant.

              1. Si vous saviez à quel point j’aimerais que. Pus ayez raison !

    7. Désolé Thierry 69, mais depuis sa condamnation, Juppé reste pour moi l’incarnation de la corruption (système Chirac etc.). J’aurai plus de respect et de confiance en un braqueur de banque, ou même un banquier du crédit lyonnais ou de la SG, qu’en Juppé.
      AMHA c’est de la folie furieuse, du delirium tremens, de confier le poste le plus important de la République à un type dont le crime est spécifiquement de détourner sans vergogne et sans repentir la chose publique et son trésor à SON profit.
      Dès lors, toute discussion sur ses aptitudes est simplement hors sujet, même si le type a prouvé avoir fait aussi du bien (Balkany aussi a fait du bien à sa commune, vous savez ?).

      Et je ne suis pas le seul, et je pense que ça explique en parti son mauvais score (et aussi celui de Copé)

      1. Bonjour P,
        Je ne connais pas, dans les détails, le fonds de cette condamnation mais dire d’Alain Juppé qu’il est « l’incarnation de la corruption » est au minimum particulièrement exagéré et, de ce que j’en sais, particulièrement injuste.
        Voilà un homme qui a « payé » pour avoir couvert les agissements de son parti ; qui a servi de fusible, par loyauté, à Chirac et tout ceci dans un système dont beaucoup ont largement profité, François Fillon comme les autres.
        Je ne sais d’où sortent les accusations d’enrichissement personnel qui vous faites à l’égard d’Alain Juppé qui, contrairement à tous dont François Fillon pour une large part (cf l’article suivant par exemple : /d-air-sarko-one-a-l-helico-de-fillon-dix-casseroles-aeriennes-de-la-droite) n’a jamais prêté le flanc à des avantages PERSONNELS.
        Finalement, on ne pardonnera jamais à un homme d’avoir commis la faute d’avoir couvert un système dont lui n’a jamais bénéficié.
        C’est navrant…mais à vous lire, je pense que vous avez raison ; ça a dû beaucoup compter dans le résultat d’hier.

        1. Et les travaux de 3 millions dans son appartement ? Et la pression mise sur le service logements pour faire baisser le loyer de son fils ?

  6. Ce qui me fait plaisir, au delà du résultat, c’est que chroniqueurs, politologues, « médiocrates » au sens large, sondeurs d’opinion, ils l’ont eu dans le…fillon !

  7. « La question qui se pose désormais est de savoir si Alain Juppé peut faire encore moins au 2e tour qu’au 1er tour. »
    La question qui se pose désormais à Fillon est d’éviter que ses électeurs du 1er tour ne se démobilisent au second, trop sûr de la victoire.

    1. Et n’oublions pas que les gens de gauche peuvent se déplacer pour aller voter Juppé!

      1. « les gens de gauche peuvent se déplacer pour aller voter Juppé! »
        Je n’y crois guère. Il y en a eu, bien sûr, mais combien ?
        Une poignée de machiavéliques venus voter Sarkozy, parce qu’il était le pire candidat de droite face à la gauche, la meilleure chance de succès de la gauche. Quantité négligeable.
        Une quantité motivés pour éliminer Sarkozy, et, donc voter pour le plus capable de battre Sarkozy (sinon c’est pas la peine). Ce qui leur laissait le choix entre Juppé et Fillon. Et là, de deux chose l’une. On bien ils ont nettement préférer Juppé, et le score de ce dernier montre que leur influence est négligeable. Ou bien ils ne l’ont pas fait, et il ne le feront pas plus au second tour. Dans les deux cas, ils ne sont pas décisifs. D’autant que, maintenant que l’élimination de Sarko est acquise, pourquoi reviendraient-ils ? Les exemples que les médias ont trouvé ont tous dit qu’il étaient contant et que le second tour ne les intéressaient pas ; ils ne détestent pas assez Juppé ou Fillon pour aller voter pour l’autre, et même si ils voulaient, ils ne pensent pas avoir assez d’influence sur le vote pour que ça vaille la peine de mette un bulletin pour un type qu’ils n’aiment pas et 2 € dans les caisses d’un parti honni.

        1. Je suis d’accord avec cette analyse…

      2. Je ne comprends pas vos commentaires : les gens de gauche qui espèrent encore que la gauche à une chance en 2017…ne voteront jamais pour Alain Juppé car, avec lui candidat de la droite, la gauche est laminée.
        Le bon calcul pour eux, c’aurait été Sarkozy, le seul à pouvoir faire perdre la droite, comme il l’a fait en 2012.
        Pourquoi les gens de gauche iraient voter Juppé ? Pour ne pas avoir Fillon ? Mais Fillon, c’est la quasi certitude de revenir en 2022…voire peut être la possibilit » de remporter les législatives….et là, on serait mal !

  8. Le chiffre de 500 00 suppressions d’ emplois dans la fonction publique sur 5 ans, n’a rien de révoltant.
    La suppression du statut de la fonction publique (non régalienne), non plus, au contraire ce ne serait que justice.
    Les syndicats socialo-collectivistes de la fonction publique peuvent difficilement affirmer défendre la JUSTICE SOCIALE et la SOLIDARITÉ en voulant garder leurs privilèges payés par ceux qui n’en ont pas !
    Ils devraient comprendre, au moins pour les  » faiseux », qu’une réduction des effectifs des  » shits jobs » administratifs en trop grand nombre, leurs permettraient de travailler mieux et que cela leurs permettraient d’être mieux rémunérés.
    Ou alors il faut croire que les seuls à s’opposer aux réformes sont que les  » shits jobs  » !?

    http://fr.irefeurope.org/1-600-000-postes-de-fonctionnaires-a-supprimer,a3105?var_ajax_redir=1

    1. Je suis complètement d’accord avec toi, Metzger.

  9. programme violent de Mr fillon pour 2017 a la thatcher ,économiquement sont programme n’est pas viable a mon avis il en veut au peuple car il va augmenté la tva le chomage va augmenter donc plus de précarité trop d’austérité dans son programme.

    1. Bonjour Carmen,
      Vous votez traditionnellement à gauche ou à droite ?

    2. Economiquement sont programme n’est pas viable

      Au contraire, les pays qui appliquent ce genre de truc pètent la santé pendant que la France plonge dans la faillite.

      Ce qui n’est pas viable c’est d’avoir un tiers des salariés payés par les deux autres.
      Ce qui n’est pas viable c’est d’avoir 5000 milliards d’euros de dette.
      Ce qui n’est pas viable c’est d’avoir 70 milliards de dettes en plus chaque année.
      Ce qui n’est pas viable, c’est d’avoir un état qui n’a cessé de gonfler depuis 30 ans et qui cancérise maintenant 60% du PIB.

      1. Il est démagogique de dire que les suppressions de postes de fonctionnaires se feraient sur les infirmières, policiers, etc. Au contraire, les gisements d’économies sont faciles à trouver : 1) Moins il y a d’agriculteurs, plus il y a de fonctionnaires au Ministère de l’Agriculture. Cherchez l’erreur. 2) Le nombre de postes de non enseignants au Ministère de l’Education Nationale est faramineux. Il est temps de tailler dans les « pédagogues » bourdieuso-mérieusiens. A propos de Bourdieu, d’ailleurs, accuser les « héritiers » revient à critiquer le fait que les parents arrivent tout de même à transmettre quelque chose à leurs enfants. On voit mal où est le scandale. Ce qui n’empêche pas d’essayer de rétablir l’ascenseur social – au mérite, et encore une fois, où est le scandale ? Sans oublier d’ailleurs que certains esprits originaux et brillants sont rétifs au système scolaire, et qu’il ne faut pas les brider. 3) Le système de santé est un capharnaüm – voir le RSI – et cela, François Fillon l’a bien compris. 4) Le système d’aide au logement est dément, et contribue à la hausse des prix de l’immobilier, ce qui, par ailleurs, détourne de l’investissement industriel. 5) Personne ne remarque que l’introduction de l’informatique n’a entraîné aucune économie, ce qui est ahurissant. Il y a là une mission trans-ministérielle à accomplir. 6) Rétablir des règles de bonne gestion n’est pas obligatoirement « de droite », mais il faut écouter la critique d’économistes de plus en plus nombreux, au premier rang desquels Jacques Sapir, qui doutent que l’on puisse accomplir quoi que ce soit de sérieux sans sortir de l’euro (et de l’UE, et de l’OTAN). La principale critique que l’on puisse faire à François Fillon est son européisme persistant. Il serait temps que les Français se rendent compte que l’Allemagne nous fait une guerre économique féroce (les Etats-Unis aussi). Il convient donc de reprendre la politique capétienne des alliances de revers, et au premier rang avec la Russie. Et, à tout le moins, de signifier nettement à Mme Merkel que, s’ils souhaitent une coopération mutuellement bénéfique, les Français ne sont pas ses serviteurs.

        1. Merci pour ces précisions !

          Le nombre de fois où on a avancé cet épouvantail de la suppression d’infirmière, de policier, etc. lorsque que l’on parle de supprimer des postes de fonctionnaire… Alors que comme vous le rappelez très bien, moins nous avons d’agriculteur plus le personnel lié au ministère de l’agriculture augmente (et qu’on ne me sorte l’argument du périmètre de ce ministère qui irait au-delà de la simple gestion des agriculteurs…).

    3. Ah bon, car avec le capitaine de turbo-rétro pédalo, le chômage est résolu et tend vers zéro ❓

  10. vous dites que les électeurs de gauche ont « largement » voté Juppé, qu’en est-il réellement? avez-vous des chiffres? n’ont-ils pas aussi largement voté Fillon pour placer Sarkozy hors course ?

Les commentaires sont fermés.