François Fillon prêt à repenser la place de l’État

Publié Par Contrepoints, le dans Politique

Par notre correspondant à Paris.

François Fillon (Crédits Andrew Newton licence Creative Commons)

François Fillon (Crédits Andrew Newton licence Creative Commons)

Différentes associations libérales (Liberaux.org, le Cercle Droit & Liberté, le Cerel, Contribuables Associés, Euro 92, l’Institut Coppet, l’Institut Économique Molinari, l’IREF, Liberté sociale, Students for liberty-Paris, Think libéral Sciences-Po) rassemblées autour de l’Aleps recevaient François Fillon pour une séance de questions / réponses ce lundi 5 septembre. Dans la continuité d’un cycle de conférences-débats qui a vu passer Frédéric Lefebvre et Hervé Mariton, il s’agissait d’évaluer le programme du candidat aux primaires sur ses prétentions à la réforme. Le Théâtre du Gymnase accueillait plus de 800 personnes pour se prêter à l’exercice.

« F… la paix aux Français »

fillon 1François Fillon a déclaré que de partout en France, il entendait la même chose : les Français demandaient à ce qu’on leur « f… la paix » (sic). Son programme cherche donc à diminuer le nombre de ceux qui établissent des normes. En vrac : assouplir l’horaire légal du travail, alléger le code du travail à 150 pages, donner plus d’autonomies aux établissements scolaires ou simplifier les règles pesant sur la construction. M. Fillon a déclaré ne pas souhaiter se concentrer uniquement sur les aspects économiques mais élargir sa vision à l’ensemble du monde social : le rôle de l’État n’est pas de fixer un modèle de vie.

Il reste toutefois opposé à la légalisation des drogues car cela enverrait, toujours selon lui, un mauvais message. Il admet cependant que le débat est ouvert et que l’on ne peut écarter les arguments des abolitionnistes. Il a continué la conversation en insistant sur le fait que ce n’était pas à l’État d’imposer un modèle de société particulier.

Un programme réalisable en un quinquennat

fillon2Pour autant, les réformes qu’il défend sont sûrement moins radicales que ce que de nombreux libéraux attendent, et moins ambitieuses que ce qui a pu être vu dans d’autres pays européens. François Fillon se réclame d’un programme réalisable en un quinquennat. Il est limité par ce qu’il pense faisable suite à ses expériences ministérielles. Aller trop loin et trop vite, a-t-il également déclaré, par exemple sur la fiscalité, pourrait conduire à l’insolvabilité de l’État français.

L’ambition de François Fillon est de profiter de l’état de grâce pour lancer dès le début de son mandat les réformes les plus profondes, ce qui nécessiterait en amont un gouvernement très au fait de ses dossiers : « Des ministres qui ont une qualité très originale : qui sont compétents ! ». Cette « période de tension démocratique » sera prolongée à la rentrée 2017 par un référendum afin d’inscrire dans la Constitution la liberté sociale, ainsi que la diminution du nombre de parlementaires.

Ainsi pourra-t-on dire dès octobre 2017 si les promesses de M. Fillon ont été suivies d’effets. Et après ? À la question posée par l’association Liberaux.org, association promotrice de Contrepoints, Monsieur Fillon affirmait que la Défense, la Police et la Justice devaient rester aux mains de l’État. Pour le reste, « c’est ouvert » !

  1. Juste une remarque avant voir la vidéo sur votre page FB : vous n’auriez pas une photo moins datée et dévalorisante de F. Fillon ?

  2. 15 ans ministre. Il avait tout le loisir d y penser avant, non? Ou alors, il est particulièrement lent.

    1. Le président de la République a beaucoup de pouvoir… Rappelez-vous l’épisode du « collaborateur ».

      1. S il ne sait pas défendre ses opinions quand il a une grande partie des pouvoirs, il n a plus rien a faire dans cette primaire.

        Il est juriste de formation,il peut lâcher l affaire à un moment donne….ou prendre sa retraite.

      2. Si le président empiète sur les prérogatives du premier ministre, celui ci démissionne s’il a du caractère.

  3. Préambule aux propositions de fFillon concernant la Santé:

    « Notre système de santé est un facteur essentiel de cohésion sociale et de solidarité DONT SEUL l’ETAT peut être garant en assurant un juste équilibre entre qualité, liberté et solidarité. »

    Libéral en peau de lapin, pour moi ce sera Frédéric Lefebvre à la primaire.
    https://www.fillon2017.fr/participez/sante/

    1. gw29,

      Exact pour la qualification de libéral en peau de lapin de Fillon qui dit que  » seul l’état peut être garant en assurant un juste équilibre entre qualité, liberté et solidarité. » ….se rappeler la définition de l’état de Tocqueville , qui lui n’était pas un libéral en peau de conin…

      1. Peut-être pas si inquiétant que cela, s’il utilise le mot « garant » en référence à la notion d' »état garant », opposée à celle d' »état gérant ». Il est ceci dit permis d’en douter, évidemment. J’ai quant à moi été déçu par son opposition à la légalisation des drogues, qui sent assez fort la peau de lapin elle aussi. @gw29 et Lefevbre, pourquoi ?

  4. Voilà un « compte rendu et analyse » bien court… 6 paragraphes … La conférence a t-elle durée seulement 20 minutes ? On n’apprends pas grand chose au final, dommage.

    1. Pour en savoir plus, cliquez sur les liens à la fin.

Les commentaires sont fermés.