Le juteux business des régimes anti gluten

Publié Par Jacques Henry, le dans Sujets de société

Par Jacques Henry.

Il est tout de même assez curieux de constater que seulement 1% de la population souffre de maladie cœliaque provoquée (ou non) par le gluten et que pourtant les aliments sans gluten représentent aujourd’hui un marché de 1,6 milliard de dollars par an rien qu’aux USA. De plus ce marché est en croissance constante, de l’ordre de 5% par an. Et pourtant le nombre de « malades » ne suit pas ce mouvement alors que les linéaires de supermarchés tant en deçà qu’au-delà de l’Atlantique deviennent littéralement colonisés par des produits certifiés sans gluten. C’est à n’y rien comprendre. Il y a même des restaurants qui proposent des menus sans gluten et pour bien asseoir la crédibilité de cet argument de marketing ils proposent également de la nourriture sans OGMs – on pouvait s’y attendre – mais également sans sirops de sucre enrichis en fructose ni acides gras hydrogénés.

Le sans gluten, une niche marketing très profitable

Il faut donc faire le constat qu’encore une fois les grands groupes de l’agro-alimentaire exploitent avec joie la bêtise humaine qui est comme chacun sait sans limite. Le gluten fait maintenant partie de la malbouffe pour 53% des personnes interrogées par l’Institut Nielsen aux USA mais à n’en pas douter une minute, la bêtise étant contagieuse, il en est de même en Europe. Les personnes interrogées avancent des arguments complètement stupides du genre : puisque les aliments sans gluten sont plus chers, ils sont donc meilleurs pour la santé. D’où la question qui vient immédiatement à l’esprit : la maladie cœliaque serait-elle réservée aux riches ?

Il est donc opportun de remettre les choses à leur place. La nourriture sans gluten fait partie des aliments qui ont été traités industriellement au même titre que les pizzas congelées « sans gluten » qui sont un assemblage de fromages synthétiques et de viandes certifiées d’origine artificielle étalés sur une galette qui a le goût d’un vieux carton recyclé. Mais puisqu’il n’y a pas de gluten et que ça coûte un peu plus cher c’est donc bon pour la santé.

Comme aurait dit Coluche : « Je me marre ».


Sur le web

  1. Je n’achète pas de produits industriels « sans gluten », mais des pains artisanaux avec « moins » (?) de gluten ou avec du sarrasin, m’évitent des ballonnements…(serait-ce un effet placebo ?) 🙂

  2. a partir du moment où un produit , quel qu’il soit , peut entrainer des problèmes d’allergie….meme si on n’a pas (encore) cette allergie autant ne pas jouer avec le diable si on en a les moyens !
    principe de précaution réglementaire mon cher Watson 🙂

    1. avec ce genre de principes , on ne mange plus grand chose 🙂
      Le gluten est surtout utile aux ostéopathes, étiopathes, medecinedouçopathes, charlatanopathes….
      Après avoir fait quelques attouchements, craquements articulaires, équilibrations de « tensions », incantations, explications foireuses,…, il faut bien trouver d’autres pistes pour faire patienter le client: semelles orthopédiques, troubles de l’articulé dentaire, ondes hertziennes,…, lait de vache,…et bien sur le gluten.
      Tout ceci est d’ailleurs très efficace: les gens en redemandent

    2. Vous alors, vous êtes bien au moule de cette hystérie collective, regardez un peu autour de vous :

      Ma femme est allergique aux produits laitiers, donc exit le lait, le fromage, la crème, les yaourts,etc. Une amie proche est allergique à tous les fruits qui poussent sur les arbres, donc exit les pommes, poires, abricots, pêches, etc. Elle est également allergique à tous les fruits secs, donc exit les noix, les noisettes, les amandes, etc. Une connaissance est allergique aux fruits de mer, donc exit les huîtres, les crevettes, les bulots, etc. Il y en a qui sont allergiques aux œufs aussi…

      Je vous souhaite donc bon appétit bon le déjeuner, mais je ne sais pas ce que VOUS, vous allez manger.

      1. moi…je mange premier prix ,de préférence industriel , je viens de manger une baguette de supermarché avec du gouda qui n’a surement pas connu le lait de vache..je n’ai aucune allergie alimentaire mais je mange diversifié , équilibré et toujours frais , j’épluche mes fruits , jamais de fruits murs, peu de charcuterie ..mes seules péchés de gourmandise.. 2 snickers glacés le soir et 1kg de frites le dimanche avec une viande rôtie au tournebroche le tout accompagné d’un vin ..premier prix (- de 3 euros) de 3 ans d’age minimum

    3. Ben vous n’allez plus manger grand-chose alors… à peu près tout peut donner des allergies.

    4. Avez-vous vu la liste de tous les produits alimentaires pouvant entraîner des allergies (l’allergie alimentaire touche 6 à 8% de la population, plus chez l’enfant que chez l’adulte): http://allergies.afpral.fr/ressources-pour-les-pros/sante/depistage-eviction/210-liste-des-14-allergenes-alimentaires-majeurs
      De plus, l’allergie au gluten ne représente vraiment qu’une toute petite partie des allergies alimentaires et ces allergies sont évolutives càd qu’elles peuvent disparaître ou se modifier avec le temps: http://allergo.lyon.inserm.fr/ALLERGIE_ALIMENTAIRE/6-9-1-1_Epidemiologie_allergie_alimentaire.pdf

      Donc, selon votre principe de précaution, on supprime tout? Et on les remplace par quoi? Et on finance tout cela avec l’argent des autres?
      Si certains veulent dépenser leur argent à cela, pourquoi pas? Le problème viendra inéluctablement quand on commencera à obliger tout le monde à manger sans gluten pour répondre aux lubies de quelques uns.

      1. bah chacun voit midi a sa porte , j’adore les fruits de mer mais je ne m’en passe pas a cause d’une allergie mais de la qualité des produits disponibles , un intoxication suffit pour comprendre .
        le principe de précaution est un principe de vie mais il ne doit pas devenir une maladie comme supprimer un truc qui d’expérience ne vous fait pas de mal…pour le gluten…trop de pain n’est pas bon si un phobie sur le gluten permet d’en diminuer la consommation , pourquoi pas !

    5. @ reactitude
      Si on applique le principe de précaution dans tous les domaines avec autant de discernement, on est morts (de connerie).😱

  3. Pour compléter, je dirais qu’aux 1% qui souffrent de la maladie cœliaque, il faut ajouter à peu près autant de gens VRAIMENT allergiques au gluten, ce qui n’est pas la même chose, et est moins grave, heureusement pour eux. Bien évidemment, cela ne change rien au fond de l’affaire.

  4. Le gluten représente 5 à 10% de la masse sèche des céréales de la famille des graminées (blé, orge, seigle..etc) càd 80% des protéines de ces grains. Cela revient donc a diminuer l’apport protéinique d’origine végétale, diminution qu’il faudra compenser avec des protéines d’autres origines (sans difficulté dans nos société occidentale a priori). Soit d’autres protéines végétales mais en général plus chères à produire soit des protéines d’origine animale également plus chères. Ce qui est amusant car dans de nombreux cas, parmi les défendeurs du « sans gluten », on retrouve des zélotes de la cause animale pourfendeurs de l’élevage et de l’exploitation des animaux pour leur viande.
    Donc, en résumé, l’adepte du « sans gluten » va globalement payer plus cher son alimentation sans aucune nécessité médicale. Problématique de pays riches. Et excellente communication de la filière agro-alimentaire augmentera ses revenus en amplifiant un problème ne touchant normalement que 1 à 2 % de la population.
    Sans oublier que, quand tous les adeptes purs et durs du « sans gluten » seront en situation de devoir manger « avec gluten » (voyage à l’étranger, erreur d’appréciation d’un aliment…etc), cela risque de dépoter sec dans leur tube digestif, celui-ci ayant perdu l’habitude de gérer un apport important de gluten. Dans leur esprit, cela ne fera que renforcer l’idée que le « sans gluten » est mieux. La boucle sera bouclée.

    1. Arrêt du gluten : 12 kilos de gras en moins, je ne prends plus d’inhibiteurs de pompes à proton et d’anti allergiques auxquels j’etais abonné à vie ! Aussi je me fous pas mal de tout le baratin des anti anti …

      1. Votre perte de poids n’est pas due a l’arrêt du gluten mais à votre réduction de consommation de glucides.

      2. Bonjour,

        Par curiosité, qu’avez-vous modifié en parallèle de l’arrêt du gluten ?

        1. Rien du tout et pour répondre à mon contradicteur, je n’ai pas arrêté les patates par exemple. Quand bien même : la fin de mes allergies et crise d’asthme serait dû à la réduction des glucides ?

    2. « Sans oublier que, quand tous les adeptes purs et durs du « sans gluten » seront en situation de devoir manger « avec gluten » (voyage à l’étranger, erreur d’appréciation d’un aliment…etc), cela risque de dépoter sec dans leur tube digestif,… »

      J’ai un collègue de boulot adepte du bio sans ceci sans cela qui quand on va en Inde passe ses journées sur les chiottes tellement son corps n’est plus habitué à affronter le quotidien.

      1. On a beau etre habitué a affronter le quotidien, la nourriture indienne, hein…

  5. Plus il y a de gogos et plus les boulanges rient.
    Mon boulanger dans un petit patelin roule en porshe cayenne.
    Il a tout compris, lui.

  6. Dans un monde où l’on veut toujours tout sursimplifier, on arrive effectivement à des absurdités, ceci dit, dans le blé, il n’y a pas que le gluten qui pose problème, https://www.eurekalert.org/pub_releases/2016-10/sh-nsl101016.php

  7. « Il faut donc faire le constat qu’encore une fois les grands groupes de l’agro-alimentaire exploitent avec joie la bêtise humaine qui est comme chacun sait sans limite. »

    C’est le principe même de l’économie libérale, vous devriez vous réjouir 🙂

    1. Personne n’est obligé d’être idiot. Mais faire confiance à des règlements pour votre sécurité est hasardeux.

      1. Oui abolissons les règlements. Comme celui sur le travail des enfants.

  8. Julien venesson! lisez le! ce blé moderne qui nous empoisonne.

    1. on va tous mourir. « ils » nous empoisonnent.

    2. et lisez mon post « une nouvelle définition de l’empoisonnement »

  9. Il y a une différence entre l’ancien pain (genre trois ingrédients: eau + farine + sel) et le pain d’aujourd’hui qui peut contenir jusqu’à 35 ingrédients différent. Le problème réside sûrement là.

  10. Claude Guyot-Sionnest

    Du temps de l’empire romain c’était : Du pain et des jeux et le peuple sera content, il suivra aveuglément les lois des seigneurs dieux.
    Mais aujourd’hui c’est plutôt : des jeux, des jeux, encore des jeux et le peuple dépensera aveuglément.

  11. Et moi, je suis allergique à la connerie, mais je n’ai pas trouvé le moyen d’éviter d’y être confronté, tant les écolos, bobos, réchauffistes et pseudo-allergiques orthorexiques de tous poils nous bassinent tous les jours.

  12. Quand on est vraiment intolérant au gluten. Pas allergique, pour le gluten on parle d’intolérance. Cela des la naissance on le sait, en général le bébé est en très sale état avant d’être diagnostiqué. Après on est dépressif car on ne peut rien manger. On est tout maigre et ça pèse sur la vie sociale car restaurant et autre impossible. L’avantage de cette mode c’est qu’il est beaucoup plus facile de trouver des aliments diversifiés quand on a pas le choix. L’inconvénient c’est qu’on a envie de hurlé aux gens qui eux peuvent manger de tout : mais bordel pourquoi ???? Si je pouvais moi manger de tout sans mettre ma vie en danger je serais obese mais heureuse. La mode c’est bien, faire attention aussi mais tomber dans la psychose sans raison c’est juste idiot.

    1. Exactement Titecarie,
      Avec les anti ceci ou les sans ceci, il y a des extrêmes des 2 côtés de la barrieres.

      Personnellement, J’ai pas choisi de naître intolérant au gluten pareil pour mon fils. Ce qui me disent que c’est du pipo, je vous invite a venir changer ces couches après que la crèche a oublié son intolérance (ou ne la pas vu prendre un biscuit dans le bol du voisin).

      Je préférais ne pas a me faire ch*er a regarder les étiquettes comme je préférais ne pas a avoir a payer plus cher pour la même pizza (qui est infecte), pour le même pain (qui a le goût de carton) et la liste s’allonge. Le seul avantage est finalement de ne plus manger industriel ce qui coutent moins cher mais prends plus de temps (les miracles n’existent pas).

      C’est un peu facile de tirer sur l’ambulance lorsque l’on n’est pas confronté dans son entourage a des personnes réellement « malades ».

  13. Les foulards Hermès sont plus chers donc ils sont mieux
    C’est comme les sacs Louis Vuitton
    Les lunettes Ray Ban
    Les Stylos Montblanc

    Et plus le logo (go) est gros plus c’est bon pour la santé

  14. Les produit dans gluten coûtent une main, mais il n’y a pas si longtemps c’était un bras et n’étaient vraiment pas bon. il y a trois ans des pâtes sans gluten c’était un produit de luxe.
    J’ai une cœliaque à la maison et je dois dire que j’apprécie cette mode, ainsi que l’affichage des allergènes sur les produits achetés. ça facilite la vie. C’est bien d’avoir le choix, un maximum de choix.
    Après avoir un régime alimentaire basé sur le principe de carence d’un élément quand il n’y a pas de raison (allergie, intolérance…), je trouve ça débile. Mais chacun a le droit de faire ce qu’il veut.
    Mais je crois que le pire c’est quand on associe le sans gluten avec le bio, sans OGM, sans graisses, végétalien, végétarien et tout le tralala… et sans huile de palme, c’est important l’huile de palme. Un bon menu sans gluten doit compenser la carence donc un fort apport en calories et protéines donc de la viande, de la graisse, d’autres féculents…

Les commentaires sont fermés.