Les jeunes Français sont optimistes et aiment l’entreprise

Publié Par Contrepoints, le dans Sujets de société

Par la rédaction de Contrepoints.

Un sondage BVA pour France Active1 s’intéresse à la jeunesse française et son rapport à l’engagement et à l’entrepreneuriat. Elle montre que les jeunes sont majoritairement confiants dans l’avenir mais qu’ils ne sont pas satisfaits de la situation du pays.

La jeunesse est entreprenante

55% des jeunes interrogés aimeraient créer ou reprendre une entreprise. 6% d’entre eux l’ont même déjà fait. L’indépendance est la valeur qui attire le plus les entrepreneurs potentiels (49%), ainsi que le fait de faire de sa passion son métier (39%) ou encore, tout simplement, de gagner plus d’argent (34%).

Jeunesse Aimeriez-vous créer ou reprendre une entreprise ?

Aimeriez-vous créer ou reprendre une entreprise ?

On ne pourra pas taxer la jeunesse de rêveuse puisque seuls 11% des créateurs potentiels le feraient pour changer le monde et 12% pour montrer que d’autres modèles économiques existent.

Parmi ceux qui ne souhaitent pas se lancer dans la création ou la reprise d’entreprise, 46% trouvent que c’est trop incertain, 42% n’ont pas les moyens financiers et 36% n’ont pas d’idée particulière. Seuls 9% ont peur de ne pas être suffisamment épaulés et 15% ne sauraient pas comment s’y prendre. On notera aussi que la jeunesse compte préférentiellement sur des professionnels (comptables, banquiers, juristes, à 54%) et son entourage (47%) pour se lancer. Seuls 28% des jeunes comptent sur les associations d’aide à la création d’entreprise, 24% sur le réseau professionnel ou étudiant et 21% sur les pouvoirs publics.

Une bonne confiance dans l’avenir

49% des jeunes interrogés sont confiants pour l’avenir et 27% sont optimistes sur le plan personnel. Pour ce qui est de l’aspect professionnel, ces proportions sont respectivement de 43% et de 22%. Malgré cette confiance et cet optimisme, la jeunesse estime que la société évolue dans un sens négatif à 69% et 79% pensent qu’un autre modèle économique et social est possible. La jeunesse se dit aussi engagée (59%) quelle que soit la cause, en contribuant à préserver l’environnement (48%) ou en faisant preuve de civisme (45%) ou encore en venant en aide aux autres (36%).

Confiance de la jeunesse dans l'avenir sur les plans personnel et professionnel

Confiance de la jeunesse dans l’avenir sur les plans personnel et professionnel.

La génération des moins de 30 ans a le sentiment d’être plus individualiste (69%), plus pessimiste (63%) et plus désenchantée (53%) que celle de ses parents. Pour autant, elle pense qu’il est plus facile de s’exprimer (53%), plus difficile de se mettre à son compte (48% plus difficile, 20% autant) et plus difficile de réussir sur un plan professionnel (64% plus difficile, 20% autant).

Aidez la jeunesse et la jeunesse s’aidera

La jeunesse française est optimiste. Elle veut pouvoir créer, entreprendre, s’engager. Pour cela, elle fait confiance à la société civile plus qu’à l’État. Si elle estime, probablement à juste titre, que les conditions sont plus difficiles que pour la génération de ses parents, elle ne perd pas espoir. Et si on laissait la possibilité à la jeunesse d’exprimer son potentiel et de décider, à son échelle, celle d’une association, d’un comportement au quotidien ou de son entreprise, de l’orientation qu’elle veut donner à sa vie et à la société ? Et si on essayait le libéralisme ? La jeunesse est mûre.

  1.  Enquête réalisée auprès d’un échantillon représentatif de jeunes interrogés par Internet du 2 au 13 septembre 2016. Échantillon de 1002 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 à 29 ans. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de l’individu, catégorie d’agglomération et région.
  1. Les jeunes Français sont optimistes et aiment l’entreprise….

    Le titre , à lui seul , interpelle , quant à l’article , il est du même tonneau…

    La réalité ( ils votent avec leurs pieds , disait Wladimir Illitch Oulianov) est bien que les jeunes et moins jeunes diplômés français , ainsi que les manuels entreprenants français votent avec leurs pieds , en partant à l’étranger …

Les commentaires sont fermés.