Nuit Debout expulse violemment Alain Finkielkraut : comme une odeur de goulag

Publié Par Éric Verhaeghe, le dans Sujets de société

Par Éric Verhaeghe.

Nuit Debout Paris by Nicolas Vigier_Domaine public

Nuit Debout Paris by Nicolas Vigier_Domaine public

 

Sur la place de la République où siège sans discontinuer depuis plusieurs jours le mouvement Nuit Debout, la douce odeur du goulag commence à dominer les effluves de merguez et de marijuana. Comme je l’ai déjà signalé, derrière les postures humanistes et l’éloge de la gentillesse, se dissimule un visage bien plus inquiétant : celui d’une tribu de l’entre-soi prête à ostraciser tous ceux qu’elle a désignés comme l’ennemi, coupable de ne pas lui ressembler. Samedi soir, c’est Alain Finkielkraut qui en a fait les frais.

La Nuit Debout pas loin de lyncher Alain Finkielkraut

Alain Finkielkraut a eu la naïveté de croire à l’affichage de bons principes en vigueur sur la place. Il s’y est rendu, comme l’ex-ministre grec des Finances Varoufakis, pour écouter les débats. Grand mal lui a pris : la démocratie a des limites ! La foule s’est faite menaçante et il a été évacué par le service d’ordre avant de recevoir des coups.

 

Il n’aura donc pas fallu longtemps pour que les masques tombent. Une fois de plus, les longues gnagnasseries en assemblée générale pour le bien universel peinent à dissimuler les intentions profondes : la place n’est ouverte qu’aux gens qui partagent un entre-soi intellectuel propre sur lui, c’est-à-dire de la gauche bobo confortable dans ses petites certitudes acquises. Cet exercice tient plus de l’apartheid que de toute autre chose, mais certainement pas de la démocratie.

On peut se demander dans quelle mesure on doit encore tolérer que la place de la République, voie publique et symbole de notre démocratie, soit occupée par des mouvements aussi liberticides.

Sur France Culture aussi, la Nuit Debout ventile

L’expulsion brutale de Finkielkraut fait écho au débat scandaleusement biaisé organisé par France Culture, auquel participait Clémentine Autain, grande défenseuse (de gauche) des dîners mondains et des communautaristes musulmans (quel principe républicain ne vendrait-on pas en contrebande pour être élu ?). France Culture avait décidé de mener une opération en faveur de la critique contre le « système » en la maquillant en débat sensiblement orienté.

Le chroniqueur Brice Couturier a eu le bon sens de se sortir de ce guêpier puant en quittant le plateau.

On le voit, la Nuit Debout ne devrait pas tarder, à mesure qu’elle va mûrir, à concentrer toutes les méthodes gauchistes les plus putassières pour faire régner la terreur, à la plus grande satisfaction des sangsues qui font profession de dénoncer un système sans lequel elles ne pourraient vivre.

La Nuit Debout pour encore combien de temps ?

Les dérives et bavures du mouvement devraient commencer à se multiplier, dans la mesure où la vacuité des débats qui se déroulent sur la place vident peu à peu les citoyens ordinaires pour ne laisser la place qu’aux extrémistes décider à « récupérer la marque » Nuit Debout pour agir. Tôt ou tard se posera la question de l’évacuation des lieux, dans la mesure où rien ne justifie qu’une place de Paris soit confisquée aux Parisiens.

À lire aussi :

Sur le web

  1. victime d’ingénuité de bout en bout, La nuit-debout nuit au débat

    1. Petits yakas à la recherche d’un grand yaka !

  2. Qui a jamais pu penser que les bobos de gauche pouvaient être tolérants?

    1. Personne, vous avez raison, mais je ne pense pas que les « bobos » soient Si virulant pour agir de la sorte, je pense plutôt qu’il s’agit de militants Npa ou autre anarcho syndicalistes présents en petit commité pendant ces soirées, et je ne doute pas qu’un piketty aurait subit le même sort en ramenant sa poire dans le camps d’en face.

  3. C’est merveilleux. Finkie la Relique va pouvoir se victimiser et les médias réacs faire leur beurre sur « cette manif de bobo gauchistes pseudo tolérante ». N’en jetez pas plus. Entre le rassemblement inflexible et figé et ce philo-conservo-pervers, la France sent toujours aussi bon le faisandé. Bonne nuit…

    1. Alors, gaucho, t’es frustré parce que tes copains et toi ne peuvent plus cacher ce qu’ils sont ?

      1. Vous êtes très mignons… Nuit debout, je m’en fiche. Par contre, la loutre qui pleure et ses aficionados trop politisés pour pouvoir être lucides et pragmatiques utilisent une stratégie de victimisation perverse, clairement.
        Quand je m’intéresse aux individus qui le compose le mouvement, à défaut d’avoir des statistiques claires, je constate que la plupart n’est ni plus ni moins fasciste que celle des pourfendeurs de cette gauche molle et statique. J’aurais aimé qu’on me dise « vous savez, Finkie, finalement, c’est un bon. » et qu’on me démontre que toutes ses prises de positions stupides, son paternalisme à l’occidentale et sa vision hiérarchisée des cultures d’un oeil périmé sont parfaitement productives et dans l’air du temps.;.. mais non. « C’est parce qu’il est juif c’est ça? » « Gaucho frustré »… Rien dans le ciboulot… vraiment.

        1. « Rien dans le ciboulot… vraiment. »

          Vous projetez…

        2. Arch: « Quand je m’intéresse aux individus »

          Non, ça c’est nous.

          Nous défendons toutes les personnes, même les pires crétins quand leur droits ou leur liberté est menacée. Nous n’aimons pas non plus Dieudonné, et nous l’avons largement défendu contre la censure bien-pensante:
          https://www.google.fr/#q=contrepoints+Dieudonn%C3%A9

          L’extrême gauche a une très longue tradition totalitaire et antisémite de surcroit, les penseurs de « nuit debout » ne veulent que ressusciter les pires tyrannies ayant existé et en bon gauchiste ne supportent pas la contradiction ou même les débats contradictoires.

          Si vous pensez juste que Finkelkraut est un abruti mais qu’il mérite quand même que ses droits soient défendus, bienvenue.
          Sinon non.

          1. Mais il n’est pas question de contester les droits de Finkie qui sont inaliénables mais bien de mettre le doigt sur un manichéisme politique qui rend le débat complètement absurde et contre-productif !
            Et qui sont les penseurs de nuit debout? Frédéric Lordon pour l’exemple? On est dans une sorte d’étatisme suspect sous-jacent mais encore loin de ce Kraken totalitaire que vous dénoncez. Puis quand bien même leurs droits sont les mêmes que notre vieux Alain, non?

            1. Tout à fait d’accord, concernant la liberté d’expression, nous sommes même contre les lois « mémorielles » qui ne font que renforcer la paranoïa et interdire les recherches historiques (comme sur l’esclavage par exemple). Une mauvaise théorie se combat ouvertement, par la parole sur la place publique et certainement pas à l’aide de censures ordonnées par des politiques qui sont les premiers à dériver.

              Arch: « On est dans une sorte d’étatisme suspect sous-jacent mais encore loin de ce Kraken totalitaire que vous dénoncez »

              Lordon est pile au centre du bon vieux communisme qui a fait tant de dégâts en deux siècles :

              Arch: « On est dans une sorte d’étatisme suspect sous-jacent mais encore loin de ce Kraken totalitaire que vous dénoncez »

              Lordon est pile au centre du bon vieux communisme qui a fait tant de dégâts en deux siècles: « nous voulons la fin de la mondialisation libérale, la fin du pouvoir des actionnaires, la fin de la propriété des moyens de production, et tout le pouvoir aux salariés dans l’entreprise. »

              Dans d’autres pays où on range les communistes dans les musées à côté des nazis, ça prêtes plutôt à rire.

              Dans une France dotée d’un (rare) et fort imaginaire archeo-communiste a l’économie à 57% étatisée, ou 1 travailleur sur 4 est salarié de l’état et 1 électeur sur 48 est un élu (élu avec 1,9 voix sur 10 en moyenne) ça fait déjà moins rire.
              En fait, la France est déjà en faillite à cause du corporatisme socialiste et la société civile croule sous le poids de l’état qui ne cesse de légiférer contre les libertés sans aucun contrôle démocratique (gauche et droite confondus).

              Le populisme démagogique dans un pays qui est déjà dangereusement du mauvais côté de la barrière et de la prospérité est dangereux.

          2. La différence est grande, la liberté d’expression est garantie par l’Etat, qui normalement ne doit pas en mettre de limite… l’Etat considère qu’il y a des limites à cette liberté d’expression, votre exemple de DIeudonné est bon… il est interdit de dire ce qu’il veut PAR l’ETAT…. Finkelkrault se rend dans un mouvement organisé par des citoyens et donc pas par l’Etat… son expression est limité au contexte.
            Personne, et surtout pas l’auteur de l’article, n’a critiquer les opposants au mariage gay, quand ils ont manifestés et frappés violemment (a contrario de « je peux rester 1h et quelqu’un me dit « casse-toi » des femmes (FEMEN : idiotes mais la n’est pas le débat), ou agressé l’autre menteuse compulsive de Caroline Fourest (idem je l’a debecte, mais elle s’est fait viré du mouvement)…
            Imaginez Dieudonné se rendre à un meeting du CRIF, vous pensez qu’il restera combien de temps ?

            Faut arreter, la victimisation c’est vraiment soulant, le mec est invité sur tous les plateaux télé, toutes les radios, tous les journaux, mis en avant dans un conglomérat de potes (académie FR),…. et on lui dit « casse toi » dans une manifestation, et cela fait un drame nationale… et meme si je l’attendais et j’aurais du parier sur son auteur, qu’on allait retrouver cet article sur COntrepoint… je ne pensais pas qu’on pouvait descendre si bas… c’est un non-evenement, ou sinon vous venez de découvrir que dans une manifestation partisane et encarté, on ne peut pas dire tout ce que l’on veut, et la c’est plus grave, car il aurait fallu vous rendre dans d’autres manifs.

            1. Le problème n’est pas tant l’expulsion, que le grand écart entre la vitrine (mouvement ouvert qui discute et donne la parole à tous) et la pratique (expulsion d’un type qui n’est là que pour écouter, même pas pour prendre la parole). On n’aurai évidemment pas fait autant de foin si Dieudonné s’était fait expulsé du Crif ou Le Pen expulsée d’une manif de la CGT

            2. Excellent résumé de la situation 🙂

              Et la comparaison avec Dieudonné se rendant à un meeting du CRIF illustre parfaitement ceci !

              Bien que je n’apprécie pas le mouvement nuit debout car la logique sous-jacente est anachronique, Finkielkraut ne pouvait pas s’attendre à autre chose que ce type de réaction en allant place de la République. Bref, comme le dit Liberté adorée c’est un non-evenement.

            3. Sauf que Nuit Debout prétendait être un débat ouvert à tous et non une manifestation partisane et que les médias faisaient semblant d’y croire, ce qui était prodigieusement irritant. Au moins maintenant les choses sont claires.

              1. Franchement, qui en doutait ? Vous connaissez une seule personne qui le croyait ? bien sur que non, c’est une manif de communistes, tout le monde le sait, la preuve, ce n’était pas ouvert, puisque tous était rassemblée en opposition a la loi El Komry, pas pour d’autres raisons… donc tout le monde le sait.

                1. Je suis sûr que 90% de mes amis dans des pays étrangers non-francophones croyaient à ce que racontaient les journalistes. Je pense aussi que les journalistes étaient très satisfaits de la manière dont ils rendaient compte du feuilleton et d’eux-mêmes par la même occasion. Mais oui, en France, tout le monde le savait, et personne ne voulait le dire haut et fort, pourtant ça va mieux en le disant.

                2. Au moins, ils ont montré leur visage. Celui des ennemis de la société ouverte.

            4. « Personne, et surtout pas l’auteur de l’article, n’a critiquer les opposants au mariage gay, quand ils ont manifestés et frappés violemment (a contrario de « je peux rester 1h et quelqu’un me dit « casse-toi » des femmes (FEMEN : idiotes mais la n’est pas le débat), ou agressé l’autre menteuse compulsive de Caroline Fourest (idem je l’a debecte, mais elle s’est fait viré du mouvement)… »

              Pendant les manifs contre le mariage pour tous, les Femen et de Fourest provoquaient les manifestants, sachant très bien quelle serait leur réaction (remember les extincteurs orientés vers les poussettes?). D’autres opposants à la manifestation, calmes, n’ont rien subi (groupes avec des Tshirts arc en ciel et des sparadrap sur la bouche, etc).

              Finkielkraut se balladait, et ne provoquait pas, jusqu’à preuve du contraire, et ne prévoyait pas de prendre la parole.

              La comparaison est donc assez peu réaliste. Cessons de mélanger des poux et des charriottes.

              1. Vous etes juste plus partisan du coté « contre mariage gay » (et ce n’est pas une critique) que communiste… c’est tout, l’angle que vous prenez est biaisé. Les provocations de Caroline Fourest ne sont pas voyantes, elle sait pertinemment ce que cela va donner comme résultat, elle sait qu’elle va se faire insulter,… et c’est pour cela qu’elle y va, pour se victimiser… tout comme Finkelkrault.
                Les Femens utilisaient des extincteurs a eau, ne venez pas me dire que ca faisait peur a quelqu’un ? soyons sérieux ! Et je repete, meme si Caroline Fourest je la debecte a un plus haut point, elle ne provoquait pas, elle s’avait que sa présence suffisait pour provoquer et c’est pour cela qu’elle y ait aller… tout comme Finki.
                Donc la comparaison tient sans probleme, Finkelkraut s’insurge sur tous les médias que les jeunes sont des faignasses, que les musulmans sont méchants, que les communistes sont des fous,… il savait pertinemment qu’en se rendant dans ce type de manifestation de communiste, il récolterait des siflets, a moins que ni lui, ni Fourest le savaient et a ce moment, je m’inquieterais plus pour leur bout de cerveau.

    2. À côté de la plaque. La pensée de Finkie n’a aucune importance en soi dans cette affaire. Ce qui compte, c’est qu’on a pu constater que lorsqu’on introduit une personne aux idées différentes de ND, la véritable nature des participants se révèle : intolérante et violente. La gauche, cette salle d’attente du fascisme, est place de la république, et c’est en ce moment.

  4. « La gauche est une salle d’attente pour le fascisme ».
    Léo Ferré

    Vérifié une fois de plus.

    1. Mouais enfin Frédéric Bastiat était de gauche. L’expression « la gauche » est un peu vague

      1. D’ailleurs, si quelqu’un pouvait me l’expliquer.

        Gauche/droite, ça fait des lustres que je veux me faire un avis mais pas deux personnes n’en disent la même chose..

        1. Il y a cette carte:
          https://www.contrepoints.org/2014/03/08/158873-carte-de-lechiquier-politique-francais

          Ou on voit que l’offre politique gauche/droite en france est uniquement composée d’étatistes ou constructivistes.
          Depuis 2014 économiquement le FN a basculé à l’extrême-gauche. (anti capitaliste)

          1. Merci LLmryn,

            J’ai regardé, la carte est intéressante. Déjà parce qu’elle ne raisonne pas sur un simple axe, ça me plait mieux qu’un simple axe linéaire qui ne suffit pas à cataloguer l’ensemble des courants.
            L’axe des ordonnées me parait très clair effectivement, sur la différence « planificateur » vs « libéral ».
            Mais… en abscisse est indiqué « gauche » et « droite ». Et rien de plus, du coup ma question reste en suspens. Je suis infichu de dire ce qu’est la gauche et ce qu’est la droite.
            Ceci étant je vais creuser à partir de ce modèle 2*2 qui me parait intuitivement plus complet que ce que j’ai vu jusque là, merci 🙂

            1. En petit on voit en haut et en bas « ancienne définition de la gauche/droite ».

              L’actuelle définition est plus une question d’axe pro-marché/anti-marché capitaliste avec, dans les discours, une nette touche marxiste à gauche et une nette touche jacobine nationaliste à droite, les deux courants étant pour l’interventionnisme de l’état.

              Les deux défendent surtout leur propre corporation, les armées de fonctionnaires et d’élus qui vont les favoriser dans les urnes ou dans les lois. De fait avec 1 élu pour 48 électeurs doté de 1,9 voix sur 10 en moyenne et 1 salarié sur 4 payé par l’état la France est plutôt une monarchie bureaucratique socialiste qu’un état de droit libéral.

              1. Mon fils (16 ans) a lu mon commentaire et me demande en rigolant « qu’est ce qu’on fait du lumpenprolétariat dans tout ça ? »

                On aime rire mais je ne crois pas qu’il sera jamais socialiste… 😉

              2. Je ne sais pas trop en fait. J’ai tendance à distinguer les hommes politiques actuels qui ne défendent qu’eux même et des corporations (cf un livre de philippe Pascot que j’ai lu dernièrement – lecture salutaire qui devrait être distribuée aux gens un peu partout), et la notion gauche/droite.
                Intuitivement, j’ai l’impression que derrière « gauche/droite » se cachent des vraies valeurs. Qu’on les partage ou non.
                Après, le fait que beaucoup de politiciens corrompus se drapent derrière ces valeurs ne signifie pas qu’ils en soient représentatifs.

                Bienheureux soit votre fils :D, c’est bien quand le bon sens commence tôt. Pour ma part j’ai fait un parcourt assez différent. J’ai compris dès le départ que les politiciens étaient pourris et me suis désintéressé de la politique entre 15 et 25 ans et je pense que ça m’a préservé. Puis je m’y suis intéressé en discutant avec un collègue et en lisant, beaucoup, en repartant des fondamentaux. Mais ma fierté, c’est ma compagne. Elle votait socialiste quand je l’ai rencontré. Non qu’elle ait encore fait un retournement à 180°, mais la voir dire « l’état est un vrai problème dans ce pays » me remplit de joie 🙂

                1. « derrière « gauche/droite » se cachent des vraies valeurs »

                  Le vol et l’extermination de masse sont des valeurs ?

                  1. Non bien sûr. Je ne pense pas avoir été clair.
                    Tous ceux qui se revendiquent de gauche ou de droite ne prônent pas le vol ou l’extermination de masse. J’ai lu des économistes qui se revendiquent de gauche et qui s’opposent à l’ingérence de l’état dans l’économie. J’en déduis donc que gauche ne signifie pas collectivisme, même si ça ne me dit pas ce que c’est.
                    Que certains politiques aient dérivé jusqu’à ces extrêmes est un fait.
                    Comme le disait Ilmryn, actuellement tous les partis qui se revendiquent de gauche et de droite sont collectivistes et utilisent l’impôt comme outil de punition.
                    Pourtant, il y a pas mal d’années, l’Etat était moins présent, les gens n’en vivaient pas plus mal. Et il y avait aussi des politiques qui se revendiquaient de gauche ou de droite.
                    C’est donc qu’a priori gauche et droite représenteraient autre chose que le collectivisme. Le collectivisme s’est rajouté par dessus, ce qui explique qu’actuellements tous les partis dits de gauche ou de droite soient collectivistes.
                    Et j’en reste donc mon interrogation sur ce que veut bien dire gauche et droite. Mais c’est juste pour ma culture, je cherche juste à comprendre. Ca ne changera pas mon opinion sur le droit, l’économie et le reste.

                2. Julien: « c’est bien quand le bon sens commence tôt. Pour ma part j’ai fait un parcourt assez différent. J’ai compris dès le départ que les politiciens étaient pourris et me suis désintéressé de la politique entre 15 et 25 ans »

                  De mon coté c’était beaucoup plus rude. Mon père était fonctionnaire communiste (!!!) et je l’ai été jeune, puis socialiste pendant une bonne partie de ma vie. Ce qui m’a sauvé, c’est la méthode scientifique (esprit critique/preuve) et la lecture, beaucoup de lecture.

                  Pour le RCA j’ai eu le même parcours : plus je lisais de documents pour convaincre les sceptiques, plus je m’apercevais que les « preuves » reposaient sur des projections foireuses, des biais cognitifs, des sophismes, en bref : du sable.

                  Julien: « Mais ma fierté, c’est ma compagne. Elle votait socialiste quand je l’ai rencontré. Non qu’elle ait encore fait un retournement à 180° »

                  Ma compagne était un peu apolitique donc c’était facile, ma fierté, c’est plutôt mon voisin qui votait communiste et qui est maintenant proprement enragé contre l’état. En France, ce n’est pas difficile notez, il suffit de faire lire les rapports sur la mafia. 😉

                3. La gauche n’a aucune valeur, c’est pourquoi elle en change sans cesse! Elle est devenue pro-islamiste alors qu’elle était laïque, pour l’égalité homme femme que l’islam condamne. Elle prétend défendre les pauvres alors qu’elle fait tout pour saboter l’économie, ce qui augmente le nombre de chômeurs et de pauvres. Nous sommes à 7 millions de gens sans emploi au minimum et 10 millions de pauvres. Vive le socialisme qui a ruiné tous les pays qui l’ont adopté! URSS, Corée du nord et Cuba!

      2. @ Nana : Bastiat était libéral, le sens gauche = socialisme s’est surtout développé avec la 3 ième république et a acquis ce sens générique à ce moment là.

        Avant, les gens de gauche était contre le pouvoir absolu de l’état, donc les libéraux étaient de gauche.

      3. Ferré fait référence à la gauche d’apres-guerre.

      4. « Bastiat était de gauche »

        Bastiat siégeait à gauche dans l’hémicycle, nuance.

        Une partie de mon cerveau fonctionne à gauche et pourtant je défends les idées libérales. En fait, il y a les défenseurs de la liberté et les défenseurs de l’esclavage : les socialistes toutes obédiences confondues appartiennent au second groupe.

        1. On a l’impression que certains libéraux se confortent en disant tel libéral était de gauche pour ne pas dire que je suis de gauche. Le jour ou on comprendra que le libéralisme n’est ni de gauche ni de droite, les poules auront des dents.

  5. Ce « philosophe » est un constructiviste du même acabit que ces gauchistes insomniaques. Entre « freedom haters » de différents bords, on ne s’apprécie guère. Rien de bien neuf ici.

    Dois-je, en tant que libéral, m’émouvoir que ce genre de personnages s’entredévore ?

    1. Un libéral défend même les droits des pires crétins, c’est l’essence même du libéralisme.

      1. Effectivement.

        On peut penser que M. Finkielkraut, académicien, n’est pas une personne très intéressante.

        Pour autant lorsqu’il se fait insulter et expulser d’une place publique par quelques manifestants qui lui contestent le droit d’écouter un discours qui se veut « démocratique et citoyen » il n’a pas tort de de dénoncer un double langage.

        1. Oui mais quelles proportions cela va-t-il encore prendre?? Peut-il dire de fait qu’il a été proprement banni et amalgamer le tout avec un totalitarisme stalinien lorsqu’une bande d’écervelés lui conteste son droit à l’écoute? Merde… les raccourcis vont fuser dans tous les sens. Le débat n’en sera que plus faussé. Et qui sera responsable au final? Ceux qui évincent où ceux qui en tirent des conclusions simplistes?

          1. Comme il n’y avait que des irresponsables au départ, il serait surprenant que des responsables surgissent au final. L’important est que le sens critique ait été restauré et que les journalistes aient perdu leur complaisance béate. Bienvenue aux noctistats dans le monde réel !

          2. « lorsqu’une bande d’écervelés lui conteste son droit à l’écoute »

            S’opposer au système ne suffit pas pour former un groupe cohérent. Il n’est donc pas étonnant que ceux qui se voudraient organisateurs de ce barnum en perdent le contrôle et qu’il y ait des dérives. Et peut-on même parler de dérive, de droit ou de débat ? Les participants ont-ils signé qu’ils reconnaissaient quoi que ce soit ?

          3. Arch: « Peut-il dire de fait qu’il a été proprement banni et amalgamer le tout avec un totalitarisme stalinien »

            La France a encore un minimum d’état de droit effectivement. (3.5% du budget exactement pour le régalien, 6% si on compte l’armée avec)

            Mais Lordon et les autres rêveurs sont des staliniens, on ne « confisque pas les appareils de production » pour les donner « aux travailleurs » sans totalitarisme, c’est leur programme et le reste c’est dans les gènes communiste: ils appliquent déjà à leur échelle la censure et la réduction au silence des contradicteurs.

            1. Vous pointez la raison pour laquelle je me méfie grandement d’un gugus comme Lordon. Que sous le terme générique « travailleurs » se cache une masse administrée par l’état. Pourtant, le personnage, en évacuant son biais politique, a des analyse intéressantes. Sans être de « gauche », j’apprécie certaines nuances, particulièrement lorsqu’elles relèvent de la sociologie. Le problème tient plus de la solution, où plutôt de l’absence de solutions novatrices et émancipatrices de l’individu par rapport à la masse. On reste dans quelque chose d’absolu, de centralisé et finalement de bien démago. La Reichspropagandaleitung fut décidément une révolution…

              1. Les solutions proposées par Lordon ont donné dans le passé les plus grandes famines et massacres de populations de l’Histoire. Ce sont les mêmes solutions qui ont cours en Corée du Nord, à Cuba, au Vénézuela et dans une moindre mesure en Chine, au Brésil et en Argentine et bien sûr en France. Pourquoi ne fait-il donc pas bénéficier les salariés de ces pays ou les 8 millions de chômeurs français de ses moyens personnels de production pour donner l’exemple ?

        2. Pourquoi préciser « académicien » ? Ca fait de lui quelqu’un de bien ? ou d’interessant ?
          Finkelkrault est quelqu’un de distinguer, qui a dit lors de cet evenement « Gna Gna Gna » suivi de « ta gueule pauv conne »… (vosu aurez remarquez l’emploi du subjonctif présent du participe passé suivi de son « Gna » répété 3 fois afin d’insister sur le « Gna »…
          L’académie Française est un repère de potes qui s’auto-promotionne sur le dos du citoyen par leurs impots… c’est tout.

          La liberté d’expression lui est garanti, à la télé, à la radio, dans la presse… dois-je, forcément lui ouvrir ma porte pour qu’il s’exprime ? le CRIF doit-il forcément inviter Dieudonné à parler ? Les opposants au mariage gay doivent-ils forcément inviter les FEMEN à leur manif ?

          Ne confondons pas la liberté d’expression controlé par l’Etat( hautement critiquable et meme combat de n’importe quel libéral, vu que la liberté d’expression est la 2eme liberté la plus importante, après la liberté de quitter son pays) et la liberté d’expression controlé par un groupe de personne dans une assemblée de gens volontaires à écouter.

          1. Sauf que là cela se passe dans un espace public. Si le mouvement veut rester dans l’entre soi, il loue une salle.

          2. Commentaire modéré pour insultes

      2. Sa liberté et sa propriété ont elles été violées ?

        Je ne pense pas. Personne ne la touché. Tout au plus certains lui ont exprimé le « fruit » de leur « pensé » à son encontre.

        Je redemande donc : en tant que libéral, dois-je m’émouvoir que des constructivistes s’invectivent les uns les autres ? Personnellement, je n’en ai cure.

        1. Bien sur qu’on se fout de « Fink » mais l’occasion est trop bonne de voire les soit disant « droitelhommiste » en flagrant délit d’intolérance crasse. Quand les donneurs de leçon jettent les masques c’est pas jolie à voire mais c’est édifiant. Cela laisse entrevoir quelle type de société ces gens veulent imposer.

          1. Entièrement d’accords avec vous.

        2. Désolé de vous contredire, mais, selon le récit de Finkielkraut lui-même des événements de ce soir-là, il a été violemment poussé par un olibrius :
          https://www.youtube.com/watch?v=XNzHeNq14ZM (à 14:16)

          Du reste, à voir la vidéo des événements et des injures proférés par ces minables, il est évident que sa présence leur était insupportable. Vous vous dites «libéral» sauf pour Finkielkraut qui n’aurait pas le droit de débattre sur une place publique au motif que c’est un «constructiviste»? Tout «libéral» que vous êtes, j’aurais bien voulu vous voir dans les souliers de Finkielkraut et dans les mêmes circonstances en train d’essayer de discuter des vertus du libéralismes avec ces crétins. Combien de temps auriez-vous «tenu» avant de vous faire expulser?

          1. Être libéral n’est nullement synonyme d’être amical. Si ce dernier s’était présenté sur ma propriété privée, il aurait trouver porte close.

            Les injures ne constituent, pour un libéral, pas un délit ou un crime étant donné qu’ils n’induisent aucune lésion à la propriété privée ou à la liberté de leur cible.

            Si il a été physiquement empêché de sa liberté aller à ses occupations ou physiquement agressé dans sa propriété privée ou son intégrité physique, les auteurs doivent être appréhendés et condamnés à de lourdes peines de prison. Comme pour n’importe quelle agression envers n’importe quel individu.

            Personnellement, je ne me serai pas rendu sur cette place pour entendre les débilités profondes de ces imbéciles et encore moins pou discourir avec des alcooliques, des drogués et autres parasites de libéralisme.

            Je finirai par le fait que le droit au débat, comme tous les « droits à » est un faux droit qui n’est donc reconnu par aucun libéral. Le droit de se déplacer librement dans l’espace public est lui un droit qui doit être défendu par la force s’il le faut. D’où l’intérêt du port d’arme citoyen.

            1. Évidemment que vous accueillez qui vous voulez dans votre propriété privé. Mais il s’agit ici d’une place publique. Finkielkraut avait parfaitement le droit de parler à qui il voulait sans en être empêché et tout une chacun avait le droit de l’ignorer ou non. Et je ne me vais certainement pas chercher s’il existe un libéral quelque part dans le monde qui reconnait ce simple droit pour m’assurer que ce ne soit pas un «faux» droit, non mais!

              1. C’est la limite du principe de la prédication en place publique : il a le droit de parler (c’est un espace public), les autres ont le droit de brouiller le discours (c’est un espace public). Sur un forum, sur un plateau de TV, on n’est ni chez soi ni dans l’espace publique. La il faut se plier aux règles des organisateurs. Et la on peut parler – en théorie : Essayez de contredire les catastrophistes climatiques dans un forum de journal bien-pensant.

                1. Son problème n’a pas été de ne pas pouvoir parler mais juste déjà de circuler.
                  Il s’était rendu sur cette place pour voir ce rassemblement autrement qu’à travers le prisme des médias (dixit).

                  Ce qui est bien, pour ceux qui pouvaient en douter, c’est qu’il n’y a plus aucun doute sur les composantes de ce mouvement « démocratique ». Ils se sont complètement décrédibilisés pour ce qu’en j’en ai vu autour de moi. Ils avaient les medias avec eux dans le sens où ces medias surévaluaient le phénomène. C’est pas possible d’être si c*** !

                  1. … il est resté plus d’une heure sur place et a entendu « casse toi » a fait demi-tour et a insulter la personne… Ca c’est concret non ? Il fallait, pour assurer la liberté d’expression de Finki, que les gens se laissent insulter ? La liberté d’expression lui ai garanti, il n’a jamais été agressé physiquement, et a meme été aidé par le service de sécu de NuitAssis (car quand meme, on dit nuit debout et on reste assis car on est trop fatigué de rien faire)…

                    Et la victimisation d’un mec qui est invité sur tous les plateaux Télé, radios journaux…. et qui peut se défendre le lendemain dans le Figaro…. il y a plus atteint en terme de liberté d’expression qu’un mec a qui on dit « casse toi » sur une place ou 3 faignasses se réunissent….

                    Que ce mouvement soit ridicule, que les communistes soient des étatistes qui veulent controler la parole, il y a rien de nouveau… mais pour les « casser » il y a bien assez de motifs, pour pas en inventer.

                    1. Vu ce sur quoi vous vous focalisez, vous n’avez pas vu les videos complètes quand il arrive sur la place.
                      Ce que vous décrivez c’est son départ encadré par le service de sécurité.

              2. Pour être illégal selon le libéralisme, l’ « empêchement de circulation » doit être physique. Les simples cris, huées ou insultes ne constituent pas des atteintes à la liberté ou à la propriété.

                Si quelqu’un l’a touché, il doit y avoir répression. Si quelqu’un l’insulte, c’est la liberté d’expression (et celle d’être un pauvre imbécile) de celui qui insulte. La limite est là pour un libéral. Sans rapport avec le libéralisme, rappelons-nous ce célèbre proverbe chinois : « L’invective ne déshonore que son auteur. ».

                Le débat sous entend un échange. Il ne peut y avoir de droit au débat étant donné que cela consisterait à potentiellement violer la liberté d’un des protagonistes à discourir avec quelqu’un à qui il n’a potentiellement pas envi de parler. D’où mon propos précédemment.

                1. En l’occurence dans ce cas il y a eu bousculades et crachats.

                  Sauf à considérer qu’en dessous de 3 crachats et deux bousculades on est dans la légalité, il me semble que là on est quand même limite. Surtout à plusieurs contre un.

                  1. Dans un contexte de foule, la situation était extrèmement dangereuse.

                    La psyché des foules a été longuement étudiée, il suffit qu’un des abrutis aie moins d’inhibition est c’est parti.
                    En psy on sait que les gens borderline sont plus enclins que les autres à passer à l’acte, et sur cette place il y a un bon nombre de gens borderline justement.

                    1. Combien de gens borderline exactement? Vous avez leurs noms?

                    2. Combien de gens borderline exactement? Vous avez leurs noms? Ou alors vous fantasmez encore?

                  2. Vous avez des preuves de crachats? Parce que les versions sont assez contractoires, certains disent qu’y a eu crachat, d’autres non. Vous étiez? Ou alors vous extrapolez?

      3. Commentaire modéré pour insulte

      4. La gauche ne changera jamais. Quand on est intolérant, on est liberticide, donc on enferme au goulag tous ceux qui ne pensent pas comme vous. C’est inévitable!

  6. Vive les cretins

  7. Ahhh les « débats » de france culture ou france inter, ou l’art de débattre d’un sujet en exprimant x fois le même point de vue ou la même idéologie.

  8. Nuit debout : Retour vers le futur, certains se sentent l’âme de Gardes Rouges.
    Les constructivistes, à différents degrés, sont naturellement des totalitaires,puisqu’ils veulent remodeler l’homme pour construire une société qu’il pense idéale.
    Les masques tombent

    1. « … qu’ils pensent… »

  9. Il a recu des coups? Vous avez des preuves?

    1. Cracher au visage, pousser insulter, et expulser ce n’est pas grave tant qu’ils ne fait pas de l’hôpital ?
      Tu veux « réinventer un monde plus juste » ou on expulse les contradicteurs manu-militari ?
      C’est ça le début de ton « monde plus juste » ? c’est quoi la suite ?:

      1. Je ne vois ni crachat, ni contact physique. Des insultes oui (dans les deux sens), mais pas de contact physique. Vous en voyez vous?

        1. Oui, on sent bien que c’est bon enfant et qu’une partie de la foule n’est pas enragée ni capable de lui cracher dessus.
          C’est tout à fait bénin, en bref.

          Votre personnalité sent vraiment la m….e.

          1. « Les faits me contredisent, que faire? Ah oui, insulter! »
            Ilmryn, 12 ans, chômeur et commentateur Internet professionnel

            1. llmryn chômeur ? Impossible : il est suisse. 😀

              1. Si je luis dis en plus que j’ai ma propre TPE depuis dix ans il va nous faire une attaque 🙂

                1. Ca doit pas marcher très fort cette TPE, vu le temps que vous passez ici…

                  1. Ça prend beaucoup plus de temps que tes tampons du RMI il est vrai. J’ai sorti un nouveau produit dernièrement, si je te dis combien il me rapporte, tu vas faire un deuxième AVC 🙂

                    Mais ça suppose de se sortir les pouces et, dans ma partie, d’être très créatif, deux choses qui te sont probablement inconnues sinon tu ne prônerais pas le vol des richesses des créateurs pour qu’on te les donnes gratos.

                    1. Haha si vous saviez…encore fois vous fantasmez et vous m’inventez une vie pour que tout cela colle dans votre petit schéma mental dogmatique.

                    2. Moody: « encore fois vous fantasmez et vous m’inventez une vie »

                      Tu ne te souviens déjà plus que c’est toi qui a lancé la mode 4 posts plus haut ? 🙂 C’est fou quand même de se planter avec une telle constance…

                      Comme tes louanges sur le Venezuela en prenant des données de 2011-12 alors que le taux de pauvreté avoisine maintenant les 80%. (ce que nous avions prédis)
                      http://www.contrepoints.org/2016/04/14/247174-la-revolution-neoliberale-aux-origines-de-lage-dor-de-lhumanite#comment-1212703

                      Tu dois êtres maso 🙂

            2. Moody: « Les faits me contredisent, que faire? Ah oui, insulter! »

              Les faits ne me « contredisent » absolument pas gamin, la vidéo ne démarre pas à l’origine des faits, tu n’as aucune preuve qu’il n’y a pas eu de crachats ni de bousculades comme il le rapporte. À chaque commentaire, tu alignes ainsi les sophismes, les contresens et monte toujours plus haut dans les arcanes du troll cosmique.

              Je ne t’insulte pas, je pose un diagnostique.

              Reste que la foule est vraiment enragée, que les foules sont par nature dangereuse et que tu évacues ça comme s’il y avait un sucre de trop dans son café. J’ai posé le bon diagnostique.

              1. « tu n’as aucune preuve qu’il n’y a pas eu de crachats ni de bousculades comme il le rapporte »

                Vous n’avez aucune preuve du contraire non plus. C’est bien ca le problème. Ni vous, ni moi n’y étions, et ne savons ce qui s’y est passé. Sauf que vous, comme d’habitude, vous imaginez la réalité comme conforme à ce qui arrange votre vision des choses. Sauf que là pour le coup, vous n’en savez vraiment rien. Ni sophisme, ni contresens. Je vous la fais en plus clair au cas où ca reste encore trop compliqué pour vous: vous n’en savez rien, vous n’avez aucune preuve, mais vous adoptez la version la plus conforme à vos souhaits. Comme une petite mamie en gros.

                1. Moody: « Sauf que vous, comme d’habitude, vous imaginez la réalité comme conforme à ce qui arrange »

                  Toujours au top du Troll le moody 🙂

                  J’ai un témoin et une vidéo qui montre des gens largement assez enragé pour un crachat, une bousculade.
                  Toi tu es certain « que les faits me contredisent », tu as donc « imaginé la réalité comme ça t’arrangeais »…

                  Avec en plus ton journaleux de la Pravda qui avance que c’est carrément le petit vieux de presque 70 ans qui s’est attaqué à la foule vous faites la paire,

                  1. Question simple: avez-vous une preuve du crachat? Non. Vous fantasmez donc. Votre témoin vaut autant que les autres témoins qui n’ont pas vu de crachat. C’est aussi simple que ca.

                    1. Détends toi petit moody sinon tu va timbrer ta carte RMI de travers 🙂

      2. Le goulag et le peloton d’exécution! Les communistes ne changeront jamais, bien qu’ils prétendent être démocrates. Les tentatives pitoyables des gauchistes pour excuser, voire aprouver un acte qui bafoue la démocratie et les droits de l’homme le démontre une fois de plus!

    2. Moody, c’est dans de tels moments qu’on voit la mauvaise foi.
      Vous venez vous aussi de vous décrédibiliser… ou alors vous n’avez pas internet… oh wait, comment êtes vous donc arrivé jusqu’ici ?

      1. Non la mauvaise foi, c’est d’avancer qu’il y a eu des coups et des crachats, sans aucune preuve.

  10. Ces mecs sont soit disant pour le débat, oui, mais seulement avec ceux qui sont d’accord avec eux ! C’est du fascisme. La chienlit est de retour. Bientôt un goulag en France si ces mecs arrivent au pouvoir.

  11. « Le masques tombent ». Mais pourquoi ces intellectuels fatigués se croient-ils toujours obligés de ressortir leur couplet guignolesque sur le goulag, les heures les plus sombres de notre histoire, et les camps d’extermination ?

    Une « Nuit Debout », c’est avant tout un endroit où les paumés peuvent aller lorsqu’ils n’ont rien d’autre à faire en soirée. C’est un peu comme un bar, mais où on n’est pas obligé de consommer. Ce qui est assez pratique lorsqu’on a des moyens limités. En échange du droit d’être là, il faut juste accepter la Loi du Kapo, c’est tout. Accepter le fait d’être encadré par des kapos gueulards dont le rôle autoproclamé (le kapo autogéré étant le phare de l’idéologie nuitdeboutesque) est de filtrer les pensées autorisées à s’exprimer. Mais comme disait le fils d’une connaissance, ce n’est pas un sacrifice démesuré : du moment que tu acceptes ça, et que tu fasses vaguement semblant de hurler avec les kapos lorsqu’il faut expulser un type comme Finkielkraut, ou qu’au moins tu la fermes lorsque le kapo parle, tu as alors accès à tout le marché aux puces des névroses sociales. Parce que, comme il dit aussi, « Ce qui est bien là, c’est qu’il y a de la meuf ». « Surtout en début de soirée », précise-t-il. « Bon, ce sont des boudins, mais elles en veulent ». Et la Nuit Debout, alors ? « C’est pour les frustrés de la life, pour les losers, ceux qui ne trouvent pas de boudin pour une nuit couchée : ce sont ceux-là qui restent debout ».

    1. Tout à fait d’accord pour les « frustrés de la life » et autre idéaliste avec papa et maman très à gauche mais:

      -La presse subventionnée répand une fascination malsaine pour ces « frustrés »
      -Les socialistes français contrairement aux autres pays ne ce sont jamais démarqués du communisme (cf 1)
      -Un tas d’écrivains qui font partie du socle culturel enseigné par l’ednat soutenaient ouvertement le communisme
      -La France est étatisée à 57%
      -Le système fiscal est en bonne partie idéologique d’inspiration anticapitaliste.
      -1 travailleur sur 4 est directement ou indirectement salarié de l’état
      -La France est en faillite.

      Ce n’est pas si anodin que cela, les médias en particulier au lieu de jouer leur rôle de contre-pouvoir en dénonçant sans relâche les deux mafias jouent un jeu idéologique dangereux au moment ou la France est fragile et prête pour tous les populismes.

      Au final, le discours se combat par le discours, les « penseurs » de Nuit debout DOIVENT être contre-argumenté, ce qui est fait ici.

      1. « La presse subventionnée répand une fascination malsaine pour ces « frustrés » »

        Vous confondez encore une fois vos fantasmes et les faits:
        http://www.acrimed.org/Nuit-debout-il-faut-encore-sauver-le-soldat
        https://blogs.mediapart.fr/fede-davout/blog/180416/finkielkraut-expulse-malaise-liberation

        Il vous reste plus qu’à m’insulter, comme à chaque fois que la réalité vous contredit!

        1. Moody: « Vous confondez encore une fois vos fantasmes et les faits »

          Tu as vraiment un problème avec le mot « contredire » cet article montre justement cette « fascination malsaine » pour ce mouvement que j’évoquais allant même jusqu’à travestir complètement la réalité.

          article: « Là où Libération imagine un libre penseur agressé par une foule menaçante »

          Pas du tout menaçante effectivement…. 🙂

          article: « nous avons vu au contraire un Académicien étonnement vulgaire menacer de «coups de latte» les quatre ou cinq personnes révoltées qui criaient pour réclamer son départ. « 

          Finkielkraut 67 ans agresse 4-5 personnes enragées qui lui hurlaient « saloperie, dégage, casse toi, facho » – Pravda magazine

          Et la, on tombe même dans le collector avec le « journaliste » qui réussi à dire l’inverse en deux phrases:

          article: « Ainsi, jamais la Nuit Debout n’a eu cette prétention de neutralité politique qu’exige abusivement de nombreux médias »
          […]
          article: …le polémiste a offert à ceux qui l’attendaient l’occasion d’accuser ce mouvement pluraliste et ouvert…

          Ce mouvement est « pluraliste » et « ouvert » mais « n’a aucune neutralité politique »…. bien bien….

          LOOOOOL 🙂

          1. Encore une fois, vous vous mettez la tête dans le sable et tordez les faits pour les faire coller avec votre vision monomaniaque.

            L’article très sourcé et très documenté d’Acrimed prouve par A+B que la presse subventionnée comme vous l’appelez n’est ni fascinée, ni bienveillante envers le mouvement. Et ca, ca vous embête parce que vous vous imaginez que la presse francaise est une presse de gauchistes proches d’ATTAC et remplies de crypto-bolchéviques. Sauf que cet article vous prouve très tranquillement que vos fantasmes sont faux. Dommage.

            Quant au deuxième article, il donne une autre version de l’histoire, qui est aussi valable que la version de Finkielkraut. Laquelle des deux est la plus proche de la réalité? Aucune idée, je n’y étais pas. Vous non plus d’ailleurs.

            Ce qui est drôle c’est de voir des « libéraux » défendre un philosophe réactionnaire, conservateur à très forte tendance antilibérale, parce qu’il a une altercation avec 3 ou 4 gauchos (et non pas une « foule »), et que les gauchos c’est le mal, du coup Finkielkraut devient le bien. Ce qui prouve bien le caractère moutonnier de votre « réflexion » (rires). Pour vous, le débat politique est un match de foot entre les libéraux (les gentils), et les autres (tout ce qui ne sont pas libéraux sont des stalino-collectivo-hitlero-trotskiste trés très méchants). Ùn jour vous atteindrez la puberté intellectuelle, et vous vous rendrez compte que le monde est fait de nuances, et non pas de méchants et de gentils. Peut-être qu’à ce moment là, vous arriverez aussi à discuter avec les gens sans les insulter, dès qu’ils ne sont pas d’accord avec vous.

            1. « vous vous imaginez que la presse francaise est une presse de gauchistes proches d’ATTAC »

              Pas gauchistes, mais 75 % des j**********s (un mot en cinq lettre serait plus adéquat) ont voté pour Mollande pour qu’il rétablisse leur jolie niche fiscale et vendre leur allégeance avec tout plein de pognon gratuit.

              Les 25 % restant n’étant pas moins étatistes/socialistes.

              Ce qui prouve bien le caractère moutonnier de votre « réflexion » (rires)

              Parce vous n’aboyez pas avec la meute en passant votre temps à nier les faits et que ça vous défrise qu’on défende un type avec lequel nous ne sommes pas d’accord ? Qui est donc le mouton sectaire dans le cas présent ? Si je viens chez vous et que je commence à tabasser votre grand mère, vous réagissez comment ? En m’offrant un verre ou en vous interposant ?

              1. De tête, il me semble que le journal qui touche le plus de subventions en France est le Figaro. Pas forcément pro-Hollande n’est ce pas.

                Je trouve ca très bien que vous défendiez Finkielkraut alors que c’est un des penseurs les plus antilibéraux du moment. Dommage que vous n’ayez pas autant de sollicitude pour les gars de Nuit Debout ou autre. C’est plutôt cela qui est drôle, votre sectarisme à mi-temps.

                1. Cookie : « De tête, il me semble que le journal qui touche le plus de subventions en France est le Figaro. Pas forcément pro-Hollande n’est ce pas.  »

                  L’immonde Le Monde et le Figaro oui, par exemplaire, le plus subventionné c’est Libération, c’est un scandale dénoncé à de nombreux endroits sur contrepoints: https://www.contrepoints.org/2015/01/17/194753-stop-aux-subventions-a-la-presse

                  La corruption de la presse par l’état ne se limite pas à ça, les journalistes disposent de niches fiscale, d’un taux de TVA réduit, les cartes d’accréditation sont distribuées aux « bon journaliste » etc. etc. Pas étonnant que les interviews des élus dans les médias rappellent les « bon jours » de l’ORTF.

                  Ah, et pour nous Sarko et Hollande c’est presque pareil, Sarko c’est 600 millions de dépenses, une flopée de cadeaux aux corporations avec des wagons de lois liberticides.
                  https://www.contrepoints.org/2015/05/27/208995-les-republicains-ou-le-joli-troll-de-sarkozy

            2. Moody: « Quant au deuxième article, il donne une autre version de l’histoire, qui est aussi valable que la version de Finkielkraut. »

              C’est clair qu’un vieux de quasi 70 ans qui s’attaque à une foule enragée, ça semble super valable comme explication effectivement. Sacré Brejnev Moody 🙂

              Et tu oublies la deuxième partie collector de ton commissaire du peuple journaliste ; le mouvement « « pluraliste » et « ouvert » mais qui n’a aucune «neutralité politique». Lol encore !

              Moody: « Ce qui est drôle c’est de voir des « libéraux » défendre un philosophe réactionnaire »

              C’est clair qu’un adepte des barbelés comme toi ne peut pas comprendre qu’on défende les droits de personnes qu’on n’aime pas, comme ici avec Dieudonné contre la censure par exemple https://www.contrepoints.org/2015/01/14/194502-faut-il-censurer-les-propos-haineux

              1. Vous défendez les droits des personnes que vous n’aimez pas, sauf les gauchistes. Votre ouverture d’esprit a des limites, monsieur le chevalier blanc à temps partiel.

                1. Je déteste les antisémites et Dieudonné qui ne me fait pas rire, donc ça ne me dérange pas non plus de défendre un gauchiste quand ses droits sont bafoués.

                  Il se trouve seulement que le socialisme est l’agresseur de millions de gens en France : 8 millions de pauvres, 25% de chômage chez les jeunes, toutes les caisses sociale en faillite, un salaire médian minable, et des prestations sociales qui se cassent la gueule malgré un record mondial pour l’imposition, la dette et l’emprunt.

                  1. Il se trouve seulement que le libéralisme est l’agresseur de millions de gens en France : 8 millions de pauvres, 25% de chômage chez les jeunes, toutes les caisses sociale en faillite, un salaire médian minable, et des prestations sociales qui se cassent la gueule malgré un record mondial pour l’imposition, la dette et l’emprunt.

                    Voilà, il suffit de le dire pour avoir raison 🙂

                    1. Comme les petits enfants tu peux répéter une phrase, mais dans le monde des adultes il faut que ça corresponde à une réalité mon petit.

                      Donc, le pays le plus socialiste d’Europe (record pour la dépense sociale et le nombre de fonctionnaires) échoue à cause du
                      « libéralisme » alors que les pays libéraux s’en sortent parfaitement ?

                      la logique CE2…MUA AH AH AH AH….

                      La même lucidité qu’avec ton cher « paradis communiste » Venezuelien qui comporte actuellement 80% de pauvres et commence même à couper l’électricité en plus des autres produits de première nécessité rationné….

            3. Moody: « et les autres (tout ce qui ne sont pas libéraux sont des stalino-collectivo-hitlero-trotskiste »

              C’est éventuellement parce que ton Saint Lordon reprend mot pour mot LE crédo au centre du « stalino-collectivo-trotskisme » ? « la fin de la propriété des moyens de production ». En fait c’est même tout à fait au coeur de cette doctrine.

              Le gamin totalement ignorant de sa propre idéologie 🙂

              1. C’est plus compliqué que cela, mais pour s’en rendre compte il faut (apprendre à) lire. Dans le même genre, on pourrait faire des sophismes sur Milton Friedman qui a conseillé Pinochet, Pinochet était un fasciste, Friedman était donc un fasciste. Sauf que la réalité est un poil plus complexe, mais ca la complexité, c’est pas trop votre fort!

                1. Moody: « C’est plus compliqué que cela »

                  Tous les avatars de ce credo ont été testés en large et en travers dans un large panel de culture et de systèmes politiques. Ils ont tous lamentablement fait faillite pour des raisons relativement simples à comprendre.

                  …qu’il est inutile de t’expliquer, tout ce qui n’est pas dans ton Saint Livre n’est que « pure invention de la CIA », c’est mal barré à ce stade.
                  Et en plus la seule fois de ta vie où tu as regardé des données économiques, elles dataient de la pravda 2011 et ton « super communisme vénézuélien » a fait faillite aussi comme prédis.

                2. Friedman qui a conseillé Pinochet

                  Ah oui, cette légende urbaine colportée par tous ceux qui cherchent une paille au milieu de leurs poutres stalino-maoïstes. Il a fait une conférence et au Chili, et alors ? Rien. Il se trouve qu’il a fait aussi des conférences en Chine et curieusement les gauchistes ne relèvent pas ce fait.

            4. Quand on a jamais lu un livre ou un article de Finkelkraut, ce que prouve votre description du personnage, on est pas habilité à le critiquer. Il n’est ni réac, ni anti-libéral.

  12. Les mecs nous disent : « on veut rassembler pour aller vers une convergence des luttes », puis quelques phrases après affirment que le mouvement est de gauche et anticapitaliste.
    Je suis assez fan de l’évolution de la notion de rassemblement.

    Avant :
    « Les français parlent aux français ».
    Bon, au moins là c’est plutôt clair, on sent une volonté de se regrouper.

    Maintenant :
    « Les gens de gauche anticapitalistes parlent aux gens de gauche anticapitalistes ».
    Y’a pas à dire, la volonté d’unité au 21ème siècle, ça déboite.

    1. Certains totalitaires considèrent que le « vrai peuple » ne peut être qu’à « gauche ».

  13. Madrid n’est qu »à une heure et demie d’avion de Paris,malgré cela les Pyrénées sont infranchissables. Je concede que Caracas et son gorille rouge (actuellement un intellectuel du niveau du prix Nobrel Maduro) soit beaucoup plus eloigne
    Tout ce beau monde s’est d’abord essayé avecl a lâcheté de ZP a squattériser la Puerta dell sol à Madrid sous l’appellation indignés et maintenant un autre leader charismatique Pablo Iglsesias avec son air souffreteux de victime. Adoptant très souvent un ton patelin, mais dans sa version originale un ton plus tchequiste. vient de proceder à une épuration digne des meilleurs scenarios soviétiques
    Il faut dire qu’une partie de la jeunesse n’a aucune culture politique et que 5 millions d’espagnols ont voté pour cette immense résurrection de la démocratie absolue.
    Les résultats sont là dans la gestion calamiteuse des deux principales villes d’Espagne Madrid et Barcelone.
    J’écoutais encore ce matin ce journaliste à al langue bien pendue Federico Jimenez los Santos faisant l’amalgame entre ce parti et le goulag.
    Souhaitons qu’un vrai gouvernement ne permette plus ces occupations illicites du domaine public
    Que Finkelkraut continue à lutter contre ces aventuriers aux dents longues en se souvenant qu’il y ait eu aussi Pol pot

  14. Si je souscris au fait que le mouvement nuit debout n’est qu’un avater d’un blochevisme deçu et que le droit à la parole contradictoire y est interdit, cela se retrouve sur un site « dit » libéral, à savoir contrepoints.
    Je connais 2 personnes qui ont été évincées car leurs commentaires ne convenaient pas aux positions de la rédaction de contrepoints et cela sans explication.
    Citons aussi un auteur suisse de textes sur ce site:

    Posté par Philippe S. Robert le 29 septembre 2015 à 20h30
    A ce propos, j’ai moi-même interrompu l’envoi de mes articles à Contrepoints pour avoir subi le même type de censure à propos d’un article portant sur l’antisémitisme, ses origines et son actuel retour en force sous le masque de l’antisionisme qui ne trompe personne…

    L’ensemble de ses critiques sont sur le lien
    http://lesobservateurs.ch/2015/09/29/liberaux-face-a-limmigration/

    En espérant que mon commentaire ne sera pas supprimé comme l’a été le droit de parole de Finkielkraut.
    Mais il évident que ce site n’est plus l’ombre que de lui-même, promoteur d’idées plus proche l’internationale socialiste que du libéralisme de bastiat et d’hayek.

    1. En tant que publication, Contrepoints est pénalement responsable des propos qui y sont publiés. Il est normal que la rédaction censure tout ce dont elle pense que ça pourrait lui valoir des poursuites, quoi qu’en pensent par ailleurs ses membres. Il y a une grande différence entre « je me battrai pour que vous puissiez vous exprimer » et « je partagerai de bon gré les risques que vous prenez en exprimant votre opinion ».
      J’ai eu plusieurs fois à déplorer vivement moi aussi de voir mes propos censurés, mais je soutiens la rédaction : si vous voulez tenir des propos que leur hébergeur estime à risque, montez votre propre site web…

      1. Qui a parlé de propos injurieux, racistes, Vous! monsieur « Michel0 », moi je parle d’avis contradictoire et je maintiens pendant que j’y suis encore autorisé, que CP a eu le même comportement que les excités de la place de la république.

    2. Vous parlez de qui ? de celui qui marque dès le début « Il suffit de voir l’orage que traverse le site Contrepoints face à sa propre communauté » ? il y a eu un orage sur contrepoints ? désolé pas vu, lol je vois des gens pas en accord entre eux. Moi perso, je vois un mec a qui on a refusé un article, et car il a une estime de lui que meme Alain Delon lui jalouse, et vu qu’on lui a refusé (a priori je ne suis pas dans les organes de contrepoints, donc je ne me fis que a votre avis) va se répendre sur son site, pour dire « le libéralisme est fini », « orage à contrepoints »,…. bref. Il y a surtout une énorme tendance des nationalistes et autres de se victimiser, c’est marrant a une époque, c’était réservé aux associations soit disant anti-racistes, qui pleuraient toutes les 2 secondes…. aujourd’hui c’est devenu le fond de commerce de Marine Le Pen (je pleure mais Philippot a été la personnalité politique la plus vue a la télé en 2015 je crois), Zemmour (on peut plus rien dire, et il l’a dit sur a peu près 20 journaux), Finkelkrault (on ne me laisse pas assister a une manif, et va le dire le lendemain sur 3 journaux, 5 télés, 4 radios,….),…. bref la fausse victimisation des nationalistes, qui pleurent dès que l’on refuse un truc. Et l’assimilation aux pseudos associations anti-racistes est éloquente, vous parlez d’un individu, qui aurait soumis un énième article de victimisation (antisémitisme méchant pas beau, plus socialiste il n’y a pas) et vu qu’il a été refusé, se dit que la terre entière lui en veut, et cris au complot… comme les pseudos assocs anti-racistes qui pleuraient que des mecs en baskets qui disent wesh wesh a un entretien d’embauche ne soient pas pris…

      Il y a un moment la pleurniche, on y a gouté à gauche, maintenant a droite, moi aussi j’ai le droit de la jouer victimisation et pleurniche ? Vous etes trop méchant, je suis trop gentil, Loana (désolé à part Finkelkrault j’ai pas d’autres exemples de personnes qui parlent en faisant « gna gna gna pauv’ folle » et toute reflexion du meme niveau) a soumis un article sur le Figaro pour qu’il soit en première de couv, et ils l’ont refusé, ils pratiquent le racisme anti-blanc-athé…. méchants… pas beau atteinte à la liberté d’expression, ils empechent Loana de s’exprimer… Mais ou sinon, vous ne pouvez pas avancer sans vous victimiser ? sérieux ?

      1. Amen (et merci 🙂 )

  15. et sinon on s’ en fout comme dit Liberté Adorée next ——–>

  16. Je ne pense pas que M. Finkielkraut, académicien soit un fachiste, au contraire, il faut lire ses livres, c’est un republicain qui dit la verite sur la societe actuelle et il derange. Je pense que ce sont des sauvages qui l’ont insulte, pauvre homme et il a bien eu raison de se defendre.

Les commentaires sont fermés.