Faut-il censurer les propos haineux ?

À l’heure où Dieudonné retourne en garde à vue pour apologie de terrorisme, la question se pose comme jamais.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Dieudonné (Crédits : Alexandre Hervaud, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Faut-il censurer les propos haineux ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 14 janvier 2015
- A +

Par Emmanuel Bourgerie.

Dieudonné (Crédits :  Alexandre Hervaud, licence Creative Commons)L’attaque de Charlie Hebdo a remis sur la table les questions de liberté d’expression, et notamment celle des limites à la liberté d’expression. Il est communément admis que même si c’est une liberté fondamentale, elle a des limites et certains types de discours devraient être interdits. Permettez-moi d’être en désaccord : les propos haineux sont indésirables, mais ils relèvent toujours de la liberté d’expression. Il y a ici, comme bien souvent, une vision très romancée de ce que sont les lois qui limitent la liberté d’expression qui ignore les conséquences réelles qu’ont ces lois.

Le problème des propos haineux, c’est qu’il est pratiquement impossible d’en donner une définition qui n’englobe pas aussi la satire. Le concept même de satire est justement de glisser une réflexion humoristique derrière un dessin qui réutilise volontairement les mêmes codes que les racistes/sexistes/autres que l’on veut critiquer. La « Fondation Ching-Chong-Ding-Dong » de Colbert correspondait tout à fait à ce que l’on aurait pu appeler un discours raciste envers la communauté asiatique, mais c’était du second degré. Et le problème du second degré, c’est que n’importe qui peut l’invoquer si on l’accuse de racisme.

Ce n’est malheureusement pas un point de détail. Une loi qui a pour but de limiter une liberté aussi fondamentale ne peut reposer sur un principe aussi vague que « je sais reconnaître du racisme quand j’en vois ». On le voit avec Dieudonné, qui utilise habilement l’excuse de l’humour pour passer entre les mailles du filet de la justice. On se retrouve au final dans la situation ubuesque où l’on va juger un propos en fonction de la personne. Les mêmes mots dans un dessin de Charlie Hebdo ne seront pas aussi « haineux » que si c’est Soral qui sort une blague, car l’un a un lourd passif de propos haineux, l’autre non.

Je n’utiliserai que des exemples de publications ici, et ce pour une raison très simple : il est pratiquement impossible d’amener devant la justice tous ceux qui tiennent des propos racistes au quotidien. La loi ne peut pas s’appliquer pour les « sales arabes » et ne pourra pas protéger les gens de se faire cracher dessus à cause de leur ethnie ou de leurs vêtements. Tout comme ceux qui voulaient voir une loi pour interdire le harcèlement de rue, on est ici dans l’utopie la plus complète.

Au final, il n’y a que les publications officielles (livres, comédies, discours, etc.) qui entrent dans le périmètre d’action de cette loi. Et même là encore, difficile de trouver des résultats probants, mais plutôt que de longues explications, je vais me contenter d’un graphique :

EB

Cette courbe montre les recherches Google pour « Dieudonné ». Le gros pic en plein milieu représente la tentative du gouvernement de censurer ses spectacles, et le pic tout à droite est une nouvelle tentative de censure à son encontre (au moment où j’écris ces lignes).

« Effet Flanby », « Effet Streisand », tous au final ont la même conclusion : censurer un contenu est le meilleur coup de publicité qu’on puisse lui faire. Dieudonné peut remercier Manuel Valls, qui aura fourni la meilleure campagne marketing de sa carrière, le tout sans débourser un centime. De même que la tentative de censure de Wikileaks n’a eu qu’un seul résultat : faire apparaître des centaines de sites miroirs en un temps record, pour que tout le monde puisse y accéder.

Dieudonné rené le honzec

Les personnalités comme Zemmour ou Houellebecq le savent très bien et s’amusent à jouer avec les limites pour créer la polémique et vendre leurs livres. Pour ma part, s’il n’y avait pas toutes ces vagues d’indignation à chaque fois qu’un nouvel ouvrage parait, je n’en aurais jamais entendu parler. Si le but recherché est d’empêcher la population d’entendre parler de ces livres, c’est raté. Je connais beaucoup de personnes autour de moi qui ont envie de les lire, non pas parce qu’ils adhèrent aux idées, mais parce qu’ils voudraient voir d’où viennent ces polémiques.

La réalité est que je pourrais débattre du sujet durant des heures, apporter preuve sur preuve de leur inefficacité (voire même de leur contre-productivité), il y aura toujours des personnes pour les défendre. Sur ces sujets passionnels, la question des conséquences inattendues n’est même pas soulevée, principalement parce que le rôle principal de la loi est sa propre présence. Le but ici est clair : envoyer un message, et se « sentir bien » parce que les discours haineux sont interdits, et que ça, « c’est bien ». Tout comme la droite se plait à faire passer des réformes judiciaires qui empirent la situation de la criminalité au lieu de l’améliorer : pour ne pas paraître faible, pour envoyer un message. On juge, pour changer, une loi sur ses bonnes intentions, on surestime complètement ses effets positifs et on ignore totalement ses conséquences inattendues.

Pour ces raisons, je ne pense pas qu’interdire les propos haineux soit une bonne chose. Limiter une liberté fondamentale est un exercice très périlleux, qui doit satisfaire de nombreux critères très stricts, dont j’ai peur qu’aucun ne soit rempli ici. On peut (et l’on doit) condamner ces discours, tout comme on peut avoir un regard critique sur des lois qui n’ont, de toute évidence, pas procuré aux Musulmans de France un meilleur sentiment de sécurité.


Sur le web

Voir les commentaires (105)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (105)
  • En effet, les islamistes ont tenté de tuer Charlie Hebdo, et ils ont centuplé ses ventes aujourd’hui!

    Par contre, je suis d’accord que l’on ne publie pas n’importe quoi dans les journaux. Aux redacteurs et aux dirigeants d’assumer leur responsabilité. Libéraux, n’oublions pas ce pendant de la liberté et ne tombons pas dans l’excès à dire que toute parole est bonne à publier partout. Si des gens ont des idées nauséabondes qu’ils veulent publier, à eux de trouver les moyens pour diffuser leurs idées. La liberté responsable est de savoir faire des choix intelligents dans les meilleures idées. Si certains sont prêts à payer pour lire des conneries, c’est leur liberté. Mais notre responsabilité en tant qu’hommes libres est de favoriser les discours qui tendent à plus de liberté. Et c’est ce que fait admirablement Contrepoints avec ses choix éditoriaux!

    • « Par contre, je suis d’accord que l’on ne publie pas n’importe quoi dans les journaux. »

      On publie dans un journal ce qu’on veut publier dans un journal, et ce que le journal veut bien nous laisser publier. C’est ça, la liberté, et rien d’autre.

      « Libéraux, n’oublions pas ce pendant de la liberté et ne tombons pas dans l’excès à dire que toute parole est bonne à publier partout. »

      C’est au propriétaire de la publication de décider ce qu’il doit publier, et à personne d’autre. Toute autre fonctionnement brime la liberté.

      « La liberté responsable est de savoir faire des choix intelligents dans les meilleures idées. Si certains sont prêts à payer pour lire des conneries, c’est leur liberté. Mais notre responsabilité en tant qu’hommes libres est de favoriser les discours qui tendent à plus de liberté. »

      Il n’y a pas de liberté s’il n’y a pas aussi la liberté de mal faire ou de se tromper. Notre responsabilité en tant qu’hommes libres est d’utiliser judicieusement notre liberté, pas d’interférer avec celle des autres.

      • Merci de votre réponse et d’avoir clarifié ce que je voulais dire.

      • Oui mais le problème est que CH a engagé la vie de ses collaborateurs dans cette liberté d’expression mais ont oublié un point essentiel, la responsabilité de ses actes. Il connaissait les risques puisqu’il avait une protection policière depuis au moins un an. Leurs caricatures étaient aussi une violation de la liberté religieuse. Que ce soit des catholiques, des musulmans ou des juifs, ils ont fait des caricatures outrancières qui dénote leur haine des religions en général. On est pas obligé de faire de l’humour qui ne dépasse pas la ceinture. Mais lorsque votre journal se vend que lorsque vous faites ce type de caricature c’est assez pitoyable et franchement pas très fin. Financièrement, on est obligé de s’adapter au lecteur. Mais justice est faite tout le monde se rue sur le dernier numéro.

        • Oui ce journal se vendait lorsqu’il y avait ces caricatures mais la pub était faite par la bien pensance comme dit l’auteur. Mais quelques numéros plus tard, la diffusion retombait à un niveau très bas.

          Charlie était au bord du dépôt de bilan et vendait au maximum 40,000 exemplaires alors que moins de 10 ans avant son tirage était de 140,000 exemplaires. Il était donc très loin du point mort de rentabilité. Ils allaient mourir de leur belle mort si je puis dire, celle de la loi du marché.

          Malheureusement tout ce raffut va leur donner facilement 5 ans de plus à vivre.
          C’est souvent l’état qui trafique la loi du marché.

    • Euh probleme. C’est quoi un « propos nauséabond » ? Est-ce le fait de dire que la terre est ronde au moment ou tout le monde affirme qu’elle est plate ? Est-ce de dire « vive l’esclavage » il y a une centaine d’années ou il y avait une hiérarchie des races établie pour tout le monde ? Est-ce dire que la race supérieure est aryenne a l’époque d’Hitler pour les allemands ? Ou, pour revenir à notre époque contemporaine, est-ce dire comme Valls, que « les juifs sont l’avant-garde de la France », ou dire que « les roms ne peuvent pas s’intégrer », ou dire qu' »il y a trop d’étrangers, que cela donne une mauvaise image a sa ville d’Evry et qu’il faut plus de white de blancos, de blanc » ?
      Il nous parait inconcevable d’inviter sur un plateau télé un fervant adorateur d’Hitler, ou bien un pro-esclavage et pourtant on invite Valls et il est meme premier ministre de notre France, non élu par le peuple….

      Par contre pour le choix éditorial et je resterais sur la télé, désolé encore, nous vivrions dans un monde libre, je serais d’accord avec vous, c’est a dire que c’est au responsable editorial de choisir les invités… mais nous ne sommes pas dans un monde libre. Il n’y a pas possibilité de créer une chaine de télé sans l’aval de l’Etat,… donc si on laisse le choix éditorial aux seuls organes de presse traditionnel on est enclin a ne laisser que les idées du pouvoir (COMUMPSFN) se vehiculer… ce qui se produit actuellement à la télévision.

      Donc désolé toutes les idées, toutes les opinions se valent, après c’est à l’etre humain de faire la différence entre le bien ou le mal… mais il n’est nullement demander d’invité Dieudonné, Zemmour, Finkelkraut, Belkacem,… à la télé au journal de 20h, mais de les invité dans des débat avec de vrais opposants… aux chocs des idées simples et vides s’affrontent les arguments et les sources. Aujourd’hui la presse est unilatérale, on invite Zemmour, Finkelkraut ou a l’opposé Valls, Najat.V.,… sans aucun contradicteur serieux, a part des gens qui votent les memes lois a longueur de journée… Mais cela ne sera jamais le cas, les idees populistes (cible idéale pour la droite ou moralisation socialiste) sont le vecteur unique de communication des politiques… et les médias mainstream sont la pour en faire la promotion sans aucune nuance vu qu’ils recoivent de très lourdes subventions avec nos impots.

      • Chacun se bat malheureusement au sens littéral, incluses les élites auto proclamées ou reconnues, pour que l’étalon du curseur à l’instant zéro soit le sien.

    • La seule personne légitime pour limiter votre liberté d’expression est le légitime tenant des lieux où vous souhaitez l’exercer.

  • J’jouerai un mor à ces évidences ;

    en principe, les « délits de presse » ne peuvent – précisément pour respecter la liberté d’expression – être jugés que par un Jury d’Assises. »

    Pourquoi la Justice ignorait-elle volontairement la Loi ?

    Parce que la France n’est plus une démocratie …

  • On sanctionne, vitupère, réprimande, réprouve les propos haineux en fonction de la capacité de nuisance de son emeteur. La nuance de la réponse et de la sanction n’obéit qu’à cette jurisprudence non écrite.

    – Propos haineux antisémites du 93 avec passages à l’acte : pas de sanction car kalachnikov, gangs de la drogue, armes de guerre en face, tolérance pour le « vivre ensemble » inconditionnel, cours de morale
    – Propos haineux d’un humoriste, d’un journaliste, d’un essayiste ou d’un romancier : sanction maximum parce que ses mots sont les seules kalachnikovs utilisées en réponse, pas de quoi fouetter un âne
    – Propos haineux d’un groupuscule terroriste : bienvenue chez nous pour investir dans nos banlieues et aider les jeunes en déshérence sociale, refaire du lien et du sens, intégrer par la religion
    – Propos haineux d’un psychopathe ayant dirigé l’Allemagne de 1933 à 1945 : pas de sanction parce que méthodes d’invasion, de concentration, de progroms, d’autodafés, de massacre en rétorsion
    – Propos haineux émis derrière un rideau de fer : pas de sanction, risque de réponse par SS20 et bombes atomiques
    – Propos haineux venant de Tien An Men : pas de sanctions, risque commercial ou d’invasion des voisins
    – Propos haineux de Pyongyang : pas de sanction, le psychopathe a le doigt sur le bouton
    – Propos haineux de la clique Bedos : pas de sanction, propos tolérés par le « vivre ensemble » et l’humour accrédité

    Il en découle toute une gradation de la sanction des propos haineux.

    • J’aimerais qu’Anonymous se présente en 2017 !

      • Anonymous sont contre la liberté de ceux qui ne pensent pas comme eux. Comme tous les libertaires.

        • Pourquoi vous pensez qu’ils pensent ?
          Je crois qu’ils s’amusent simplement à montrer les incohérences d’un système décadent.

          • Dont ils sont les purs produits, peut-être ? A l’extrémité du spectre.
            C’est toujours le problème de la personne qui crache sur la branche sur laquelle il est assis, de celui qui scie dans l’assiette remplie qu’on lui donne. Les enfants gâtés crachent toujours dans la soupe.
            En plus, il sont sales et impolis, finissent toujours mal, crachant de plus en plus fort, hurlant leur haine de plus en plus fort.

            • Pas faux sur certains points.

              Par contre étant moi-même un ex-enfant gâté je peux vous certifier que ceux-ci, malgré leur manque de travail, de courage, etc….ont grâce au système Français, les meilleurs chances de trouver un bon emploi avec un salaire bien gras !

              D’ailleurs, cela se transpose au niveau de l’Etat et des fonctionnaires de caste. Essayez de rentrer dans « leur système » pour proposer une nouvelle politique !

              La France est un mille feuilles (administratif), mais pas seulement.
              Il y a un empilement de couches, de lobby, de privilèges, selon une conception pyramidal.

              Perso, je suis à la base, écrasé par les couches du dessus. (j’ai fais mon choix)
              Je suis englué par des informations dégoulinants, des taxes, des lois.

              J’enrage de ne pas pouvoir m’extraire de cette pyramide.

              Alors, je ne condamne pas des « électrons libres » qui sont plus malin que moi.
              Plus il y aura de gens capables de se libérer, plus nous serons enfin responsables de nos actes.

              Plus le mérite de notre travail sera récompensé. Plus les enfants iront à l’école motivés pour y apprendre un futur métier.

              Aujourd’hui, nous n’avons pour ainsi dire plus aucune carotte. Ou plutôt, en parlant vulgairement, si, dans le cul.

              • Les enfants gâtés sont comme les déchets nucléaires d’une centrale : dangereux, instockables, parfaitement inutiles et non recyclables.

                Pas étonnant que les bobos 68ards aient peur du nucléaire : ils comprennent très bien ce que cela produit.

  • Contrairement à un conflit entre deux puissances , le conflit asymétrique ne permettant pas d’identifier de façon satisfaisante les protagonistes ,la dimension idéologique prenant implacablement le dessus .Donc il est urgent de faire taire ceux qui jettent de l’huile sur le feu ,aussi bien les Charlie en herbe que les Dieudonné sinon cette guerre au terrorisme deviendra de plus en plus confuse au niveau civilisationel,à moins de vouloir accélérer la dérive de la raison politique délestée de ses diverses influences mortiféres ,quelles quelles soient …LOL

  • « Ce n’est malheureusement pas un point de détail.  »

    Huhuhu 🙂

  • Interdire « les propos » haineux, sera aussi difficile que les définir.
    Mais condamner à 5 ans de prison et 100 k€ d’amende les « contrevenants » le sera peut-être moins.
    je ne pige pas l’amalgame entre Charlie et la « propagande » de Dieudonné, et tu devrais être capable de faire la différence

    • LOL N°1 : On sait pas le définir mais on va mettre une grosse peine pour dissuader

      LOL N°2 : Va falloir revoir toutes les peines du code pénal.

      Usurpation d’identité c’est 5 ans.
      Escroquerie c’est 5 ans.

      LOL N°3 : Essaie avec « il faut tuer Ben Laden » et « il faut tuer X » et « Il faut tuer les pédophiles » et « il faut tuer les terroristes » : toutes sont un appel au meurtre mais une seule t’enverra en prison.

  • Si accoler les mots « charlie » et « coulibaly » est suffisant pour aller en prison, je pense qu’il faut d’urgence émigrer dans un pays démocratique comme la Russie, la Chine ou le Quatar.

    Il y en a qui commencent vraiment à marcher sur la tête dans ce pays, et cela toute tendance ou opinion confondue.

    • Au delà de l’acte symbolique de charlie coulibaly ..ça démontre bien que le pouvoir actuel comme dieudonné marchent à côté de leurs pompes .

  • La première question a se poser est : « Qui définit ce qui est indésirable ou non ? ».

    Si vous me répondez :
    1/ « C’est le peuple ». Je vous cite en retour Benjamin CONSTANT.
    2/ « C’est les juges ». Je vous cite en retour Edouard LAMBERT.
    3/ « C’est les intellectuels ». Je vous cite en retour Alexis de TOCQUEVILLE.
    4/ « C’est les politiciens ». Là, il y a tellement à citer, que je ne saurai même pas par où commencer.

    La liberté d’expression est totale ou n’existe pas.
    => Liberté totale pour l’expression, intransigeance totale pour les atteintes aux biens et aux personnes.

    • C’est évidemment moi qui définis ce qui est indésirable dans mes oreilles et chez moi, et qui laisse les autres en faire autant pour eux-mêmes. Pourquoi devrai-je déléguer cette responsabilité à un pouvoir collectif ?

    • La liberté d’expression résultat de la responsabilité individuelle. On peut dire ce que l’on veut en calculant le risque que les propos tenus indignent autrui.

      ça s’appelle la retenue et le respect qui sont, elles aussi des valeurs humaines et universelles.

  • Je suis Dieudonné.

  • liberté d’expression totale mais bien sûr responsabilité…

    bah ..bien sur que des foules entières criaient « crs ss ».il y a quelques semaines et embrassent les mêmes crs , tout en étant pour la liberté d’expression sauf de propos haineux, n’a rien ,mais rien de paradoxal… tu comprends c’est pas pareil…
    comme pour les propos racistes…ils sont condamnables sauf si c’est de l’humour..et quand est ce de l’humour quand c’est un non raciste qui le dit…

  • La guerre personnelle que livre un premier ministre fascisant, en utilisant tous les moyens de répression de l’État, à un humoriste, connaît une nouvelle bataille.
    Heureusement les coups de menton du petit gringo ne font qu’augmenter la popularité de Dieudonné dont je ne connaissais même pas le nom jusqu’à l’agression Vallsienne quand ce lui -ci n’était encore que ministre de l’intérieur !
    Du coup je suis devenu un spectateur de Quenel+…
    Pauv manu, plus nul tu meurs…

  • LA première chose que fait ce gouvernement, plutôt que d’organiser la défense de la société en durcissant la prison et en amenant une réponse post-carcérale, c’est de se jeter sur le premier humoriste qui passe pour réduire à nouveau la liberté d’expression que nous avons défendue et réclamée dimanche dans la rue.
    Ces gens là, décidément, n’ont pas compris grand chose à ce qu’il vient de se passer….
    Je suis triste.

  • On n’a jamais parlé de « propos haineux » en désignant ceux de Charlie Hebdo. Pourtant, si on considère objectivement les propos de Dieudonné à côté de ceux de Charlie Hebdo, on ne voit pas de différence dans la manifestation de la « haine ».
    Le titre de l’article est donc orienté « politiquement correct » dans le sens où ce qui ne rentre pas dans le moule de l’intelligentsia au pouvoir, est « haineux » (ou le serait puisque l’auteur utilise ce terme) alors que Charlie Hebdo, journal de gauche, ne s’est jamais vu qualifié par ce terme, même à travers une question.
    On est toujours dans le deux poids deux mesures éminemment socialiste.

    • D’accord avec vous.

      « Je suis Charlie Coulibaly. » serait un propos haineux. Et sera jugé comme apologie du terrorisme. Le mec qui s’appelle comme ça, en France, et à qui on demande son nom, va avoir du mal à ne pas se retrouver en prison.

      Le titre de l’article se place en jugement des propos de Dieudonné, en fonction d’un point de vue. On peut parfaitement voir ça comme de l’humour hyper rigolo, une blague pourrie, un appel à prendre les armes, une façon de dire : « on me juge comme le terroriste Coulibaly alors que j’aimerais bien qu’on me voit comme Charlie Hebdo » (version entendu d’un des avocats de Dieudonné).

      Mais là où je rejoins l’article même, c’est qu’il est bien de la responsabilité de chacun de juger ces propos et d’y réagir / répondre ou de les ignorer. Au vue des réactions islamistes et étatistes, la liberté d’expression est conditionnée par le point de vue et, de fait, pose sa censure sous couvert de la morale (laïque ou religieuse) qu’elle prétend défendre. Etat comme religieux viennent donc brillamment de démontrer qu’ils sont hostiles à la liberté d’expression.

      • Dieudonné n’a pas dit « Je suis… » mais « Je me sens… ».

        Il a fait part d’un sentiment… donc c’est une condamnation d’un sentiment !

        « Je me sens escroqué par l’état » est différent de « l’état est un escroc ».
        Dans l’un je fais part de mon sentiment et je n’ai pas besoin de preuves.
        Dans le 2ème cas j’accuse et il faut des preuves.

        C’est pour cela que cette accusation ne mènera à rien.

    • Pour rester le plus objectif possible, il ne reste plus qu’à jauger l’état d’esprit des lecteurs de Charlie et des fans de Dieudonné, qui a un nom de famille d’ailleurs qui pourrait faire polémique.

  • Critiquer Israel, c’est avoir un discours « haineux et antisémite ». Donc toute critique d »Israel est interdite. Vive la liberté d’expression !

    • « Critiquer Israel, c’est avoir un discours « haineux et antisémite ». Donc toute critique d »Israel est interdite » arrêtez vos conneries. personne ne dit que critique israel c’est être antisémite. les gauchistes passent leurs temps à critiquer israel. les médias francais font de la propagande anti israélienne.

    • franchement, on peut difficilement nier que dieudonné est antisémite

      • Pas antisémite, antisioniste. Nuance

        • L’antisioniste est une nuance de de l’antisémite. Un peu comme l’érotisme est une nuance du porno. Je suis d’accord ! Bien sûr qu’on a le droit de critiquer Israël. Mais ceux qui voient les petites imperfections dans cet Etat démocratique qui renouvelle souvent ses premiers ministres, a pris des risques pour la paix et fait preuve de compromis en quittant totalement Gaza sans d’abord constater que ce sont les Palestiniens et leurs dictateurs (Hamas et Fatah) qui sont les principaux obstacles à la paix, et bien ceux-là sont antisémites.

          • 2000 victimes à Gaza, dont au moins 500 enfants, en 2014, une petite imperfection ? Israel a été créé en chassant par la force les populations de la région, qui se retrouvent avec leurs descendants en camps de réfugiés ou prisonniers du ghetto de Gaza. les Israeliens sont les bourreaux, les palestiniens sont les victimes, et ce n’est pas non plus un détail de l’Histoire.

            • Tu devrais lire un petit peu ça taiderait. Tu devrais aussi peut être aller vivre chez tes amis du moyen orient pendant un an et après ça une année en Israël et tu choisis alors le mode de vie que tu veux. Ce serait une belle expérience. ….

            • Le ratio de morts est fonction du rapport de force et ne disent rien sur qui a raison ou tort. (Les USA ont eu moins de 200,000 morts durant la seconde guerre mondiale et les Allemands 5-7 millions.)
              Les enfants morts sont dus à la tactique du Hamas d’attaquer Israël entourés de civils (et d’enfants). C’est leur choix, leur reponsabilité comme on aime bien le remarquer entre libéraux. La responsabilité d’Israël, une fois la guerre déclarée par ces nombreuses roquettes terroristes, c’est de la gagner.

          • « L’antisioniste est une nuance de de l’antisémite. »

            Pas du tout.
            Le sionisme est une idéologie politique, et l’antisémitisme, une forme de racisme.

            • Le racisme est aussi une idéologie politique.

              • Pas du tout.
                Le racisme est une opinion sur les mérites respectifs des « races » humaines.

                • Vous êtes vraiment désespérant à constamment redéfinir les termes dans le sens qui vous intéresse.

                  Après avoir soutenu que éthique et morale étaient la même chose, maintenant vous confondez racisme et racialisme.

                  Le racisme est une idéologie qui, partant du postulat de l’existence de races humaines considère que certaines races sont intrinsèquement supérieures à d’autres

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Racisme

                  Le racialisme est un courant de pensée qui se base sur la théorie des races qui cherche à déterminer les caractéristiques liées aux différentes races.

                  http://fr.wikipedia.org/wiki/Racialisme

                  Le racisme n’est pas une opinion, mais une idéologie politique : le racisme a un but : la mise en place d’une société discriminée par la race.

                  Le fait que les gouvernements socialistes font allégrement l’amalgame, ne vous arroge pas le droit de mélanger les deux, surtout que je vous pense assez malin pour savoir pertinemment la différence.

                  • N’importe quoi comme d’habitude. Vous ne lisez même pas les pages wikipedia que vous citez.

                    Vous répondre sur le fond serait une perte de temps.

                  • Vous ne comprenez même pas le sens du mot mérite.
                    http://fr.m.wiktionary.org/wiki/mérite

                    Et puis « éthique » et « morale » veulent dire la meme chose, mais comme le premier vient du grec et le second du latin, le premier est plutôt utilisé dans la langue savante (ou qui se prétend telle) et le second dans l’usage courant.

                    • éthique et morale peuvent bien être deux mots traduction l’un de l’autre dans leur langue respective, n’empêche qu’en français ils ne veulent pas dire la même chose : l’éthique est personnelle, alors que la morale est collective, ce qui change tout

                    • Et de nouveau une redéfinition des termes dans le sens qui vous arrange.

                      L’éthique définit, la morale mesure, juge.

                      A peu près aussi différent que la loi et la justice … ou que la science et l’expérience, la littérature et l’écriture …

                    • … qu’un bouffon et un charlot.
                      MDR

                    • P et Stéphane, c’est un peu capillotracté votre différebce entre éthique et morale, les 2 étant des théories normatives. Les 2 peuvent d’appliquer à des groupes ou des individus. Quand la taille du groupe est la société on parle de morale, quand c’est un groupe bien identifié (les consommateurs ou une entreprise par exemple) on parle d’éthique.

                      Sinon Stéphane on peut très bien considérer qu’il y a une différence entre les races, voire une hiérarchie sans pour autant être raciste (au sens de haine) ou être adepte d’une idéologie fondant le droit d’une race d’en dominer une autre.

                      Sur le sémitisme et le sionisme vous jouez sur les mots de la même façon.

                      En final je rejoins assez HervéM.

                    • @gameover :

                      Non, la morale n’est pas contractuelle, l’éthique l’est.

                      Faire une différence entre morale et éthique, s’appelle la tolérance (ne pas juger les comportement des gens que l’on désapprouve), alors que l’éthique étant un contrat, peut être jugée.

                      Ne pas faire la différence ou dire comme herveM que la morale est publique, est foncièrement anti-libéral.

              • J’ajoute que votre réponse est parfaitement sophistique. Car en admettant que le racisme soit une idéologie politique, ce qu’il n’est pas, cela ne signifierait pas pour autant qu’il serait la même que l’anti-sionisme.

                En utilisant votre argument on pourrait dire que le libéralisme est une nuance du communisme car les deux sont des idéologies politiques !

                • Wikipépia: « Le racisme est une idéologie qui… » Certes, si vous préférez, on peut aussi parler d’opinion pour toutes ces idéologies.

                  Mon observation est qu’on trouve une très grande proportion d’antisémites parmi les antisionistes. L’antisionisme c’est le coca light! On reste sur le même côté de l’axe de pensée. Tandis qu’entre communisme et libéralisme, si l’on est bien sur le même axe de pensée, ces 2 idéologies politiques sont à l’opposé l’une de l’autre.

                  D’ailleurs, déjà le terme antisioniste va plus loin que la simple critique d’Israel, puisque c’est l’opposition à un mouvement qui a conduit à la création d’Israel. J’y vois donc l’opposition à son existence, bien plus qu’à sa politique.

                  • Vous estimez que la plupart des anti-sionistes sont antisémites, mais c’est une appréciation purement subjective, bien commode pour led disqualifier. J’espère que vous vous rendez compte que cette stratégie ne fonctionne pas.

                  • Je ne vous pas bien ce qu’il y a d’antisemite ou de raciste au seul fait d’être opposé à l’existence d’Israel, pour des motifs religieux (orthodoxes juifs) ou par respect pour les droits des palestiniens.

                    • Je sais qu’il y a des juifs opposés à l’existence d’Israël pour des motifs religieux. Mais je suis glacé d’effroi par l’expression « opposé à l’existence d’Israël ». Voici qui va bien plus loin que la critique de la politique d’un gouvernement. Vous remettez en cause de droit à leur pays, à leur terre, à des millions d’Israéliens (juifs, arabes, druzes, bésouins, chrétiens). Et cela juste par « respect pour les droits des Palestiniens ». C’est bien le noeu du problème qui se retrouve dans votre discours. Votre idée de respect des droits d’un peuple passe par la remise en cause du droit à son existence de l’autre peuple. En effet, c’est ainsi que le veulent les Palestiniens: il ne doit pas rester un seul juif sur leur terre. Alors qu’en Israel on voit cohabiter toutes les religions (imparfaitement, comme partout ailleurs).

                    • Je ne remet rien en cause, je suis neutre dans cette affaire, je dis simplement qu’il est possible de remettre en question la légitimité de l’état Juif d’Israël (pas d’un état dans lequel tout le monde, juifs, arabes, druzes, bédouins, chrétiens, aurait le même statut, comme c’est le cas en France par exemple) sans être antisémite ou raciste.

                      Et je ne vois pas pourquoi le respect des droits des ¨Palestiniens serait une menace pour l’existence du peuple juif. Je trouve cet idée assez inquiétante en fait.

              • Pas du tout. Le racisme n’est ni une idéologie ni une opinion. C’est avant tout un instinct, une émotion assez primaire. C’est pour cela qu’il est si difficile à combattre.

                • Pas du tout. Si c’était le cas, tout le monde serait plus ou moins racistes, a moins de considérer que certains « instincts » et « émotions primaires » ne seraient pas universels.

                  • Sur quels fondement sérieux pensez-vous que repose le racisme? Aucun. Et pourtant c’est une idée assez répandue partout dans le monde y compris à travers l’histoire des civilisations. Au point de devoir le combattre par la loi dans les pays démocratiques. C’est sa théorisation sous la forme idéologique qui est la plus terrible car elle repose sur les instincts les plus bas de l’homme. Les partisans de ces théories ne mesurent pas, ignorent même la part d’instinct qu’ils projettent inconsciemment dans leurs idées.
                    Il faut bien comprendre ces deux dimensions pour comprendre ce qu’est le racisme.
                    Il ne faut pas croire que tous les instincts de l’homme sont forcément bons pour la collectivité. A l’État de nature chez les mammifères le viol est monnaie courante. C’est un instinct. Ce n’est pas pour rien qu’il est puni par la loi.

                    • Vous n’expliquez pas comment certains « instincts » et « émotions primaires » pourraient ne pas être universels.
                      De plus je ne vois pas bien ce qui vous permet de dire que le viol est monnaie courante chez les mammifères.
                      J’ai l’impression que vous fantasmez complètement.

                    • Quels sont d’après vous les ressorts veritables du racisme? Il n’y a pas d’idéologie qui ne se rattache pas à la satisfaction d’un besoin quel qu’il soit. Quel besoin satisfait le racisme? Voilà une question à creuser pour qui veut réfléchir à ce problème.
                      Sur l’aspect fantasme, vos propos n’engagent que vous. Comme le sujet semble vous intéresser, je peux vous citer une étude réalisée dans une université américaine qui montrait qu’en l’absence de sanctions légales la moitié des étudiants avouaient qu’ils pratiqueraient le viol (je n’ai plus les références à l’esprit sur le moment). Laissez les gens exprimer librement des idées racistes, et vous verrez la société, à supposer qu’elle soit peu éduquée, instaurer des catégories raciales comme au temps de la ségrégation ou de l’apartheid.

                    • Je ne vais pas me lancer dans des explications psychologiques à deux balles pour expliquer le racisme. Je remarquerais juste qu’il peut exister une grande différence entre ce qu’on dit et ce qu’on fait, c’est pourquoi il est préférable d’étudier les actes plutôt que les déclarations d’intention. Je ne crois pas du tout à votre conclusion.

                • L’instinct qui précède au racisme s’appelle la xénophobie, c’est une peur non raisonnée de l’étranger. Le racisme est le discours raisonné qui s’appuie sur la xénophobie pour en déduire une doctrine idéologique.

                  J’ai peur des martiens, je n’aime pas les martiens : xénophobie
                  Je dit que les martiens sont des monstres qu’il faut détruire ou cantonner: racisme

                  • wow…une série de post qui fait sourire ou pleurer…

                    On peut y vois un étalage d' »érudition » sur le sens des mots..ou une désespérante tentative d’avoir toujours le dernier mot…

                    prenez le problème à l’envers…il n’y a que quelques intervenants et si le but des gens de bonne intention est de découvrir une vérité définissez vous m^me le sens du mot racisme, idéologie, xénophobie,opinion etc..
                    En ce qui me concerne, et en dépit que la moindre definition donnée par wikipédia nécessite au moins une page format A4 et la lecture nécessaire d’un flopée de philosophes:
                    a). une idéologie est un système de pensée e reposant sur des dogmes relatif à l’organisation sociale.
                    b)le racisme est un terme ambigu et désormais fourre tout mais qui a l’origine recouvrait bien une idéologie de prime abord de définition des individus par race, puis de qualité relative de ces races
                    lc)a xénophobie est un sentiment de haine , de peur de rejet de gens hors d’un groupe social auquel on appartient… ( ça commence au village chez moi ce sont les horseins, du village d’ à coté.

                    Je ne dis pas que j’ai raison j’avertis simplement que c’est la grille de lecture et mon logiciel de traduction pour qui veut COMMUNIQUER avec moi.

                    Alors bien sur puisque tous des mots ont été politisés ils sont devenus ambigus à dessein de sorte à pouvoir les utiliser comme insultes ou moyen d’ostracisation imparables, la dessus on doit être d’accord.

                    Mon opinion est que la définition des races est déjà arbitraire…que les idéologies valent ce que valent leurs dogmes on ne peut pas en tirer de règle générale mais compte tenu du faible nombre de vérités c’est souvent foireux, la xénophobie est irrationnelle elle n’est pas adressable par la raison mais comme tout sentiment, elle peut changer.

                    • Entièrement d’accord, essayons de nous en tenir au sens commun des mots (et wikipedia est une assez bonne encyclopédie) plutôt que de les redéfinir.

                      La redéfinition du vocabulaire est la base de la manipulation : expliquez moi ce qu’est un tri qui ne serait pas sélectif.

                      Dire que morale et éthique sont identiques, que le racisme et racialisme sont identiques est exactement faire l’amalgame dont on parle tant : jeter la confusion dans le but de manipuler les gens.

                    • Oui et surtout quelle perte d’énergie, on tourne en rond sinon.

                      Ce n’est pas Wikipedia qui pêche c’est peut être l’absence de hiérarchisation, il y a toujours un sens premier, c’est à celui i qu’on doit revenir si on veut éclaircir le débat, du moins à mon opinion.

                      Le mot secte me vient à l’esprit, la définition du  » musulman » ou du « chrétien » qui rend selon moi beaucoup d’articles et de commentaires illisibles… on a aussi redistribution, justice sociale etc…la liste est longue..

                      A l’ordinaire c’est le militantisme « écologique » qui est pour moi la source d’amalgames…ça change.

                    • Les écolos sont les champions en la matière, mais l’origine du problème est le politiquement correct qui réduit la liberté d’expression et donc le vocabulaire et les délires des créatifs et autres communicants qui jouent avec celui-ci.

                      Quand on tient les rênes de la morale, on tient les rênes de la manipulation : culpabilisation, peur du rejet social, peur du regard des autres, manque d’introspection, imposition de sophisme, rhétorique fallacieuse…

                      Notre ami herveM n’est pas écolo que je sache, mais il est aussi champion dans la manipulation morale, à l’instar des populistes du tea-party US qu’il promeut, qui n’hésitent pas à sortir n’importe quel mythe délirant pour en déduire une morale à deux balles qui bizarrement va toujours dans leur sens et à manipuler l’anathème et l’insulte.

                      En gros : à troller systématiquement ce site.

                    • oui sur l’analyse mais je crois aussi que toute société repose peu ou prou sur un mensonge ou mythe fondateur qui est supposé donner une valeur ou explication morale à un arbitraire.
                      Il me semble que la notion de pays et avec la frontière est déjà arbitraire…

                      Ben c’est comme ça…il y a toujours une part d’arbitraire, quand on fait société il faut toujours définir des règles, on les prétend supérieures moralement , mais elles sont avant tout dominantes de fait.

                      Les sociétés limitent toujours des libertés individuelles et ce de façon arbitraire.

                    • Oui, les gens sont des enfants avant d’être des adultes, même si ils ont une notion empirique de la morale, ils ont quand même besoin qu’on les rassure, qu’on leur dise ce qui est bien et ce qui est mal.

                      Et notre société, en détachant les gens du réel, les rend moins apte à se construire leur morale et leur entendement par l’expérience, par le réel : ils se réfugient dans les convictions prêtes à mâcher.

                    • sans doute, mais c’est aussi un parcours de longue haleine de se connaitre soi même, et suivre une morale commune est plus confortable que de se construire une morale personnelle qui acquise via l’expérience de la vie est circonstancielle et arbitraire…
                      Je me souviens de l’histoire d’un gamin dont la vie n’a été qu’une succession de souffrances que j’ai oubliées dans le détail sauf que son visage fut brûlé avec un fer à repasser par sa mère …il a fini par assassiner je ne sais qui après une vie ponctuée de violences…se construire une morale qui puisse permettre d’avoir une vie sociale est parfois difficile…

                      Je suis plus arbitraire…il y a des choses sur lesquelles je transige et d’autre non…mais bien souvent en théorie…

                      mais bon revenons à nos moutons, si on veut communiquer il faut se comprendre et définir.

                    • @ Stephane

                      « …les gens sont des enfants avant d’être des adultes…[..] … ils ont quand même besoin qu’on les rassure, qu’on leur dise ce qui est bien et ce qui est mal. »

                      Non l’état essaie d’apporter des solutions à des problèmes qu’il a lui-même créés. Les gens ne sont pas des enfants mais l’état les traite comme tels. Seul l’état est garant de la sécurité des citoyens puisque ceux-ci n’ont pas les moyens de se défendre et que quand ils le font il y a un risque juridique.

                      L’état ne fait donc pas son boulot en arguant qu’il faut toujours plus de lois. C’est un cercle vicieux.

                      Les gens ne sont pas des enfants mais l’état en est le tuteur, il n’y a pas le choix actuellement dans l’organisation de cette société. C’est bien pour cela qu’il y a nécessité de vraie séparation des pouvoirs.

                      Celui qui fait la loi ne peut pas être le même que celui qui la fait appliquer ni celui qui juge de son application ni celui qui juge de l’adéquation de tout cela. Il n’y a pas de contre-pouvoirs.

                    • @gameover : je ne crois pas que tous les problèmes viennent de l’Etat : un grand nombre de gens, malheureusement considèrent que c’est aux autres a régler leur problèmes.

                      Ce n’est en aucun cas un jugement de valeur. Le rejet de la faute sur les autres est assez naturel quand on ne comprend pas d’où le problème vient.

                      Pour ce qui est des contrepouvoirs, je vous suit a 100% : le libéralisme en tant qu’action politique consiste à mettre en place des contrepouvoirs. Enfin c’est mon opinion.

                      Mise en place de contrepouvoirs qui semble bizarrement plus facile à faire dans une monarchie constitutionnelle que dans une démocratie représentative …

  • Dans notre « République démocratique libre » l’Etat est par définition celui qui fixe (aléatoirement, arbitrairement et suivant l’humeur) le type à dégommer.

    L’Etat a donc bien sa place au milieu des terroristes.

    Celui ci a également des moyens puissants:

    – fiscaux et législatif notamment.

    Pas de mains sales, pas de bombes, juste une destruction en règle et légale d’une personne, d’une entreprise ou de n’importe quoi qui s’opposerait à ces valeurs !

  • De toute façon Vals dans cette affaire à avaliser les théories antisémites avec sa forfaiture du conseil d’état.
    Comment faire croire a un antisémites que les juifs ne dirigent pas la France quand sa justice est subordonnée à leur volonté ?

    • Surtout, hasard malheureux, quand le juge unique qui a renversé toute la jurisprudence antérieur du Conseil d’État est juif !
      C’était pourtant pas compliqué pour Valls de trouver un lèche-cul quelconque, mais pas juif, au conseil d’état, pour faire le sale boulot. Ils n’ont même pas eu cette intelligence.

  • La liberté d’expression et la liberté d’opinion sont indisociables. Comment peut-on se faire une opinion si on nous empèche d’écouter de voir ou de lire? Le censeur méprise ces libertés. Lui estime avoir le droit de voir, d’écouter ou de lire ce qu’il veut et ne reconnaît pas ce même droit aux autres. C’est un liberticide. De quel droit?

  • Que fais-t-on de Flaubert ce visionnaire ? On brûle ses livres ? On le bannit des livres d’histoires, du dictionnaire ??

    Gustave FLAUBERT (1821-1880) « Je demande, au nom de l’humanité, à ce qu’on broie la Pierre-Noire, pour en jeter les cendres au vent, à ce qu’on détruise la Mecque, et que l’on souille la tombe de Mahomet. Ce serait le moyen de démoraliser le Fanatisme »

    Ohh ! il n’est pas bien pensant l’auteur de Madame BOVARY.

  • « L’éditeur britannique Oxford University Press conseille à ses auteurs de tenir compte d’autres cultures et de ne pas mentionner de cochons dans leurs livres »…… Le Vif .be
    Par contre, je suis d’accord que l’on ne publie pas n’importe quoi dans les journaux … La France Libre

    Alors? alors instaurons la charia tout de suite:

    Un sein nu sur une photo –> censure;
    Une chanson osée genre Pierre Perret –> censure;
    Une chanson rap inconvenante –> censure;
    Un roman à l’eau de rose un peu cru –> censure;
    Un tableau de Rubens –> censure;
    Une scène d’amour dans un film –> censure;
    Les séquences crues des Essais de Montaigne –> censure;

    La société est multiple et variée et si les émissions de TF1 ne vous conviennent pas vous n’êtes pas obligés de les regarder, si Charlie vous choque vous n’êtes pas obligés de le lire, si un nu vous est désagréable vous n’êtes pas obligés de le regarder … etc … vous êtes adultes majeurs et vaccinés et vous disposez de votre entier libre arbitre … maintenant si la pensée unique doit vous dicter ce que vous pouvez faire, voir, lire ou entendre … je vous plains très sincèrement

  • Extrait de l’article du Vif.be

    « L’appel de la maison d’édition d’éviter les mots liés aux cochons afin de ne pas offenser les musulmans et les juifs a été l’objet d’un débat sur la liberté d’expression dans l’émission de radio de la BBC Radio 4 Today. Les intervenants ont mentionné une lettre de l’éditeur demandant de ne pas utiliser les mots « cochon », « viande de porc » et « lard ».  »

    Dans ma liste des interdits j’ai oublié Dieudonné: continuez à l’ostraciser … vous lui faites une pub gratuite

    • Il n’y a qu’à remplacer « cochon » par « terroriste islamiste ».

      • Non ça ne marche pas:

        Dans le « ——- » tout est bon ?! (censuré)
        C’est une peine de 7 ans et de (combien déjà ?)

        En plus un cochon se mange, alors qu’un « ——« , c’est dur sous la dent. (censuré)

  • Je n’ai pas non plus envie de vivre dans un pays ou des groupes néo nazis ont le droit de descendre dans la rue en scandant « mort aux juifs » personnellement (ou autre évidemment).
    Pour Dieudonné, je suis d’accord qu’on lui fait une magnifique pub. On connait même les dates et lieux de ses prochaines représentations (suffit d’écouter France Info), y’a plus qu’à prendre un billet. Et je pense que c’est ce qu’il cherche, puisqu’il savait à coup sur qu’on lui tomberait dessus à bras raccourcis après son tweet. Mais je crois que toute loi a ses effets indésirables. Celui-ci en fait parti. Que des Zémours, Dieudonnés ou autre s’en servent… je m’en fou.
    Et je suis content (stupidement peut être) de me savoir dans un pays où l’on n’a pas le droit d’appeler à la mort de son voisin en toute impunité.

    • Bonjour,
      Ce n’est pas ce que je dis. Je pose la question : si aucune loi condamnant les propos haineux n’existait, ne serions nous pas confrontés à des manifestations d’extrémistes scandant ce type de propos dans la rue?
      Je ne juge pas la nature des propos de Dieudonné, même si je pense qu’il ne choisit pas ses mots au hasard. Mais n’ayant vu aucun de ses spectacles, je me garde de tirer des conclusions.
      J’espère avoir clarifié mes propos.

      • sauf que la stratégie du bâillonnement a échoué dans plusieurs cas, et à vrai dire une idée à la con ou l’ambiguité a plus de chance de prospérer si elle reste dans un milieu fermé…

        dans le cas d’espèce c’est que veut dire » je suis charlie c, oulibaly  » monsieur dieudonné…?
        J’ajouterais que « je suis charlie » aurait du être « expliqué » répéter un slogan que personne ne comprend vraiment me fait presque aussi peur que l’antisémitisme… la connerie est effayante.

        Car inculper une personne pour une phrase qui n’a aucun sens fait de dieudonné une victime…

      • L’arsenal réglementaire existe…. On fait semblant de l’oublier pour l’accroitre, et c’est là qu’est le risque: l’appel à la violence est répréhensible et réprimé DEJA…. mais il y a glissement progressif et devient répréhensible la simple expression d’opinions, et non des appels à l’action violente.

        Il s’agit d’abord des propos racistes et antisémites, puis négationistes de la Shoah, puis de l’esclavage… et maintenant la soit-disante apologie du terrorisme qui est en train de devenir « propos haineux ».

        Je ne suis pas obligé d’aimer mon prochain. Je dois pouvoir exprimer des propos vifs et imagés si je le souhaite à l’encontre d’autres groupes, par exemple les cheminots privilégiés, les syndicalistes corrompus, les fonctionnaires planqués, les dockers mafieux, les notaires pourris, les hommes politiques contre lesquels certains bloggueurs recommandent d’aller chercher sa fourche ?…

        Qui va définir ce qui sera propos haineux ?
        Des juges transformés en commissaires politiques ?
        Les propos haineux qui seront réprimés seront toujours à sens unique évidemment.

        Toute cette affaire est ce qu’il convient d’appeler un gros Piège à Cons parfaitement efficace.

    • Ce genre de propos d’appels, objectifs et directs, à commettre des atteintes aux biens et aux personnes pourrai facilement être assimilé à des complicités de tentatives d’atteintes aux biens et aux personnes.

      Ca n’a donc rien à voir avec la liberté d’expression. Puisqu’on dépasse le cadre des mots seuls pour aller vers la préparation d’une atteinte aux biens et aux personnes.

      Liberté totale d’expression. Intransigeance totale dans les atteintes aux biens et aux personnes.

  • aujourd’hui, journal ouest France, un type accusé de négationnisme…
    bon je lis et relis le petit article…le dit accusé a mis en cause la participation d’une association lors des célébrations du 6 juin…et désapprouve que les mômes aillent visiter des camps de concentration…

    J’espère que c’est simplement le journaliste qui a mal relaté les faits ou sinon. ça fait peur..

    • S’il suffit de désapprouver qu’on envoie les gosses visiter des camps de concentration, avec l’argent de qui d’ailleurs, plutôt que de leur apprendre à lire, écrire et compter, je vais être enfermé pour négationnisme.

      Même le 6 juin, j’aurais aussi beaucoup à redire, visiblement les associations qui se le racontent n’ont pas vécu le même 6 juin que mes parents qui vivent à Sainte-Mère-Eglise. Où commence le négationnisme ? Si c’est quand on dit que certaines associations racontent n’importe quoi pour se faire mousser, je crois que ma mère ou moi pouvons être inquiets. Les événements sont l’affaire de ceux qui les ont vécus. Les autres peuvent en avoir l’opinion qu’ils veulent, mais ça n’a rien à faire avec l’éducation nationale, dont la crédibilité est négative quand elle sort de son rôle d’instruction.

  • bah , dieudonné a dit des conneries mais il a deux torts le premier d’etre qui il est le second d’avoir tapé juste en reprenant un slogan vide de sens..je suis charlie…et en le détournant.. si ce n’est pas un procès d’intention ça y ressemble…

    Le pen est doué pour ça aussi…
    mais il ne faut pas sanctionner mais demander des éclaircissements d’abord..que veut dire je suis charlie coulibaly?????

  • Affligeant de posture (Vals comme Mbala) : on dirait deux coqs dans une basse cour.

    Lequel va gagner ? Lequel en aura une plus grosse que l’autre ? Lequel remportera le droit de se taper toute volaille ?

    Dommage que les paris soient illégaux, on aurait bien rigolé, mais inutile de risquer aussi gros pour si peu.

    A peu près autant de cerveaux que nos volatiles nationaux, qu’ils continuent à s’invectiver, il n’ont rien d’autre de plus important à faire (c’est quand les prochains chiffres du chômage ?)

  • Bonjour. Dieudoné n’étant pas ma tasse de thé, je ne m’intéresse pas à ces dires. Là sur un tweet lu par quelques centaines de fidèles il a déclaré une phrase ambiguë tout de suite attaquée, et son auteur est en garde à vue… A tort ou a raison ???
    Par contre Guy Bedos a déclaré « sur une chaîne de télé » lors d’une émission de grande écoute (plusieurs centaine de millier d’auditeurs) un appel direct et non ambigu au meurtre qui n’a à ce jour pas déclenché de réaction identique ???… Mais que je suis con, il est de gauche, lui… CQFD

  • Que je sache Dieudonné est un humoriste et les propos litigieux n’ont rien de haineux. L’atteinte à la liberté d’expression est manifeste.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
anti-guerres
6
Sauvegarder cet article

Certains thèmes dans la société occidentale sont difficiles à remettre en question sans courir le risque de recevoir des vives critiques. Par exemple, pour les thèmes suivants, il existe un position considérée correcte par l’opinion publique : « l’État social », « la politique climatique », « la société multiculturelle », ou « la vaccination anti-covid ». La position à adopter socialement sur ces sujets a été donnée d’innombrables fois par les médias ; il est sous-entendu qu’aucune analyse critique préalable est nécessaire au niveau individue... Poursuivre la lecture

Récemment, les propos de M. Dupond-Moretti, qui attaque la gauche (NUPES) à l’Assemblée nationale pour un ensemble de raisons seulement apparemment reliées par des liens disparates avec ce que différentes personnes associent à ce qu’on appelait avant, à l’époque de Marx et de Sartre, « la question juive », suscitent une vague de nouveaux articles, qui se suivent et se ressemblent, sur la montée de l’antisémitisme.

On y explique que, si le nombre d’« actes antisémites » n’augmente pas, et diminue plutôt (modulo les problèmes que posent ... Poursuivre la lecture

Parmi les dispositions du décret du 28 juin 2022 portant convocation du Parlement en session extraordinaire, publié le 29 juin dans le Journal Officiel, on retrouve à l’article 2 alinéa 8, l’examen de la « proposition de loi portant diverses dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne en matière de prévention de la diffusion de contenus à caractère terroriste en ligne ».

Celle-ci fit l’objet d’un accord en Commission mixte paritaire. Disons-le d’emblée, ce texte représente une menace sérieuse pour l’État de droit, notammen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles