Sondage : les Français veulent une justice plus dure

Publié Par Contrepoints, le dans Droit et justice

Par la Rédaction de Contrepoints

Justice (Crédits Michael Coghlan (licence CC-BY-SA)

Justice (Crédits Michael Coghlan (licence CC-BY-SA)

Un sondage IFOP pour Atlantico1 mené à la fin mars 2016 s’intéresse à l’avis des Français sur la législation antiterroriste. Il montre que les Français aspirent à une plus grande sévérité mais sont de moins en moins nombreux à être convaincus par certaines mesures proposées depuis les attentats.

Une aspiration générale à la sévérité

La première question porte sur le jugement de la sévérité des peines sur différents crimes ou délits. On y découvre qu’une écrasante majorité de Français souhaite une plus grande sévérité envers le terrorisme (91%), le grand banditisme (85%), le trafic de drogue (79%) et la petite délinquance (70%).

IFOP Altlantico Avril 2016 sévérité peines

Lorsque l’on s’intéresse aux résultats de la colonne « pas assez sévères » selon l’affinité politique, on retrouve le traditionnel clivage entre la droite et la gauche avec un souhait de sévérité de plus en plus important de l’extrême gauche à l’extrême droite. Néanmoins, même au Front de Gauche, une majorité de Français se prononce pour une plus grande sévérité, sauf pour la petite délinquance (48%).

IFOP Altlantico Avril 2016 sévérité peines

Enfin,l’évolution des résultats de la colonne « pas assez sévères » depuis 2004 montre, en l’absence d’évaluation du terrorisme dans les précédents sondages, que seuls le grand banditisme et la petite délinquance suscitent un sentiment croissant de manque de sévérité.

IFOP Altlantico Avril 2016 sévérité peines

Fiches S : après l’émotion, le retour de la raison ?

Par rapport aux lendemains des attentats de novembre 2015, la proportion de Français qui se prononcent en faveur d’une privation de liberté préventive des fichés S est en diminution.

IFOP Altlantico Avril 2016 sévérité peines

On retrouve le même clivage droite-gauche que pour la sévérité des peines avec une progressivité de l’extrême-gauche vers l’extrême-droite des personnes favorables à l’emprisonnement préventif des fichés S.

Perpétuité réelle : une large adhésion

Concernant la perpétuité réelle pour les terroristes, c’est-à-dire une perpétuité sans aucune possibilité d’aménagement de peine même après 30 ans, une large majorité de Français y sont favorables (84%) avec la même progressivité de l’extrême droite à l’extrême gauche que celle observée pour les autres sujets.

IFOP Altlantico Avril 2016 sévérité peines

Une aspiration à plus de sévérité 

Sans surprise, c’est à droite que l’on souhaite être plus sévère avec les terroristes comme avec les autres criminels ou délinquants. Néanmoins, les valeurs atteintes pour la gauche sur la plupart des points restent élevées, si bien qu’elles sont très souvent majoritaires.

L’aspiration à plus de sévérité est donc très nette. Si le contexte explique une partie de cet état de fait, il n’en reste pas moins que les chiffres déjà élevés durant les dernières années soulignent une demande forte de la part des Français, avec une adhésion large dans le spectre politique. La colère et l’émotion suscitées par les attentats avaient rapidement conduit les Français à approuver l’emprisonnement des fichés S mais cette approbation diminue devant les impossibilités constitutionnelles et matérielles d’une telle entreprise. Quant à la perpétuité réelle, elle reçoit un fort soutien, témoignant d’une demande pour des peines exemplaires et peut-être d’une confiance limitée dans les critères d’accession aux demandes d’aménagements de peines. Ce dernier point n’est peut-être pas totalement dé-corrélé d’une demande qui semble forte et durable pour plus de sévérité en général…

  1. L’enquête a été menée auprès d’un échantillon de 956 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas (sexe, âge, profession de la personne interrogée) après stratification par région et catégorie d’agglomération. Les interviews ont été réalisées par questionnaire auto-administré en ligne du 29 au 31 mars 2016.
  1. Une sévérité plus importante est la seule porte de sortie pour la société occidentale, la tolérance 0 comme à New-York façe à cet délinquance qui nous pourri la vie depuis trop longtemps et dont le corolaire actuel est le terrorisme. La société civile le réclame depuis plus de 20ans, si on ne nettoie pas certain quartier dans toutes l’Europe les partis populiste continueront de croître jusqu’à former le groupe politique le plus puissant d’Europe. Il est comique de constater que la tolérance 0 est réclamé pour la sécurité routière souvent par les mêmes qui la rejettent pour la délinquance.

    1. Bonjour Marcx

      C’est vrai, ce n’est pas tellement la sévérité qui a été efficace pour la sécurité routière que le fait que les PV étaient gérés automatiquement par informatique. Avant 2002 le sport national était de faire sauter les PV par un commissaire ami. 1/3 des PV sautaient.

      De même pour la délinquance, il faut des peines automatiques, prévisibles, lisibles. Un vol -> une sanction (amende, qq jours de prison, bracelet) mais surtout pas de sursis ou autre rappel à la loi, pas de JAP qui annule 2 ans de prison ferme dans le secret de son bureau.

      1. « C’est vrai, ce n’est pas tellement la sévérité qui a été efficace pour la sécurité routière que le fait que les PV étaient gérés automatiquement par informatique »
        Alors çà c’est soit de l’ironie, soit je n’ai pas compris. Les radars automatiques ont été efficace pour la sécurité routière ? Vous sortez d’ou cela ? Moi je peux vous apporter la preuve du contraire… Par contre si vous parlez d’efficacité budgétaire par la taxe oui, les radars ont été extrêmement efficace, c’est d’ailleurs le seul impot qui taxe le plus injustement la population et dont cette meme population est le moins enclin a contester… c’est beau, c’est du marx dans le texte et dans ces reves les plus fous…

        « Des peines automatique » c’est quoi ce truc ? Pour vous le contexte, l’histoire,… n’ont pas besoin d’etre juger ? pas besoin d’etre debattu ? Donc quelqu’un qui a vu ses enfants se faire violer devant lui, sa femme violer, et qui tuent le violeur n’a aucune circonstance atténuante, et doit avoir la prison a vie ? C’est çà l’idée de la « peine automatique »… par contre en effet, plus besoin de juge, d’avocats,… ca c’est le coté positif, désolé… je prefere dépenser un peu pour le coup.

        1. Gillib parle de peines automatiques pour la délinquance i.e. pour les délits ; un meurtre c’est un crime donc pas un délit…

          1. crime ou délit, cela n’a que très peu d’importance le fond est le meme, si vous faites abstraction du contexte, vous rentrez dans une justice injuste, car vous ne différenciez pas les cas. J’imagine que donner un coup de point dans la tete d’un mec qui a violé ma femme et mes enfants est un délit, donc le juge ne pourrait pas tenir compte de l’horreur que j’ai vécu, et verrait juste un coup de point.

        2. Bonjour liberté adorée

          Je parle du traitement automatisé des PV à Rennes et non des radars automatiques.
          Avant 1/3 des PV sautaient en faisant intervenir des relations.
          Ce qui fait que l’on pouvait échapper à la sanction.

          De même pour la correctionnelle, il faut une peine effective à laquelle on ne peut échapper. Une peine prévisible. Un état de droit, Une égalité devant la loi.

          PS.Mon terme de peine automatique est en effet mal choisi, j’aurais dû parler de plaintes déposées qui sont toutes bien instruites et jugement dans les rêgles.

          1. Oups désolé pour le point 1, en effet (je suis extremement remonté contre les radars, donc dès que je vois « prévention routière » et « automatique », je ne réfléchi plus lol), méacoulpa.
            Pour le point 2, j’avoue que l’automaticité en justice me dérange tout de meme, peu importe le degré et l’endroit ou il est pratiqué. Une justice qui ne s’adapte pas est une justice qui met au meme rangs des gens qui n’ont rien a voir entre eux, et surtout dont les motivations ne sont pas forcément les memes. Et faire une loi juste par rapport à la conséquence, sans se soucier des causes, me dérange.

            Je vais me faire hair ici, et je le comprends, mais si tu prends 1 garcon que je connais, né et a été tout de suite mis à la DASS, baladé de famille d’accueil en famille d’accueil, baladé de centre fermé en centre fermé (ou la violence et le viol est pratiqué par les encadrants dans certains cas) , et tout cela sans aucun repère familial… on peut se dire qu’on s’en fou,… moi je dis que le fait qu’il ait basculé dans la délinquance (et la lourde, bracage et autres), me parait tellement logique… mais surtout totalement injuste. Je ne me vois pas sanctionner ce gosse qui a connus l’horreur (mort de sa mere assasiné par son pere qui est en prison)… j’ai un probleme de morale et de justice (justement) ce gosse n’a connu que l’horreur, et on voudrait qu’il se comporte comme nous. La société a justement ce role, de, normalement etre la pour ces gosses, et en l’occurence, la société elle ne l’est pas présent dans ces cas, la société fou ces gosses ensemble, rassemblant des gosses de 17 ans, avec des gosses de 13 ans, qui ont tous comme seul vie l’horreur et la rue… et bien j’estime que l’on a une responsabilité la dedans… et donc que la justice ne peut pas juger mon acte de bracage (si j’en cometais un alors que j’ai eu une belle vie) a celui d’un gosse comme celui-la, et je trouverais juste que ce gosse on ne le foute pas en prison mais qu’on essaye de le remettre sur la bonne pente, et surtout qu’on s’occupe plus d’eux avant… Bref et ceci n’est qu’un exemple.

            1. Vaste débat, la justice est-elle faite pour (ré)insérer les (pré)délinquants ou pour défendre l’ordre publique?

              Je pense que les deux objectifs sont compatibles, en sanctionnant les primo-délinquants sans hypothéquer leur avenir.

              Pour les primo-délinquants sanction légère, non humiliante, effective, rapide (amende, 24h de prison ect..) qui justement empêche le jeune de s’installer dans la délinquance, comme c’est le cas actuellement.

              Je pense qu’il faut prendre le sujet sans passion, scientifiquement, et d’étudier les effets des diff politiques pénales.

              Si dans la pratique, on prouve que la prison augmente la délinquance, ne mettons plus les gens en prison, au contraire cela coûte cher et est source de souffrance pour les prisonniers.

              Le plus important il faut une réponse à une violation de la loi. Sinon une interdiction sans sanction est inefficace.
              Quand je parle d’automaticité, c’est justement que toute délit doit être sanctionné, d’un bout à l’autre de la chaîne du proc au JAP.

              1. La justice se doit d’être individuelle, et selon les circonstances il y a des délits identique qui doivent être sanctionné et d’autre non et si ils doivent être sanctionné (pour moi un rappel à la loi n’est pas une sanction) il faut qu’il le soit différemment selon les circonstances.

                Il n’y aucune raison qu’un primo délinquant soit sanctionné pour le même délit à la même peine qu’un multi-réitérant par exemple.

                Je précise que bien que la justice se doit d’être individuelle elle ne se doit pas « tout » excuser et se doit de sanctionner des actes délictueux même par de la prison ferme des délits même si c’est le premier de l’auteur.

                Si les détenus ressortent pire de la prison qu’ils y sont rentrés ce n’est pas une raison pour ne plus condamner certains actes mais une raison pour revoir la politique carcérale qui met en contact des individus qui n’ont rien à faire ensemble.
                La prison c’est fait à la fois pour protéger les individus libres et aussi parfois le détenu contre lui même, et elle se doit de faire naitre le désir pour le condamner de ne pas y retourner (ce qui je le précise ne doit pas être par des mauvais traitements) ce n’est pas censé être ce que certains établissements sont devenus une école du crime.

    2. @ Marcx

      Je veux bien que les Français rêvent de punir plus sévèrement tout contrevenant; encore faudrait-il que leurs prisons ne soient pas déjà complètement surpeuplées et que les conditions de détention ne soient plus, chaque année, condamnées par « les droits de l’homme » dont le pays se dit encore comiquement « la patrie » si pas le modèle.

  2. dernièrement , cazeneuve à demandé plus de préssion et de surveillance sur les conducteurs , histoire d’enrayer la mortalité sur les routes ; donc plus de gendarmes au bord des routes , au rond point ….donc moins pour contrer la délinquance de l’ex douce france ….

  3. « Les Français veulent une justice plus dure »

    Les libéraux veulent une justice plus juste. Ils s’en foutent qu’elle soit ou non sévère, du moment qu’elle est juste.

    Les libéraux savent que derrière le combat contre le « laxisme » se cache souvent une volonté de défendre des privilèges illégitimes.

    Le seul fait que les français souhaitent, comme l’indique l’article, une plus grande sévérité contre le commerce de la drogue est déjà une preuve de toute la bêtise des français (antilibéraux.)

    Il faut bien comprendre que beaucoup de lois actuelles (contre les drogues, contre la prostitution, contre le port d’arme, contre les « troubles à l’ordre public », etc) ne servent qu’à maintenir les privilèges de certaines personnes et n’existeraient pas dans un Etat-libéral. Ces lois sont injustes, illégitimes, inefficaces. Etre moins « laxiste » en faisant respecter ces lois plus sévèrement ne les rendra pas plus efficaces.

    La solution contre les délinquants n’est pas d’être plus dur, plus sévère, moins « laxiste », moins « gentil », moins « bisounours », mais de faire en sorte qu’ils subissent toutes les conséquences de leurs actions, particulièrement les conséquences financières. Il faut faire en sorte que ce soit eux, et seulement eux, qui indemnisent leurs victimes et couvrent les frais de procédure et d’incarcération.

    1. « Ces lois sont injustes, illégitimes, inefficaces »
      Autant le dire directement, ces lois sont illégales !

  4. A force d’endormir le peuple a coup d’attentats 24/24 et 7/7 qui ne voudrait le retour de la plus tranchante des guillotines !

    1. Il y a sans doute quelque chose qui change: la vie dure plus longtemps et les « vieux » sont plus nombreux, ils sont aussi plus craintifs puisqu’ils se défendent moins bien et sont amenés aussi à devoir faire confiance à d’autres, inconnus, qui prétendent venir les aider.

      Je ne doute pas que pour la toute grande majorité des « aides à la personne », la bonne volonté est de rigueur; néanmoins, quand on est vieux, on peut craindre plus facilement ces têtes inconnues puisqu’on se sent vulnérables.

      Pas étonnant que, par réflexe, on demande, en fait, à l’autorité de nous rassurer

  5. Oui mais ce sont aussi les Français qui ont élu Hollande, alors…

    1. d’où l’intérêt de caresser certaines « communautés » dans le sens du poil !

  6. Ils veulent une justice plus dure … donc ils continuent à voter pour ceux qui l’ont totalement laissée devenir ce qu’elle est devenue. Masochistes ?

  7. Aux USA ils sont en train de revenir à plus de raison sur ces questions de politique criminelle…Va-t-on copier les USA et leur incarcération de masse alors que ceux -ci cherchent à y mettre fin? Donc regarder ce qui est éfficace pas faire de la démagogie sur ces questions…C’est à dire la certitue de la sanction et sa rapidité.Et refuser la cruauté dans les prisons !

Les commentaires sont fermés.