Transition énergétique, la vraie et la fausse

Publié Par Emmanuel Bourgerie, le dans Environnement

Par Emmanuel Bourgerie.

Éoliennes (Crédits : Aoedieart, licence Creative Commons)

Éoliennes (Crédits : Aoedieart, licence Creative Commons)

La transition énergétique sera l’un des plus grands défis du 21ème siècle. Vous entendrez cette phrase dans la bouche de nombreux hommes politiques, en particulier de la part d’environnementalistes. Personnellement, c’est aussi ce que je pense : notre technologie doit évoluer et s’adapter pour minimiser son impact sur l’environnement qui nous entoure. Mais de quelle transition exactement parle-t-on ?

Si vous me posez la question, je vous répondrai qu’il faut trouver des alternatives aux énergies fossiles émettrices de CO2. En clair, la priorité est de s’attaquer au charbon, au pétrole et au gaz. Nous avons fait une bonne partie de cette transition en France, et ce depuis longtemps, lorsque nous sommes passés au nucléaire. Nous consommons toujours des énergies fossiles pour notre électricité, mais à des niveaux anecdotiques. Il reste la question ouverte des transports, sur lesquels je reste optimiste, même si à l’heure actuelle la voiture à essence n’a toujours pas trouvé de rival.

Mais si vous posez la question à un écologiste, il vous répondra que la priorité absolue est de s’éloigner du nucléaire pour aller vers les fameuses « énergies renouvelables ». J’avoue que c’est une idée qui me laisse perplexe, puisque si la préoccupation première sont les émissions de CO2, le nucléaire et l’éolien par exemple ont des émissions tout à fait comparables par kw/h, de l’ordre d’un cinquantième du CO2 rejeté s’il faut obtenir la même quantité d’énergie à partir du charbon. Quelle est la fameuse « transition » que les écologistes voudraient donc voir ? Quels sont les gains (chiffrés) en matière de gaz à effets de serre qu’ils espèrent en passant d’une source d’énergie propre à une autre source d’énergie propre ?

Pardonnez mon cynisme, mais j’ai peur que ce ne soit rien d’autre qu’une justification bidon pour un plan de relance paléo-keynésien. Les économistes qui martèlent la nécessité d’une telle transition appartiennent à une certaine école d’économie bien particulière. Et tous ne peuvent tenir plus de 10 secondes sans ajouter « … et ça créera des emplois ! » Ils ne sont pas réellement intéressés par une quelconque réduction des émissions de CO2, mais obsédés par un plan de relance qu’ils n’arrivaient plus à justifier. Ne vous y méprenez pas, cela n’a rien à voir avec une quelconque science climatique, ce n’est rien d’autre qu’un plan de relance de l’emploi.

Bastiat s’en retournerait dans sa tombe : cassons la vitre (les centrales nucléaires qui marchent parfaitement bien) pour donner du travail aux fabricants de vitres (le lobby éolien), le tout alimenté par des forts déficits publics bien entendu, sinon ce ne serait pas drôle. C’est vraiment difficile de prendre les keynésiens au sérieux lorsque eux-mêmes sont incapables de tenir un discours qui tienne la route scientifiquement.

Les climatologues sont formels : l’ennemi numéro 1 sont les énergies fossiles, avec le charbon en tête, qui causent des milliers de morts chaque année à elles seules. Là où la mémoire des écologistes est très sélective, c’est que les scientifiques sont aussi formels sur le point suivant : la transition énergétique ne se fera pas sans l’appui de la technologie nucléaire. Le but n’est pas de passer du nucléaire aux renouvelables, mais bien de se défaire du charbon, du pétrole et du gaz. L’Allemagne, pointée comme exemple de pays ayant engagé une telle transition, a dépensé des dizaines de milliards dans un plan qui, au final, a surtout réduit le nucléaire au profit d’une énergie chère et imprévisible. Le charbon ? De toutes les énergies fossiles, elle se distingue car sa consommation a moins baissé par rapport aux autres. Si le but de la transition allemande était de réduire les émissions de CO2, c’est un fiasco total.

Oui, l’environnement est une cause très sérieuse, qui mérite beaucoup d’attention. C’est la raison pour laquelle je pense que la meilleure chose que l’on puisse faire pour l’environnement est de s’assurer que les Ségolène Royal restent en-dehors de ces questions.

Lire sur Contrepoints notre dossier spécial Environnement

Sur le web

 

  1. Hummm… « Les climatologues sont formels ! »
    En France probablement.
    Mais c’est loin d’être le cas dans le reste du monde.
    Et le sens de la science du climat depuis quelques années va plutôt à l’encontre du lien prétendu entre CO2 et température. Je dis « science », hein, pas « doctrine ».
    Un petit tour chez Pensée Unique ou sur Skyfall pour avoir un autr éclairage ?
    Ceci dit, je reste d’accord sur le fonds de l’article : transition énergétique probablement nécessaire à terme, mais menée par les chercheurs, les industriels et les consommateurs, pas par les ecolo-terroristes…

  2. « notre technologie doit évoluer et s’adapter pour minimiser son impact sur l’environnement qui nous entoure. »

    L’environnement, ce n’est rien d’autre que le respect des droits d’autrui. C’est un problème légal que l’état régalien doit gérer car la nuisance est diffuse. En revanche, le problème ne peut être réduit à l’émission d’une ou quelques substances en particulier dans l’air ou dans l’eau : il est beaucoup plus vaste.

    D’un autre côté, la technologie n’est pas le domaine de compétence des politiques. Elle n’est même pas une fin en soi, mais seulement un outil pour concevoir d’autres outils qui facilitent le travail ou la vie de tous les jours.

    Alors pourquoi laisserait-on une bande d’incapables (qui ne sont pas spécialistes de technologie) nous prendre en otage (décréter des orientations) pour ne gérer qu’une partie du problème (quelques cas de nuisances parmi des milliers – et en créant d’autres nuisances) ?

    Dans sa course folle à l’interventionisme, l’état a tellement accaparé les gains de richesses pour se financer qu’il bloque de fait l’évolution économique et donc toute « transition ». La destruction créatrice d’emploi ne peut fonctionner : les réductions de couts obtenues par les entreprises grâce à la réorganisation diminuent les ressources de l’état qui compense en augmentant les charges. Le gain de productivité n’est pas redistribué sous forme de pouvoir d’achat aux consommateurs. Comment alors le consommateur pourrait-il convertir ce pouvoir d’achat en une meilleure qualité environnementale ?

    Tout le problème réside dans une mauvaise analyse des circuits, des causes et conséquences, des priorités et des limites du réalisable. Ce qui devrait fonctionner naturellement est bloqué par l’utopie et le « volontarisme » politique.

  3. Malheureusement, nous ne sommes pas sortis de l’auberge tant les politiques se laissent mener par le bout du nez, Royal en tête!

  4. Les morts dus au charbon n’ont ruen à voir avec le climat… Cela prouve que les climatologues sont à court d’arguments….

  5. L’écologie OUI, les écologistes NON. Le vrai problème est que ceux qu’on nomme écologistes aujourd’hui sont en fait des politiciens plus ou moins communistes verts affairés surtout à promouvoir leurs intérêts personnels. Je dirais même des communistes verdâtres qui tentent d’imposer une dictature intellectuelle sur les problèmes actuels pour empêcher tout ce qui sort de la pensée politiquement correcte qu’ils ont définie. Rappelons nous le présentateur météo viré de la télévision pour avoir douté du réchauffement climatique.

    1. Il doute de la négativité de ses effets, pas de son existence.

      1. A propos de P. Verdier, il est amusant de constater comment il est instantanément devenu la coqueluche des climatonégationistes francophones, qui tiennent enfin là leur martyr tant attendu. Et ce peu importe la cohérence du discours ou la compatibilité des idées. À l’église de scientophobie on fait décidément feu de tout bois…

        1. Les scientophobes ne se sont pas rendu compte que le GIEC scientifique avait discrètement baissé ses prévisions de 50% en 7 ans à peine.

          Et tout occupé à réciter leurs prières à Gaia ils n’ont pas vu non plus que même ses prévisions quasi négationniste en regard des standard de 2007 sont moisies puisque toutes les modélisations sont aux fraises.

  6. Hier sur TV 5 je regardais une émission canadienne sur le climat, fort intéressante
    On y faisait étalage de toutes les catastrophes qui nous attendent, en particulier avec l’eau
    A aucun moment je n’ai entendu de longs plaidoyers sur le nucléaire. Potentiellement dangereux, mais qui en soi est le meilleur qualité prix
    La France avait la chance d’être leader, mais on risque de perdre cet atout
    In fine comment va-t-on modifier le climat. Qui maîtrise El niño? Et tant de paramètres connus ou inconnus ?
    Sûrement Cécile Duflot cette brillante intellectuelle

  7. Très bon article, merci à Emmanuel Bourgerie. Si le CO2 est un problème alors le nucléaire fait partie de la solution.

    En plus de la tendance paléo-keynésienne (j’aime bien ce néologisme), il faut aussi évoquer le rejet viscéral du nucléaire qui est le fond de commerce de tous les mouvements écolos en France.

    Il reste la question ouverte des transports, sur lesquels je reste optimiste,

    Il y a aussi la question du chauffage. Le radiateur électrique a de beaux jours devant lui.

    même si à l’heure actuelle la voiture à essence n’a toujours pas trouvé de rival.

    Air Liquide a créé à Paris la première station service qui fournit de… l’hydrogène! Pour l’instant il n’y qu’une poignée de taxis qui l’utilisent, mais c’est une piste prometteuse.

    https://www.airliquide.com/fr/media/air-liquide-installe-premiere-station-hydrogene-centre-paris

    1. Je n’ai jamais cru à l’hydrogène.
      C’est un gaz rarissime sur terre et son coût de fabrication est prohibitif (la molécule d’eau est extrêmement stable et très difficile à scinder)
      De plus, il n’aura échappé à personne que c’est un gaz hautement inflammable (https://youtu.be/9-3xPJnTtEw?t=187) et que son stockage est plus que délicat.
      Mais je peux me tromper.

      1. Oui l’hydrogène est une techno très difficile. Nous en sommes au tout début et c’est loin d’être gagné d’avance. Pour le reste, tous les carburants automobiles actuels son hautement inflammables et leur stockage présente des dangers importants.

        1. Il n’y a pas que le caractère inflammable et explosif. L’hydrogène présente de gros inconvénients car il fragilise les métaux et diffuse très facilement en raison de la petite taille de l’atome. De ce fait, son confinement sera a priori plus coûteux que celui des autres carburants. Enfin, il est gazeux à pression et température ambiante, ce qui le rend difficile à manipuler.

          1. Les procédés industriels courants de fabrication de H2 utilisent du CH4 avec rejet de CO2…
            Autant dire que la filière hydrogène, si l’on a en ligne de mire la réduction d’émission de CO2, c’est totalement inutile…

            1. Il y a une énorme différence entre produire du CO2 dans chaque moteur du parc automobile et produire du CO2 dans une usine chez Air Liquide. Dans le premier cas il part dans l’atmosphère. Dans le second on peut le capter, le stocker et même le valoriser.

              1. Capter, stocker, valoriser, ça ne change rien, en fin de compte le CO2 est toujours là car il n’y a pas à ma connaissance d’application industrielle autre que marginale qui tire de la valeur de la décomposition du CO2, ce qui est normal puisqu’il faudrait rendre l’énergie qui a été produite lors de l’oxydation.

                1. Oui oui nous sommes d’accord. Je voulais juste souligner le fait que, pour ceux qui pensent que le co2 dans l’atmosphere terrestre est un problème il y a le captage et le stockage. Les applications industrielles c’est un bonus.

        2. Pas l’électrique…

        3. fm06: « Oui l’hydrogène est une techno très difficile. Nous en sommes au tout début et c’est loin d’être gagné d’avance. »

          Surtout parce que l’hydrogène c’est un moyen de transport de l’énergie et aucunement un moyen de production primaire.

      2.  » C’est un gaz rarissime sur terre  »

        Faux il il y en a des quantités énormes dans l’eau des océans.

        D.J

  8. Je m’adresse a l’auteur de l’article.
    Donc , vous maîtrisez ce qui se passe dans l’atmosphère terrestre pour savoir quelle consommation de pétrole, gaz , charbon a des effets néfastes sur la santé ? (des mesures précises , pas une louche géante qui permet d’affirmer n’importe quoi ..)
    Enfin… ridicule. !

    1. Je ne vois nulle part dans l’article que l’auteur prétend maîtriser ce qui se passe dans l’atmosphère terrestre, etc.

      Donc à part des insultes et un homme de paille, qu’est-ce que vous avez à dire?

    2. A ma connaissance, en dehors de la production de co2 censée etre responsable du réchauffement climatique(ce qui en soit n’est pas forcément néfaste et n’est pas prouvé pour tout le monde), on reproche à ces sources d’énergie une pollution néfaste à l’homme surtout dans les villes aux heures de circulation et aussi en période ou les chaudières tournent à fond.
      Il y a alors une grosse différence entre le gaz très peu nocif, et le reste: charbon, pétrole.

  9. Pour un autre éclairage sur ces questions de transition énergétique, la Fondation pour l’innovation politique vous invite à lire les deux notes de Albert Bressand « Energie-climat: pour une politique efficace » (http://www.fondapol.org/etude/albert-bressand-energie-climat-pour-une-politique-efficace/) et « Transition énergétique: bonnes intentions et mauvais calculs » (http://www.fondapol.org/etude/albert-bressand_transition_energetique_europeenne/)

  10. « s’assurer que les Ségolène Royal restent en-dehors de ces questions »
    Pas de chance, notre Ségolène nationale vient d’être propulsée grande prêtresse de l’Eglise de Scientologie climatique …

  11. C’est mal barré pour la populatité du nucléaire, on a enfin trouvé l’argument massue et commodément à la mode qui manquait au discours anti:
    http://www.europe1.fr/faits-divers/attentats-de-paris-les-terroristes-visaient-ils-des-centrales-nucleaires-belges-2670622
    Apparemment les boutons « autodestruction » ne sont pas réservés aux vaisseaux spatiaux 🙂

  12. c’est vraiment moderne de remettre en marche les moulins a vent en Europe pendant que le reste du monde passera au nucléaire après avoir épuisé( devenus trop couteuses) les ressources fossiles 😉

  13. effectivement si on supprime 1 GW de production nucléaire on ne peut le remplecer que partiellement par de lé’olien et/ou du solaire à cause de leur intermittence et il faut investir en parallèle (ce qui représente un double investissemnt non pris en compte dans le PR des EnR)╔dans des centrales gaz ou des centrales charbonqui produiront d’autant plus de CO2 que leur rendement sera mauvais en raison des cycles de démarrage et d’arrêt rapides à cause de l’intermittence des EnR. Paradoxalement une centrale gaz à cycle combiné n »‘émat pas plus de CO2 à production égale de MWh qu’un couple éolien et centrale gaz classique et coûte deux fois moins cher … la transition énergétique vu comme ça c’est l’art de faire du plus cher, du plus compliqué sans aucun résultat typique de l’écoloconométrie ….

  14. tout le monde sait bien que le changement climatique est une menace pour l’humanité, et tout le monde sait bien que les renouvelables ont déjà des coûts de production largement inférieurs à ceux du nucléaire ou du gaz et du charbon, tout le monde sait bien que la finance internationale et les lobbys pétroliers empêche la transition énergétique pour de sombre raison financières mais aussi le développement de technologie prometteuse comme le moteur panettone, alors monsieur vous n’êtes pas tout le monde!

  15. 50 publications académiques peer-reviewed climatosceptiques en anglais pour la seule année 2015. http://notrickszone.com/250-skeptic-papers-from-2015/#sthash.ukq4tPzX.7sTfxZXI.dpbs

    1. « 50 publications » je voulais dire: 250 publications

  16. Etude: le CO2 verdit la planète et réduit les déserts – « mais il faut lutter contre », on vous dit http://wattsupwiththat.com/2016/02/16/study-increased-carbon-dioxide-is-greening-deserts-globally/

    1. conférence extrêmement intéressante de Vincent Courtillot (je vous conseille de passer les 5 premières minutes): https://www.youtube.com/watch?v=uXeRbbM2AjY

    1. La Grande Arnaque du Réchauffement Climatique: https://www.youtube.com/watch?v=pVwMWOMpHZg

  17. Allemagne: spectaculaire krach d’une éolienne de 60 tonnes et 5M€… une rafale un peu forte http://notrickszone.com/2016/03/01/60-tonne-wind-turbine-rotor-crashes-to-earth/#sthash.HW1pLdil.aDPRulVp.dpbs

  18. UK: augmentation du prix de l’énergie à cause du renouvelable pourrait provoquer de nouvelles délocalisations http://www.mirror.co.uk/news/uk-news/high-uk-energy-costs-could-7480442

  19. selon certains chercheurs, on se dirige vers un refroidissement global (léger) ces 5 prochaines années: http://www.express.co.uk/news/science/640519/What-global-warming-Large-parts-of-Earth-expected-to-COOL-over-next-five-years

  20. Le CO2 augmente production de coccolithophores, base de la chaîne alimentaire sous-marine: https://www.sciencedaily.com/releases/2016/01/160116215419.htm

  21. hristian Gérondeau: « Pourquoi il n’est pas possible de croire le GIEC » http://duberger.me/2016/02/27/pourquoi-il-nest-pas-possible-de-croire-le-giec/

    1. Christian

  22. MIT: les énergies « vertes » ne pourront se passer de subventions pendant encore longtemps http://dailycaller.com/2016/02/25/mit-green-energy-cant-work-unless-you-tax-everything/

  23. COP21 : EST-CE VRAIMENT UNE PRIORITÉ POUR LA FRANCE ? http://donnees-climat.info/docs/COP21-PR.pdf

  24. L’idée de route solaire comme le veut Royal est d’une absurdité: http://www.telos-eu.com/fr/la-france-a-t-elle-vraiment-besoin-de-routes-solai.html

  25. Pour les réchauffistes, l’industrie pétrolière çaymââl. Sauf quand ça paye, évidemment. https://pjmedia.com/blog/climate-alarmists-caught-being-hypocrites-about-big-oil-money/?singlepage=true

  26. Les dictateurs africains lorgnent avec gourmandise les milliards climatiques de la COP21: http://fee.org/articles/the-uns-green-climate-program-is-a-slush-fund-for-dictators/

  27. n nous dit que « 2015 est l’année la plus chaude », mais la couverture neigeuse automnale en hémisphère nord est la 5e depuis 1967: http://climate.rutgers.edu/snowcover/chart_seasonal.php?ui_set=nhland&ui_season=4

  28. Falmouth, USA : révolte citoyenne contre les éoliennes. http://en.friends-against-wind.org/oppositions/sick-and-tired-protest

  29. La couche de glace de l’Antarctique grandit plus vite que ses glaciers ne fondent. http://french.peopledaily.com.cn/n/2015/1102/c31357-8969908.html

  30. L’université de Yale ferme son institut dédié au changement climatique . http://wattsupwiththat.com/2016/03/03/yale-university-closes-climate-change-institute/

  31. J. Shukla, le climatolâtre qui voulait faire poursuivre les sceptiques, rattrapé par ses magouilles http://bishophill.squarespace.com/blog/2016/3/2/outlook-bad-for-shukla.html

  32. On peut alors regarder la courbe de la glace arctique et voir que la glace du pole nord a rejoint cette année la moyenne des années 1981-2010*
    (Plus de « réchauffement » au pole donc !)* – De plus en plus bizarre….
    http://nsidc.org/data/seaice_index/images/daily_images/N_stddev_timeseries.png

  33. Les grands énergéticiens exploitent » les filons » des règles mises en place par les MOC et autres MDP et ce sans se soucier des populations locales…
    http://www.sipaz.org/fr/bulletin/124-informe-sipaz-vol-xx-no-1-febrero-de-2015/501-actualidad-caso-ayotzinapa-pone-en-jaque-a-las-autoridades.html
    « En février, des organisations civiles ont annoncé que Bettina Cruz Velázquez, qui travaille avec des groupes opposés aux projets éoliens dans l’Isthme de Tehuantepec, avait été innocentée des accusations portées par la CFE (Commission Fédérale d’Electricité, l’équivalent d’EDF) dans une plainte à son encontre. En 2012, elle avait été arrêtée pour sa participation à une manifestation devant des installations appartenant à la CFE. En saluant le dénouement de ce dossier, Santiago Aguirre, directeur-adjoint du centre des Droits de l’Homme Miguel Agustín Pro Juárez, a souligné que le cas reste emblématique du harcèlement dont sont victimes de nombreux autres défenseur(e)s au Mexique. Le centre mexicain de l’environnement comptabilise d’ailleurs 82 attaques contre des défenseur(e)s de l’environnement dans le pays entre début 2013 et avril 2014. 35 de ces agressions ont eu lieu dans l’état de Oaxaca, et la majorité sont liées à de grands projets éoliens dans l’isthme de Tehuantepec. C’est encore dans cette zone, à Juchitán cette fois, qu’un projet de consultation très controversé est en cours pour un projet éolien.
    C’est dans cette région que deux personnes ont été blessées, le 5 décembre dernier, après des affrontements à San Dionisio del Mar entre des sympathisants du PRI (Parti Révolutionnaire Institutionnel) et des membres de l’Assemblée des Peuples de cette communauté. Ces derniers empêchaient l’entrée du personnel de l’Institut National Électoral, qui avait prévu d’organiser des élections extraordinaires. L’Assemblée des Peuples a désigné comme responsable de ces faits de violence le directeur de l’Institut Électoral de l’état de Oaxaca, « qui sait que les conditions ne sont pas bonnes pour organiser des élections municipales, en raison des séquelles laissées par notre combat récent contre l’entreprise d’énergie éolienne Mareña Renovable et le conflit post-électoral, avec ses conséquences sur le tissu social, qui s’est délité. Le gouvernement fédéral et celui de l’état veulent nommer des fonctionnaires qui répondent à leurs intérêts à la mairie, pour dérouler le tapis rouge aux entreprises ».
    En février également, des représentants de 25 hameaux des municipalités de la zone nord de l’Isthme se sont réunis. C’est dans cette région que plusieurs cas d’intimidations et de menaces de la part d’employés de Pemex (compagnie pétrolière nationale) qui préparent le terrain pour la construction d’un gazoduc qui reliera Jalipan (Veracruz) à Salina Cruz (Oaxaca) ont été signalés. Les personnes ayant participé à la réunion ont prévenu qu’elles interdiraient le passage sur leurs terres. Elles demandent en outre la réparation des dommages causés par plus de 30 sinistres ces 20 dernières années, des actions de nettoyage de l’environnement et de réparation, et des projets de développement dans la région, ainsi que d’être informées et consultées sur le projet de « corridor trans-isthme ».
    Dans le domaine de l’impunité, le 25 novembre a été marqué par la commémoration des affrontements entre la société civile et la police en 2006. Cela a été l’occasion de se souvenir également des 25 morts, près de 500 prisonniers, 380 personnes torturées et cinq disparues, victimes du conflit qui a fait rage dans l’état de Oaxaca en 2006 et 2007. La Commission des proches des disparus, personnes assassinées et des prisonniers politiques de Oaxaca a exigé de la nouvelle Commission de la Vérité de véritables résultats pour les habitants de l’état. Le même jour, date de la journée internationale de l’élimination de la violence contre les femmes, la problématique a de nouveau été soulevée dans l’état. Consorcio Oaxaca possède les dossiers de 344 féminicides et 122 disparitions de femmes survenus et restés impunis depuis l’arrivée du gouvernement actuel il y a 4 ans. »
    http://energie2007.fr/actualites/fiche/5407
    « Energie : Engie signe 4 protocoles d’accord avec le Mexique
    Energie | 2015-07-16 16:40:00 | Administrateur ‘Energie 2007’
    Gérard MESTRALLET, Président-Directeur général d’ENGIE, et Enrique PENA NIETO, Président du Mexique, ont signé 4 protocoles d’accord et de coopération en faveur du développement énergétique au Mexique avec Pemex, la Commission fédérale d’électricité (CFE) et le Centre national du contrôle du gaz naturel (CENAGAS)
    D’après le communiqué, ils prévoient :
    « – d’explorer des projets de développement du GNL sur la côte pacifique du Mexique, des infrastructures permettant le transport du gaz par gazoduc, ainsi que la possibilité de créer une joint venture pour la commercialisation du gaz naturel.
    – d’étudier des pistes pour développer des projets en faveur d’une énergie et d’une cogénération efficaces
    – de réaliser d’éventuelles joint ventures ou des accords d’association potentiels, notamment une usine de cogénération située dans le nord-est du Mexique. »

  34. Quiconque a la moindre compétence pour analyser les données sait depuis le début que le réchauffisme est un mensonge organisé :
    il suffit pour en être certain de connaître l’histoire de l’atmosphère sur un peu plus de ces 1 000 ans qui ont servi de diversion aux fabricateurs de la Crosse de hockey.
    – De ses variations spectaculaires au cours des millénaires où l’homme ne pouvait y être pour rien, on déduit immédiatement la certitude que les causes naturelles ne peuvent que jouer un rôle absolument prépondérant dans les changements de la température atmosphérique, et
    – de son absence de corrélation avec la concentration en gaz carbonique on déduit que celui-ci n’y joue aucun rôle significatif.
    Seulement, tous ces soi-disant « experts » vivent d’argent volé au contribuable et ont besoin de manger.
    Alors, pour rationaliser les abus de pouvoir des puissants, on discourt comme si des faits parfaitement avérés ne l’avaient pas été, et tout le monde ferme les yeux et ferme sa gueule.
    Au savant expérimentaliste, cependant, le reproche principal qu’on puisse faire à propos du réchauffisme est de ne pas s’être posé les questions pertinentes au départ :
    — QU’EST-CE qu’il s’agit de vérifier ?
    = est-ce que les changements de
    la concentration en gaz carbonique déterminent les changements de la température atmosphérique ?
    La réponse est NON.
    — COMMENT peut-on tenter de réfuter cette hypothèse — ce qui est l’ESSENCE de la démarche scientifique ?
    = en vérifiant, dans les données accessibles, qu’il n’y a PAS entre ces deux variables de CORRELATION statistiquement significative qui permettrait de continuer à envisager une relation de causalité dans ce sens-là — alors que l’activité solaire, elle, présente cette corrélation.
    Le LEURRE, en l’espèce, consiste à s’obnubiler sur la physique de l’effet de serre, et à prétendre en déduire les effets supposés :
    ce que font précisément les charlatans du GIEC, au lieu d’envisager toutes les causes possibles des variations de la température atmosphérique, et d’ELIMINER PAR L’OBSERVATION celles qui ne peuvent pas en être.
    Bien entendu, UN ECONOMISTE AUSSI peut procéder à celle élimination-là, puisqu’elle n’exige pas de connaître la physique mais seulement des procédés STATISTIQUES qu’il a presque certainement appris à utiliser.
    Toujours bien entendu, dans la mesure où on reçoit des milliards d’argent volé aux contribuables pour n’étudier qu’une seule cause possible, en sachant très bien que la « rivière argentée » (Michel de Poncins) se tarira si on ne trouve pas qu’elle en est une, ON NE SE LA POSERA PAS, cette question élémentaire de départ :
    c’est au départ, par la mission même qu’on lui a donnée, que l’institution du GIEC viole le principe de la démarche scientifique, et sa raison d’être était de couvrir de l’autorité présumée de « la science » des CONCLUSIONS POLITIQUEMENT PREETABLIES que ses promoteurs savaient pouvoir lui imposer.
    La subvention d’état, par définition d’origine violente, forcément donnée aux uns et refusée aux autres, est de ce fait un acte de censure — et bien plus efficace que la censure par l’interdiction, parce qu’on ne la perçoit pas comme telle.
    A un économiste, le reproche principal que l’on puisse faire en matière de réchauffisme est aussi de ne pas s’être posé les questions pertinentes au départ :
    — EST-CE que le réchauffement de l’atmosphère serait une bonne ou une mauvaise chose ?
    (l’histoire montre à l’évidence qu’elle serait BONNE).
    — EN QUOI les politiques imposées sous ce prétexte peuvent-elles avoir l’EFFET QU’ON PRETEND EN ATTENDRE ?
    (question que les « économistes domestiques », comme les appelle Guy Millière, ne se posent jamais ; et la réponse est : d’après les prévisions mêmes du GIEC, ces effets-là seraient bien inférieurs à l’ordre de grandeur des erreurs de prévision — c’est-à-dire en pratique nuls).
    Le leurre, en l’espèce, consiste à s’obnubiler sur les meilleurs moyens institutionnels de limiter les émissions de gaz carbonique, sans se demander S’IL FAUT le faire : ce que tentent précisément de rappeler les économistes comme Nigel Lawson avec sa Global Warming Policy Foundation (www.thegwpf.org).
    Bien entendu, dans la mesure où un économiste vit d’agent volé au peuple par les hommes de l’état, c’est d’instinct qu’il aura appris à NE PAS POSER LES QUESTIONS qui pourraient mettre en cause le principe du pillage étatique :
    quels sont les « économistes » qui, les connaissant, tiennent compte des lois de l’incidence fiscale et de la protection effective quand ils discutent des effets de la redistribution politique, sachant que ces lois mettent celle-ci en échec dans la plupart des cas ?
    A cet égard, la discussion de fait sur les effets du gaz carbonique sur la température atmosphérique apparaît en tout état de cause comme la DIVERSION principale des escrocs réchauffistes, puisque non seulement les politiques qu’ils cherchent à nous imposer n’auraient aucun effet statistiquement significatif sur la température soi-disant « prévue » dans cent ans par les charlatans du GIEC, mais que celle-ci a DEJA ETE ATTEINTE PLUSIEURS FOIS au cours de l’interglaciaire actuel.
    Les savants qui ont identifié les périodes correspondantes
    en ont alors parlé comme des « optimums », puisqu’à l’époque on n’avait pas mis dans la tête des gens qu’un phénomène essentiellement bénéfique serait maléfique.
    http://www.thegwpf.org

    De l’absence de corrélation entre la température de l’atmosphère et celle de la concentration en gaz carbonique on est OBLIGE DE DEDUIRE que les secondes NE DETERMINENT PAS généralement les premières.
    Quiconque a la moindre compétence pour analyser les données aurait dû COMMENCER PAR LA CHERCHER, cette corrélation, et déduire de son ABSENCE non seulement que la politique réchauffiste se fonde sur de FAUX ARGUMENTS, mais qu’une bonne partie de ses promoteurs doivent FORCEMENT LE SAVOIR.
    Car si l’éventualité théorique que, jusqu’à un certain plafond, et autour de certaines températures, les variations de concentration en gaz carbonique puissent influencer celles de la température atmosphérique ne se traduit pas par une corrélation OBSERVABLE DANS LA REALITE, cela devrait suffire pour conclure que le prétendu « PROBLEME » est IMAGINAIRE, et sa « SOLUTION » a fortiori ILLUSOIRE.
    La deuxième raison pour laquelle croire au réchauffisme est indigne d’un économiste, c’est qu’UN ECONOMISTE DOIT POUVOIR RECONNAITRE UN MENSONGE ORGANISE;
    Quand on est économiste, la science que l’on pratique est par nature POLITISEE en plus d’être une BRANCHE DE LA LOGIQUE ;
    de sorte que si vous n’y avez pas acquis la capacité experte de RECONNAITRE UN MENSONGE ORGANISE ou une NEGATION DE L’EVIDENCE, alors c’est que vous n’en êtes pas vraiment un.
    Si vous êtes vétérinaire, et qu’un quidam vous donne un iguane pour un caméléon, vous n’en êtes pas moins censé savoir de science certaine que c’est un iguane, et en tirer les conclusions qui s’ensuivent sur les assurances du quidam susdit : parce que vous êtes vétérinaire ; sinon, c’est que vous n’en êtes pas un.
    L’économiste doit savoir reconnaître le mensonge organisé pour des raisons politiques, comme un vétérinaire doit savoir identifier un iguane ; ou plutôt un chat, tant l’EXPERIENCE qu’il devrait en avoir est OMNIPRESENTE.
    A fortiori lorsque le mensonge crucial implique sa compétence spécifique :
    en effet, LE MOTEUR DU RECHAUFFISME A TOUJOURS ETE POLITIQUE, et sa mise en scène de prédictions « scientifiques » du climat subventionnées à coups de milliards VOLES n’est qu’un PROCEDE D’INTIMIDATION ET DE DIVERSION.
    Il s’agit d’ABUSER DE L’IGNORANCE DU PUBLIC et de la confiance qu’il accorde à « la science » pour l’empêcher de se rendre compte qu’en plus de n’être PAS CREDIBLE, l’effet que l’on affecte de prêter aux politiques ruineuses dont elles sont le prétexte ne serait PAS DESIRABLE NON PLUS.
    Le prétendu « débat scientifique », qui est entièrement résolu par l’observation depuis longtemps ( = c’est le soleil) ,
    n’est qu’une DIVERSION.
    La question est de savoir si les POLITIQUES réchauffistes sont justifiées, et posant justement les questions dont les comploteurs du réchauffisme font tout pour détourner l’attention.
    J’ajoute que, étant donné que le réchauffement observé au cours des années 1980-90, D’AMPLEUR ET DE DUREE EGALE AUX TROIS AUTRES QUI NOUS ONT SORTIS DU MINIMUM DE DALTON, a CESSE DEPUIS 18 ANS.
    De sorte que les minuscules baisses de la température, bien en-deçà (et pour cause) de l’incertitude sur ces prétendues « prévisions », que l’on affecte d’attendre des politiques ruineuses qu’on nous impose ont déjà été DEPASSES PLUSIEURS FOIS,
    et cela parce que l’activité électromagnétique et magnétique du soleil a fortement baissé et nous menace d’une PETITE ERE GLACIAIRE qui pourrait durer au moins un quart de siècle
    http://business.financialpost.com/fp-comment/lawrence-solomon-global-warming-doomsayers-take-note-earths-19th-little-ice-age-has-begun
    (l’estimation optimiste est celle de Piers Corbyn).
    Si les réchauffistes n’étaient que des demi-escrocs a lieu d’être les escrocs à 100 % qu’ils ont toujours été, ils crieraient « victoire » et nous foutraient la paix, au lieu de surenchérir avec leur tentative d’imposer un gouvernement communiste mondial imposé par traité.

  35. Pour ceux que la question des coûts des énergies renouvelables intéresse sérieusement au dela des clichés à deux balles: http://wattsupwiththat.com/2015/07/31/european-renewable-energy-performance-for-2014-fall-far-short-of-claims/

  36. Les éoliennes causent un gros problème de santé publique au danemark. http://www.epaw.org/media.php?lang=fr&article=pr36
    Au Danemark, ils ont même gelé la construction de nouvelles éoliennes pour cela. http://www.epaw.org/echoes.php?lang=fr&article=ns82
    http://www.epaw.org/echoes.php?lang=fr&article=ns102
    il n’y a pas qu’au danemark où les éoliennes menacent la sécurité publique: http://www.economiematin.fr/news-eolienne-scandale-sante-allemagne-interdiction-eolien

  37. http://www.cfact.org/2014/03/21/solar-and-wind-subsidies-a-massive-failure/

    En Allemagne, toutes les études (en dehors de celles de verts) sur la transition énergétique Allemande dans le cadre de sa sortie du nucléaire démontre que cela va engendrer une augmentation de la pollution atmosphérique car les énergies « propres » ne couvriront pas les besoins, et que cela va conduire à la construction de nouvelles centrales au charbon et au gaz (ce qui ravit Gazprom et son magnifique gazoduc Northstream).
    Arte a diffusé « L’énergie du Sahara: Du courant pour l’Europe » et « L’éolien dans la tourmente: Polémique sur l’électricité verte » qui allait contre le mythe de l’immédiateté d’un monde vivant des énergies propre, et ceux sans même évoquer la reconstruction des réseaux de distribution d’électricité.
    La transition de la production d’énergie ne se fera pas par un coup de baguette magique

    1. /sites/realspin/2013/03/14/germanys-green-energy-disaster-a-cautionary-tale-for-world-leaders/

  38. Voilà ce qu’est la fameuse transition énergétique:
    Telsa ou comment les riches de font subventionner leurs voitures de luxe aux frais du contribuable…Vive l’écologie.
    Entre $7000 et $10500 de subventions selon les États… Aides fédérales et locales…Sans compter les prêts et autres subventions directement perçues par tesla
    http://news.autojournal.fr/news/1497707/Tesla-Motors-Model-X-Elon-Musk-%C3%A9lectrique-Gigafactory

    1. Explication: la différence entre les modélisations basées sur l’hypothèse anthropique et la réalité mesurée indique qu’on connait encore très mal le climat dans toute sa complexité

  39. Certains chercheurs disent qu’il y aura un Mini âge de glace dans quelques décennies:

    (THE MINI-ICE AGE IS COMING AND THE SUN IS CAUSING IT)
    Piers Corbyn, WeatherAction, 28 June 2015:

    Piers Corbyn criticises UK Met Office Comments on possible Mini-Ice Age, « which will not overcome Man-Made Global warming »,
    as « delusional nonsense from true charlatans »
    and warns of Papal regression against science repeating the Catholic Church and Inquisition terror meted out against Galileo in 1633.

    At WeatherAction HQ, London Bridge, UK, Piers Corbyn, Director of WeatherAction, astrophysicist and solar and climate physicist said:

    « The recent Met-Office Johnny-come-lately references to a possible coming Mini-Ice Age are the mark of true charlatans.
    « They denied predictions by ourselves in 2008 and others at various times that a mini-Ice Age was coming and now they see that ALL THE EARLY WARNINGS WE AT WEATHERACTION MADE HAVE BEEN CONFIRMED, they jump in and agree with our prediction, without acknowledgment.
    They are true charlatans. Their behavior is despicable.

    « They can neither explain nor predict the climate developments of the last 7 years yet they receive hundreds of millions of public funds to pretend to understand what is going on and put forward the deluded religious view that the extreme changes seen are driven by mankind’s CO2.
    « Their so-called long-range forecast and Climate operation should be de-funded immediately and they should be forced to fund their operation by selling long range forecasts and climate predictions based on their record – of total failure.
    « This Government claims to be into rewards for success, so why do they continue this theft from the public for even one more day?

    « The facts are:
    « WeatherAction warned in 2008 that general decreases in solar activity and timely lunar modulations of sun-earth links would lead to a general lengthening and wild changes of the jet stream,
    world cooling, especially in temperate regions,
    longer colder winters,
    late Springs
    and increasing incidence of extreme hail events.
    ALL these predictions have been confirmed.

    « The Met Office, UN Climate Committee (IPCC) and their camp-followers in various research institutions and media (e. g. BBC, AlJazeera) around the world who are funded to propagate the delusional religion of man-made climate change admit that in their models extra CO2 cannot explain the changes in the Jet-Stream which are the arbiter of modern climate change.
    « They can explain nothing. They can predict nothing. They are paid by the public for failure.

    Next, » the MetOffice and or associates pretend that previous Mini-Ice-Ages were confined to USA / Europe and therefore not world-wide and so the coming MIA will not be world-wide either.
    « The problem is: they are lying. Previous mini-ice ages, such as the Maunder Minimum (1645-1715) and Dalton Miniumum (1785-1820) of solar activity and world temperatures were worldwide. Furthermore, recent very extreme cold has also been experienced in China, the Indian sub-continent and Australasia.

    « The claim that the relentless march of the Mini-Ice-Age will be stopped by man-made global warming is BIASED OPINION NOT BASED ON ACTUAL PEER-REVIEWED SCIENCE.
    It is delusional nonsense based on cretin physics and data fraud.
    T »he fact is: world (sea) temperatures lead and control levels of the trace-gas CO2, not the other way around;
    claims of ongoing world warming are based on surface data ‘selection’ (fraud), while satellite data shows cooling and
    Man’s 4% of the total CO2 flux, in and out of the sea and biomass is trivial compared with, and does not control, natural changes which are 25 times bigger!

    See slides 7+8, 6 and 1+3 in pdf (link):
    http://www.weatheraction.com/docs/WANews15no16.pdf

    « The onset of the Mini-Ice-Age continuing to 2035 is inevitable
    – and no amount of data fraud by the UN and camp-followers in academia, baseless propaganda by BBC and AlJazeera, inane green religious piety by politicians or anti-science diktats
    – echoing the terror the Catholic Church and Inquisition meted-out to Galileo and other ‘heretics’ by the Pope can stop it. »

    he said

    « The Pope’s Encyclical pronouncements on ClimateChange are the work of The Devil and – like the Papal Inquisition against Galileo in 1633 – place baseless and deluded belief and lies (e. g. from UN Climate Committee the IPCC) above observed scientific fact.
    « We challenge the Pope (or his agents) to public debate on the science, and we challenge all Man-made Climate Change believers to call on the Pope to debate the science or recant their regression to the anti-science days of the 1633 inquisition against Galileo. »

    said Piers
    References: http://www.dailymail.co.uk/news/article-3136780/You-need-wrap-UK-set-plunge-mini-ice-age-Met-Office-warns-one-five-chance-temperatures-drop-leaves-seen-17th-century.html

  40. Une bonne explication de la survivance des croyance infondées et maléfiques est bien expliquée par les théorie du groupthink, tel que décrit par Benabou (qui a travaillé avec Jean Tirole, car ils partagent une technique de modélisation économique des croyances)

    http://www.princeton.edu/~rbenabou/papers/Groupthink%20IOM%202012_07_02%20BW.pdf

    le paradoxe du groupthink est qu’il se dévelope, et se durci non pas malgré qu’une croyance soit toxique mais parce quelle est toxique.

    Le groupthink apparait tout d’abord sur une base rationnelle, par une analyse sur la base de données imparfaites.
    Ensuite les acteurs investissent des choses précieuses dedans, leur égo, leurs carrière, leur épargne.

    ensuite le secret de la théorie est qu’on admet
    – que les acteurs humains optimisent non pas la valeur de leur investissements, mais l’ESTIMATION qu’ils font de la valeur.
    – que les acteurs humains ont la possibilité aussi bien de changer leur comportements, que de ne pas voir la réalité. le déni, l’aveuglement, est donc un acte, comme celui de vendre ses actions, changer de carrière, ou d’insulter les autres

    le résultat peut aller dans deux directions.

    si l’acteur est libre de voir la réalité, et de changer ses actions pour améliorer son futur, malgér l’opposition des autres, alors il va agir dans ce sens… il va s’informer et s’adapter.

    a l’opposé si l’avenir de l’acteur dépend de l’opinion des autres, alors l’acteur va rationellement choisir de ne pas voir la réalité pour ne pas subir la double peine, perdre et savoir que l’on va perdre. Pire encore, pour protéger sa croyance en un future qui chante, l’acteur va terroriser les dissidents qui pourraient faire apparaitre la réalité funeste de l’avenir prévisible.

    le problème dans la sciece moderne, est qu’elle est devenu , plus encore que les siècles précédents, dépendentes d’un unique consensus mondial, qui décide des financement.

    même les rats de capitaliste (entrepreneurs ou financiers), qui usuellement décidaient rationnement de profiter des illusions des autres pour s’enrichir (premier cas), aujourd’hui doivent passer sous les fourches caudines du consensus.
    En effet si vous pensez que le climat n’est pas un problème, que le nucléaire est plus propre que le photovoltaique, vous ne pourrez pas gagner un centime avec cette information. le gouvernement va subventionner vos concurents, va vous punir, vous règlementer.

    pour la recherche c’est pareil, car non seulement on va refuser de vous publiez si vous être un vrai dissident (et pas un faux rebelles comme on vous le demande qui discute de théorie exotiques confortable), mais même si vous avez raison, même si vous trouvez une machine qui marche, ou prouvez que les théorie sont fausses, en fait on va vous exclure du jeux, vous critiquer sans preuve mais sans espoir de défense.

  41. « Plus de 1350 études à « comité de lecture » (peer reviewed) à l’appui des Sceptiques de l’alarmisme du Réchauffement Climatique Anthropique. »

    Voir : Sélection des études de la liste. (avec toutes les références)
    « Highlights: A sample selection of papers from the list »

    http://www.populartechnology.net/2009/10/peer-reviewed-papers-supporting.html

    Quelques commentaires des plus grands experts du climat :

    « A tour de force list of scientific papers… »
    – Robert M. Carter, Ph.D. Environmental Scientist

    « Wow, the list is pretty impressive …It’s Oreskes done right. »
    – Luboš Motl, Ph.D. Theoretical Physicist

    « I really appreciate your important effort in compiling the list. »
    – Willie Soon, Ph.D. Astrophysicist and Geoscientist

    « …it’s a very useful resource. Thanks to the pop tech team. »
    – Joanne Nova, Author of The Skeptics Handbook

  42. Il y a des scientifiques reconnaissant le réchauffement climatique mais niant qu’il est d’origine humaine: http://computing.unn.ac.uk/staff/slmv5/kinetics/shepherd_etal_apj14_795_1_46.pdf

  43. >>> MESSAGE MODÉRÉ : CESSEZ DE FLOODER.

Les commentaires sont fermés.