1.800 études confirment l’innocuité des OGM

Publié Par Daniel Rodriguez Herrera, le dans Agriculture, Environnement, Sciences

Les écologistes et les autorités invoquent un consensus scientifique au sujet du climat, mais ils le rejettent en ce qui concernent les OGM.

Par Daniel Rodríguez Herrera

Une équipe de scientifiques italiens vient de publier dans Critical Review of Biotechnology une méta-analyse de 1.783 études sur les organismes génétiquement modifiés (OGM), publiées entre 2002 et 2012, et ont conclu que « jusqu’à présent, on n’a détecté aucun risque significatif lié aux cultures transgéniques ».

 

Le travail, dirigé par le biologiste Alessandro Nicolia de l’université de Pérouse, a fait son évaluation depuis l’interaction des récoltes transgéniques avec environnement jusqu’aux conséquences de leur consommation par les animaux et les êtres humains, sans détecter de risque lié aux cultures transgéniques. Les auteurs de l’étude affirment qu’une meilleure communication sur les plantes génétiquement modifiées pourrait avoir un impact significatif sur le futur de ce type d’organismes dans l’agriculture.

« Nous avons essayé d’offrir une vision équilibrée sur les aspects qui ont fait l’objet de débats, les conclusions qui en ont été tirées et les nouveautés dans le débat » affirme Nicolia. Par exemple, face aux protestations des écologistes selon lesquelles ces cultures réduisent la biodiversité, cette méta-analyse n’a trouvé aucune preuve allant en ce sens ; au contraire, les études indiquent que les cultures traditionnelles ont des effets pires que les modifiées.

En ce qui concerne la sécurité alimentaire, les organismes génétiquement modifiés doivent passer, avant de pouvoir être commercialisés, une épreuve appelée « équivalence substantielle » qui montre qu’ils sont comparables aux variétés d’où ils sont tirés. Entre autres choses, on vérifie qu’ils ont approximativement la même quantité de nutriments et qu’il n’y a pas de molécule potentiellement toxique. L’ADN en soi ne représente d’ailleurs pas de danger, puisqu’il ne peut s’introduire dans les cellules du consommateur par le simple fait de les ingérer. Les recherches n’ont pas non plus trouvé de preuves que les protéines créées par les gènes insérés dans ces cultures soient toxiques ou provoquent des allergies.

Seule une des affirmations habituelles des écologistes trouvent confirmation dans la littérature scientifique, à savoir que les gènes incorporés dans les cultures s’étendent aux plantes sauvages, d’autres cultures ou même des micro-organismes. Mais bien que l’analyse confirme que « la formation d’hybrides entre cultures génétiquement modifiées et variantes sauvages est possible et est documentée », cela se passe aussi et constamment avec les cultures normales sans que cela soit nécessairement nuisible.

Malgré cela, des organisations telles que Greenpeace sont en campagne constante contre les organismes génétiquement modifiés, et les gouvernements, spécialement européens, continuent d’empêcher l’emploi de variétés qui ont passé tous les tests nécessaires, beaucoup plus exigeants que ceux appliqués aux cultures normales. Il y a plus de quinze ans que les êtres humains ont commencé à consommer des produits transgéniques, sans que, à ce jour, ne se soit produit aucun problème de santé à cause d’eux.


Article paru dans Libertad Digital le 6 octobre 2013. Traduit de l’espagnol.

  1. Entre les croyances et le principe de précaution, auxquels on ajoute un zest de catastrophisme apocalyptique et une référence aux enfants qui pourraient être les futures potentielles possibles éventuelles victimes, il est difficile de faire accepter un discours raisonnable.
    J’ai renoncé, j’envoie juste promener les escrolos et leur marchandise avariée quand j’en rencontre.

  2. Ils vont faire la tronche chez ARTE !

    1. ne vois pas la science
      n’écoute pas la science
      ne dit pas la science

  3. jusqu'à présent ...

    les études prouvant l’innocuité des OGM sur des animaux sont réalisées sur des périodes très brèves tandis que l’expérience de Séralini a duré 2 ans

    lire de Jacques Testard aux éditions du CNRS le livre « A qui profitent les OGM ? »

    1. Les américains en consomment depuis 30 ans…

      1. ca attaque le cerveau ?

        euh… vu qu’en UE on est le groupe contrôle, je crois pas qu’il y ait de différence significative…

        Le riz ca doit être meilleur pour la tête , hein ?
        Les chinois c’est du riz OGM? (sérieusement le riz est une catastrophe pour le diabete, quand la famine fini. autre sujet)

      2. quand on voit leur tour de taille, leur quadruple mentons, et leur cervelles vides, les americains sont surement une bonne référence pour la façon de s’alimenter !!
        surtout qu’il y a 30 ans, en 1983, les OGM n’existait pas !
        reste donc dans ton eglise , fanatique …

        1. Ahh, rien de tel qu’un raciste pour traiter les autres de fanatiques.

      3. C’est pour ça qu’ils deviennent obèse, un peu comme des pop-corn tout chaud ?

      4. Justement,regardez le résultat :o))
        Je pense qu’il existe de bons et de mauvais OGM ,ceux de Monsanto sont mauvais et faire breveter le vivant c’est nul et dangereux

    2. il y a des études longues.
      et séralini comme expliqué n’est pas un clown, mais bien un manipulateur, car si on regarde bien son protocole il a été taillé pour extraire des mensonges, et la publication a été faite pour éviter la critique et la relecture sérieuse.

      Il est clair qu’il ne croyait pas a ce qu’il prétendait et ce dès la conception de son expérience.

    3. sauf que l’étude rélisée sur une rat de rats prédisposés aux cancers et dont l’espérance de vie est de deux ans (!!!) n’a rien démontré, Séralini n’a pas avoué que pour certains échantillons soumis aux PGM et au Round Up la mortalité était inférieure à celle des témoins … on a une expérience de plus de 15 ans sans détection de la moindre anomalie sanitaire

    4. J’ai laissé sur mon blog une multitude de billets allant dans le sens de cet article, y compris des remarques particulièrement critiques sur l’escroquerie de Séralini. J’ai constamment répété dans mon blog que je parle de ce que je connais en ce qui concerne les plantes transgéniques ayant travaillé 13 ans dans un des rares laboratoires français privé ayant été impliqué dans l’étude de la transgénèse végétale et j’ai moi-même participé à certaines études très pointues dans ce domaine. Alors, ne racontez pas n’importe quoi et surtout abstenez vous de parler de ce vous ne connaissez pas !

    5. Mouarf ! Scéléralini et ses rats ! Une de mes belles-filles, qui a publié dans des magazines scientifiques à comité de lecture pour des études sur des populations de rats m’a, dès le départ, affirmé que l’étude de Scéralini était bidon compte tenu du nombre réduit de rats utilisés, rats d’une race qui, de surcroît développe naturellement des tumeurs, surtout avec le genre de nourriture qu’ils ont reçu.

      1. étude castrophique, complétement bidonnée, faites sur des rats naturellement sujets au cancer.. j’avais verifié à l’époque.. au bout de 2 ans, ces rats sont presque tous cancéreux ( certains cas de cancer à 7 semaines, sans OGM bien entendu ).
        avoir dépensé autant d’argent et autant de temps, pour faire une étude qui ne sert à rien, est pour moi, incompréhensible

    6. jusqu’à présent : « l’expérience de Séralini a duré 2 ans »

      Séralini le type qui a fait hurler d’horreur tous les scientifiques sérieux tellement son étude était pipautée ?

      « que reste-t-il de l’étude de Gilles-Eric Séralini parue le 19 septembre 2012 dans la revue Food and Chemical Toxicology ? Scientifiquement, à peu près rien…. »
      http://www.pseudo-sciences.org/spip.php?article2072

    7. Lisez l’étude de Sieur Séralini, vous constaterez (Fig 1 page 4) qu’à la date de 624 jours, espérance de vie de ce type de rats, 5 rats mâles sur dix nourris au maïs classique et abreuvés à l’eau de source étaient morts. Sur les trois cohortes ayant reçus les doses maximales de maïs NK603 et/ou de RoundUp dans l’eau de boisson, seuls 5 rats sur 30 étaient décédés.
      Cela fait trois fois plus de risque pour ces pauvres rats nourris au maïs de bon-papa et abreuvés à l’eau de source par rapport à ceux ayant bénéficié de NK603 ou de RoundUp. Pourtant le Sieur Séralini n’y a pas été de main morte puisque la concentration de RounUp dans l’eau de boisson était de 2,5 G/l soit la concentration préconisée pour la pulvérisation.
      Depuis je ne mange plus que de la polenta de NK603, je ne bois plus que le contenu de mon pulvérisateur, …. sauf quand je prends Le Sieur Séralini pour un escroc.

  4. Moi se qui me dérange le plus c’est de savoir qu’il y a des brevet sur les OGM et que des paysans ne peuvent juridiquement pas réutiliser leur semence génétiquement modifiée sans risquer de se prendre un procès et être ruiné et ça les grandes gueules des verts n’en parlent pas, ce n’est pas assez vendeur pour leur idéologie foireuse!

    1. le seul vrai problème… mais au pire ils ne les utilisent pas… sauf que même vendu cher c’est rentable… si c’était si cher, ils continuenraient non OGM.

      et puis les indiens soit disant victimes du cotton Bt, le piratent comme nos ados piratent les CD de david guetta (croisement)… ils sont illétrés mais les biotech ils connaissent.
      et dans 20 ans, les brevets seront expirés.

    2. mais le brevet a une durée de validité limitée.
      L’agriculteur est en fait très intéressé à acheter des semence de qualité (OGM on autre) car il n’a pas les compétences pour les multiplier et les garder lui-même; ça s’appelle la division du travail.
      Le commerce mondial des semences est d’environ 10 milliards de dollars, dont la majeur partie en valeur est pour des cultures maraîchères, non OGM. Le commerce local de semences à petite échelle échappe à cette statistique.
      C’est très peu en comparaison avec la valeur totale des cultures produites dans le monde de 2’583 milliards de dollars (FAOStat 2011).

    3. Renseignez vous un peu avant de balancer des conneries pareilles,comme dans le cas des hybridations,si vous voulez ressemer vous n’obtiendrez que dalle…et même en quel honneur des semences issues de recherches couteuses ne devraient pas être protégées?

  5. OUi, enfin, forcer les gens à manger de l’ADN sans leur dire, c’est quand même aberrant!

    Qui sait ce que ce nouvel ADN « muté » contient comme substances dangereuses..??

    (je plaisante bien sur 😉

  6. Le nb d’études importe peu… C’est comme les 4000 études sur le bienfondé des mammographies préventives… Dont seules 2 évoquent les faux positifs et autres aspects plus négatifs…
    Les études sont un business comme les autres

    1. Faut aller dire ça aux réchauffistes.

    2. Il y a aussi la charge de la preuve et le niveau de preuve attendue.

      La médecine préventive (cela inclut évidemment la vaccination et le dépistage du cancer) doit prouver qu’on peut aller embêter les biens portants (jusqu’à preuve du contraire) et leur faire passer des tests. Ce n’est pas aux critiques de prouver que c’est inutile ou nuisible, c’est aux promoteurs de prouver que les avantages l’emportent avec marge significative (bien plus grande que la marge d’erreur estimée). On devrait faire comme si c’était un médicament en fait (ce n’est pas le cas!).

      Dans le cas des cultures OGM, il ne s’agit pas de médicaments, il s’agit d’aliments digérables. Ces produits ne sont pas injectables! Le niveau de preuve qui devrait être attendu est celui habituel de la toxicologie. Or le niveau exigé actuellement est un niveau extraordinaire par rapport à la toxicologie classique et encore plus par rapport aux plantes habituellement cultivée.

      Comme pour l’industrie nucléaire, on demande un niveau d’innocuité extra-ordinaire, et quand il est atteint, on prétend que les normes inspirées par les opposants à la technologie sont insuffisantes!!!

      La médecine préventive s’en tire avec un niveau de preuve ridiculement bas, pendant qu’on attaque les secteurs qui ont les niveaux de preuves les plus élevés!

  7. Combien de temps ont duré chacune des 1.783 études ?
    Les OGM ne sont pas un problème de science, mais un problème de FRIC .

    1. Tout est un problème de fric. Tout s’y ramène d’une façon ou d’une autre… Parce que le « fric » c’est la seule mesure viable de l’utilité d’une chose.

      Si vous (et plein d’autres) n’êtes pas près à mettre du « fric » dans quelque chose c’est que vous ne vous y intéressez pas.

      Sinon, ces études ont été publiées dans des revues à comité de lecture, avec des rapporteurs « sérieux » (entendre : bossant dans des facs, donc largement financés par la puissance publique, et supposément indépendants des « puissances de l’argent » -sauf que la plus grosse « puissance de l’argent », c’est l’État… )

  8. Pour information: de quoi s’agit-il concrètement?
    Les 170 millions d’hectares cultivés dans le monde avec des OGM sont ou bien résistants au glyphosate (Roundup), ou il contiennent un ou plusieurs gènes (isolés du Bacillus thuringiensis) produisant des substances insecticides dans le tract alimentaire de certaines chenilles, ou il y a addition des deux.
    Les cultures impliquées sont le soja, le maïs, le colza, le coton. Il y a aussi une pomme de terre qui produit plus d’amidon, non destinée à la consommation.
    D’autres traits existent mais n’ont pas encore atteint un niveau commercial important. On en est au stade de développement, au laboratoire et en plein champs sur des parcelles expérimentales: blé et riz restent difficiles à modifier efficacement, d’autres traits pour mieux résister à la sécheresse et à la salinité, ou encore l’amélioration de la production de certaines substances par la plante comme les huiles oméga.

  9. A petit dose un poison n’est pas mortel, mais est pourtant suffisant pour parer d’innocuité.

    Le grand débat sur le cumul des doses inoffensives reste entier.

    Et peut être même que l’OGM contient moins de pesticide que dans la culture intensive, mais demain qui nous garanti que les insectes n’auront pas à leur tour développé une réponse immune. Bref une course en avant qui s’arrêtera où ?

    1. Lafayette : « Le grand débat sur le cumul des doses inoffensives reste entier.  »
      ————————
      Il n’y a aucun débat sur le cumul des doses inoffensives, à part chez les escrologistes (comme c’est pratique, il y aurait débat donc il y aurait risque, donc il y A danger, donc forcément il FAUT interdire, modus operandi d’un banal à pleurer des professionnels de la trouille).
      Le « débat » a été tranché il y a 500 siècles, par Paracelse, qui n’a jamais été contredit depuis : « le poison est dans la dose ».

      1. Ainsi donc, selon miniTax, le « débat » a été tranché il y a 50 000 ans (500 siècles) par un « médecin » féru d’astrologie connaissant à merveille le fonctionnement hormonal du nom de Paracelse.
        Vous avez dit alter-science ?

        1. Non, le débat est tranché parce ce que le principe annoncé par Paracelse n’a jamais pu être réfuté depuis 5 siècles (et non 500 siècles, tu l’aurais corrigé de toi-même si tu étais moins bouché) et est toujours une devise de base de la toxicologie moderne, pas parce que Paracelse a été ceci ou cela.
          Vous avez dit alter-comprenant ?

          1. Parmi les devises de base de la toxicologie moderne, il y a aussi les dollars et les livres anglaises complaisamment versées par diverses firmes chimiques (dont Monsanto) à sir Richard Doll pour que celui-ci, pape de la toxicologie contemporaine, dise la Vérité en la matière..

  10. souvenez vous de la première pomme mangée par Adam,! depuis combien sont-elles a avoir muté pour accompagner nombres d’espéces humaines qui elles aussi ont muté génétiquement pour supporter les différentes ères.Dieu lui -même avait inventé le système de congélation,l’ére glaciale servi à la continuité de tous .Faunes humains ,fruits et légumes.La première OGMéisation était née,amen,rire
    bonne soirée à tous

    1. Les efforts consacrés par certain écologistes sur cette cause sont honorables, mais il me semble que ce n’est pas une priorité écologique immédiate, loin de la. Les OGM, qui peuvent présenter certes quelques incertitudes quant à leur impact à long terme, sont prometteurs. La réduction de la consommation de certaines ressources et la diminution de l’empreinte environnementale sont des éléments très intéressants.

      1. Le commentaire de matthieu37 semble avoir été écrit sous la torture, comme si on lui brulait les pieds avec un fer rouge…
        Ce doit particulièrement dur pour un écoolique de faire abstinence sur les OGM. Heureusement qu’il y a la théorie du réchauffement climatique et les ondes tueuses des téléphones portables.

        1. Abitbol : « Heureusement qu’il y a la théorie du réchauffement climatique et les ondes tueuses des téléphones portables. »
          —————————
          Et de la 6e extinction de masse, de la disparition massive des abeilles, du nuage de la radioactivité de Fukushima qui ne va pas s’arrêter aux frontières, du tabagisme passif, du bisphénol A, du sel, du sucre, du mercure, du lard, du cochon …
          Donc, c’est no souci, nos escrolos ont fait leur stock de paniques populaires chez le marchand de peurs du coin, ils en ont pour quelques millénaires, d’autant plus que la plupart sont durables et recyclables.

        2. Alors la vous deux c’est le pompon.
          Et oui, on peut ne pas avoir des avis qui ne vont pas dans un même « sens »! Contrairement à vous!
          Après je sais pas ce que c’est votre délire caricaturale d’ondes tueuses et de cochons, mais c’est assez peu étonnant de votre part.

  11. Il y a quelques annees, j’ai transcrit plusieurs videos pour un site qui a disparu aujourd’hui. Elles portaient sur les OGM et avaient ete realisees a l’etranger. En Allemagne si mes souvenirs sont bons.

    Je n’ai conserve ni les videos ni mes transcriptions et je le regrette bien aujourd’hui.

    Les effets des OGM avaient ete decrits avec force details sur les animaux qui en avaient ete nourris: problemes tres importants au niveau du foie, des reins et autres organes dont je ne me rappelle plus. Par ailleurs, avaient ete signalees des modifications importantes au niveau du sang, avec l’impossibilite de determiner dans le temps d’autres effets nefastes et collateraux de ces OGM.

    Les rapports que j’ai pu lire, dont il etait question dans ces videos, etaient sans appel. Pour moi, mais cela ne regarde que moi, les modifications chimiques, genetiques, tout ce que vous voulez, presentees comme scientifiques par des organismes qui sont surtout
    orientes gros sous, ceci bien avant le reel bien etre des gens, me paraissent clairement et sans ambiguite aucune, extremement dangereuses pour tous, humains et animaux.

    Et puis, franchement, si on etait plus respectueux de la nature, il n’y aurait pas de probleme d’environnement, pas de probleme de culture naturelle, pas de probleme de nourriture. La terre peut donner autant qu’on veut si on la respecte. Et donc, si on laissait l’agriculture aux agriculteurs, les vrais, on n’aurait pas « besoin » de scientifiques. Avec eux, on ne mange pas, on bouffe, et apres on « nourrit » tous les lobbies pharmaceutiques. Beaucoup de gens sont malades de l’alimentation actuelle. Les seuls qui tirent partie de tout cela, ce sont tous ceux qui gravitent autour de l’industrie agro-alimentaire.

    Bon, ce n’est que mon opinion, mais a vrai dire je n’en avais pas vraiment avant d’avoir fait les transcriptions en question.

    1. Il ne faut peut-être pas oublier que le problème des paysans jusque dans les années 1950 était ce que l’on appelait la « jonction » ou la « soudure », c’est-à dire que les récoltes d’une année n’allait pas systématiquement couvrir les besoins jusqu’à l’arrivée des premières récoltes de l’année suivante. Et nous parlons des économies occidentales qui étaient largement en pointe. Ce problème a été résolu avec les recherches entre autres de l’INRA et n’est plus qu’un souvenir lointain. Si vous voulez revenir en arrière …..

    2. « Et puis, franchement, si on etait plus respectueux de la nature, il n’y aurait pas de probleme d’environnement, pas de probleme de culture naturelle, pas de probleme de nourriture. La terre peut donner autant qu’on veut si on la respecte »

      Rien n’est plus faux : si l’homme n’avait pas fabriqué des hybrides depuis le développement de l’agriculture (8000 ans avant JC) et donc des OGM naturels par croisement, nous n’en serions pas là. Un blé d’il y a 200 ans n’est pas comparable traditionnellement parlant à un blé d’aujourd’hui. Cela vaut également pour le bétail : la capacité d’une Prim’Holstein à fabriquer du lait n’est due qu’à la sélection et les croisements faits par l’homme.

      Ce que l’on appelle OGM aujourd’hui n’est que la même chose réalisée en labo et en modifiant légèrement (adjonction/deletion) le comportement du génome initial.

      1. lire « nutritionnellement » à la place de « traditionnellement »

    3. A t-on réellement besoin de passer par les OGM pour nourir la planète ou ne vaudrait-il mieux pas partager et arrêter de gaspiller les richesses, aider des pays d’Afrique a être autonome au moins pour leur alimentation plutôt que tuer leur biodiversité par des monocultures… Veut on laisser des plantes modifiées se disperser dans la nature au risque réel et avéré (puisque l’evolution par croisement est naturel) par exemple de rendre une mauvaise herbe résistante à un herbicide, que nous utilisons deja trop et pas qu’en agriculture. d’ailleurs beaucoup de techniques culturales permettent de s’en affranchir. Le cas des OGM est à replacer dans un contexte plus large. Que veut-on pour la planète et les générations futures? Es ce que le progrès c’est d’aller toujours plus loin pour plus de consommation et de gaspillage ou à voir l’intelligence d’utiliser correctement nos ressources en les incluant dans un cycle. Après si vous ne pouvez pas vivre sans le dernier téléphone portable sorti, c’est votre éducation à la vie qui est a refaire

      1. Les OGM réduisent la pollution des pesticides industriels et améliore la productivité ce qui signifie produire plus et sur moins d’espace. Donc oui, on a besoin du progrès que représente les OGM afin de nourrir plus et mieux. Après la Révolution Verte : la Révolution OGM !

        Au passage : la planète vit. Je veux dire par là que tous les organismes évoluent et qu’il est normal de développer des résistances naturelles avec le temps. C’est vrai aussi bien pour l’humain que pour la fourmi ou la plante. Donc au final on passera à un nouvel ogm tout comme on le fait pour les pesticides. On s’adaptera comme le fait la nature.

        Et c’est quoi ce délire de monoculture ? Vous voulez cultiver des bananes en France ? Ca n’a aucun sens. Laissez les pays se spécialiser là où c’est le plus rentable pour eux et pour tous les autres en définitifs.

        1. bien-sûr que non les OGM ne réduisent pas la pollution chimique! pour exemple, le soja de mosanto tolérant aux herbicides. Vous croyez qu’il n’a pas été fait pour qu »on lui balance plus de desherbant!
          Et vous croyez aussi bêtement, que tout problème en agriculture à pour réponse un produit chimique? FAUX ! ils existe plein d’autres méthodes déjà connu ou en développement ( je ne ferai pas un expose ici). le tout chimique est une aberration lorsque l’on compare les problèmes des agriculteurs bio et des conventionnels. TUER LE SOL NOURRICIÉ AVEC DES PHYTO C’EST NE DONNER AUCUNE CHANCE AU DÉVELOPPEMENT CORRECTE DES CULTURES!!!

      2. marion: « puisque l’evolution par croisement est naturel »
        ———————————————————————-

        Comme les hydrazines cancérigène, la quercétine, les flavonoïdes et un bon millier d’autres substances toxiques contenues dans nos plantes comestible par ailleurs parfaitement bio et naturelles.

        Le croisement « naturel » pratiqué depuis des milliers d’années est fait à l’arrache sans aucun contrôle des résultats, votre plante peut parfaitement se mettre à secréter dix fois plus de cicasine (un glucoside du méthylazoxyméthanol tout aussi naturel) sans que l’apprenti écolo-bio-sorciers ne s’en doute.

        marion: « Es ce que le progrès c’est d’aller toujours plus loin pour plus de consommation et de gaspillage  »
        ———————————————————————-

        Ma pauvre Marion, vous êtes surtout nourrie aux JT des incultes vendeur de peur mais vous manquez gravement de la culture nécessaire pour y faire face.

        PS: les gentilles comme vous sont souvent fana d’herboristerie aussi mais méfiez vous, nombres de ces plantes contiennent naturellement des alcaloïdes de la pyrrolizidine hautement mutagènes, kératogènes et hépatotoxiques. (Entre autre la senkirkine, l’hydroxyenkirkine, la seneficilline, l’isatidine, la jacobine, la lasiocarpine, la monocrotaline, la retrorsine, la riddelline, la petasitenine et la symphitine)

        1. Mon pauvre « ilmryn », petit chimiste en herbe qui veut nous impressionner avec tous ces nom chimiques. Bou j’ai peur de me prendre un thé à la menthe de mon jardin. Sur qu’il y a plus de molécules mutagènes que dans les produits phyto utilisés par les agriculteurs. Je vous rappel que la maladie neurologique de parkinson est reconnu comme maladie professionnelle par la MSA (le gouvernement donc). et qu’il existe une multitude de produits CMR, Cancérogène, Mutagènes et Reprotoxique en agriculture (mais pas que).
          Quand à dire que les nouvelles variété actuelle c’est du n’importe quoi, c’est de la désinformation. toute nouvelle variété actuelle est enregistré au catalogue des semences et doit montrer son intérêt et son innocuité . les méthodes de sélections actuelles peuvent aussi aboutir à des choses moins bonne, c’est pour ça que c’est encadré.
          Pour info, je n’ai pas la télé mais des post sur fb de mon cousin qui viennent de contrepoint, qui soit disant Nivelle par le haut mais est pourtant partial.
          Ne vous inquiétez pas pour moi, je me meffit autant du paracetamol, du stress à la lecture de certains post et de mes cervicales, quant à mondial de tête.

    4. Russian: « qui sont surtout orientes gros sous, ceci bien avant le reel bien etre des gens, »

      Vos prétendus effets sont hilarants, on dirait un compte rendu de sorcellerie. Mais je vais m’attacher plutôt à l’absurdité de la phrase plus haut:

      Ce sont les gens qui donnent les « gros sous », 10 milliards de consommateurs. Si vous les empoisonnez vous n’avez pas de gros sous. Voila pourquoi les grosses boites au contraire font bien attention. (même si elle n’étaient pas composées d’humains mais de méchants troll comme vous semblez le croire)

    5. Russian : « Bon, ce n’est que mon opinion, mais a vrai dire je n’en avais pas vraiment avant d’avoir fait les transcriptions en question. »
      —————————–
      Oui mais bon, c’est des reportages par des journaleux allemands hein, les escrolos les plus obscurantistes qui soient.
      L’hystérie sur les pluies acides où ils allaient filmer quelques parcelles de forêts cramées en faisant croire que c’est toute la forêt européenne, ça ne vous rappelle rien ?

      On retrouve constamment leur propagande sur Arte maintenant. Question honnêteté et objectivité, on repassera. C’est pas chez eux qu’il fait aller pour se faire une opinion.

  12. Vous n’avez rien compris ou vous êtes de mauvaise foi. Si 1800 études confirment l’innocuité des OGM c’est tout simplement qu’ aujourd’hui, dans l’état actuel de nos connaissances, nous n’avons pas encore réussi a développer des outils suffisamment précis pour au contraire prouver leur dangerosité. Et en vertu du principe de précaution qui est d’ailleurs inscrit dans notre constitution, nous devons attendre que des outils aussi précis soient développés avant d’autoriser les OGM. C’est à dire que tant que nous n’aurons pas réussi à prouver la dangerosité des OGM nous devrons, par respect pour notre constitution, les interdire. Voilà, un point c’est tout. Ouf!

    1. Vous avez parfaitement raison, j’ai tapé « feu + destruction + homme » sur google image et j’en suis encore choqué.
      Si cette noble constitution avez été appliquée il y a 500 000 ans lorsque l’homme a maitrisé le feu, jamais de telles horreurs ne se seraient produites.

      Qui ne tente rien n’a rien d’un autre coté.

    2. Aymard Jean: « C’est à dire que tant que nous n’aurons pas réussi à prouver la dangerosité des OGM nous devrons, par respect pour notre constitution, les interdire. »

      Celle-là est à encadrer !
      Dans un milliard d’année si on les trouve toujours aussi inoffensives ce sera à cause des outils « pas encore assez précis » : interdiction.

      C’était une plaisanterie rassurez moi ?

      1. Il y a « en vertu du principe de précaution » dans la phrase…

        Donc non, je ne pense pas qu’il plaisante.

      2. En vertu du principe de précaution, une telle constitution ne peut être promulguée avant qu’on en ait démontré l’innocuité.

        1. ….Et on n’a toujours pas démontré l’innocuité de l’état. (kof)

  13. j’ai assisté à un exposé de seralini sur les ogm il y a quelques années…devant un auditoire de consommateurs possibles il a tenté d’expliquer par le détail pourquoi les ogm n’étaient pas bons pour les agriculteurs pour diverses ; pas rentables faut acheter la graine, etc etc..ce à quoi je lui avais rétorqué bah ça regarde les agriculteurs…et la critique vaut pour toute nouveauté…
    E ensuite il avait imposé à un auditoire de personnes issues du milieu rural , le discours pompeur d’un philosophe sur les dangers de la techno science…auquel j’avais fait la remarque que son discours valait pour toute nouveauté…
    Mais le pire était que ,après cet exposé vide les gens repartaient avec une forme de genre d’impression que les ogm c’était dangereux…

    Séralini est un militant, si encore il avait juste fait une étude nulle ou non…
    mais on doit rappeler..le film, la campagne de presse et ce avant que la majeure partie des gens a vu son « étude »..une honte pour la science…
    et ce que ne veulent pas comprendre les gens , c’est que si certains ogm sont bien néfastes ..seralini resterait une honte …

    c’est un communiquant qui utilise les mêmes méthodes que greenpeace.

    Sur l’article même…je n’aime pas ce titre qui est lui aussi trompeur..
    on doit dire que pour le moment on a aucune preuve de la nocivité…tant par le retour d’experience que par les études scinteifiuqes
    ce qui est très différent que d’affirmer que 1800 études prouvent l’innocuité.. titre absurde, désolé.

  14. Je crois que vous n’avez pas bien saisie la problématique des OGM. Ils ne sont pas intrinsèquement mauvais, c’est pas le soucis. Mais la plupart des OGM tire leur intérêt du fait qu’ils sont génétiquement modifiés pour survivre aux pesticides ou au herbicides les plus violents. En fait ils demeurent le seul organisme vivant sur les surfaces sur lesquelles ils sont cultivés. Les plus connus étant les RR (roundup ready), ce sont des OGM fabriqué par Monsanto spécifiquement pour résister à son herbicides vedette, le Roundup.
    Par conséquent un produit OGM n’est pas mauvais parce qu’il est OGM, il est malsain parce qu’il à été abondamment arrosé de produits chimiques toxiques ( c’est le principe de leur existence, supporter ces traitements).

  15. Certains gènes ou graines de plantes génétiquement modifiées (PGM) peuvent se retrouver là où ils ne devraient pas. On parle alors de contamination (cf. Qu’appelle-t-on la coexistence des filières OGM / non OGM ?). Ces PGM peuvent se disséminer aux champs, en se croisant avec des plantes apparentées, mais aussi tout au long de la filière (transport, stockage, transformation, etc.). Un bilan exhaustif de la présence non désirée ou illégale de transgènes dans des productions agricoles, alimentaires ou autres, est difficile, voire impossible, à réaliser. Greenpeace et Genewatch, deux associations environnementalistes, proposent néanmoins un suivi des cas de contaminations commerciales. Ces associations ont dénombré 396 contaminations par des PGM dans 63 pays entre janvier 1997 et décembre 2013.

    http://www.infogm.org/5751-16-ans-de-contaminations-OGM-impossible-coexistence

Les commentaires sont fermés.