Pourquoi je quitte le Front de gauche pour les libéraux

Publié Par Contrepoints, le dans Non classé

Camarade Mélenchon, moi qui ai tant voulu que tu nous sauves, voilà pourquoi je te quitte ainsi que le Front de Gauche.

A lire ici.

  1. Bienvenue à bord !

  2. Je vous aime.

  3. Magnifique ! (le fond, pas la syntaxe)

    En voilà un qui a compris plus jeune que moi.

    « La liberté, loin d’être la jungle est le principe même de non-violence car quand elle est respectée, la violation n’existe plus. »

    Effectivement le ressort du socialisme est la violence, ou sa menace, essentiellement pour spolier.
    Le libéralisme est rétif à toute coercition, ne s’y résout qu’en cas de nécessité objective en regard du Bien commun.
    C’est pourquoi il peut accepter les limitations de vitesse, l’interdiction des drogues dures, l’impôt à taux unique, éventuellement l’impôt négatif ou le mariage civil traditionnel.
    Mais pas la répression antiraciste, l’Éducation Nationale, le SMIC, la retraite par répartition obligatoire, ou le mariage civil gay.

    « Le socialisme, l’étatisme, même par la plus sainte des volontés reste et restera pour toujours un principe de violation donc de pauvreté et de souffrance.  »

    Je suppose que le mot « spoliation » est plus juste.
    Ou « pillage », comme disaient Bastiat et Ayn Rand.

    Ces maux sont selon moi équivalents à la négation de la laïcité, soit l’exercice du pouvoir dans le but d’imposer une vision de la morale par la force.

    Dans une vision chrétienne et libérale, le magistère moral ne peut pas être exercé par l’État parce qu’il revient aux autorités religieuses; donc la loi est fondée sur des nécessités objectives et rationnelles, elle ne peut pas imposer une vision du bien et du mal.

    1. merci, à la base ce texte a été écrit vite fait pour une personne mais au fil du tweet je me suis emballé et j’ai fait un truc un peu plus ouvert, mais n’étant qu’une petite clarification, je n’ai pris ni la peine de relire, ni la peine de développer.
      Cependant, j’ai fait exprès d’utiliser le terme de violation, violation des propriétés -vie, biens, etc-

      1. À la réflexion, « violation » est assez adéquat. Foin d’euphémismes.
        Encore merci !

        Il me vient un commentaire de plus, dans la droite ligne:

        La gauche prétend représenter l’action collective, et que le libéralisme soit individualiste.

        C’est faux: L’État n’est pas le lieu naturel de l’action collective, n’en déplaise à Oblabla, mais celui de la coercition !

        C’est le rapport à la coercition qui distingue et non pas le rapport à l’action collective qui distingue le libéralisme du socialisme.

        Les libéraux agissent en groupes, comme les socialistes, mais sans obliger ni spolier personne.

    2. Non, le bien commun est un mythe socialiste. Le recours à la violence ne doit se faire que pour empêcher l’emploie de la violence par un individu. Ainsi les limitations de vitesse sont donc inique puis qu’aucune violence n’est exercé sur autrui tout comme l’usage de quelconque drogue (un vice n’est pas un crime).

  4. Bravo à ce jeune homme,

    Je mettrais un veto sur la réserve bancaire pleine, en ce qui me concerne, c’est la réserve fractionnaire PLUS la responsabilité illimité du banquier (gérants et associés) sur ses biens personnels (exit les sociétés anonymes,…).

    Mais sinon, il a tout juste.

    1. je suis totalement d’accord 😉

  5. Bravo à ce jeune.

    Pour ma part avec les militants du Front de Gauche je n’y arrive pas !

    J’ai beau leur donner plein d’exemples, leur expliquer que les libéraux classiques font un constat similaire, lister les innombrables interventions de l’État… Non…. Ils reviennent sans cesse avec le renard libre dans le poulailler !

    1. Ne vous défendez pas. Attaquez, attaquez sans relâche. Attaquez toujours. Montrez-leur les cent millions de morts, encore et encore. Ils finiront par avoir les mains moites.

    2. Partez du problème bancaire, utilisez le vocabulaire d’EG -oligarchie, caste,…-
      De plus, même si la personne ne change pas d’avis sur le coup, vous venez peut-être de lui planter une graine de liberté.
      Faites des tests: « est-ce que si on applique le libéralisme… X se serait-il produit? généralement non »
      Surtout, insistez sur le fait que la liberté n’est pas la licence.

    3. « Ils reviennent sans cesse avec le renard libre dans le poulailler ! »

      Je suppose que pour convaincre des socialistes, il faut leur faire voir que le libéralisme n’est pas contre l’État, mais pour un État modeste, en fait un État laïc.

      L’inventeur de la laïcité, Jésus, l’a définie par la formule célèbre: Il faut rendre à Dieu ce qui est à Dieu, et à César ce qui est à César. Et ce qui revient à Dieu, c’est ce qu’il enseignait, puisque Dieu, c’était lui: La morale au sens chrétien (abstraite, individuelle, etc.)

      Comment en pas mélanger morale et pouvoir ? En ne faisant que des lois nécessaires en regard du Bien commun. Que font les socialistes ? Le contraire : SMIC, HLM, droit du travail, école publique obligatoire etc. ne sont justifiées que par des considérations de nature morale, par le souci de telle ou telle catégorie défavorisée.
      Et, invariablement, ces mesures produisent des catastrophes, surtout pour les défavorisés, comme les libéraux passent leur temps à le prouver, d’Adam Smith à Ayn Rand en passant par Bastiat et Tocqueville. Jésus avait raison.

      Les socialistes sont en fait radicalement antilaïcs : Ils mettent l’État au service de leur vision du Bien et du Mal. C’est pourquoi les faits ont si peu de prise sur eux.
      Comme l’islam, le socialisme est politico-religieux et totalitaire.
      La morale doit certes se traduire en action, mais dans la société civile, sans coercition, jamais au travers de l’État, c’est-à-dire par la coercition.

  6. La question qui tue, à poser aux gauchistes: « Que doit-on éradiquer ? La pauvreté ou bien la richesse ? »

    1. Joli coup !

      Si l’adversaire est structuré, il répondra « On ne peut éradiquer la pauvreté que si on se éradique la richesse », mais à vous de prévoir cette contre-attaque et de trouver la parade. 🙂

      1. Certains répondent qu’il faut éradiquer la richesse pour limiter la jalousie et donc avoir la paix sociale.
        Exit l’efficacité économique…

    2. Waren: « La question qui tue, à poser aux gauchistes: « Que doit-on éradiquer ? La pauvreté ou bien la richesse ? » »

      Après il suffit de quelques graphiques, mon préféré en ce moment est celui de la liberté économique: la France au niveau du Rwanda ça envoie du lourd !
      http://www.heritage.org/index/ranking

      En haut les meilleurs y compris pour le social, au milieu les PIGS et donc la France, en bas les pays pauvres ou qui oppriment leurs peuples.

      Après t’as deux réactions: Les abrutis qui repartent en hurlant des slogans et ceux qui sont sincèrement choqués et comprennent les implications : la graine de la liberté est au moins implantée.

  7. C’est sans doute a cause des 3 années d’économie, et non pas malgré, que vous n’avez pas pu apprendre ce qu’est vraiment le marché

  8. No pasaran. Hasta la victoria siempre.

  9. J’ai perdu 20 ans de ma vie pour en arriver là, chapeau !

    (A ma décharge : père syndicaliste haut placé, ex-trotskiste léniniste et famille de prof gauchiste, mais bon !)

  10. On rêve. C’est quoi ce jeune « couillon » avec sa mention au bac, qui n’a jamais travaillé de sa vie, n’a jamais eu a payé le moindre impôt, et qui d’un coup prend conscience que Melanchon dit n’importe quoi.
    Si tous ceux qui passent leur temps à vous expliquer pour qui voter (jeunesse ps, ump, front de gauche…) commencés par se confronter au monde du travail, le vrai, avant de vous faire la morale en vous disant pour qui voter ce serait déjà pas mal.
    Comme si avoir le bac, qui n’a plus aucune valeur, permettait d’avoir un avis sur la politique fiscale et économique du gouvernement…
    Commençons par donner le droit de vote a ceux qui payent des impôts, ça évitera ce système de rente qui ruine notre pays.

    1. À ceux qui payent des impôts ET sont libéraux ET n’aiment pas cet article ?

      Ça s’arrête où, votre envie de décider qui va voter et qui n’y aura pas droit ?

    2. De quel droit, posez-vous un tel constat sur moi sans me connaitre? Quelle attitude de vieux con.

      j’aide mes parents agriculteurs et entrepreneurs depuis que je suis ado, j’ai vécu la misère, et pour aider ma famille, j’ai tout fait pour m’en sortir à l’école, même quand j’étais enfant j’en avais conscience. Vous êtes aussi idéologique que ceux que vous critiquez. Vous me faites un procès d’intention, je ne vais pas m’excuser de voter alors que c’est ce que l’on nous a appris, je ne vais pas m’excuser d’avoir une démarche intellectuelle pour voter, et je ne vais pas m’excuser d’avoir chercher à militer pour améliorer les choses.

      En ce qui concerne le bac, comptez le nombre de pers qui a une mention TB au bac ES, on était 3 dans mon département.

      Je n’ai jms dit que celui-ci me rendait apte à quoi que ce soit, juste que c’est consternant de voir que même ceux qui ont étudié, au final, ne connaissent que le paradigme keynésien mais certainement pas l’économie.

      C’est vous qui êtes vraiment « couillon » si vous pensez que seul les imposables sont spoliés, je vous renvois au système à réserve fractionnaire, la TVA, les taxes…

      Ce n’est certainement pas en divisant la population en riches qui votent et pauvres qui suivent que vous allez mettre en place le libéralisme.

      Ce n’est pas parce que l’on travaille que l’on va voter pour un politicien libéral, je n’ai jamais entendu quelque chose d’aussi grotesque.

      C’est vous qui rêvez

    3. Bonjour, je vs avais répondu mais cela n’a pas marché, donc je reprends rapidement:
      -Ne vous inquiétez pas, je suis issue d’une famille pauvre et depuis que je suis très jeune, j’aide mes parents agriculteurs et entrepreneurs, je connais le travail et la misère.
      -La bac ne vaut plus rien… ahah je l’entends souvent, allez y, passez-le en ES, on verra votre mention, dans notre département, on était 3 à l’avoir.
      -Je n’ai jms prétendu que mon bac me rendait apte à quoi que ce soit, mais je voulais expliquer que c’est si consternant de voir que même ceux qui ont étudié ne connaisse rien à l’économie au final.
      -Je suis couillon de voter alors que j’ai été élevé dans cette tradition, je suis couillon de vouloir voter avec une démarche intellectuelle, et je suis couillon de vouloir dialoguer de cela avec le plus de monde possible pour trouver les meilleurs solutions. Soit 🙂
      -Votre argument des riches qui votent et des pauvres qui suivent, me fait penser à quelque chose de peu libéral: démocratie représentative (pouvoir de la majorité) et aristocratique (pouvoir des meilleurs -en échelle de richesse ici-)

      De manière générale, vous n’argumentez pas, vous critiquez pour montrer à quel point, vous êtes intelligent et oh combien vous brillez.

      Je n’ai jamais dit que j’étais parfait ou un exemple, des personnes ont voulu savoir comment je suis devenu libéral.

      Kenavo

    4. Ca tombe bien, un jeune qui met de l’essence dans son scooter et s’achète un pot de gomina pour aller draguer paie bien des impôts (TIPP et TVA).

  11. Quelle preuve d’humilité et d’intelligence : bravo! Bienvenue à bord pour le beau combat de la Liberté! phb

  12. Je vous félicite et vous souhaite la bienvenue !

    (Je vous souhaite également bon courage !)

    1. Super-Robespierre

      Ce qui est drôle, c’est de penser que le même gars s’est probablement fait agonir il y a 6 mois par les mêmes qui le flattent (sur le mode « franche et virile camaderie libérale ») ajd.
      C’est beau également de voir Ilmryn nous faire une jolie contrition sur son passé de gauchiste. On en apprend tous les jours

Les commentaires sont fermés.