4 emplois détruits par emploi vert créé

Publié Par Dr Richard North, le dans Matières premières et énergie

Une nouvelle étude confirme ce que d’autres avaient montré : un emploi vert créé détruit en fait 3,7 emplois autres.

Par Richard North, depuis le Royaume-Uni.

Une étude sur l’énergie renouvelable en Écosse nous informe maintenant que, pour chaque emploi créé dans le secteur des énergies alternatives, presque 4 emplois sont perdus dans le reste de l’économie.

C’est une nouvelle étude intitulée « Le jeu en vaut-il la chandelle ? », par la firme de consulting Verso Economics, qui confirme ce qu’on a déjà observé en Espagne et dans d’autres pays : la création d’emplois « verts » détruit d’autres emplois via le diversion de ressources et la privation de sources abondantes d’énergies fossiles.

La chandelle économique du Royaume-Uni est en train de se faire souffler par le vent de l’éolien. L’étude Verso a découvert qu’après la détournement de quelques £330 millions du reste de l’économie du pays, le résultat a été la destruction de 3,7 emplois pour chaque emploi « vert »  créé.

L’étude conclut que « la politique consistant à promouvoir les énergies renouvelables a un coût d’opportunité direct de 10.000 emplois perdus en 2009-2010, dont 1.900 en Écosse ». Et c’est ainsi que les contribuables britanniques, et il en va de même aux USA, sont forcés de subventionner des pertes nettes d’emplois dans une économie en grandes difficultés.

Ça pourrait être encore pire, je suppose… ils pourraient être en train de produire des camionnettes électriques.

Lire aussi :

Emplois verts
Sept mythes sur l’emploi vert

Une éolienne détruit l’impôt de 6.000 foyers
Energies vertes = pauvreté
Le désastre du photovoltaïque espagnol
Rebranchez vite les pompes à subventions photovoltaïques

La bonne technologie
Changer de voiture et développement durable
Le mythe de la surpopulation
Non aux 600 éoliennes en mer
Piégés par l’eldorado photovoltaïque
20 milliards à la mer, pour du vent
Les rapaces toujours en danger
L’ignorance, c’est la force

Vous allumerez la lumière quand il y aura du courant

Si les renouvelables étaient un voiture

Laisser un commentaire

  1. L’informatique et internet aussi ont tué beaucoup d’emploi: La preuve, désormais, on peut envoyer un message sans passer par un facteur !!!
    Le monde est devenu fou.
    Une étude a prouvé que depuis l’apparition d’internet, il n’est plus rentable de faire du journalisme, puisque l’information est gratuite. Ce métier est donc amené à disparaitre. Ce seront d’abord les « journalistes menteur » comme vous qui disparaîtront.

    1. « L’informatique et internet aussi ont tué beaucoup d’emploi: » : certes, mais elle en a créé bien plus qu’elle n’en a détruit. Le bilan est *très* positif. L’exemple est donc très mal choisi. Quant aux journalistes, je note que ce sont ceux de Libé et du Monde qui disparaissent (bilans déficitaires, faillite toujours plus proche). Les menteurs vont effectivement disparaître.

    2. Il y a une différence pourtant évidente entre détruire des emplois en stérilisant du capital (en mettant en oeuvre des procédés non seulement inutilement coûteux mais également subventionnés) et créer des emplois en libérant du capital. L’informatique et internet, en libérant du capital, disponible pour faire plus et mieux, ont été et seront encore pour longtemps créateurs d’emplois, contrairement à vos affirmations.

      Comme les mineurs autrefois, le facteur, libéré de la contrainte d’un travail devenu inutile, va pouvoir s’investir dans une autre activité bien plus utile à la collectivité (rentable). Quant au journaliste, c’est la pertinence de son travail qui fera sa rémunération, non le fait que l’information soit gratuite (la gratuité d’internet est une illusion).

      D’une façon générale, tout ce qui contribue à abaisser le coût des échanges (monnaie, énergie, circulation de l’information) libère du capital qui crée massivement des emplois. L’écologie politique subventionnée, en stérilisant le capital, provoque l’inverse.

  2. « L’informatique et internet aussi ont tué beaucoup d’emploi: »

    C’est bien connu, c’est dans les pays sans informatique qu’il y a le plus d’emploi, en Afrique, en Papouasie, en Mongolie…
    Ah, on me murmure que non.

    Ca me rappelle la blague du fonctionnaire africain qui se vante que les paysans de son pays utilisent encore la pioche et non le tracteur pour ne pas détruire l’emploi. Le fonctionnaire français lui dit : c’est génial. Le businessman américain lui dit, si l’objectif, c’est de ne pas détruire l’emploi, autant utiliser une fourchette pour retourner la terre et non une pioche.

  3. Bonjour,
    C’est quoi ce site qui diffuse de la propagande anti energies renouvelables ? Vive les emplois du pétrole, du nucléaire et du charbon ! Entre la destruction de l’environnement et les emplois, mon choix est vite fait ! De toute façon c’est faux et c’est l’inverse !
    Propagande des lobbys energies sales ! Ils sont puissants c’est impressionnant.

    1. « Entre la destruction de l’environnement et les emplois, mon choix est vite fait ! »
      Faut au moins être un fonctionnaire pour oser écrire un truc pareil…

  4. C’est sûr, admettre que les écolos sont tout aussi cupides que les compagnies pétrolières, aïe, ça doit faire mal. A tout prendre, je préfère ces dernières, car elles ne se dissimulent au moins pas leur mépris du génie humain sous des slogans vertueux et hautement intellectuels du type Gaïa toute puissante nous punira, Gaïa sait ce qui est bon, Gaïa notre mère à tous et blablabla… Relisez Darwin, ça remet la nature à sa juste place.