Et si Barbie était un film… libéral ?

Barbie déchaine les passions et les interprétations contradictoires. Et si le film de Greta Gerwig portait en fait un message libéral ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 2

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Et si Barbie était un film… libéral ?

Publié le 30 juillet 2023
- A +

Barbie stéréotypée (interprétée par Margot Robbie) vit à Barbieland, une société matriarcale ou cohabitent tous les modèles existant de Barbie. Dans Barbieland, chaque seconde de l’existence est précisément ordonnée. Tel un chef-d’œuvre horloger, chaque Barbie est un rouage nécessaire au fonctionnement d’une société harmonieuse. Cette perfection, les Barbies la doivent aux services qu’elles rendent au monde réel, en donnant aux petites filles humaines les clés du bonheur et de l’émancipation.

Mais tout change lorsque la mécanique s’enraye, et que Barbie stéréotypée présente des signes d’imperfections : son haleine n’est plus parfaite au réveil, ses pieds sont plats et la cellulite apparait.

Pour corriger ça, elle doit se rendre dans le monde réel et rencontrer l’enfant dont elle est le jouet. C’est dans cette chute de l’utopie plastique par l’intrusion dans le « monde des humains » que le film de Greta Gerwig déploie toute sa finesse.

De nombreux débats ont porté sur l’interprétation à donner quant au message politique de Barbie. Certains y voient un film profondément féministe. D’autres, au contraire, y décèlent une réflexion sur le statut des hommes dans les sociétés modernes occidentales. Une ode aux cheveux bleus d’un côté, un plaidoyer pro-incel de l’autre.

Pourtant, un troisième niveau de lecture est passé inaperçu : la critique de la recherche et de l’injonction à la perfection qui sous-tend tout le film est une critique proprement libérale.

Deux mondes archétypaux s’affrontent.

D’un côté, la « société de Barbieland », écho parfait des utopies révolutionnaires des planificateurs de tout bord. L’individu n’est qu’une simple pièce du puzzle social, destiné à servir un but qui le transcende.

De l’autre, le « monde des humains » se caractérise au contraire par l’absence de volonté planificatrice au profit d’un ordre spontané qui laisse toute sa place aux individus.

Face à la simplicité des barbies qui habitent le premier monde, les humains détonnent par leur complexité et la difficulté avec laquelle ils traversent l’existence.

Barbie stéréotypée, dans un premier temps, tombe de haut lorsqu’elle réalise que le monde réel est aux antipodes de l’utopie qu’elle pensait avoir contribué à construire. Les humains qu’elle rencontre sont tous moyens, si ce n’est franchement médiocres pour certains : névrosés, complexés, malheureux… Bref, l’ordre spontané vient avec son lot d’imperfections, d’errements, d’injustices et de dominations.

Mais sa rencontre avec « son » humaine change la donne.

Si à première vue, le « monde des humains » a tout pour déplaire, le film montre avec finesse que, pour que l’existence ait un sens, pour que les passions humaines s’épanouissent, il faut laisser une grande part au hasard et à l’indétermination. Cette part d’aléatoire est une condition de réalisation de l’émancipation des individus, qui peuvent ainsi déployer tout ce qui fait leur singularité.

Barbie montre que la vie d’un individu ne peut avoir de sens que dans un monde qui, malgré sa violence, ses injustices, sa laideur parfois, fait de lui autre chose que le simple rouage d’une machine bien huilée.

C’est ici que Greta Gerwig frappe juste : un monde planifié est une Arcadie pour les poupées de plastique, mais une damnation pour les êtres de chair et de sang, tant l’humain rechigne, par nature, à se laisser enfermer dans une vie tracée par la collectivité.

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Êtes-vous Mattel ou Marvel ?
    Moi, indubitablement Marvel.
    Car cette ode à l’imperfection humaine est navrante. Fi de cette idéologie qui pousse L’Humanité à se complaire dans sa fange.
    Nous avons besoin de Super-héros à qui nous identifier pour devenir meilleur. Libres et responsables. Cela est le vrai libéralisme.

    -2
    • Et si « Barbie » était juste une aimable pochade rose, une simple distraction estivale sans prétention moralisatrice ? De toute façon Margot Robbie y est étincelante. Féministe, antiféministe, libéral… ? On s’en fout, « le rose ça va avec tout » !

    • J’ai hâte de voir la liste des films que vous interdiriez car véhiculant l’imperfection humaine…Peu de films français y figureraient 😀

      -1
  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Pour tenter d'en finir avec leur épouvantail favori, l'« individu souverain » (Vargas Llosa), les forcenés de l'anti-individualisme version triviale ou savante, qui tiennent plus que jamais le haut du pavé, ont le choix entre deux modes opératoires qui peuvent d'ailleurs se compléter : ou bien accuser l'individualisme d'être la cause majeure de tous les maux du monde, ou alors le dénigrer en falsifiant sa définition.

C'est cette seconde option que, dans une récente tribune parue dans Le Monde le 28 août, l'universitaire Pierre Bréchon ... Poursuivre la lecture

Invité à débattre face au médiatique fondateur de Doctissimo et spécialiste en intelligence artificielle Laurent Alexandre ce dimanche 10 septembre sur CNews, dans la deuxième partie de l'émission Les Visiteurs du soir, animée par Frédéric Taddéi, le tout aussi médiatique philosophe normand Michel Onfray y est allé d’une de ses saillies habituelles sur le libéralisme :

https://twitter.com/JL7508/status/1701157459698540813

« Je trouve qu’il y a pire idéologie encore que le communisme, c’est le libéralisme. C’est sidérant comme ce... Poursuivre la lecture

Par Oihab Allal-Chérif.

 

En 2023, avec les sorties des films Air, Tetris, et BlackBerry, l’entrepreneuriat est plus que jamais une source importante d’inspiration et de revenus pour les cinéastes. Dans ces films comme dans The Social Network, Le Fondateur, Steve Jobs, ou Walt Before Mickey, les entrepreneurs sont présentés comme des personnages géniaux, perfectionnistes, résilients, torturés, impétueux, rebelles, et avec des vies rocambolesques.

Adulés ou haïs, les aventures authentiques des entrepreneurs constituen... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles