Le ministre du Quoi-qu’il-en-coûte dégaine le chèque alimentaire

Pour chaque problème, Bruno Le Maire a une solution : plus d’argent gratuit. Son dernier chèque en bois concernera la hausse des prix de l’alimentation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
Fondapol Bruno Le Maire chez Parisien on Flickr (CC BY-NC-ND 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le ministre du Quoi-qu’il-en-coûte dégaine le chèque alimentaire

Publié le 9 mars 2023
- A +

Rien n’échappe à l’interventionnisme brouillon de l’infatigable Bruno Le Maire. Dernier combat en date : l’augmentation des produits alimentaires (+ 14,5 % en rythme annuel selon le dernier chiffre de l’INSEE).

Fin février, il indiquait vouloir rencontrer les patrons de la grande distribution qui terminaient leurs négociations commerciales avec leurs fournisseurs.

Les « solutions sur les produits alimentaires, nous y travaillons depuis plusieurs jours », assurait-il sérieusement le 28 février. Songeait-il à un chèque caddy ou à un bouclier spaghetti ?

Suspense insoutenable… Va pour le chèque caddie !

 

Un trimestre anti-inflation avec toujours plus de chèques sans provision

Lundi 6 mars, à l’issue de sa rencontre avec les distributeurs, Bruno Le Maire annonce que les enseignes se sont engagées à proposer les prix les plus bas possibles jusqu’en juin sur une sélection de produits à leur discrétion.

Michel Édouard Leclerc n’était pas toutefois présent indiquant sur CNews : « Je n’ai pas attendu une réunion publique pour être moins cher ».

Les cerveaux de la propagande gouvernementale ont chauffé et il en est sorti un « trimestre anti-inflation ». Les produits aux marges sacrifiées seront repérés par un logo tricolore portant cette mention. Simplement au cas où vous seriez assez étourdi pour ne pas regarder les prix des produits…

Pauvre Bruno ! Il ne s’est trouvé aucun attaché de cabinet pour lui souffler que c’était exactement ce que faisait la distribution depuis très longtemps pour attirer les clients et en communiquant régulièrement sur ces opérations à grand renfort de pubs et d’étiquetage. Les produits d’appel, comme on dit…

Mais notre brillant Bruno nous dégaine aussi un « chèque alimentaire » qui sera proposé aux foyers les plus modestes. De quoi mettre du beurre dans des épinards qui ont tous deux augmenté de 14,5 % ? Et n’oubliez pas votre chèque carburant pour passer à la pompe de votre distributeur préféré…

 

Une inflation d’incompétence

Notre ministre de l’Économie, des Finances, de la Souveraineté industrielle et numérique (et de plein de trucs aux noms ronflants qui restent à imaginer) n’a travaillé que dans la fonction publique et navigue habilement de cabinets en ministères depuis qu’il est sorti de l’ENA.

Son ignorance de toute activité concurrentielle ne l’empêche pas de vouloir se mêler de tout, y compris des augmentations de salaire dans le privé. Rappelons que, alors simple ministre de l’Agriculture, il ignorait ce que représentait une surface de un hectare

Ministre de l’Économie, il confond allégrement inflation (qui est l’augmentation de la masse monétaire) et hausse des prix (qui est la conséquence d’une inflation supérieure à l’augmentation de la production de produits et services).

Ministre des Finances, il s’illustre par l’enchaînement des déficits les plus échevelés, des chèques gratuits, des boucliers tarifaires pour tout (sauf les impôts et taxes), des prêts gratuits, du bouche-à-bouche aux entreprises zombies, des surtaxes aux superprofits.

Ministre de la Souveraineté industrielle son rétropédalage au sujet de la production nucléaire et de la fixation des prix de l’électricité au niveau européen est indigne d’un escargot lymphatique dopé au Lexomil. Il n’accouche de rien et ne semble pas vouloir prendre Ursula von der Leyen et la commissaire à l’Énergie Kadri Simson à rebrousse-poil. Son idée phare est d’affecter l’argent collecté sur le livret A à la construction de six nouvelles centrales dont le budget n’est même pas encore voté.

Bref, Buno Le Maire est partout où on ne l’attend pas mais absent là où il devrait être présent.

Avec Bruno Le Maire, la France se dirige vers la « grecquisation », une mise sous tutelle par ceux qui ont vraiment la main sur les « chèques gratuits » : Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international. Mais l’ardoise de la France étant considérablement plus grosse que celle de la Grèce, ce sera aussi la crise monétaire comme je l’explique dans mon dernier livre.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Exactement comme en URSS. Après la suppression des voitures, des tickets de rationnement pour les gueux. Après tout, c’est ce qu’ils demandent : du socialisme, du socialisme, et encore du socialisme.

  • « Pauvre Bruno ! Il ne s’est trouvé aucun attaché de cabinet pour lui souffler que c’était exactement ce que faisait la distribution depuis très longtemps pour attirer les clients »
    Ah!!!! Parce que vous croyez que les attachés de cabinet du pov Bruno vont pousser son caddy quand ils vont en chœur faire leurs courses chez Leclerc! La grande distribution et ses prix au rabais, nos zélites n’y mettent jamais les roues de leurs limousines climatisées avec chauffeurs, faut pas rêver hein?
    « Mammouth écrase les prix », ça ne vous dit sans doute rien, c’était la préhistoire, ma fille avait 2 ans, et déchiffrait laborieusement les enseignes des grandes surfaces! Alors déduisez en l’âge mental du spécialiste de notre économie!

  • « grecquisation », le terme est sans doute faible. L’actualité actuelle des retraites, rappelle , indépendamment du choix répartition/capitalisation que certains ratios démontrent l’appauvrissement de notre état. Ces indicateurs ne concernent que le privé, en effet pour un salarié au statut dit « cadre », qui a cotisé au delà du plafond SS et qui « donne droit » (selon les règles de base) à une pension égale à 50% de ce plafond, se trouve aujourd’hui avec une pension de base inférieure à ces 50%…. Bien évidement certains diront que c’est la faute de la répartition, mais pas que, c’est surtout la baisse généralisée de la masse salariale, qui conjointement à la démographie entraine mécaniquement cette baisse. Ceci est confirmé avec le calcul des pensions qui donne une pension inférieure au salaire perçu et des statistiques de montant des retraites en valeur moyennes aux supérieures salaires…. alors comment développer une capitalisation avec une industrie en ruine ?…. En ajoutant des chèques en bois, nous allons à la « Katastrophe »

  • Bruno Le Maire, brillantissime ministre des Finances, avait décidé de mettre l’économie russe à genoux,
    ce qui a littéralement effrayé Poutine.
    Y a t il en Russie des chèques alimentation ? Des chèques carburants ? Paye t on en Russie son essence 2 euros du litre ? Y a t il en Russie des restaurants du coeur débordés ? Le municipalités y coupent elles l’éclairage de nuit pour faire des économies ? Le ministre des finances russe porte t il un col roulé ?

    • @HERAKLES
      Bonsoir,
      « Resto du cœur débordés » comme tous les hivers depuis qu’ils existent. 3000 milliards de dettes et toujours plus de pauvres dont une bonne partie qu’on importe (comme le dit l’adage : « Mettez un socialiste dans le Sahara, 6 mois après il importera du sable. »)
      La nouvelle chanson/slogan des Restos… parle d’une « révolution » qui sent le communisme à plein nez.

  • Le FMI a remettre tout cela en ordre, mais les asiatiques n’en gardent pas un bon souvenir (en 1997-98)

  • L’auteur commence son article par la phrase: « Pour chaque problème, Bruno Le Maire a une solution »
    Cette phrase est incomplète.
    Il faudrait écrire; « Pour chaque problème -qu’il a lui-même bien souvent causé- BLM a une solution »
    Car outre l’imprimante de Madame Lagarde à Frankfort, on oublie souvent de rappeler que c’est aussi l’inflation règlementaire verte en provenance de l’EU et de BLM et de ses amis qui a entrainé une augmentation artificielle et vertigineuse des coùts de production que les firmes n’ont eu d’autre choix que de refiler aux consommateurs.
    Le socialisme prospère avec ses propres échecs.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

La France est un doux pays où le ridicule ne tue pas, fort heureusement pour nos politiciens sauveurs de l’économie. Malgré de nombreux signaux alarmants, l’humeur reste à la fantaisie et à la fête du sport.

 

Standard & Poor’s a rendu son verdict : la note de la dette française a finalement été dégradée.

Bruno Le Maire s’enorgueillit d’avoir sauvé l’économie française tout seul avec ses petits bras musclés : « Si aujourd’hui nous avons un niveau de dette élevé, c’est pourquoi ? C’est parce que j’ai sauvé l’écono... Poursuivre la lecture

La revue The Economist a publié le 22 février 2024, un intéressant article sur le Pérou comme modèle économique, que pourrait suivre l’Argentine. Cet article a étonné de nombreux Péruviens. Comment, avec la classe politique aussi minable que nous avons, pouvons-nous être un modèle ? (contrairement à l’élite française, l'élite péruvienne ne se prend pas au sérieux). Eh bien, The Economist a parfaitement raison, le Pérou est un pays bien géré sur le plan macroéconomique, grâce à une équipe basée à la Banque centrale du Pérou et au ministère des... Poursuivre la lecture

De nombreux commentateurs économiques pensent que l'augmentation de la quantité de monnaie peut relancer une économie. Ils se fondent sur l'idée qu'avec plus d'argent en poche, les gens dépenseront davantage, et les autres suivront, car ils considèrent que la monnaie est un simple moyen de paiement.

Article original paru sur Mises Institute.

Or, la monnaie n'est pas un moyen de paiement, mais un moyen d'échange. Elle permet seulement à un producteur d'échanger son produit contre le produit d'un autre producteur.

Selon Mur... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles