Le partage du temps de travail : une fausse bonne idée

Le partage du temps de travail est un magnifique coup marketing politique mais se révèle sur la durée une fausse bonne idée.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 7
Travailleur by SFEPbancourt(CC BY-NC 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le partage du temps de travail : une fausse bonne idée

Publié le 6 mars 2023
- A +

Le partage du temps de travail est un magnifique coup de marketing politique mais se révèle sur la durée une fausse bonne idée.

Il a été imaginé il y a une quarantaine d’années par la gauche. Nous en payons lourdement les effets aujourd’hui.

Imparable sur le plan de la communication : être généreux en travaillant moins et en donnant du travail aux autres. C’est ce type de raisonnement qui a conduit à pousser le concept de la retraite à 60 ans : en partant plus tôt à la retraite, on donne du travail aux plus jeunes. Et cerise sur le gâteau, dans cette affaire nous avons tous davantage de temps libre, condition nécessaire pour se réaliser pleinement.

Un bémol à ce tableau idyllique : les résultats tangibles. Depuis que cette vision de la société et du travail s’est répandue et que nous sommes devenus de loin le pays où le temps de travail est le plus bas, nous déclinons régulièrement dans les classements mondiaux de PIB par tête, passant en quarante ans de la 7e à la 33e place. Et notre chômage reste élevé par rapport à celui de nos voisins.

On vous expliquera que le PIB par tête n’est pas une bonne mesure de la prospérité. Il n’empêche qu’il faut regarder les choses en face : en Suisse, en 50 ans le PIB par tête qui était au niveau du nôtre dans les années 1970 est le double aujourd’hui ; fait significatif, le SMIC est à 4000 dollars, le pays affiche un chômage nul, un emploi industriel double et une balance commerciale largement excédentaire.

Eh oui, nous sommes dans une économie ouverte où par la diminution du temps passé à son poste, toutes les mesures ayant pour effet d’augmenter le coût du travail handicapent nos industries manufacturières particulièrement exposées à la concurrence mondiale.

 

Ramener le goût du travail

Il faut reprendre les choses à la base et ne plus parler de travail mais de métier, d’un métier dont on est fier et que chacun pratique où qu’il se situe, à un niveau d’excellence mondiale.

« Tous champions dans ce que l’on fait » : là réside la source de la compétitivité dans un monde ouvert. Il n’y a pas de petits métiers. Dans les années 1960, le fondateur du Singapour moderne Lee Kuan Yu avait fait de la propreté dans la rue et dans les logements le point de départ de sa politique. Il tenait tous les matins à balayer lui-même 50 mètres de trottoir et donnait des conseils sur le choix des balais et l’art de les manier. C’était une façon de montrer que toute tâche mérite d’être effectuée parfaitement. Il répétait qu’il avait davantage de respect pour un ouvrier pratiquant son métier au meilleur niveau que pour un cadre ou un fonctionnaire médiocre, fut-il très haut placé. Y a-t-il un meilleur moyen pour créer l’unité dans un pays ? Sans compter que lorsque l’excellence devient une valeur de la société, les produits s’améliorent dans tous les domaines, les clients du monde entier ne s’y trompent pas et les ventes explosent.

Quand la dignité de chacun, conférée par l’excellence de ce qu’on produit, devient une valeur plus élevée que l’égalité formelle, l’harmonie se diffuse et la compétitivité ne tarde pas à se traduire en prospérité.

Il faut repenser notre rapport au travail et redire à tous, notamment aux plus jeunes qu’un métier bien pratiqué est passionnant, qu’il permet de prendre des responsabilités, meilleur moyen pour s’épanouir. Quand le travail est bien fait, il est source légitime de fierté. Il est une façon unique de découvrir le monde quand on est porté par le déploiement international de son entreprise.

Enfin, au contact de ses meilleurs concurrents mondiaux on peut ressentir les émotions des champions que nous applaudissons dans les stades. Le travail bien pratiqué n’est ni un enchaînement ni une punition, il peut être la voie la plus efficace pour pleinement s’accomplir en tant qu’être humain.

Voir les commentaires (9)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (9)
  • Il faut rappeler que le but du socialisme, issu du communisme, est de créer une société de type stalinien. Pour cela, l’économie capitaliste doit s’effondrer. Le seul pays d’Europe de l’Ouest à avoir goutté au vrai socialisme est la France avec Mitterrand. En plus de mettre l’économie sur une pente descendante, il a forgé les esprits des enfants par l’enseignement comme l’ont fait Lénine et Staline en leur temps. Les rois fainéants qui ont suivi Mitterrand (Chirac, Sarkozy) n’ont rien fait pour redresser la barre. Seul le FMI pourra sauver la France. Mais à quel prix !

    • Il me semble quand même que l’Angleterre y a aussi gouté dans les années 70…

    • C’est le communisme qui est issu du socialisme et pas l’inverse.
      Le socialisme est une doctrine sociale et politique de gauche qui émerge au début du 19e siècle. Elle dénonce les inégalités sociales qui sont engendrées par le capitalisme. Les socialistes souhaitent une redistribution des richesses et l’égalité sociale.
      Le communisme s’inspire fortement du socialisme, mais est plus radical. Ce courant de pensée apparait au milieu du 19e siècle. C’est une doctrine sociale, politique et économique qui est fondée sur la propriété collective des moyens de production. Ainsi, pour les communistes, la propriété privée n’existe pas. Le communisme vise une société égalitaire où il n’y a pas de classes sociales.

      • Résultat des courses : c’est blanc bonnet et bonnet blanc

      • Avatar
        jacques lemiere
        7 mars 2023 at 6 h 52 min

        Oui.. si vous voulez, on doit préciser qu’il ya beaucoup dans le « vise »;.
        le monde communiste est un objectif… réalisable à la condition de créer un homme nouveau…

        le communisme EST en pratique la dictature qui dure …dure…avec un postulat mystérieux qu’il faut admettre sinon c’est s la mort.. que « le parti communiste » VA vert r la société communiste..

        un pays communiste va vers une société libre et parfaite en pratiquant ce qui ressemble fort à un esclavage des prolétaires par le parti;.

        c’est un quasi délire mégalomaniaque; JE SAIS…JE PEUX, JE MERITE…

  • Le goût du travail ne peut revenir que si on en perçoit soi-même les bénéfices. Le travail le plus intéressant du monde devient une corvée s’il ne sert qu’à payer la retraite des autres ou des administratifs oisifs.

  • Lorsque Mitterand a instauré la retraite à 60 ans, i! a 9 également créé le Ministère du temps libre, c’est sa suppression qui est la source de tous nos maux.

  • Vous avez tout faux.
    Le partage du temps de travail, ça fonctionne parfaitement.
    Je peux vous relater mon expérience personnelle avec 2 cas concrets :
    – Ayant pris un jour un avion de ligne, le Commandant de bord était malade,
    et bien il a été remplacé au pied levé par un SDF sans diplôme et sans formation,
    de surcroît alcoolique et tout s’est très bien passé.
    – il y a 2 ans, j’ai du être opéré d’urgence d’une hernie inguinale,
    faute de chirurgien, on m’a proposé un migrant analphabète.
    Je me suis fait une joie d’accepter et l’intervention chirurgicale s’est parfaitement déroulée.

  • Avatar
    jacques lemiere
    7 mars 2023 at 6 h 45 min

    Une remarque..
    comme à l’ordinaire…la magie de mots..
    se renager derrière une idée complétement creuse avant d’etre stupide ou funeste « partager le temps de travail. »..

    il y a le mot partage!!!! mais qui partage quoi au juste, le temps de travail??? , avec qui???

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Nicolas Tenzer est enseignant à Sciences Po Paris, non resident senior fellow au Center for European Policy Analysis (CEPA) et blogueur de politique internationale sur Tenzer Strategics. Son dernier livre Notre guerre. Le crime et l’oubli : pour une pensée stratégique, vient de sortir aux Éditions de l’Observatoire. Ce grand entretien a été publié pour la première fois dans nos colonnes le 29 janvier dernier. Nous le republions pour donner une lumière nouvelles aux déclarations du président Macron, lequel n’a « pas exclu » l’envoi de troupes ... Poursuivre la lecture

L’INSEE vient de publier un bilan démographique pour l’année 2023 qui met en évidence un affaissement de la natalité française. Selon des sources concordantes, celle-ci n’est plus guère soutenue que par la fécondité des femmes immigrées. Ce qui laisse entrevoir à terme une diminution de l’effectif global de la population, et une nouvelle configuration de sa composition ethnique et culturelle.

Faut-il s’en inquiéter ? Pour la plupart de nos concitoyens, cette question n’a pas de conséquence directe et immédiate, encore moins pour les re... Poursuivre la lecture

Éric Chaney est conseiller économique de l'Institut Montaigne. Au cours d'une riche carrière passée aux avant-postes de la vie économique, il a notamment dirigé la division Conjoncture de l'INSEE avant d'occuper les fonctions de chef économiste Europe de la banque américaine Morgan Stanley, puis de chef économiste du groupe français AXA.

 

Y-a-t-il des limites à la croissance ?

Loup Viallet, rédacteur en chef de Contrepoints – En France, de plus en plus de voix s’élèvent en faveur d’une restriction de la production. Ralenti... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles