Sahara occidental : pour un condominium algéro-marocain

OPINION: Une entente algéro-marocaine à travers un Condominium permettrait de régler le problème du Sahara occidental.
Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Photo by Sergey Pesterev on Unsplash

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sahara occidental : pour un condominium algéro-marocain

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 2 décembre 2021
- A +

Par Rachid Nekkaz.

Depuis 46 ans, la réalisation du Grand Maghreb est bloquée par l’absence de solution diplomatique concernant le Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole désertique de 266 000 km2 située entre la Mauritanie, le Maroc et l’Algérie. 75 000 âmes arabo-berbères y vivaient.

En dépit de la mobilisation internationale (Nations Unies, Europe, Espagne, États-Unis, Union africaine, Ligue arabe), aucune solution acceptable par tous n’a été encore trouvée pour cette terre riche en phosphates et dont la côte Atlantique est généreuse en ressources halieutiques. La persistance de ce conflit représente un coût humain, moral et financier important pour le peuple sahraoui, le Maroc, l’Algérie et la communauté internationale.

Le monde ne peut laisser le peuple sahraoui dans l’impasse. Les accords d’Abraham signés à la Washington en septembre 2020 sous l’administration Trump entre Israël et certains pays arabes comme les Émirats Arabes Unis et Bahreïn ont bousculé l’échiquier régional. En échange de l’établissement de relations diplomatiques entre Rabat et Tel-Aviv, les États-Unis se sont engagés à reconnaître la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental.

Cette décision historique survenue en décembre 2020 a aggravé les tensions entre le Roi Mohamed VI et le président Tebboune qui y voit un casus belli contre l’Algérie. De neutres, les États-Unis sont devenus les alliés inconditionnels du royaume chérifien au grand dam du voisin algérien dont l’allié traditionnel russe est resté étrangement silencieux.

Deux référendums

En ma qualité d’homme politique algérien et d’homme de paix, je défends la proposition politique suivante afin de trouver une solution diplomatique durable à ce conflit crisogène et une porte de sortie acceptable et honorable pour toutes les parties en présence.

Il s’agit de l’organisation de deux référendums au Sahara occidental pendant la prochaine décennie.

À l’évidence, ces référendums devront être organisés sous l’égide des Nations-Unies, seule partenaire légitime en qui tous les protagonistes du conflit ont confiance.

Certains se demandent déjà pourquoi deux référendums sur une période aussi longue ?

L’histoire nous apprend que toute architecture de résolution d’un conflit qui n’intègre pas une dimension évolutive dans le temps est vouée à l’échec. Seul le facteur temporel conjugué à la bonne foi des acteurs sont à même de diminuer l’impact négatif des ressentiments et des haines accumulés. Nous devons donc prendre soin de ne pas renouveler les erreurs tragiques du passé, notamment les drames qui ont suivi la plupart des indépendances consécutives à l’absence de stratégie progressive de décolonisation en Afrique ou en Asie.

Dans cet esprit, si cette idée est retenue par Rabat, Alger et les représentants des Sahraouis, le premier référendum peut être envisagé dans les 12 mois à venir.

Deux questions seront posées aux Sahraouis.

  1. Oui ou Non, souhaitez-vous pendant 10 ans l’autonomie dans le cadre du Royaume du Maroc ?
  2. Oui ou Non, souhaitez-vous pendant 10 ans une double souveraineté de l’Algérie et du Maroc (condominium) sur le Sahara occidental comme la principauté d’Andorre, gérée par la France et l’Espagne ?

Dans un souci d’équité, le vote de ceux dont la présence était avérée avant le décolonisation espagnole en 1976 comptera double par rapport à ceux qui se sont installés après.

La nouveauté de ce référendum tient à la deuxième question posée. Il s’agit de la proposition originale d’un condominium algéro-marocain sur le Sahara occidental parrainé par les Nations-Unies. Le mérite de cette question est de crever l’abcès politique et de mettre fin au flou diplomatique qui entoure le rôle de l’Algérie en sa qualité de tuteur officieux du Front Polisario, seul représentant du peuple sahraoui, dont 24 États reconnaissent à ce jour la République Arabe Sahraouie Démocratique (RASD) qu’il a créée en février 1976.

Qu’est-ce qu’un condominium ?

Un condominium est un territoire sur lequel plusieurs États souverains exercent une souveraineté conjointe. Sa durée est variable.

  • courte comme pour le cas des Îles Samoa dans le Pacifique entre 1889 et 1899 (10 ans) entre les États-Unis, l’Allemagne et le Royaume-Uni ;
  • moyenne, à l’exemple du Soudan qui a été administré entre 1899 et 1956 (57 ans) dans le cadre d’un condominium anglo-égyptien ;
  • longue, comme la Principauté d’Andorre située entre la France et l’Espagne. Depuis 1278 jusqu’à nos jours (843 ans), elle est sous l’autorité de deux co-princes qui sont l’Évêque d’Urgell et le président de la République française.

Rivalité algéro-marocaine

La communauté internationale est consciente que l’absence d’entente entre l’Algérie et le Maroc depuis 46 ans est la raison principale du statu quo dans la région. Ces deux pays partagent pourtant les mêmes langues arabo-berbère, la même histoire et la même culture. La concertation entre l’Algérie et le Maroc, qui se disputent le leadership régional, contribuerait de façon décisive à une solution politique pérenne du conflit et à la prospérité de la région qui perd deux points de PIB selon la Banque mondiale à cause de cette mésentente.

Mais s’entendre suppose nécessairement un dialogue direct et sans tabous entre l’Algérie et le Maroc en abordant sans complexes les sujets qui fâchent et qui polluent leurs relations houleuses depuis la Marche verte de novembre 1975 orchestrée par le Roi Hassan II qui a mobilisé 350 000 Marocains en territoire sahraoui :

  1. Le trafic de drogue pour lequel le Maroc doit s’engager à contrôler drastiquement ses frontières.
  2. La contrebande aux frontières où le carburant algérien est 6 fois moins cher que le carburant marocain à la pompe.
  3. Les campagnes de dénigrement médiatique mutuel orchestrées quotidiennement dans les deux pays.
  4. La proclamation officielle de la reconnaissance définitive des frontières algéro-marocaine.
  5. La réouverture du gazoduc entre l’Algérie et le Maroc qui transporte le gaz algérien à destination de l’Europe du Sud, fermé depuis le 31 octobre 2021.
  6. Le rétablissement des relations diplomatiques gelées depuis le 24 août 20217.
  7. La réouverture des frontières terrestres fermées depuis 1994, et aériennes fermées depuis septembre 2021.
  8. Les réparations pour les 350 000 Marocains expulsés d’Algérie et des 20 000 Algériens reconduits aux frontières en 1975.

Dans cette nouvelle perspective d’entente algéro-marocaine, le choix de l’autonomie ou du condominium permettrait au peuple sahraoui de ne plus être l’otage de ses deux voisins encombrants. Il pourrait envisager l’avenir avec sérénité et surtout prendre le temps nécessaire de réfléchir à l’option politique la plus avantageuse et la plus appropriée après cette période décennale. Les 600 000 réfugiés sahraouis pourraient en effet revenir s’installer au Sahara occidental et participer au développement de la région avec l’aide efficace et généreuse de la communauté internationale.

Si la mise en place d’une autonomie régionale marocaine ou d’un condominium algéro-marocain est approuvée démocratiquement et librement par le peuple sahraoui, ce dernier devra au bout de 10 ans s’exprimer à nouveau lors d’un prochain référendum portant cette fois-ci sur trois questions :

  1. Oui ou Non, souhaitez-vous l’autonomie dans le cadre du Royaume du Maroc ?
  2. Oui ou Non, souhaitez-vous une double souveraineté de l’Algérie et du Maroc  (Condominium) sur le Sahara occidental ?
  3. Oui ou Non, souhaitez-vous l’indépendance du Sahara occidental ?

La particularité de ce deuxième référendum est double.

Tout d’abord, les Sahraouis devront se prononcer définitivement sur l’avenir politique de leur territoire en répondant à nouveau aux deux questions qui leur avaient été posées 10 ans plus tôt, mais sans la limite de temps fixée à 10 ans pour l’autonomie ou le condominium.

Enfin, la deuxième nouveauté de cette consultation démocratique est la présence d’une troisième question. Après une décennie d’expérience sous le régime d’autonomie ou de condominium algéro-marocain, les Sahraouis auront en plus la possibilité de voter pour l’indépendance ou pas du Sahara occidental.

La réponse souveraine qui obtiendra le plus grand nombre de suffrages, qu’il s’agisse de l’autonomie dans le cadre du Royaume du Maroc, du condominium algéro-marocain ou de l’indépendance, clôturera une fois pour toutes l’avenir politique du Sahara occidental et permettra de jeter les bases d’une stabilité régionale dans toute l’Afrique du Nord qui en a bien besoin. Une nouvelle ère pourra s’ouvrir alors au cœur de la Méditerranée, porteuse de paix et de prospérité en étroite collaboration avec l’Union européenne.

 

 

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Le peuple sahraouis n’a jamais demandé l’indépendance lorsque l’Espagne occupait le territoire. Lorsque cette dernière s’est retirée en 1975, les algériens ont immédiatement soutenu les sahraouis dans le seul et unique but d’obtenir un port sur l’océan atlantique. Et pas pour autre chose. Malheureusement pour eux, Hassan Il les a devancé en récupérant ce territoire arguant de son appartenance historique au royaume chérifien.
    Le peuple sahraouis n’intéresse donc l’Algérie que pour faire la guerre par délégation au Maroc.
    En conséquence de quoi, ce conflit algéro-marocain n’est pas prêt d’être résolu.

    • Surtout que le « peuple sahraoui » est une pure invention algérienne, dont la naissance date de 1975. Avant, il n’y avait que des tribus (Rguibat en particulier).

  • Pourquoi? Les Algériens n’ont aucun droit historique sur le Sahara occidental

    Pourquoi seuls les sahraouis sont les seuls à avoir droit à l’auto-détermination? Et les Berbères (dont les Touaregs)? Là les Algériens sont moins les défenseurs de cela

  • Non aux deux questions le peuplr sahraouis veut une indépendance intégrale d’un territoire qui fait plus de 260000km2 et Alger defend une cause une valeur depuis le colonel Houari Boumedienne qui s’aligne sur la position des sahraouis et pour les sahraouis entendent gouverner en bon voisinage du maroc deix Etats indépendants . Maintenant la realpolitik impose une guerre Algérie vs makhzen qui dira le droit

  • Non aux deux qiestions sus mentionnées le peuple sahraoui veit une indépendance complète et intégrale d’un territoire qui fait plus de 260000km2 et d’autre part, Alger défend une cause une valeur et cela depuis le comonel Boumedienne et Alger s’aligne sur la position des sahraouis qui veulent depuis toujours gouverner en bon voisinage avec le Maroc deux État indépendant qui se respectent. Maintenant la realpolitik impose une guerre Algérie vs Maroc sur la question du Sahara occidental qui dira le droit

  • « Le monde » peut et doit laisser ces gens se débrouiller, d’autant plus que chaque fois qu’on y met un doigt de pied la situation empire.
    Aucun pays musulman n’est libéral, sauf les pétromonarchies qui ont souvent 2/3 de main-d’œuvre asiatique ce qui est une chance pour eux.
    Libéralement, il faut les laisser s’organiser comme ils l’entendent et comme ils le peuvent.

  • « Les réparations pour les 350 000 Marocains expulsés d’Algérie »
    Et les Français?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Dans l’espoir d’améliorer les relations avec l’Algérie, le gouvernement français multiplie depuis quelque temps les petites concessions, tout en étant conscient que l’Algérie ne sera jamais satisfaite, car, pour le pouvoir algérien, le problème est ailleurs.

Un de ces « petits pas » a été l’annonce le 10 décembre 2021 par Roselyne Bachelot, ministre de la Culture, de l’ouverture des archives sur les enquêtes judiciaires de la guerre d’Algérie.

Mon propos sera plus général, l’ouverture de certaines archives étant pour moi un élém... Poursuivre la lecture

Par Samuel Furfari.

Malgré la COP26, et encore plus après son flop, les projecteurs sont braqués sur les migrants syriens entassés sur la frontière entre la Pologne et le Belarus à la suite d’une tentative du dictateur biélorusse « d’embêter » ses voisins de l’UE, en guise de revanche sur les sanctions que celle-ci inflige à son pays. Alexandre Loukachenko a commis l’imprudence de laisser entendre qu’il allait limiter, voire couper, l’alimentation en gaz russe de ces pays.

Les pressions de l’Algérie et de la Biélorussie en matière ... Poursuivre la lecture
0
Sauvegarder cet article

Par Yves Montenay.

Ce qui suit s’appuie notamment sur les travaux et les sondages du centre de recherche Pew et de « Arab Barometer » 

Décidément, le pouvoir ne réussit pas aux islamistes. Ils viennent de le perdre au Maroc après la Tunisie et surtout après l’Égypte où ils sont sévèrement réprimés.

Et en Afghanistan ? Au bout de huit jours de pouvoir, les talibans se heurtent également aux réalités.

Le cas du Maroc

Je connais assez bien le Maroc pour y être allé très souvent soit en colloque, ce qui permet des cont... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles